Nous sommes en Septembre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !

 [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan

Feuille de personnage
Barre de Santé:
85/110  (85/110)
Barre de Faim:
20/0  (20/0)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 42
Age : 18
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

[Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Jeu 19 Mai - 10:31
Le monde était littéralement à feu et à sang.
Il n’y avait plus rien à faire, plus d’espoir, plus d’humanité…
Vraiment ? Alors, pourquoi courir ? Pourquoi fuir si, de toute façon, il n’y a aucun horizon ?

J’ai la présence d’esprit de me baisser avant de ne dégueulasser tous mes habits. Ça fait deux jours que le camp a disparu, peut-être plus, peut-être moins ? Le temps s’étire à l’infini, et mes nausées matinales aussi. Je vomis le peu que je réussis à manger et j’en viens à craindre pour la vie de mon bébé. Mon bébé… c’est si réconfortant à dire. Actuellement, je suis la personne la mieux accompagnée, mon bébé à moi ne me trahira pas, il est ma lumière, mon espoir dans un monde bien noir. Je me réveille le matin enroulée autour de mon ventre, quand j’ai peur je pose ma main sur ma peau tendue et je sens sa vie naître. Depuis que je sais qu’il est là, je le sens bouger, il me dit d’être une maman courageuse. Alors je suis courageuse, je prends ma vie en main, tant bien que mal.

Je cherche River, mais aucun signe de vie autour de moi, d’ailleurs, Seth m’avait dit que dehors, en dehors du camp, les survivants n’étaient pas aussi accueillants que les militaires qui me protégeaient. J’étais une jeune femme naïve, je n’avais jamais eu faim, jamais eu peur pour mon avenir, j’étais Alexis Dawson, la pianiste aux doigts d’or et à la chevelure de feu. J’étais la fille d’une famille aimante. Une enfant chanceuse comme peu. En temps normal, les gens n’aident pas les autres, mais je n’avais jamais eu besoin d’aide. Et quand j’en avais besoin, les Hommes étaient mus par la peur et la faim, Seth avait raison, ils ne seraient pas indifférents comme avant. Ils seraient cruels. Je ne pouvais me fier qu’aux gens du camp, mais ils étaient probablement tous morts. Il ne restait que ma famille, loin d’ici et… River.

Je me dirigeais lentement vers la ville quand le grondement de la Horde m’avait dissuadée de continuer. La Horde c’était cet amas de zombies qui affluaient vers la ville, qui était née dans la ville, parce que c’était un lieu autrefois plein de vie. Elle avait grossis en tuant, en dévorant, et la voilà qui ne cessait de s’accroître comme un plan de mauvaises herbes. Je devais l’éviter. Mais avant de faire demi-tour, il fallait que je regarde l’hôpital dont l’accès pour les hélicoptères surplombait la ville. Je me mis à souhaiter que Maya ne soit morte. Car au camp, on m’avait dit que le vaccin contre le cancer était le vecteur direct du « virus zombie ». Si Maya était l’un de ces monstres, je pense que je m’écroulerais à ses pieds. Juste derrière, sans que je ne puisse le voir, je devinais la présence de l’hôtel où j’avais rencontré le musicien qui était le père de la minuscule vie dans mon ventre et…

L’approche d’un zombie me coupe dans ma contemplation. Mince, j’ai rêvassé trop longtemps, maintenant, je me retrouve dans la panade. J’essaie de fuir discrètement mais ça n’est pas très efficace parce qu’ils sont sur mes talons, pour la première fois, je suis face au danger, seule, sans arme et proche. Terriblement proche. Le vent dans mon dos charrie leur odeur et ce n’est pas vraiment celle d’une rose… Je ne comprends pas pourquoi ils me talonnent, alors que John, mon ami du camp, m’avait dit qu’ils ne couraient pas. De toute évidence, ils le font, parce que je fonce à toute vitesse, la peur qui me noue les entrailles me donne des ailes, mais cette bande d’affamés me suit. J’arrive à vaguement les semer, mais il faut continuer à courir, malgré cette impression que j’ai de mourir, avec mes poumons en feu et mon cœur qui bat tellement vite qu’il n’est que douleur. Deux larmes perlent sur mes joues, j’ai affreusement mal au ventre, comme si on arrachait mon estomac. Mon bébé…

Déjà, il me faut repartir, ils ne sont pas loin et le bruit de ma course les remet en chasse. Tout aussi soudainement qu’ils sont apparus, le monde autour de moi disparaît. Ma tête heurte durement une surface horriblement solide et humide. Autour de moi, tout est néant. La chute a été tellement surprenante que je n’ai pas crié, mais assez violente pour m’assommer. Un sifflement dans mes oreilles assortis de la sensation d’être enfoncée dans la ouate m’indiquent que même s’il y avait une quelconque lumière, le choc m’a plongée dans une conscience relative, privée de mes sens, je peine à penser. Je roule difficilement sur mon dos et une lumière filtre de l’endroit où je suis tombée. Petit à petit, je sens sur ma peau la chaleur du soleil et mes yeux grands ouverts commencent à y voir plus net. J’ai chuté au travers d’une bouche dégoût, bêtement. Le problème, quand on commence à retrouver ses sensations, c’est qu’on les retrouve toutes. Toutes… La douleur débarque comme un coup de tonnerre, je sens du sang le long de ma tempe et j’ai comme l’impression qu’on m’enfonce une perceuse dans le cerveau. Mais ça va. Ça va parce que ce n’est pas le pire… Je me plie en deux, à bout de souffle, la douleur me donne la nausée, tout à l’heure, j’arrivais à décrire ce que l’effort donnait sur mon ventre, mais là c’est… c’est indescriptible. J’ai mal. C’est tout. Je pleure à chaudes larmes en me mordant les lèvres pour ne pas sangloter. J’ai l’impression de tout perdre, c’est pire que la sensation de mourir, je vis et je suis obligée de sentir mon bébé souffrir. Mon tout petit bébé… J’aurais été une mauvaise mère… Mais dans un élan d’espoir, je me dis que je dois bouger, mes sanglots même étouffés vont attirer les zombies. J’entreprends de ramper alors que la panique m’enserre un peu plus. Avancer, toujours avancer. C’est tout le temps la même histoire. Je n’ai pas fait le deuil de l’ancienne Maya que le monde s’écroule, puis ma vie, puis le campement où j’étais choyée, et maintenant, on veut me prendre mon bébé !

Je ne cesse de me répéter mentalement que tout va bien, que mon bébé va bien et que la chute m’a seulement faite paniquer. Le bourdonnement dans ma tête s’amplifie, il semblerait que je ne puisse marcher, alors je m’appuie sur les murs humides, je marche dans les égouts mais ça ne me dérange pas. Je me sens en sécurité dans le silence, je peux me concentrer sur le bruit de mon cœur, sur les signez imperceptibles de la vie qui tremble dans mon ventre. L’écho de pas me stoppe dans ma marche. Il fait assez sombre pour que je me cache dans la pénombre. Je glisse au sol avec soulagement, j’en profite pour inspirer longuement. Les pas ne sont pas trainants ou hésitants, ils me semblent normaux. Une nouvelle vague me secoue, la personne est probablement deux mètres devant moi, je gémis doucement, mais l’écho réverbère le son.

« S’il vous plaît… j’ai besoin d’aide… mon bébé… »

Je me sens sombrer à nouveau, j’entoure mon ventre avec mes bras, pose la tête contre la paroi et souffle doucement pour tenter d’apaiser la douleur. Je ne sais pas qui est cette personne devant moi, ni même si c’est réellement une personne et non un monstre, mais j’ai besoin d’aide immédiatement. Et de soin, aussi. De toute façon, je joue à pile ou face, mais perdre mon bébé à cause de cette chute ou perdre la vie à cause d’un zombie ou d’un humain malveillant, ça revient au même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Lun 23 Mai - 17:39
Je marchait doucement dans les fins fonds des égouts... J'avais énormément faim. très faim, je me dévorait de l’intérieur littéralement.

La seule chose que j'avais sur moi se trouvais dans le sac trouver sur un corps en chair décapité... Il ne s'était soit jamais transformé ou soit qu'il était mort de faim... dans les deux cas, sa mort m'avait permis de trouver un petit canif et une trousse de survie. Tout se qui pourrait mettre utile dans une apocalypse de zombie. Dire que j'étais censé trouver un remède pour sauvé la civilisation et pourtant j'étais coincé dans une trappe plein de...de...germes... Je déteste tout les saletés, mais fallait bien que je sorte me nourrir, sinon je vais mourir de faim.

Je marchais cherchant des restes de nourriture ou peut importe... j'avais faim, je n'avais pas grand resserve de nourriture en stock. 

Je marchais doucement. puis, j'entendis un son faible et léger appelle a l'aide. Qui s'étais? De la vie? une...une femme ? un...un bébé ? Je n'entendais pas le son d'un enfant ? Dans mon reste d'humanité j'essayait de trouver la provenance du gémissement de la femme. puis, je repérais avec difficulté le bon couloir. Je couru vers l'endroit aussi vite que je pu, comme si ma vie en dépendait. 

A mon grand étonnement, il y avait bien une femme, qui avait besoin d'aide. 

- Je... je peux vous aidez... laissez moi faire.


Je la pris sur mon bras pour l'emmener dans mon repère ou je m'étais installé temporairement. Je voulais l'aider.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
85/110  (85/110)
Barre de Faim:
20/0  (20/0)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 42
Age : 18
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Jeu 26 Mai - 16:23

Je me sens étouffée, emprisonnée par la pénombre ambiante. Je me noie, il faut que je respire ! Alors je m’accroche désespérément à ces bruits de pas, en imaginant qu’ils sont bel et bien humains. Il le faut, il me reste tant de choses  à faire ! Je veux… je veux… ma conscience me quitte à nouveau, la sensation du sang chaud qui dévale ma temps n’est plus si désagréable, au contraire, sa chaleur m’enveloppe. Une petite voix me dit que je dois résister à ce confort apparent, mais c’est si dur…

«  Je... je peux vous aider... laissez-moi faire. »

Je sursaute, il était bien humain ! Je tente de me redresser, il m’a vue je crois, il se dirige vers moi ! Je me tire de ma torpeur, tout mon être est tendu vers cette voix salvatrice. Il passe mon bras au-dessus de son épaule pour me soulever, je tente vainement d’alléger son fardeau mais mes genoux s’entrechoquent. D’une voix suppliante, je l’implore de me parler le temps de notre trajet. Je ne sais même pas où l’on va, ni combien de temps ça prendra, mais je sens mes forces me quitter à chaque pas, je manque de nous faire tomber tout le temps.

Nous débouchons sur une pièce, je perçois la lumière entre mes yeux mi-clos, il me laisse m’écrouler sur une chaise, la douleur dans mon ventre passe de continue à discontinue, j’ai l’impression qu’on entre et sort une broche de mon nombril. Je lâche un soupir profond, la force me manque pour examiner mon environnement, alors je préfère inspecter mon ventre et mon bas-ventre discrètement. Rien. Pas de sang. J’hésite, peut-être que c’est mental. Peut-être que je m’angoisse trop. Ou alors… si je perdais mon bébé ? A nouveau, cette idée me coupe le souffle. Je colle mes deux mains sur mon visage, je sanglote violemment pour finir par pleurer à chaudes larmes. La violence de mes pleurs me fait tomber à genoux, devant la chaise. Du sang séché s’émiette entre mes doigts qui creusent vainement ma peau pour y chercher le moindre réconfort. J’ai l’impression de devenir folle ! Pourquoi suis-je venue ici ?! Pour River ?! Pour satisfaire ma curiosité morbide ?!

Je m’effondre purement sur le sol humide de l’abri de mon sauveteur, en gémissant des excuses à qui veut bien les entendre, marmonnant des propos incohérents, taraudée tour à tour par la douleur, par le voile noir déposé par ma chute, par ma honte et par ma peur. J’aimerais que tout finisse, cette grossesse impossible, ce cauchemar atroce, ma vie. Tout.

Malgré tout, je finis par me calmer. Mon ventre me fait moins mal, de toute évidence, c’est mon crâne qui a pris le plus gros du choc, en témoigne la douleur lancinante et ma vision toujours troublée. Je ne suis pas sûre d’arriver à aligner deux mots tant mon esprit est embrumé. Je me redresse sur mon séant et approche ma main de l’endroit où j’ai le plus mal. Sur le côté droit de mon front, je sens ma peau s’ouvrir, je dois avoir une belle plaie. Il me faudrait de quoi désinfecter… ou bander… Pour mon ventre… je ne sais pas. L’image de Seth s’impose à mon esprit.

« Excusez-moi… je… est-ce que vous… je cherche le mot mais rien ne vient… un gros trou noir. Je commence à paniquer avant de me décider à continuer ma phrase sans ce fichu mot : désinfectant… et euh… je lui montre mon sac de grosses larmes de crocodile aux yeux. Des gazes… dedans… s’il vous plaît… »

[Lancé d'observation : 9 + 5 = 16 -> Réussite]

Je jette un coup d’œil, on dirait que c’est un laboratoire, je ne suis pas certaine de moi, mais je crois voir un étalage de fioles, alors je le pointe du doigt. J’espère que ça ne va pas déranger le jeune homme de me passer un peu d’alcool à 90°, je ne suis pas certaine de moi, mais je pense qu’il aurait mieux valu recoudre la plaie… Mais avec quoi ?
HRP:
 


Dernière édition par Alexis Dawson le Jeu 26 Mai - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1242
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Jeu 26 Mai - 16:23
Le membre 'Alexis Dawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 9
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Mer 1 Juin - 4:43
La ramenant dans mon petit repaire, bien salubre et qui maintenant commençait à légèrement s'imbiber de sang qui coulait délicatement de sa tempe, je savais que je n'allais pas me plaire dans cette situation des plus douteuses et des moins bénéfiques pour moi qui préfère largement être seule et subvenir à mes besoins personnels... quoi que j'avais déjà de la misère à le faire.. 

Elle semblait si paniquer, elle cherchait définitivement de ou sortait le sang... je ne voulais pas lui dire qu'elle s'était dangereusement déchiré le coté de la tempe.. Elle devait deja être assez sonner comme ça, je ne devait pas amplifier sa panique. Quoi qu'elle pleurait comme une jeune gamine... Je ne connaissais rien de son passer, ni son présent... en faite, je ne connaissais même pas son nom et son existence m'était cher... c'était quand même un des seules êtres vivants que j'avais croiser depuis un éternité... Quoi que je ne préfère pas en croiser...À pars peut-être le seul ami que je n'avais jamais eu... Trey... Et sa fessait un éternité que je ne l'avais pas vue... et puis, avec cette attaque de Zombie affamé, se n'était malheureusement pas mon but de commencer à être social et de chercher des amis... Sa ne l'as jamais été.  

J'entendis sa petite voix faible me demander secoure.. ahhh... elle parlait... Elle était en fin sortie de sa trans... ou peut être pas... Elle n'était pas vraiment lucide et je compris difficilement se qu'elle tentait de me faire comprendre... elle me pointa son sac... Décidément, cette jeune femme avait un équipement de base pou se soigner, mais avec l'ampleur de ces blessures, je décida de fouiller dans mon petit truc pour lui donner aussi un peut d'alcool à 90, pour bien désinfecter, je ne savais pas comment se microbe zombie s'infiltrait dans les morts et je ne voulais pas le savoir dans ces conditions !!!! Je pris un gaze et mit légèrement de l'alcool, puis l’appliqua sur sa tempe avec soin... Je voyais bien le malaise étrange qu'il s'était émisse dans l'air... Je pris, donc, les devants afin de connaitre un peu plus l'être humain qui se trouvait devant moi...


«  Bonjour... hum...personne encore vivante...désoler c'est un peu ridicule... » Non c'était pas claire.. donc, je pris une grande respiration, allez se n'étais pas normal que sa soit si dur de parler... Je pris une grande inspiration et repris... « ..désoler, je reprend...Bonjour mademoiselle, je me nomme Logan, ancien scientifique a votre service et vous vous nommez ?  » J'essayais de la faire légèrement rire... quoi qu'avec ma maladresse, si elle riait c'était clairement de moi et non avec moi.. puis, me relevant la laissant elle même tenir le petit bout de tissu, je me cogna la tête... au moins aucune égratignure !!! J'ai juste vraiment honte... et j'attendais avec impuissance voir si elle allait continuer à me parler... qui sait... je fessais peut être trop pitié ? 
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
85/110  (85/110)
Barre de Faim:
20/0  (20/0)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 42
Age : 18
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Mer 1 Juin - 16:22

Les premières notes d’El Silencio de Beethoven de Ernesto Cortazar résonnent en moi, les longs traits vibrent sans fin dans ma tête, la musique se fait discordante, déchirante. N’y t’il donc rien pour sauver ce pauvre piano ? Les notes chutent à la vitesse de mes larmes sur ma peau. Les mots s’effilochent sur mes lèvres, dans la brume de mon cerveau ils dansent mais m’échappent résolument. Par chance, le jeune homme me comprend, il saisit ce dont j’ai besoin et pousse la sympathie jusqu’à m’appliquer la compresse sur le visage. Conçu pour créer des réactions chimiques, et non pour soigner, il m’inflige une nouvelle douleur qui perce sans mal le voile du choc. Je m’apprête, par reflexe, à labourer de mes ongles sa main, mais j’arrive à stopper mon geste. J’avais eu de la chance en rencontrant un humain bienveillant dans ces conditions, il ne fallait pas en plus tenter le diable en l’agressant.

J’essaie de prendre de grandes inspirations pour chasser la douleur, mais rien n’y fait, j’ai deux piques qui s’enfoncent conjointement dans le ventre et dans la tête. Je ne saisis pas son speech, excepté sa fin, il finit sur une note plus aigüe… une question. Mais laquelle ? J’essaie de connecter mes synapses mais… la question se transforme en écho dans mon crâne, elle rebondit et s’amplifie… Je crois comprendre le sens maintenant…

« Je m’appelle… »

Je crois bien que mes mots deviennent solides, ils se figent en suspens entre lui et moi, j’ai six lettres sur le bout de la langue… six… mon nom… mais impossible, cela m’échappe… c’est si frustrant ! J’essaie, je bafoue, je bégaie, mais rien ne sort… Un long gémissement m’échappe, encore un… je regarde le type avec désespoir… Il ne saurait pas m’aider, il n’est pas médecin, mais scientifique ! Si seulement Seth était là, il m’aurait soignée, m’aurait dit que tout irait bien ! Si je n’étais pas venue ici, quelle imbécile j’ai été de vouloir chercher mes amis dans cet enfer ! Je me sens fiévreuse, comme si ma colère retenue me montait à la tête…

Quand il lâche la compresse, je l’attrape pour continuer à désinfecter le tout, mais ma tête se met à tourner et sans autre forme de procès, je sombre dans un état proche du coma.

--------

Le réveil n’est pas agréable. J’ai l’impression d’avoir trop bu et d’avoir demandé à une troupe d’éléphants de me piétiner. J’ouvre un œil d’abord, il me semble qu’il n’y a pas de zombies dans le coin, alors j’ouvre le deuxième. Il y a un type, trois ou quatre mètres devant. Je ne le situe pas tout de suite, et en survivante naïve, je ne m’empresse pas de m’armer pour l’assommer. Non, je décide plutôt de m’examiner. A mesure que je m’y emploie, je me remémore ma chute et mon sauvetage. Je ne crois plus avoir mal au ventre, c’est assez cool parce que je me dis que mon bébé doit aller bien, s’il ne me fait pas mal… Je m’assois pour me donner un peu de hauteur, ma tête est dans un état déplorable, j’attrape la compresse qui a du tomber à mon réveil et entreprend de nettoyer la plaie, ce qui n’est pas des plus agréables.

[Jet médecine : 20 + 2 = 24]

« Excusez-moi… combien de temps j’ai… dormis ? »

Je me souviens de tout, même de la question, alors je reprends, tout en grimaçant à cause du désinfectant : « Je m’appelle Alexis Dawson… je suis tombée dans les égouts et… je suis enceinte… j’ai peur pour mon bébé », je renifle un coup, papillonne des yeux pour ne pas fondre à nouveau en larmes et m’excuse platement : « désolée… les hormones… », je hausses les épaules, impuissante à ces réactions hormonales.

« Je suis navrée de vous avoir importuné… je vais repartir… Merci de votre aide »

Je me lève, mais mes jambes sont encore chancelantes… je me mets à le supplier mentalement à coup de « permets moi de rester, sinon je crois que je vais mourir »… Je me lève, un magnifique bandage sur la tête, couvrant efficacement ma plaie bien nettoyée, ce n'est pas une guérison totale, mais je crois que ça m'évitera une mort prochaine par infection.


Dernière édition par Alexis Dawson le Mer 1 Juin - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1242
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Mer 1 Juin - 16:22
Le membre 'Alexis Dawson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 20
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Lun 6 Juin - 7:34
Sans même qu'elle puisse parler plus de deux mots, je peux largement constater que son état n'est décidément pas génial. En faite, c'était plus qu'une évidence. Je ne pouvais pas la laisser partir... de tout façon, âpres qu'elle aille tenter de nouveau avec maladresse de me réponde elle perdit connaissance.. génial! Je devais surement trouver de la nourriture afin que tout deux survivons.. au moins javais réussi a faire purifier de l'eau des égouts en la fessant brûler et inspectant les bactéries contenue avec un béchers tremplin afin de m'assuré qu'elle était potable. Une chose de bien pour qu'elle puisse se réhydraté a son réveille... si elle se réveille ? Je pris son poud... Parfait une chose de sur elle est bien en vie.. puis des que je le pu, je me nettoyais énergétiquement les mains... Des germes...des germes... et encore des foutus germes qui ne veulent pas partir.. Sa en devient maladif.. c'est bien pour sa que mes mains sont aussi magané, avec l'eau chaude et a les frottés jusqu’à en arracher de la peau... au moins elles étaient propres après.  

Après deux heures à vérifier constamment son poud et sa respiration fessant dans le même temps refroidir l'eau accumuler je scrutait les chemins que j'avais déjà parcouru des égouts et inscrits sur un vieux carton que j'avais ramasser et mon bon vieux crayon de job... en fait, ancien travail, comme dans cette air remplie de zombie, je ne peux mis rendre. En fait, si, mais se n'est pas conseiller.. Avec le tampon remplie d'alcool, je désinfecta ses mains. Juste aux cas ou elle aurait amener des bactéries, je les extermineraient tous ! 

Puis, après trois longues heurs ou elle s'était évanouie, elle ouvrit les yeux.. Je gardais une certaine distance, car son choque pourrait là rendre incohérente et je ne préfère pas me retrouver vers elle... surtout si elle décide de m'attaquer. Avec moi mince et petit gabarie, pas très imposant, j'étais sur que cette gamine pourrait bien m'arracher une main.. ou pire. puis, quand elle prit de la sécurité, je pu constater qu'elle fessait elle même la suite des choses pour désinfecter sa plait... une chance, je n'aurais pas à me désinfecter les mains de nouveau. Après un certain moment elle me répondit laissant glisser son nom dans l'air comme une libération.. Alexis... très beau nom, simple et facile à retenir... Puis, j'entendis autre chose qui me perturba au plus haut point... elle... elle est enceinte !?! C'est tellement le pire moment et le pire endroit pour être enceinte... Au moins, avec mon doctorat, je pouvais vérifier si son bébé était correcte seulement en touchant le bas de son ventre, mais est se que sa me tentais de toucher.. Qui sait... peut être que...  



«  Hum... vous êtes enceintes depuis quand ? J'ai mon doctorat, en faite, le de base. Je pourrais vérifier si votre chute n'a pas affecter votre...bébé?  »  




Je ne savais pas comment demander sa surtout à une inconnu qui pourrait être un obstacle monumental pour ma survie. Puis, je réalisa qu'elle voulait déjà partir, mais il en était totalement hors de question vue son état. 



«  Hum... et je vous déconseille fortement de faire de grand mouvement, surtout avec votre cou sur la tête, rester au moins deux jours et si vous voulez partir par la suite sa sera votre choix...  »  


J'avais parler plus en cette journée que tout aux longs de ma carrière, quoi que je ne parlais justement jamais à personne.. Sauf a Raylee... et sa fait une éternité... il me manque... Je ne savais pas ce qu'elle allait en pensé, mais peut importe sa décisions aux moins j'aurais eu de la conversation. 
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
85/110  (85/110)
Barre de Faim:
20/0  (20/0)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 42
Age : 18
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Mer 20 Juil - 17:19
Un jour, j'avais souhaité changer le monde. Que tout disparaisse, mais j'imaginais un monde meilleur, sans maladies, sans faiblesses, sans pauvreté, sans tristesse. L'ordre actuel avait effectivement disparu, mais le nouveau était pire. Ma mère me disait, petite, de faire attention à ce que je souhaitais, particulièrement à propos de vouloir un dragon apprivoisé (qui risquait de me gober), je crois qu'elle avait raison. Bien sûr, rien de ce qui ne se passait était de ma faute (sauf le bébé, ça c'était 50-50 entre River et moi), mais voilà, j'avais souhaité tout casser, et tout s'était cassé, et visiblement, le monde ne voulait pas se réparer. 
Je restais rêveuse, en pensant à cette leçon que la vie m'avait donné, que j'allais devoir transmettre à mon enfant, comme toutes les leçons que j'ai apprises. J'imaginais son éducation avec tendresse, même si j'espérais ce bébé, je ne m'attendais pas à le porter en pleine fin du monde. Le jeune homme attendait une réponse, il était médecin, enfin, je crois. Parce qu'un doctorat, ça pouvait porter sur n'importe quoi, mais vu mon état et la nécessité que j'avais de voir un médecin, je devais lui faire confiance. 
"Vous le pouvez ? Vraiment ? Je... je ne sais comment vous remercier, je... je n'ai rien."
Rien de valeur, si ce n'est ma nourriture et ce bébé. L'argent n'avait plus cours, ici, ni l'or ni rien. Sauf les armes, les denrées alimentaires et les médicaments. Je pouvais lui donner cette fichue pioche qui m'était tombée dessus. Mais j'avais besoin de la nourriture, pour mon bébé précisément. Je me fis la réflexion qu'il pouvait désirer de la chaire, ma chaire, mais... le jeune homme avait l'air aussi honnête que timide, alors... 
"Je suis enceinte depuis... hm, trois mois. Je l'ai appris il y a quelques semaines..."
Je tais le récit de cette découverte, en plein camp militaire, lors d'une inspection pour savoir si j'étais ou non contaminée, avec Seth. La joie, puis la panique, l'espoir, le désir... ç'avait été un moment étrange mais heureux. Peut-être trop personnel pour le partager avec un autre que le père de cet enfant... Si Logan me le demandait, je lui raconterais, je lui dois bien ça. 
"Alors je vais profiter de votre hospitalité, je vous remercie infiniment de m'aider comme ça... je sais que je suis un fardeau pour vous, surtout, s'il arrive quoique ce soit, laissez-moi et partez !"
Ça vient du cœur, ce jeune homme semble plancher sur un médicament, un vaccin, un truc qui pourrait aider l'humanité, ça se voit à tous ses ustensiles, mais moi, je ne suis qu'une pianiste, enceinte qui plus-est. La survie, c'est une priorité, la culture vient ensuite...
Je dois quand même lui poser deux questions : "Hm... désolée mais... quel est votre nom ? Je me sens rougir bêtement, et... euh... vous allez euh... m’ausculter comment ?J'imagine déjà l'examen gynécologique, je rougis violemment en l'imaginant tout gêné et moi plus encore. Est-ce qu'il ne pourrait pas m'annoncer qu'il a une vue bionique qui lui permet de voir dans mon ventre si bébé-River va bien ? Non ? Je ferme les yeux, la vue noircie par un vertige, je ne sais pas ce que je ferais s'il m'annonce que le bébé est mort. Qu'il va mal. Qu'il souffre. Et si je devais avorter ? Qu'est-ce qui pourrait bien me tenir en vie ensuite ? Comment faire face à River après une telle trahison ? J'ai été la pire amie du monde, en envoyant ma tendre Maya en enfer, la pire fille du monde, en abandonnant ma mère pour aller à mon tour en enfer, la pire mère et la pire compagne du monde, en laissant mourir l'enfant de mon amant. Je soupire, je sens que le tournant de ma vie est là. Il s'avance à vive allure vers moi, et je ne sais pas si je vais me prendre le mur ou tourner en beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: [Mai 2025] Once you start falling, there's no end to it ~ft Logan   
Aujourd'hui à 9:34
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» ▬ La mythologie de Falling Angels
» start again, le 26/01/2012 à 1h05
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» ✣ take me back to the start (meltala)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: Mai 2025-