Nous sommes en Octobre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !
Joyeuses fêtes à tous !
Tout le Staff vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Manger comme des gros, buvez avec modération (hinhinhin) et faîtes des bisous à votre tante sexy pour nous ! <3

 [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar
Invité
Invité
avatar


[Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Dim 25 Aoû - 1:30
Je m'étais réveillée. Pour de bon cette fois-ci. Pas comme toutes les autres fois où je me réveillais en sursaut du lit d'hôpital que je m'étais appropriée pendant la nuit.

Hier, quand le soleil commençait à décliner au loin, j'ai décidé de me réfugier dans l'une des chambres désertes du pensionnat pour y passer la nuit, prenant soin de barricader la porte avec tout ce qui me passait sous la main pour être sûr de ne pas voir l'un de ses contaminés à quelques centimètres de moi au beau milieu de la nuit. Je ne voulais pas être sauvagement assassinée comme la pauvre victime du hall. Malgré mes précautions, je passais tout de même une mauvaise nuit. J'avais trop peur pour m'endormir et baisser ma garde mais, une fois complètement épuisée, je rejoignis le monde de Morphée avant d'en être rapidement tirée par un hurlement déchirant qui raisonna dans le couloir, puis une seconde fois par le bruit que provoquait la poignet qui était maltraitée par une main inconnue derrière la porte, suivi de prêt par de drôles de sons, comparable à des grognements... J'avais eu si peur que je m'efforçais de rester éveiller avant de me rendormir une seconde fois, la dernière chose que je vu fut la lumière du soleil qui réapparaissait... Et cette même lumière était toujours présente quand je ressortis de mon lit.

Je m'emparais du manteau que j'avais trouvé au détour d'un couloir pour me réchauffer et de ma tenue de travail. J'étais censée être en réunion hier... J'espère que mon patron essayera de comprendre ce qui m'était arrivée pour expliquer mon absence.

Lentement, sans faire de bruit, je détruisais ma barricade en mettant les meubles utilisés à leur place. Je ne devais pas surtout attirer l'attention des contaminés, j'en avais bien conscience. Quand j'eus fini, j'ouvris lentement la porte et fit passer ma tête dans l'ouverture dans celle-ci pour regarder le couloir et constater qu'il était vide. Je lâchais un soupir de soulagement avant d'en ressortir et de marcher en silence mais, mes talons hauts m'en empêchèrent. Ma démarche était donc déséquilibrée tellement je voulais stopper le bruit de mes chaussons. Il était hors de question de les retirer ! Imaginez que je dois traverser un sol recouvert de verre ou encore une flaque de sang pour m'en imbiber les pieds ! Non, je n'enlèverai jamais mes talons hauts !

Je laissais mes pas me guider dans l'hôpital mais, ça ne dura que quelques minutes avant que je n'arrive au réfectoire. Je le savais car l'entrée était orné d'une pancarte où était écrit en majuscule : " REFECTOIRE ". Cela tombait bien, je mourrai de faim. J'entrais donc lentement, regardant à plusieurs reprises derrière moi pour ne pas me faire remarquer. La salle semblait déserte quand je la balayais du regard. A cette première observation, un objet attira mon regard : un balais. Mon imagination s'agita rapidement pour faire le lien avec le roman : " Harry Potter ". Le jeune sorcier volait sur son balais en l'enfourchant et dans un élan de désespoirs, j'eus la même idée. Si la magie existait... Peut être me serait-elle utile et me permettrait de m'échapper. J'enfourcha donc l'objet que j'avais en main quelques secondes en priant de toutes mes forces... Mais rien ne se produisit. J'étais vraiment trop stupide ! Ramener brutalement à la réalité, j'eus une meilleur idée, une idée censée et posa un pied sur l'instrument de ménage, ou plutôt sur la planche en bois qui séparait la paille du manche. A la force de mes bras, je tirai de toutes mes forces pour le briser mais, je n'y arrivais pas. Cependant, ma volonté ne me quitta pas et prenant mon courage à deux mains, je pris le balais avant de frapper de toutes mes forces l'une des nombreuses table de la pièce pour briser l'objet que j'avais en main. Je réussis, gardant, par chance, le bout du manche pointu. Mais, les conséquences de cette réussite fut de provoquer un brouhaha qui raisonna dans la salle et peut être même en dehors. Pourvu que personne ne l'avait entendu.

Je pris mon balais dans mes mains, prête à agir, à repousser, à frapper, à blesser toutes personnes qui mettraient ma vie en danger. Humain ou contaminés. Dans ce genre de crise, les personnes seines pouvaient être plus dangereuses qu'un contaminé ne pensant qu'à manger et répandre sa maladie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Lun 26 Aoû - 0:31
Aucun de nos ami grognant ne nous dérangea sur le chemin, quelque affaire trainé par ci par la mais rien de bien utile. A par peut être des espèce de grosse lunette dans le style steam-punk grise et au verre noirs teinté, je les mis dans ma poche, elles me seront peut être utile plus tard.

La nuit c'était déroulé bien plus calmement que je ne l'espérais, nous avons barricader la porte avec une étagère en métal et nous avons ensuite poussé le lit de l'autre côté de la porte, je pris le premier tour de garde. Un hurlement déchira le silence tandis que je commençais à somnoler, je n'arrivais pas a en saisir la distance mais cela eu l'effet de me réveiller et de me tenir au auget jusqu’à 2 heures du mat, heure de la relève. Adams préféra se positionner sur la chaise plutôt qu'adossé au lit et tandis que je m’allongeai a sa place elle me lança un regard de défi, dans le style : "Don't worry, I gonna kick undead ass !". Bien que je dormis d'un sommeil assez lourd cela ne m’empêcha pour autant de me réveiller en entendant quelque chose qui grattait les murs. Difficile de se rendormir quand on sais que Zack t’attend de l'autre côté. Elle me réveilla pour prendre la fin de la nuit comme prévus et je me replaça sur la chaise. Les premières lueur du jour se levèrent et cela suffit pour remettre mon esprit en état d'alerte. Aller il faut se mettre en mouvement maintenant ! Je me retournai pour la lever mais je me ravisa, elle devait encore avoirs besoin de sommeil. Je laissai donc un petit mot sur la table, je poussais l'armoire qui bloquait la porte et je sorties.

Je crois me rappeler que Adams voulait aller chercher de la nourriture mais tandis que je me trouvais au premiers étage un bruit sourd retentis a la cafeteria. Un humain ? Un geignard ? Il valait mieux vérifier avant l'arrivé d'Adams, elle a beau fanfaronner ce n'est quand même qu'une gamine...
Je pris mon courage dans une main et mon calibre.4 dans l'autre tandis que je poussai les double porte du réfectoire. A première vus rien de bien vivant ou mort, presque exactement comme lors de ma première vus. J'avais surement du rêver. Tandis que je pénétrais dans la pièce, laissant les portes se refermer j’eus comme le pressentiment que je venais de faire un énorme connerie, pressentiment qui se concrétisa quand quelque chose de vraiment dur heurta violemment le sommet de mon crane. Assez sonné par le choc je m'étalais de tout mon long sur le sol tandis que l'ombre se relever de nouveau prêt a frapper. Rapidement je réfléchie a la situation : Une personne inconnue avec un objet qui fait atrocement mal se tenait juste au dessus de moi, si j’esquisse un geste je prends le risque de me faire achever et j'ai pas réellement envie de mourir ici, au contraire si je ne bouge pas je peux parfaitement la prendre par surprise. Ma main était toujours bien sur mon pistolet de détresse et je suppose que même son canon peux faire assez peur. Je gardais les yeux fermé tentant de reprendre parfaitement mes esprits, je devais agir vite, faire tomber l’inconnue et l’immobiliser. J’entendis le bout de l'arme heurter légèrement le sol juste a ma gauche. Parfait ! Un peu a la manière d'un serpent je rouvris les yeux pour identifier sa position exacte et je me jeta dans ses jambes avant de rouler sur le côté. La personne tomba lourdement sur le côté en criant (la surprise surement) et je m’agenouillai sur son corps, plaquant mon arme sous son menton. Le tout maintenant est de réussir a calmer la situation, tuer des humains c'est autre chose. En temps de guerre je dis pas mais la comme ça a froid... ça vous glacera toujours le sang... Regarde quelqu'un dans les yeux et presser la détente quoi qu'on en dise on ne s'y habitue jamais.

Je m’efforçais donc de parler d'une voix calme et de ne pas laisser transparaitre ma douleur.

- Bien alors on va se calmer. Je comprend que tu ai peur mais comme tu le vois je n'ai rien d'un zombie. Donc on va se relever calmement et on va pas s'entretuer d'accord ?


Dernière édition par Raphaël Blaire le Mer 28 Aoû - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Mer 28 Aoû - 17:55
Peter connut sa première nuit difficile. Il s’était retrouvé dans une chambre en compagnie d’Alice, une jeune fille dont la santé mentale demeurait inquiétante ; néanmoins, l’inconnue fit preuve d’une grande générosité en lui cédant le lit. Malgré les tourments de la veille, Peter s’endormit facilement. La fatigue, le chagrin et le besoin d’oublier suffirent à l’anesthésier pendant quelques heures.

À son réveil, il ressentit comme une profonde lassitude s’emparer de sa carcasse. Ses membres endoloris  lui refusaient une pleine obéissance, et il se retrouvait contraint d’accomplir de petits gestes insignifiants afin de retrouver l’ancienne maîtrise de son corps. La lumière du jour perçait depuis les fenêtres barricadées de la pièce ; l’éclairage que procurait l’émerveillement du soleil accentuait l’aspect laconique de l’hôpital. Il avait l’impression d’être dans une cellule laissée à l’abandon, sans espoir que l’on vienne un jour le secourir.

La mort de sa mère lui revint en mémoire. C’était arrivé si vite. D’ailleurs, le zombie responsable de la morsure paraissait encore humain lorsqu’elle essaya de le secourir ; la décomposition du corps n’avait pas encore aboutie, le monstre ressemblait juste à une personne blessée, dont le regard agonisant réclamait une aide qui ne viendrait jamais. Margaret n’avait pas hésité ; seule, elle s’était précipitée vers lui, prononçant des paroles réconfortantes et cherchant à atténuer l’hémorragie. Peu après, elle était morte.

Peter poussa un profond bâillement après qu’Alice l’eut réveillé. Il lui offrit un sourire, qu’il voulait sincère, et sauta du lit. Ensemble, ils marchèrent prudemment en direction de la cafétéria. Là, ils entendirent tout un vacarme en provenance de la salle principale. En ouvrant discrètement la porte, l’enfant aperçut un homme en train de menacer une dame.

« Mince… » Murmura-t-il à l’intention d’Alice. « Il va la tuer. »

Et sans attendre les directives de sa protectrice, l’enfant se précipita à l’intérieur de la cafétéria.

« Monsieur ! Ne la tuez pas ! » Cria-t-il. « Vous allez faire du bruit ! »

Le plus étrange, dans cette exhortation, c’était le pragmatisme qu’elle contenait. L’enfant ne s’inquiétait pas de savoir si la femme allait crever. Il voulait juste survivre, jusqu’à ce que les secours viennent, et pour ça il devait rester discret, ne pas émettre le moindre son qui puisse attirer les zombies.


Dernière édition par Peter Hoffman le Jeu 29 Aoû - 19:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Mer 28 Aoû - 22:21

Dans la cafétéria, Alice et son compagnon  tombèrent nez à nez avec une espèce de… de rustre à califourchon sur une femme. Et qui la menaçait de son arme ! Et personne d’autre en vue.

Peter s’avança, elle tenta de l’arrêter, de peur que le fou ne lui tire dessus, mais la main d’Alice rata son bras. Elle crût que le gamin s’avançait pour défendre la femme, la première phrase lui plut, le reste moins. Choquée par les dires d’une personne si gentille, la fille ne pût que murmurer :  « Peter… »

Le type toisa l’enfant, Alice voulut tourner les talons, fuir cet hôpital de fous !

Et aller où ?

La tension sembla monter d’un cran, au grand malheur d’une, et au bonheur de l’autre.

Ah ah ! De la dispute ! Ca m’plaît !

Avant qu’Alice ne se jette entre l’arme et l’homme, ou ne fonde en larmes, ou ne tente de désamorcer le conflit qui ne tarderais pas, sa conscience s’effaça devant celle de son … autre-elle…

« Bien dit, gamin ! s’écria Alice. Hey, le vieux, si tu veux la fumer, fais le, mais en silence ! Je veux vivre, moi (ou nous, je sais plus) »

L’entrée fracassante des deux enfants, plus leurs paroles eurent le don d’arrêter la dispute (bien qu’elle soit presque achevée).

L’envolée lyrique de l’autre-Alice fut stoppée par Alice elle-même, au prix d’un bel effort.

« Ce que je… commença elle, enfin, elle… C’est que… Bin… Dites… S’il vous plaît… On ne sait pas ce … Euh, Aidez nous !  »

Et elle pleura. Devant le type et son arme, devant la fille sous le type, et devant Peter. Elle pleura comme une madeleine.

Y’en a une qui nous surprendra jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Jeu 29 Aoû - 1:50
J'étais fière de mon arme. C'était la preuve que je gardais mon calme malgré la situation critique. Je ne paniquais pas. Du moins jusqu'à ce que j'entends des bruits de pas dans le couloir. Je fis confiance à mon ouïe pour constater que l'individu se dirigeait vers le réfectoire. Etait-ce un humain ? Etait-ce un contaminé ? Je ne savais pas mais, je ne voulais pas prendre de risque.

Je me rendis de manière discrète à l'entrée de la Caféteria, à côté de l'entré pour surprendre l'individu qui pénétrerait dans ma salle. Je resserrai mes deux mains sur ma nouvelle arme tout en la levant au-dessus de moi. Dès que je vu une silhouette, je rabattis violemment le manche à balais sur le crane de l'individu en contenant tout de même ma force pour ne pas briser le morceau de bois. Ce dernier semblait avoir résister au choc.

J'avais assommé ma cible mais, je ne savais toujours pas si j'avais eu raison de mon assaillant et donna un second coup, malheureusement, dans le feu de l'action, je ratais mon attaque qui raisonna dans la caféteria. Ce n'était pourtant pas fini, je n'allais pas abandonner maintenant. Tout ce que je souhaitais, c'était de mettre hors d'état de nuire cet inconnu et je n'hésiterai pas à le rouer de coups de bâtons pour réussir. Malheureusement pour moi, il était plus agile que je ne le pensais et se rua sur mes jambes, me surprenant au point de m'arracher un cri de surprise. J'allais me faire mordre ! C'était la pensée qui me traversa l'esprit au moment où je perdis l'équilibre et tomba au sol.

Soudain, un objet me toucha le menton et l'homme se mis sur moi, je pus enfin voir son visage. Ce n'était pas un contaminé, je n'allais pas devenir l'un d'entre eux mais, il avait une arme à feu et pouvait appuyer sur la détente à tout moment ! Ma vie ne dépendait plus de moi. Étrangement, je n'avais pas peur et j'étais très calme. Le fait de voir que c'était un humain m'avait rassurée au point de me faire accepter la mort. Mais, je n'abandonnais tout de même pas ma vie :

" Je suis désolée, je pensais que vous étiez l'un d'entre eux. Mais, si ça peut vous rassurer, je n'ai pas été mordu " Oui, je mentais à moitié puisque même si c'était un humain, je n'aurais pas pris le risque de le laisser m'agresser gratuitement. Et je ne lui en voulais pas de se défendre. Après tout, il m'imitait sans le vouloir. Ma voix était neutre sans sentiment... Sur le moment, je su que j'étais courageuse et forte... Du moins face à un humain.

Puis une autre personne fit irruption, elle était de petite taille. Un enfant. Son physique ne me fit pas aussi peur que celui de mon agresseur mais, sa voix me rassura tout de même. Un autre humain. Je fus touchée par ses paroles, croyant qu'il voulait que je reste en vie. Mais, je ne pouvais pas le laisser prendre des risques pour moi, ce n'était qu'un enfant et l'homme qui me plaquait au sol pouvait être dangereux.

" N'approche pas ! " dis-je à voix haute en respectant sa volonté de rester silencieuse, ne criant pas ainsi avant de comprendre où il voulait en venir : " Si vous tenez à vivre... Ne pressez pas la détente ou vous risquez de les ameuter ici... Mon coup raté a dû déjà faire beaucoup de bruit " murmurai-je à mon agresseur en le regardant dans les yeux.

Puis une autre fille arriva. Décidément il y avait beaucoup de monde dans cette cafétéria mais, je compris que je n'étais pas la seule survivante et que peut-être, il en avait d'autres. Je n'aimais pas l'idée de former un groupe mais, plus nous étions de survivants, moins il aurait de contaminer si cela se transmettait par une morsure, comme dans les films.

" Une schizophrène ? " murmurai-je à voix haute, souhaitant partager mes pensées dans ce qui pourrait être mes dernières instance.

" Si vous me lâchez et que vous ne vous vous attaquez pas à ses enfants, je vous promets de ne pas vous faire de mal. " C'était la vérité. Et je ne pouvais rien faire de plus, je n'étais passez forte pour me débattre. " Choisissez vites mais, choisissez bien. Cet endroit ne va pas être sûr pour encore très longtemps. "

Au même moment, je sentis un bruit provenir du couloir, plutôt un écho assez lointain. Oui, le temps nous était compter.

[ HRP : Voilà voilà, si vous avez le moindre problème avec ma réponse, vous pouvez m'envoyer un MP pour que je corrige quelque chose ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Ven 30 Aoû - 8:09
- Je suis désolée, je pensais que vous étiez l'un d'entre eux. Mais, si ça peut vous rassurer, je n'ai pas été mordu.

- Mouai... je veux bien vous croire... je n'ai pas vraiment d'autre choix en même temps.

Je la regardais pendant quelque instant, cherchant a l'évaluer mais rien ne transparaissait de ses deux yeux. En même temps je m'imagine difficilement que les gens ont déjà sombré dans la folie au point d'attaquer puis de tuer le premiers venu. Le traumatisme, la prise de conscience, le début de la dépression tout cela ne viens qu'après. J'avais déjà vus ça, quand la population commence a s'entretuer pour un simple morceau de pain rassie mais ce n'était après plusieurs jours de famine et d'intense stresse. "Réfléchie, mais prend vite une décision !" me hurlais une petite voix.

Alors que je commençais a relâcher mon doigt de la détente, quelqu'un entra en poussant violemment les portes. Un gosse ? Mais qu'est ce que... oui effectivement il était clair que dans notre position actuel pour lui c'était moi le méchant et mon ancienne agresseuse la victime. Tout est une question de perception n'est ce pas ? Et le ton de la femme ne fis rien pour contredire cette version.
Le son les attirent ? Intéressent, je m'en rappellerais.

Une adolescente entre juste après (surement la grande sœur du plus jeune) et au vus de ses paroles je partageais l’avis de la femme, un schizophrène... génial j'avais besoin de ça ! Personne quand je rentre et tout d'un coup on se croirait sur les Champs Élysées. Il n’empêche que j'aurais espéré mieux comme (peut-être) groupe de fortune mais je ferais avec, le nombre reste notre principale atout de survie pour le moment. La demande de mon agresseuse acheva de me décider, je fini par me relever et je tendis une mains pour l'aider a faire de même.

J'avais cru entendre un léger bruit au loin mais peut être que mon imagination me jouait des tours. Je l'espérais du moins, je ne me sentais pas près a défendre tout un groupe. Quoi que a la réflexion la femme se tenant près de moi avait l'air parfaitement capable de se défendre seul.

- Je suis désolé d'avoirs réagit comme ça, c'est devenus un réflexe pour moi il y a de nombreuse années. Raphaël Blaire enchanté, du moins autant que la situation le permet. Et vous êtes ?

Je ne pris pas le temps d'attendre ça réponse et je me tournais déjà vers nos deux nouvelles tête. Menace potentiel ? Non je ne pense pas la seul menace venait de la personne qui se trouvait derrière moi. J'allais m'approcher d'eux leur demander qui ils sont ou je ne sais quoi d'autre mais je n’eus pas le temps d’ouvrir la bouche. Un atroce grognement ce fit entendre dans le couloirs juste a gauche puis un deuxième et enfin un troisième. Je ne pouvais pas dire si il provenait tous du même individu ou de trois différents mais j’espérai fortement que ce fut la première option.

- Hé vous deux la bas ! Venez ici, éloignez vous de la porte et restez derrière moi.
Je n'avais pas parlez extrêmement fort et je doutais de s'il m'avait entendus mais il ne pouvait avoirs manquer ma gestuel. Restez derrière moi et tout se passeras bien je vous le promet.

Je fis un rapide inventaire des armes potentiel qui se trouvais dans la pièce et à par les chaises et les bâton de madame mon pistolet de détresse était la seul arme létal efficace que je voyais et qui m'étais accessible dans l'immédiat. Une fusée, une chance, vaux mieux pour moi que je ne le rate pas. Lentement je me rapprochais de la porte jusqu’à une distance raisonnable, la fameuse ligne des dix yards comme ils l'aiment l'appeler. Les grognements se faisaient plus fort, des ongles grinçaient contre les murs et lentement la/les forme/s approchait/ent de la porte.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Sam 31 Aoû - 19:19
La situation semblait s’assagir dans la cafétéria ; l’homme et la femme, dont il ignorait encore les prénoms, échangeaient des excuses contenues. Apparemment, la dame parvenait à garder son calme. Elle entamait une sorte de négoce où elle convenait de se rendre, à condition que l’homme épargnât les enfants, tout en acceptant de faire moins de bruit, afin de ne pas attirer les créatures dont les râles se faisaient entendre à travers la porte principale de la cafétéria.

L’homme obtempéra. Il libéra sa victime de son étreinte, profita de l’étonnement général pour se présenter, et chuchota des ordres en réalisant la proximité des créatures. Dès lors, Peter le considéra comme le chef indiscutable dont dépendrait la victoire de la bataille à venir. Après tout, il possédait une arme, semblait la manier sans crainte ou hésitation. De plus, il affichait une musculature impressionnante pour un enfant dont la fascination pour la bagarre s’étendait jusqu’au fanatisme.

« Je m’appelle Peter, murmura-t-il à son tour, elle, c’est Alice. »

Certes, le p’tit bonhomme avait peur, il connaissait même pour la première fois l’excitation entremêlée de terreur qui précède le combat, mais la présence de cet homme, dont la promesse lui garantissait la survie, suffisait à atténuer ses craintes et à le libérer de sa torpeur. Il prit docilement place derrière Raphaël, engageant Alice à le suivre, et attendit patiemment l’arrivée des zombies.

Pour la première fois, il vit en pleine lumière la physionomie atroce de ces créatures. Les quatre visages putréfiés des zombies, sillonnés par l’empreinte fétide de la mort, affichaient une monstrueuse décomposition ; les effluves pestilentiels, qui émanait de cette chair devenue putride, soulevèrent son cœur et lui provoquèrent un souffle nauséeux. La démarche de ces monstres paraissait presque risible, incitant Peter, qui pourtant connaissait l’illusion de cette apparente faiblesse, à les considérer comme inoffensif, tandis qu’il armait son lance pierre d’une bille rouge, que l’on appelle les flashs, et avec lesquelles il avait autrefois l’habitude de jouer.

« Je peux aider ! » Dit-il en lâchant l’élastique de son arme. La bille siffla dans l’air à une vitesse satisfaisante, mais l’inexpérience du jeune homme ne lui permit pas d’atteindre sa cible ; le projectile partit se fracasser contre le mur de la cafétéria, explosant en petits morceaux qui terminèrent leurs courses sur le sol.

La collision eut pour seul effet d’exciter les créatures, qui se dispersèrent pour se jeter sur les survivants. Raph et Alice, furent les cibles prioritaires. Deux se précipitèrent sur le colosse de l’armée, dont la vaste stature et l’odeur masculine constituaient un fumet probablement délicieux ; le troisième, une vieille femme dont la mâchoire supérieure pendouillaient dans le vide, retenue seulement par quelques lambeaux musculaires, préféra Alice vers laquelle elle se dirigea les bras tendus ; quant à la quatrième, elle paraissait gênée dans ses mouvements, et trébucha lorsque ses pieds rencontrèrent une chaise précédemment tombée sur le sol.

« Mince ! Faut les buter ! Je compte sur vous Monsieur ! » Conclut-il en se délaissant de la responsabilité du triomphe pour en céder le fardeau à Raphaël, le seul qui lui paraissait susceptible de vaincre les créatures, tout simplement parce que sa misogynie enfantine ne lui autorisait guère de placer sa foi dans la faiblesse des filles, qu'il détestait.

[ HRP : je me suis permis de mettre en scène les zombies. Je me suis basé sur votre niveau en discrétion pour déterminer les cibles. J’espère que vous approuverez ma décision, sinon n’hésitez pas à m’envoyer un MP si vous souhaitez que j’édite mon post. Bon courage à nous ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Dim 1 Sep - 19:53
Peter venait de la présenter aux autres, les yeux emplis d’admiration pour le grand type.
Visiblement c’était lui le nouveau chef, et ça ne plaisait pas à Alice, il lui flanquait une peur bleue !

Plus important que la hiérarchie naissante du groupuscule lui aussi naissant, quatre zombies arrivaient. Enfin, ils  se présentaient à la lumière, et la fille senti le sang quitter son visage à la vue de l’horreur et de la puanteur qu’ils dégageaient. La gueule béante d’une vieillarde arrivait droit sur elle tandis que deux autres fondaient sur l’adulte. Le quatrième s’empêtra dans une chaise, et ne semblait pas prêt de s’en défaire.

Pour une fois, l’autre-Alice non plus n’en menait pas large. Clouée de peur par les abominations qui leur fondaient dessus.

Le lancé désastreux du gamin eût pour effet d’exciter les zombies, et de réveiller l’autre. Le sang d’Alice ne fit qu’un tour, puis s’arrêta. Son cœur fit de même.

Avant qu’elle ne clamse d’un stupide arrêt cardiaque, l’autre-Alice prit les devants. Alice n’opposa aucune résistance, bien contente d’échapper à l’horreur qui de toute façon la paralysait. Elle n’eût pas à attendre longtemps, la femme-Zombie lui arrivait déjà dessus, alors que derrière l’autre  autre zombie butait inlassablement sur sa chaise, donnant un effet comique à la scène. C’eût le mérite d’arracher un ricanement stupide à l’autre-Alice.

Elle resserra sa prise sur le pied de chaise, qui semblait solide. Inspirant pour rassembler son courage, la fille fit un pas, leva bien haut son arme et l’abattit sur la tête de la macchabée pas si morte. Le crâne émit un bruit très satisfaisant, mais la chose resta en place, c'est-à-dire, sur ses jambes.

Le temps que la bête se remette en marche, Alice avait étouffé un gémissement. Le contrecoup  de l’attaque sur la tête dure avait fait trembler tout ses os, et surtout son poignet déjà endolori par une chute. Elle leva encore son bâton, les dents serrées et asséna un autre coup sur la gorge. Un craquement se fit entendre, et Alice étouffa à nouveau un petit cri. Alors que la bête s’écroulait, l’autre-Alice lâcha son arme, ramenant son poignet contre son torse. Elle recula derrière la grande femme, lui laissant le privilège de terminer son assaillant. Enfin, si la bête n’était pas déjà assez refroidie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Mar 10 Sep - 1:03
Mes paroles semblaient avoir atteint le coeur de mon assaillant puisque ce dernier me lâcha et ne me tua pas. J'avais survécu. Heureusement puisque mourir de cette façon n'était pas très glorieux, surtout face à deux enfants que je ne connaissais même pas. Je ne voulais pas que le spectacle de ma mort les traumatise et les empêche de survivre. Quand l'homme me tendit sa main, je n'hésitais pas à la saisir pour me relever sur mes deux jambes en passant de manière mécanique mes mains sur mes vêtements pour balayer la poussière qui y était présente.

Je regardais tour à tour les personnes qui m'entouraient : Peter, Alice et Raphaël. Je n'étais plus seule dans ce cauchemar, je n'avais plus à lutter dans la solitude face à des morts déambulant dans les couloirs. Je plaçais leurs prénoms dans un coin de ma tête pour être certaine de ne pas les oublier avant de m'adresser à Raphaël :

" Vous vous excusez envers une femme qui a voulu vous tuer ? " dis-je d'une voix mi-ironique, mi-sérieuse. Je ne voulais pas le tuer mais, je ne voulais pas non plus prendre le risque de me laisser mordre par un zombie. C'était mon instinct qui avait agi de la sort à travers mon corps. J'ai failli devenir une meurtrière. Cette idée m'arracha un frisson mais, me rappela mes devoirs.

" Enchanté... Je m'appelle Alison Travis. " Dis-je simplement. Je ne voulais pas me dévoiler à des inconnus, même des enfants.

Un bruit retentit dans le couloir, puis un autre, puis un grognement. Le son que j'avais entendu auparavant n'était pas sortie de mon imagination et était bien réel. Instinctivement, je me cachais derrière l'homme, me servant indirectement de lui comme un mur qui me séparerait des personnes, ou créatures qui se rendraient dans le réfectoire. Mon sang se glaça à leur vue. Leur corps avait laissé le sang coulait à plusieurs endroits, leur démarche était plutôt lente et l'expression de leur visage terrifiant. Des créatures tout droit sorties des romans de Romero !

Ce n'était pas les premiers que je voyais, j'en avais déjà aperçu dans le hall, ils dévoraient les personnes encore saine pendant que j'avais pris la fuite. Mais, là, ils étaient quatre contre quatre et ne souhaitaient qu'une chose : nous dévorer, me dévorer. Je restais tétaniser par la peur tandis que Peter utilisait son lance-pierre, mais ce fut un échec. Raphaël semblait être prêt à en découdre la personnalité schizophrène d'Alice semblait plus agressive que la première. Du moins, c'est ce que j'ai compris en la voyant faire. Elle utilisa une chaise contre le contaminé qui s'approchait d'elle. Cette enfant se défendait tandis que moi je restais apeurer. Je ne voulais pas prendre le risque de me faire mordre mais, je ne pouvais pas les laisser se débrouiller tout seul ! Je devais agir mais, mon corps refusait.

Malheureusement pour moi, la créature qu'affrontait Alice n'était pas complètement morte, seulement blessée et rampait dans ma direction en tendant ses bras vers ma jambe. Elle voulait y goûter. Et si c'était comme dans les films, une morsure et je devenais comme eux.

" Non ! " criai-je de rage. " Je ne deviendrai pas un monstre ! " Cette fois-ci, je savais parfaitement ce que je faisais. Je poussais l'un des zombies se ruant sur Raphaël et qui m'ignorait contre son confrère pour leur faire perdre l'équilibre avant de me concentrer sur la contaminée voulant me dévorer. Le crâne du monstre était déjà abîmé par les coups successifs d'Alice. Je levais mon pied de quelques centimètres avant de le rabattre sur son visage, mon talon se plantant dans son cerveau. Sous le feu de l'action, je prenais un malin plaisir à remuer mon pied pour être certain que son cerveau était définitivement écrabouillé, causant ainsi définitivement la mort de mon adversaire. Cependant, ce n'était que le début. Il en restait encore trois.

" Reste derrière moi ! " dis-je en me mettant devant le jeune Peter pour le protéger en tenant à deux mains mon bâton. Il était hors de question qu'un enfant connaisse un sort tragique avant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Mar 17 Sep - 22:02
Le moment de vérité, le moment qui déciderais si j'avais encore ce qu'il faut pour survivre dans l'univers qui se profilait, un intense corps a corps contre deux potes qui traine la patte. Il m’apparaissait déjà clairement que si ils arrivaient a me griffer ou a me mordre s'en était fini de moi avec les vêtements que je portais. Je devrais m'en trouver de plus adapter dès que je pourrais. En attendant je devais exécuter un sans faute. Je devais déjà en mettre au moins un directement hors course. Contre toute attente Travis m'aida légèrement en poussant un des deux Z contre son pote, les déséquilibrant quelque peu, juste assez pour sortir mon arme et l'enfoncer entre les mâchoires du plus proches.

- Tu savais qu'on prononce que les voyelles quand on a le canon d'une arme dans la bouche ?

Il poussa un grognement comme si il comprenait se que je disais et mordit violemment l'arme, la seconde d'après la fusée sortait du canon et se plantait profondément dans le palet, projetant une légère quantité de sang et s'étala sur le sol de tout son long. Je me retournais ensuite vers le second mais je n’eus pas le temps de recharger, il était déjà quasiment sur moi (c'est que ça boite vite ces enflures !). Je lui fit un croc en jambe au moment ou il projeta son corps sanglant sur moi. Tandis qu'il s’étalait de tout son long sa tête heurtât le coin d'une table au passage fracturant une première fois le crane. Puis je m’agenouillais sur son dos, mes mains attrapèrent ses cheveux et lui fracassèrent le crane contre le carrelage, il était a l'époque blanc nacré, il est maintenant rouge pourpre. Un coup, deux coup, trois coup... j'ai arrête de compté a partir du troisième et j'ai arrêté de taper quand j'ai sentie que se que je tenais dans mes mains n'était plus une tête mais une simplement bouillie informe et gluante. Je regardais un bref instant la masse de cheveux arraché que je tenais encore la mains avant de me relever et de me diriger vers le premiers, la fusée profondément enfoncé dans la bouche et secoué de violant spams, il finira bien par y rester non ?

Les autres c'était occupé de l'un d'entre eux tandis que le quatrième semblait avoirs quelque problème de meuble, surement un fervent partisan anti-ikea. Le genre de gars à payer une ouvrir mexicain 20$ par heures pour montre ça petite cabane en rondin près du lac et ne jamais y foutre les pieds. C'est bête de devoirs le saloper il a un super imper et faut dire qu'il commence a faire froid ! Propre donc ?

- Laissez moi faire je m'occupes du derniers.

Il était déjà a terre, les jambes empêtrer dans un amas de chaises il ne représentais pas une grande menace on pouvait partir mais... non je préfères m'en débarrasser tant que j'en ai l'occasion. Il m’aperçut très vite, essayant de se diriger vers moi en rampant. Net et précis je lui assenai un violant coup de coude dans les cervicale. Ca ne l'avait certes pas tué mais il était clairement hors service. Ces mâchoires continuaient de claquer tandis que je lui ôtai son manteau et le passa sur mes épaules. Camélia ne devrait pas tarder avec un peu de chance je n'aurais pas à crapahuter partout pour la chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Mer 9 Oct - 7:33
Alice s’était adossée au mur puis s’était écroulée par terre, le plus loin possible des monstres, en sanglotant.
Elle était terrifiée, horriblement terrifiée,  ça ressemblait à un homme, mais n’en était pas un, et elle, Alice Dean, lui avait ôté la vie.  Mais, avant, c’était bien un humain ? Même zombiefié !
Alice était un monstre, et elle ne cessait de se le répéter, comme une machine enrayée.
Tu es un monstre Alice, tu es horrible !
Le torrent de larme ne semblait pas vouloir s’arrêter, et la fille regardait tant bien que mal le grand homme achever un monstre et la femme se jeter au devant d’un autre. Peter regardait la scène sans rien dire, sans bouger. Il avait raison, les adultes semblaient assez forts. Assez pour protéger Alice et Peter !
Que faire ? Alice voulait que ce cauchemar cesse, tout de suite ! Elle ne tiendrait pas plus longtemps, ses nerfs lâchaient…
Si ce n’était pas lui, c’aurait été toi !
Ce n’est pas mieux ? J’ai trop peur, je veux que cela cesse ! Je ne serais qu’un gène pour tous !  
Moi, je veux vivre ! T’as compris salle gamine ?!
Mais Alice avait déjà cessé de pleurer, elle pouvait se fier aux deux grands, ils la protégeraient ! Et l’autre-Alice semblait prête à en découdre pour sauver leur peau commune.
Le combat de Raphaël semblait fini et la femme, Alison, avait joyeusement planté son talon dans la tête du macchabé. Horrible mais efficace, Alice sauvegarda la violence des attaques dans sa tête, comme une mise en garde, un exemple. Il fallait vivre !
La gamine se releva tant bien que mal et s’avança au même niveau que Peter. Fixant la scène, attendant qu’on lui dise la suite des événements, rassuré et pleine de courage.

[désolée c'est court, mais je ne savais pas du tout que faire >.< ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Mar 15 Oct - 19:44
« Incrustation »


Une fois la dispute terminée, Camélia se décida à commencer la mission que lui avais donné son ami Raphaël. Elle se déplaça donc dans les couloirs en rasa les murs, tout en regardant régulièrement derrière sous dos.

Lorsqu'elle s'approcha, des bruits s'entendirent dans la cafet'. Elle entra en trombe en entendant la voix de Raphaël et vit que des personnes se battaient avec lui contre des zombies. Camélia ne dévisagea pas plus longtemps tout ce petit monde car un autre zombie les approchait par derrière, et ils ne le voyaient pas. Argh. Elle allait devoir faire quelque chose.

Observant sa batte d'un air suspicieux, elle soupira et commença à courir. Lorsqu'elle fut derrière lui, elle ne lui laissa pas le temps de se retournait qu'elle abattit de toutes ses forces la batte sur son crâne mou... qui explosa. Littéralement. Beurk.

- Raphaël ! Qu'est-ce que tu fais ici ? s'exclama-t-elle en s'essuyant, dégoûtée.

Dire qu'elle avait pris une douche. Elle pouvait recommencer...
codage par Junnie sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Lun 21 Oct - 20:17
Bon au moins j'ai retrouvé Camélia (enfin elle m'a retrouver) et elle a l'air d'aller assez bien , c'est déjà ça. Maintenant il faut se barrer en vitesse parce que le bruit qu'on a fait risque d'attirer la foule et j'ai pas trop envie de m'y frotter. Par contre je me sens pas d'amener une schizophrène avec nous, un couteau entre les omoplate ne me tente pas plus que ça et le gamin qui traine avec ne serait qu'une source de problème. Donc on les larguent ! Il faudrait trouver un certain nombre de personnes utile et en premiers lieu un médecin, ici ça ne devrait pas être trop dur.

- Bien donc je pense que l'on va devoirs se séparer, essayez de rester en vie.
Bonjours Adams désolé mais il vaut mieux ne pas trainer ici. Je t'expliquerais sur la route.


Je me dirigeai rapidement vers la porte de sortie laissant sur place la jeune schizophrène et le gamin. Reste a savoirs ou on va maintenant, la pharmacie me semble un choix cohérent.

- Camélia on se dirige vers la pharmacie ça te vas ? Ou tu pense à autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Lun 21 Oct - 21:18
Il partait sans elle.

Après tout, ce lâche a peur de nous…
Ta gueule !

La virulence de la gamine faible cloua le bec à son autre-elle. C’était un rare moment de rébellion…

Alice prit Peter dans ses bras, le gamin fixait le dos du type qui s’éloignait.

« Hey, vous ! Prenez Peter avec vous ! Au moins lui ! Alice avait crié fort, mais le type ne se retourna pas. Connard ! »

Peter tremblait, elle le serra contre elle. Le gamin s’agita comme un fou à présent. Alice caressa ses cheveux, lui chuchotai des mots doux, mais rien n’y fit. Le gamin la mordit violement et couru derrière le mec. Alice ne se leva même pas. Les événements de la journée l’avaient épuisée.

Elle ne savait pas si le groupe allait garder Peter, mais elle l’avait vu les rejoindre.

Ça ira pour lui…

La fille se leva, chercha un recoin où se cacher. Elle ne faisait que ça, se cacher. Elle venait d’hurler, et probablement des zombies viendraient. Elle en entendait un, pas de chance.

Elle lui donna une mort digne, d’un coup en pleine tête. Sans larmes. Elle avait la rage au cœur. On l’avait abandonnée. Et elle se vengerait.

Alice se cacha dans un local minuscule et s’y endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: [Semaine 1 ♫ Jour 2] Rencontre en plein cauchemar   
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [semaine 1 ~ Jour 3] Trois mecs et une meuf. Sans oublier le Clebs...
» 298 - Lune 11 - Semaine 4 - Jour 3 - PORTES DE LA LUNE
» 298 - Lune 13 - Semaine 3 - Jour 1 - LYS
» 298 - Lune 11 - Semaine 4 - Jour 2 - WINTERFELL
» 298 - Lune 11 - Semaine 4 - Jour 2 - WINTERFELL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: S1-