Nous sommes en Octobre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !
Joyeuses fêtes à tous !
Tout le Staff vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Manger comme des gros, buvez avec modération (hinhinhin) et faîtes des bisous à votre tante sexy pour nous ! <3

 J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]
Reiiko A. Jäger
Femme à tout faire & mascotte
avatar
Survival Coins : 329
Age : 19
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'

Fiche perso
Santé:
79/117  (79/117)
Faim:
75/100  (75/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Mer 8 Fév - 17:36
Mercredi 15 octobre 2025, 7h33



Je chausse mes lourdes rangers par-dessus une paire de chaussettes épaisses. C’est Max qui a eu l’idée d’en ramener pour moi, alors que commençait la saison froide. Sur la côte ouest, le temps est froid et sec habituellement, mais depuis hier il tombait sur Oakland une pluie assommante et déprimante. Tout le monde dort, Max récupère de ses patrouilles dans le dortoir masculin, je ne le verrais pas avant ce soir, et le reste du baraquement profite allégrement d’avoir le droit de rester au chaud. A côté de moi, le lit d’Alexis est vide, elle a encore du rester au calme dans l’infirmerie, profitant du retour de River.  Je n’ai jamais fait le lien entre l’homme qu’elle a pourchassé au travers de la ville ravagée et mon mentor.

Je rabats ma capuche sur mon crâne, j’enfile un ciré d’un jaune criard, récupéré dans ma maison vide. Je l’admets, il m’a fallu des mois pour me mettre à chercher ce qu’il restait de ma famille, mais il n’y avait personne et fort heureusement aucun cadavre. J’ai pris ce que j’ai pu, ce qui comptait, des photos de nous tous, des habits, ce qui pouvait me rappeler qu’il y avait eu des jours paisibles. La pluie fait un boucan terrible contre le plastique du coupe-vent, je file sans demander mon reste à l’armurerie. Le grand Joe me demande, en baillant, où je vais. Je suis contente de ne pas avoir à chercher la sentinelle du camp, c’est du temps de gagné. Je lui donne ma feuille de route avec précision. Je suis la seule ravitailleur à devoir le faire, mais Sara, au vu de mon jeune âge, y a tenu.

Une fois équipée, je sors du camp en sautant dans les flaques de boue. A cette heure-ci et avec la pluie, je crois bien me souvenir que les zombies préfèrent ne pas trop se mouvoir, des fois que la chute des gouttes d’eau fasse tomber un de leur membre. Je me dirige vers Yowza Center chargée d’un katana, d’un bouclier et d’un sac à dos pour l’instant vide.

7h56



Par chance, les portes en verre du complexe sont pour la plus part brisées, y pénétrer n’est pas un souci. J’admire un instant la bâtisse moderne, il y a plusieurs étages dissymétriques avec de nombreuses terrasses de restaurants aujourd’hui clos. Je consulte le plan de centre commercial et repère tous les endroits susceptibles de renfermer des produits alimentaires congelés ou lyophilisés. Le plus proche de moi est un Macdo, mais j’y entends des grognements alors je préfère laisser cette visite à d’autres gens. A l’aide d’une bombe de couleur rouge donnée par Joe, je tague l’entrée d’un grand point d’exclamation dans un triangle.

Pour lui suivant, il s’agit d’un magasin de yogourt glacés, j’espère y trouver des fruits congelés et des bonbons, ça ferait bien plaisir à Alexander, le cuistot. Sachant les alarmes désactivées, j’enfonce mon katana droit dans le boitier à code qui me barre l’entrée à la pièce frigorifique. Un petit claquement m’informe que j’ai tout cassé avec succès. Je dessine une croix sur le mur, histoire d’indiquer qu’ici, c’est vide, et puis j’entre, dans le noir complet.

FOUILLE : +/-3 obs = conserve

J'attrape ce qui traîne, malheureusement, il n'y a qu'une lampe torche et une triste conserve. Je sors de la pièce sombre et j'ai le mauvais réflexe de donner un coup de pied dans un truc vide qui se permet d'aller rouler en faisant un maximum de bruit. Je ne sais pas si mes oreilles sont devenues sensibles ou si j'ai fait un barouf de fou, mais me voilà en pleine panique alors je file vers la sortie. Sauf que voilà, je suis attendue. Je fonce dans l'autre sens, dans le but de rejoindre les terrasses. A présent, je les entends, ils me suivent en râlant pour certains, pour d'autres en courant. Des infectés. Merde.

_________________
Avatar réalisé par Maximilian Carlton / Dayaxa
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 24

Fiche perso
Santé:
100/100  (100/100)
Faim:
0/0  (0/0)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Mer 8 Fév - 19:28
Petit à petit, je commence à ouvrir mes yeux. Le son des gouttelettes d'eau qui s'éclatent sur la vitre me réveille. Je regarde autour de moi sans bouger. Tout était comme hier soir, ma bouteille de whisky n'était toujours pas entamé et mon sac était bien fermé. Je me lève lentement sans faire trop de bruit au cas ou des survivants ne seraient pas très loin. Sérieusement, c'était débile de quitter la base militaire. Là-bas, j'aurai pu avoir pleins d'armes, des véhicules et un endroit où vivre en toute sécurité. Mais non, comme arme j'ai une statuette d'un NENUFAR ! de chat, j'ai presque rien pour me nourrir et je reste dans le grenier d'une maison. Mais cela pouvait sûrement être pire, il me restait mes bras et mes jambes, c'est le principal.

Je me dirige vers mon sac qui est posé sur une petite table. Je l'ouvre et y range ma bouteille de whisky. J'avais tellement envie de boire un coup mais, je devais garder pour les grandes occasions. Après l'avoir rangé, je le ferme et le place derrière mon dos. Il était un peu lourd à cause du poids de la statuette. Je marche pas à pas vers la trappe pour pouvoir sortir. Je l'ouvre lentement mais, malgré tout on l'entend grincer. Gros blanc. Visiblement il n'y avait personne, je saute pour atterrir sur mes pieds et mes deux mains. Je ne bouge plus et regarde autour de moi. Il n'y avait vraiment personne. Je me dirige vers la porte d'entrée et l'ouvre d'un coup sec. Le bruit les avaient attirés. Je fonçais droit devant moi pour ne plus revoir ces créatures.

Après un bout de temps, j'étais essoufflé. Je me trouvais près d'un Macdo. Ça faisait tellement longtemps que j'y étais pas allé quand j'y pense. Je vais voir ce que je peux trouver à l'intérieur, lorsqu'un signe signifiant « attention » se trouve à l'entrée. On pouvait entendre effectivement des bruits de ces choses répugnantes à l'intérieur. Je place ma main sur le signe.

- La peinture est encore fraîche.. En disant cela j'essuie ma main contre le mur.

Soudain, un bruit attire mon attention. C'était sûrement quelqu'un qui avait tapé dans une canette. J'aurais aimé aller voir qui avait fait ça mais, les infectés avaient tous rappliqué. Je me déplace vers un magasin qui se trouve un peu plus loin. Mais j'avais vu la personne qui avait causé tout ce boucan. C'était une gamine. Elle était tout de suite retourner à l'intérieur. Elle allait se faire encerclé et crever s'ils continuaient à venir. Je sorti rapidement la statuette qui était dans mon sac et je cogne alors la statue sur un objet en métal. Voyant que certain infecté s'était tourné vers moi, je continuais à la cogner à plusieurs reprises pour les attirer.

- Chair gratuite ! Venez aller !

Je faisais un maximum de bruit pour en attirer une grande partie, le reste dépendra d'elle. Je lui avais laissé plus de temps pour qu'elle puisse être en sécurité. Ensuite, je devais monter en hauteur à mon tour pour être en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Reiiko A. Jäger
Femme à tout faire & mascotte
avatar
Survival Coins : 329
Age : 19
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'

Fiche perso
Santé:
79/117  (79/117)
Faim:
75/100  (75/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Sam 11 Fév - 18:37
Je fais demi-tour sur mes talons, dans mon dos j'entends leurs râlements et le son de ceux qui courent. Mais aussi, étonnamment, une voix humaine, à la fois familière et très lointaine. Lointaine comme un vieux souvenir collé à notre cerveau comme un chewing-gum à mes pompes. Mais pas le temps de me retourner pour voir ce qui se passe, ou bien qui a fait assez de bruit pour détourner une partie de la horde de ma fuite. Je file aux anciens escalators dans l'espoir de rejoindre un sas de secours et pénétrer dans le faux plafond du centre pour sauver à mon tour mon sauveur. C'est Henry qui m'a appris cette filouterie, sauf qu'il n'avait pas prévu que je m'en serve non pas pour me cacher mais pour aller aider quelqu'un alors que je suis moi-même déjà bien en peine. Mais tant pis, cette apocalypse c'est une vraie école de la vie !

Je fonce comme une damnée vers les escaliers et les grimpe quatre par quatre, ralentie par mon bouclier. Le premier zombie qui passe se prend un coup de bouclier dans la mâchoire, par chance ça le fait tomber en arrière et j'ai le temps de foncer vers la première porte que je vois avec marqué "issue de secours". Je m'écroule contre la poignée pour peser de tout mon poids en priant qu'elle s'ouvre. Je sais que les zombies vont s'entasser contre jusqu'à ce qu'elle s'ouvre pour eux, alors il faut que je me dépêche. Un signe jaune avec un éclair rouge attire mon regard, sans autre forme de procès j'enfonce la porte à coup de katana dans la serrure. Je ferme derrière moi, tant pis si je m'enferme avec un ou deux zombies, ça vaudra mieux que les infectés ! Je bloque tant bien que mal la poignée avec une chaise, en espérant que ça marche comme dans les films.

La pièce est éclairée par une lumière verte, il y a une armoire électrique comme prévue et une salle de surveillance. Je tombe assise sur ma chaise verrou le temps de reprendre mon souffle. Il est clair que si je ne trouve pas de trappe, je suis prisonnière à jamais, coincée entre mourir de faim et me jeter dans les bras des zombies. Par chance, il y en a bien une, je manque de me prendre les pieds dedans en la cherchant. Je soulève le battant avec difficulté et le laisse retomber une fois que je me suis glissée dans le faux-plafond, juste assez tôt pour voir cette bande de saletés défoncer la porte. Je rampe tant bien que mal entre les câbles et autres tuyaux, n'allume ma lampe que pour la voir s'éteindre faute de piles et finit par enfin m'habituer au noir intense qui règne ici, entrecoupé de rares lumières de sécurité. Je finis par distinguer une forme humanoïde au comportement éloigné du zombie. Sans arriver à voir son visage, je décide de le héler, confiante. Après tout, il ne m'aurait pas sauvée si ses intentions étaient mauvaises, non ?

"Hey, vous là... j'essaie de murmurer juste assez fort pour qu'il m'entende, venez, il faut trouver la sortie pour les terrasses !"

Il y a un genre de couloir dans ce faux-plafond, je devine qu'en suivant les lumières et les endroits où il y a assez de place pour marcher à quatre patte, on doit déboucher sur une trappe de sortie.

[Observation : 3 + 12 = réussite totale like a boss]

Je saute de joie quand je trouve une trappe, je crois d'ailleurs en collant mon oreille contre qu'il n'y a aucun bruit, mais un air frais passe au travers des interstices. Je la soulève en grognant, elle pèse une tonne. Une grande bouffée d'air frais plus tard, je saute sur le sol de la terrasse vide. je devine que nous sommes à l'arrière du centre, sur une terrasse de service. En effet, il y a une échelle de secours, elle doit donner sur une ruelle de livraison. Enfin, j'espère...

"Merci pour tout à l'heure ! Je me retourne et sursaute... ce visage... je le connais ! Vous êtes... mh... qui vous-êtes ?!"

Aucune idée, je suis sûre de l'avoir vu chez mes parents mais... j'étais jeune, trop jeune pour me souvenir d'autre chose que mes parties de jeu endiablées dans les pattes des adultes.

_________________
Avatar réalisé par Maximilian Carlton / Dayaxa


Dernière édition par Reiiko A. Jäger le Sam 11 Fév - 18:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 1306
Age : 37

Fiche perso
Santé:
200/200  (200/200)
Faim:
100/100  (100/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Sam 11 Fév - 18:37
Le membre 'Reiiko A. Jäger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 12
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 24

Fiche perso
Santé:
100/100  (100/100)
Faim:
0/0  (0/0)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Mar 14 Fév - 1:44
J'étais fier de moi. Mon plan avait fonctionné mais, le seul problème c'est que je devais trouver un moyen de fuir. Je m'étais mis tout seul dans le pétrin en voulant sauver l'autre survivante. Je m'étonnais moi même étonné de ce geste. Peut-être que ma folie était passée et que j'étais devenu normal. Je me dirige vers le passage que les zombies avaient laissé avant de m'encercler. Ils étaient nombreux et je me voyais mal les frapper un par un avec ma statue de chat. D'ailleurs c'est plus un objet de décoration qu'une arme..
Je décide de rejoindre la personne que j'avais aidé en passant par un autre chemin que celui qu'elle avait emprunté. Je me retrouve dans une pièce sombre. Je n'y vois presque rien mis à part les quelques lumières de sécurité présente dans la pièce.

- Hey vous là...

Je tourne ma tête en direction des murmures et aperçoit une silhouette humaine. C'était la survivante.

- venez, il faut trouver la sortie pour les terrasses !

Pas à pas je m'approche d'elle. J'essaye de voir à quoi elle ressemble mais sans succès. Il fait bien trop sombre. Je l'entends bouger, elle essaye d'ouvrir une trappe. Alors que j'allais l'aider, elle l'avait déjà ouverte. Je me contente dans ce cas de la suivre. Après qu'elle ait sauté, je saute à mon tour. Je regarde les alentours d'un rapide coup d’œil afin d'être sûr que l'on soit seuls.

Après m'avoir remercier je me contente de dire que ce n'est rien. Après tout je n'avais fais que mon devoir. Une fois qu'elle s'est retournée, je ressentais un sentiment de déjà vu. Je la connaissais, c'était la pile électrique ambulante que je voyais souvent lorsque j'étais avec ses parents. Je ne pensais pas trouver quelqu'un que je connaissais de ma vie avant maintenant. Apparemment elle ne se souvenait plus de moi, ou vaguement. C'était drôle de voir sa réaction.

- C'est moi, Alex. Alexander Thompson.. Tu es.. Reiiko, c'est ça ?

Je la regardais de haut en bas. C'était tellement étrange de la voir. Moi qui pensait qu'il n'y aurait que des brutes et des morts. Sérieusement.. j'avais de la chance. Peut-être qu'elle n'est pas seule, il y a sûrement des bonnes personnes ou des proches qu'elle connaît.

- Dis moi, tes parents sont avec toi ? Tu as des personnes avec qui tu peux faire confiance ?

J'avais peur de la faire fuir. Elle devait être confuse de me voir, et j'avais l'impression de la harceler de question. J'espère qu'elle me reconnaîtra, cela lui fera une personne de plus sur qui compter. Et à moi, une personne à protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Reiiko A. Jäger
Femme à tout faire & mascotte
avatar
Survival Coins : 329
Age : 19
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'

Fiche perso
Santé:
79/117  (79/117)
Faim:
75/100  (75/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Mer 15 Fév - 13:07
« C'est moi, Alex. Alexander Thompson… Tu es… Reiiko, c'est ça ? »

Alex… Alex… mh… Ah oui ! Le copain de mes parents, un militaire ! Je m’en souviens maintenant, c’était probablement mon premier amour, avec son treillis et ses cheveux courts. Je dois avouer qu’il a bien vieilli, je crois qu’il accuse le coup d’années de service et de quelques mois en enfer. D’ailleurs je n’ai pas le temps de lui demander comment il va car il me pose une nouvelle question plus… épineuse. Je me frotte le bras gauche avec ma main, de manière presque compulsive. Ça fait partie des habitudes que j’ai prises depuis février… enfin… des TOC.

« Non, euh… Je ne les ai pas trouvés à la maison et Keiran… Keiran est mort. »

Le simple souvenir de cette disparition aussi violente qu’imprévue me fait baisser les yeux, la gorge serrée. Le traumatisme m’avait laissée d’abord surprise et très détachée, comme si rien n’était arrivé. Et puis Max avait vite joué le rôle de branche et de substitut. Et le savoir s’éloigner pour Henry et Finley avait réveillé mes cauchemars. Heureusement, ils ont tous plus ou moins compris qu’il nous fallait à tous du temps pour éloigner les morts… Et puis… et puis on a trouvé Humanity Camp mais sans Finley. Et toutes ces personnes je crois bien qu’elles pourraient aider Alexander…

« Actuellement, on est tous ensembles dans un camp, je vais te le montrer ! »

Sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit, j’agrippe l’échelle de secours et la descend avec prudence.

[Observation : 3 + 16 = God bless me]

Je jette un œil aux alentours en attendant qu’Alex finisse de descendre. Je ne vois pas de zombie aux alentours, alors je me décide à lui expliquer un peu qui nous sommes tout en chuchotant : « J’ai rencontré Max un peu après… Après Keiran… On a passé un peu de temps loin de la ville avec deux autres gens et on a fini par rejoindre un camp de survivants. Je vais te montrer, si tu veux ! »

J’omets la rencontre puis la disparition de Finley et puis l’autoritarisme d’un des chefs du camp, il le découvrira bien assez tôt. De toute façon, il me semble bien que pour survivre il faut s’entourer et moi je préfère m’entourer de gens civilisés. Je ne lui parle pas non plus des autres groupes, déjà parce que je ne suis pas certaine de l’existence d’un groupe qui aurait pu kidnapper Finley et parce que j’ai vaguement eut vent du fonctionnement des Grunts et ils n’ont pas l’air recommandables.

« Et toi ? Comment tu as passé ton temps ? »

_________________
Avatar réalisé par Maximilian Carlton / Dayaxa


Dernière édition par Reiiko A. Jäger le Mer 15 Fév - 13:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 1306
Age : 37

Fiche perso
Santé:
200/200  (200/200)
Faim:
100/100  (100/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Mer 15 Fév - 13:07
Le membre 'Reiiko A. Jäger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 14
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 24

Fiche perso
Santé:
100/100  (100/100)
Faim:
0/0  (0/0)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Ven 17 Fév - 21:53
- Non, euh… Je ne les ai pas trouvés à la maison et Keiran… Keiran est mort.

Si elle n'avait pas trouvé ses parents c'est qu'ils étaient morts. Mais comment lui dire ça ? Déjà je passerai pour un con et ensuite elle allait être triste. Mais si je lui dis qu'elle les retrouvera c'est inutile puisque c'est lui donner de faux espoirs. Il ne restait plus qu'à croire qu'ils étaient en train de survivre. Même si je ne crois que ce que je vois. En plus, Keiran était mort. Elle a dû souffrir. Et tout ça la faute à ce monde de merde ! Mais si elle a survécu c'est qu'elle n'est pas seule. Elle a sûrement été avec d'autres survivants, un groupe ou bien une communauté. Mais le principal c'est qu'elle soit toujours là.

- Actuellement, on est tous ensembles dans un camp, je vais te le montrer

"On" ? Finalement elle avait bien trouvé un groupe. Cela me rassurait d'un côté mais, je devais savoir si elle est avec de bonnes personnes. Mais je n'ai pas eu le temps de lui poser la question qu'elle commence déjà à descendre. Je descends à mon tour et regarde d'un rapide coup d’œil les alentours. Aucun morts-vivants.

Au final elle m'explique ce que je voulais savoir. Ils avaient l'air d'être sympas avec elle et heureusement. Mais le problème c'était moi. Est-ce que j'étais digne de confiance ? Après tout je ne suis pas très net. J'ai fais des choses horribles mais, s'il fallait le refaire, je le referai.

-  Et toi ? Comment tu as passé ton temps ?

Avant de lui répondre je mets un peu de temps. Je ne savais pas vraiment quoi lui dire. Soit je mentais, soit je disais la vérité. Pour qu'elle me fasse confiance, je devais lui dire la vérité.

- Au début, j'ai eu du mal à survivre. Les vivres n'étaient pas assez courants et les armes encore moins. Puis un jour, j'ai rencontré un groupe de survivant. Ils avaient de quoi se nourrir pendant très longtemps et des armes. Du coup au lieu de les rejoindre j'ai décidé de les voler. J'ai remplis mon sac de bouffe et eau puis j'ai voulu prendre un fusil. Mais une femme du groupe m'a surpris.. Je lui ai donc tiré dessus et je me suis enfuis en laissant l'arme. J'avais paniqué à ce moment là. Je sais que c'est mal mais, c'était plus fort que moi. Depuis, ils sont à ma recherche. Je pense que j'ai réussis à les semer vu que je ne les ait plus revus. Donc ça m'a assez occupé de fuir, trouver un abri différent pour chaque nuit, me lever tôt pour partir.

Je la regarde droit dans les yeux. Je ne savais pas si elle avait confiance en moi à présent. J'étais égoïste de n'avoir pensé à moi qu'à ce moment là. Peut-être qu'elle allait changé d'avis pour ce qui est du groupe. Ou alors elle pourrait vouloir me laisser aux zombies dehors. Je ne savais pas comment elle allait réagir honnêtement. Mais qui sait elle me comprendra sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
Reiiko A. Jäger
Femme à tout faire & mascotte
avatar
Survival Coins : 329
Age : 19
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'

Fiche perso
Santé:
79/117  (79/117)
Faim:
75/100  (75/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Lun 27 Fév - 12:54
Péniblement, les images fugaces de mon enfance me reviennent. On ne s'est pas vus souvent, mais je me souviens d'un homme assez gentil, agréable et qui ne rechignait jamais lorsque je suppliais pour qu'on joue avec moi. J'écoute son histoire appuyée contre le mur. Je ressens le besoin de m'appuyer quelque part pour ne pas déchanter. J'ai soudainement peur, peur parce que pour la première fois, je me rends compte que tout le monde n'a pas vécu la fin du monde comme moi, tout le monde n'a pas fait comme Henry en essayant au mieux de faire le bien, pour la première fois, ma petite bulle d'humanité éclate. Les Hommes sont des monstres.

Je me passe machinalement deux fois la main gauche dans les cheveux et une fois la droite pour ébouriffer à nouveau ma chevelure rejetée en arrière. C'est avec peine que j'encaisse cette histoire, je sens que je suis au carrefour de quelque chose d'important. Soit je ferme les yeux, inspire un grand coup et croit en l'humanité soit je plante ce NENUFAR ! de tueur là et retourne fissa dans le Camp. Je sais que je suis incapable de lui faire le moindre mal, je n'ai jamais fait de mal à un survivant, d'accord j'ai mon lot de morts sur le dos, de gens qui sont morts à cause de moi, pour moi, ou parce que je les ai laissés à la mort. Et au final, est-ce que je ne serais pas pire que lui ? Quand j'ai sacrifié mon propre frère, quand j'ai profité du kidnapping de Finley pour fuir, quand... je me frotte furieusement le bras, comme si j'allais réussir à faire sortir cette part sombre en moi qui me terrifie. Si je le laisse dehors, il pourrait mourir. Si je le mène aux miens, il pourrait nous faire du mal.

"Ça n'a pas été facile, hein ? Je lui dit ça de la façon la plus neutre possible, même si ma voix semble étranglée, je crois que ça passe. Qu'est-ce que tu comptes faire ensuite ?"

J'ai besoin de savoir s'il compte se tirer avec ce que nous, les Ravitailleurs, ramenons au péril de nos vies, s'il compte nous tirer dans le dos, s'il compte faire du mal à mes amis, mes alliés, ma famille. Mais je ne sais pas comment amener le sujet, je me connais, de toute façon ce sera rude, mal formulé et trop abrupte.

"Qu'est-ce que tu comptes faire ? Rejoindre mon camp ? Mais pourquoi faire ? Nous piller ?"

D'accord, c'est parti tout seul, encore pire que ce que j'étais en train de formuler dans ma tête, mais au moins ça a le mérite d'être clair. Droit au but, de sorte à ce qu'on en finisse rapidement et que je me casse de cet endroit de malheur !

_________________
Avatar réalisé par Maximilian Carlton / Dayaxa
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 24

Fiche perso
Santé:
100/100  (100/100)
Faim:
0/0  (0/0)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Dim 5 Mar - 19:44
Après lui avoir raconté mon récit, je la regarde droit dans les yeux. Elle n'avait pas vraiment l'air d'aller, elle était sous le choc. En même temps c'est tout à fait normal. Voir une personne que l'on croyait gentil et inoffensif se transformer en un tueur ce n'est pas facile. Dans la vie on grandit et on apprend. Moi, j'ai appris à vivre et à me défendre peu importe les sacrifices. Et le sacrifice que j'ai du faire était le pillage d'un campement. J'étais égoïste sur ce coup là, vraiment. Mais dans ce monde, on veut tous être parfait, être gentil et s'entre aider mais c'est pas ça. Chacun veut vivre et avoir la vie qu'il veut, on est prêt à faire n'importe quoi pour vivre. Ce que j'avais fais était tout à fait humain, c'était comme une seconde nature. Je devais et dois tuer pour mon propre bien. Un jour elle finira par le comprendre sûrement.

Finalement j'ai une réponse, elle me demande si ce n'était pas facile. Étrangement cela m'avais fait sourire. Peut-être avait-t'elle finit pas me comprendre ?

- Oui, c'était vraiment dur. Je devais vivre.

Elle me demande ensuite ce que je vais faire ensuite. Honnêtement je ne le savais pas. Je me contente de trouver de quoi vivre de gauche à droite et basta. Mais, me poser quelque part et y rester ne me ferait pas de mal. Je pourrais peut-être faire ce que je n'avais jamais fais. Avoir une famille. Aimer quelqu'un et la protéger la femme que j'aime même si le monde entier est contre nous. J'avais envie de ça et je ne pouvais le nier. Et puis peut-être que le camp dont elle m'a parlé était une porte et elle la clé pour pouvoir accéder à ce que je veux. Mais avant que je n'ai eu le temps de répondre elle enchaîna une autre question.

- Qu'est-ce que tu comptes faire ? Rejoindre mon camp ? Mais pourquoi faire ? Nous piller ?

Peut-être que je rêvais un peu trop. On ne peut pas effacer ce que l'on est, je dois en assumer les conséquences. Si je voulais gagner sa confiance, je devais lui montrer que je ne leur ferai rien.

- Ecoute, je sais que ce que j'ai fais est mal mais cela ne s'applique pas à tout le monde. J'ai fais des erreurs comme tout le monde. Puis si je vous pille je gagne rien puisque je n'aurai aucun endroit ou aller. Je ne ferais pas ça à toi et à ceux à qui tu tiens. Et si j'étais vraiment une ordure je t'aurai laissé crever tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Reiiko A. Jäger
Femme à tout faire & mascotte
avatar
Survival Coins : 329
Age : 19
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'

Fiche perso
Santé:
79/117  (79/117)
Faim:
75/100  (75/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Mer 8 Mar - 11:02
Je me doute bien que personne n'ira avouer le plan de son forfait, surtout pas à la future victime. Toutefois, la stratégie guerrière ou l'extraction d'informations n'était pas mon fort. Il fallait bien essayer, on ne sait jamais, il aurait pu être super honnête et me le dire... ou alors se trahir en bégayant... on ne sait jamais vous dis-je. J'écoute quand même son plaidoyer avec attention. Ça se tient, pourtant je sais que certaines personnes préfèrent la solitude pour survivre, il pourrait très bien mentir pour gagner ma confiance et me planter un... je soupire bruyamment. Je sais que ça ne sert à rien de me torturer l'esprit. Je le conduirais au camp et c'est Sara et l'autre allumé qui décideront de son sort. S'il veut garder son méfait pour lui, je ne dirais rien sauf à Henry et Max.

"D'accord. Je vais te montrer où on vit. Je ne dirais rien pour ton... passé. A toi de voir si tu leur dit..."

Je commence à marcher, nous en avons pour vingt bonnes minutes, peut-être un peu plus parce que je ne sais pas trop par où nous sommes sortis. Je crois que c'est la desserte de service, à en croire les grands hangars. Je planche pour dire que nous sommes à l'arrière du bâtiment, mais se fier à mon sens aigu de l'orientation c'est accepter de marcher deux fois plus qu'avec une personne dotée d'un sens normal de l'orientation. Pendant que nous traversons l'étendue bitumineuse, je profite de la bonne visibilité que nous avons pour lui expliquer le fonctionnement du camp. Je sais qu'ici au moins, nous aurons le temps de voir venir les zombies.

"Les sentinelles vont t'inspecter... hm... nu... les armes sont interdites dans le camp alors tu vas devoir les laisser à l'armurerie et enfin les chefs du camp décideront si tu peux rester ou non."

Le temps de parler, nous sommes arrivés à un grillage. Je l'escalade aussi doucement que je peux pour ne pas faire trop de boucan.

[discrétion : 4 + 2 = échec critique de la mort qui tue en tuant bien fort RIP in peace Reii]

Si je parviens de l'autre côté, c'est en entraînant tout le grillage, affaibli par la rouille. Un horrible grincement s'en échappe et je me tourne pour regarder en paniquant mon camarade.

Il va falloir courir.

_________________
Avatar réalisé par Maximilian Carlton / Dayaxa


Dernière édition par Reiiko A. Jäger le Mer 8 Mar - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 1306
Age : 37

Fiche perso
Santé:
200/200  (200/200)
Faim:
100/100  (100/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Mer 8 Mar - 11:02
Le membre 'Reiiko A. Jäger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 24

Fiche perso
Santé:
100/100  (100/100)
Faim:
0/0  (0/0)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Mar 14 Mar - 21:13
- D'accord. Je vais te montrer où on vit. Je ne dirais rien pour ton... passé. A toi de voir si tu leur dit...

Cette phrase me faisait plaisir à entendre. Malgré mon passé elle voulait bien me montrer ou ils vivaient, elle m'avait fait confiance. Avoir la confiance de quelqu'un est difficile lorsque l'on montre son vrai visage, on peut être effrayer ou bien perdu. Mais malgré tout, elle me l'avait accordé. Un sourire s'était dessiné sur mes lèvres. En plus de m'avoir fait confiance, elle ne dirai rien sur ce que j'avais fais, je serais le seul à devoir en parler. Logiquement je n'allais pas le crier sur tout les toits, je devais avoir suffisamment confiance aux autres avant de leur dévoiler ce passage de ma vie. Et encore lorsque j'y pense, ce n'est pas le pire. Quelques mini flash-back intervenaient dans ma tête, celle de mon service militaire jusqu'à la prison. Je suis une personne horrible, mais ça je devais le garder pour moi. Il y a certaine chose dans la vie qui ne se dise pas facilement, on ne sait jamais les conséquences que cela peut avoir.

- Merci beaucoup.

Je commençais à la suivre tout en regardant les alentours. On ne sait jamais si on retombe sur ces tarés. Pendant que je la suivais j'observais toujours Reiiko de temps à autre. Pour être franc je l'avais prise pour une personne faiblarde et qui ne savait rien faire seule. Mais elle savait se débrouiller, d'ailleurs je n'avais rien fais de spécial pour mis à part attiré une partie des zombies. Cela se voyait qu'elle était habituée à ce genre de chose, les personnes qui étaient avec elle s'en était bien occupé.

- Les sentinelles vont t'inspecter... hm... nu... les armes sont interdites dans le camp alors tu vas devoir les laisser à l'armurerie et enfin les chefs du camp décideront si tu peux rester ou non.

D'après ce qu'elle me disait son groupe était bien organisé, ils avaient même une armurerie ! Et il y avait plusieurs chefs, cela devait être assez strict au niveau des règles du campement. Et pour ce qui était de mon arme, ce n'en était pas vraiment une.. une simple statuette une arme ? Avec qui je ferais peur ? Remarque, je pourrais l'éclater sur le visage de quelqu'un mais ce n'était pas mon but.

- C'est plus un objet de décoration..

Je continue de marcher jusqu'à arriver devant un grillage. Je la laisse l'escalader pendant que je regarde autour si des zombies passent dans le coin. Je me retourna après avoir entendu un grincement qui allait attiré une dizaine de zombies.

- Et merde !

Je me dirige rapidement vers elle. Sans réfléchir je me mets à la porter et commence à courir droit devant moi. Malgré le fait que je la portais, je courrais quand même assez vite. Je ne savais pas ou aller, mais je courrais. J'évitais les obstacles ainsi que les zombies pour éviter de me faire massacrer.

- J'ai besoin que tu me dises ou on doit aller !

Le rôle que je donne à Reiiko était celui du guide. Elle devait également me dire s'il y avait trop de zombie à un endroit ou s'il y avait un risque d'être encerclé. Je me contentais d'obéir à ses ordres en lui faisant confiance, on avait comme atout d'être deux ainsi que d'être rapide, on peut donc facilement rejoindre son campement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: J'aurais du rester au pieu [ft Alexander]   
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu aurais dû rester au camp [Alex]
» J'aurais dû rester chez moi | Harry
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» J'aurais cru que...
» Signature de contrat - Alexander Frolov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: Les environs de la ville :: Zone 2 - Alameda Island :: Alameda :: Yowza shopping center-