Nous sommes en Octobre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !
Joyeuses fêtes à tous !
Tout le Staff vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Manger comme des gros, buvez avec modération (hinhinhin) et faîtes des bisous à votre tante sexy pour nous ! <3

 [Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.
Invité
Invité
avatar


[Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.   
Mar 22 Oct - 12:58
((Okay, c'est court, fallait que je fasse un starter. Je ferais un truc plus long quand on aura commencé à jouer.))

Votre nom est Darry Harvey et voilà deux jours que vous êtes coincés dans ce putain de sa mère d’hôpital. Vous venez de vous réveiller au matin du troisième jour. Vous et la fille – maintenant vous savez qu’elle s’appelle bien Reiiko – êtes cachés dans une salle du service des soins palliatifs. Vous avez bloqué la porte avec une chaise, puis vous avez enfin utilisé vos séances de musculations répétées pour une bonne cause : pousser l’armoire gigantesque qui trônait dans un coin de la pièce et la mettre devant la porte. Ça vous a laissé à peu-près tranquille hier. Mais vous êtes affamé, et surtout, vous avez toujours envie de sortir. Cet endroit sombre et glauque vous est insupportable.

Vous vous levez de la chaise où vous êtes assis, ayant galamment laissé le lit à Reiiko – et pas du tout car elle a fait chier pour l’avoir.

« On devrait y aller. On va crever de faim ici. »

C’est chaud, vous n’avez aucune arme, à part l’ordi à la coque fissurée et tachée de sang. Mais vous n’avez pas beaucoup de choix.

« Faut qu’on trouve des armes, de la nourriture, d’autres fils de putes qui sont pas encore des zombies. »

Vous commencez à pousser l’armoire hors du passage à nouveau, en essayant de ne pas trop la faire grincer pour qu’elle n’attire pas les zombies.

Revenir en haut Aller en bas
Reiiko A. Jäger
Femme à tout faire & mascotte
avatar
Survival Coins : 329
Age : 21
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'

Fiche perso
Santé:
79/117  (79/117)
Faim:
75/100  (75/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.   
Mar 22 Oct - 13:43
Darry avait fait jouer sa musculature –impressionnante soit dit en passant- et avait poussé une armoire pour bloquer notre « chambre ».

J’ai fait sentir que je voulais le lit, ça ne l’a pas dérangé. Mais j’ai mal dormis, j’ai même sangloté, et le mec n’a rien dit ou n’a pas entendu. Qu’importe. On a passé une journée dans le noir, sans bruits. C’était horrible. Je déteste ce silence pesant. J’ai vidé le peu de batterie de mon MP3 pour écouter de la musique le soir, maintenant, sans musique, je suis seule.  

J’suis pas clostro’, mais là, si. Faut que je sorte, pis j’ai la dalle ! Avant que j’entame une séance d’hyperventilation, Darry annonce qu’il  afaim, et ni une ni deux vire l’armoire. Génial ce mec ! J’adore ces muscles…

Il sort en premier, zyeute le couloir et me laisse le chemin libre.

« Manger, ok. Armes idem. J’ai… euh… je t’ai pas dit… un couteau... »

Je lui montre un mini canif, vieux comme le monde, qui en a vu de la vie.

« Il coupe bien, mon grand-père me l’aiguise… on s’en fiche… ouais… »

Je fais une pause. Devrais-je lui dire ? Il ne va plus vouloir de moi après non ? Si ? Bah, au pire, sans mon cerveau, le tas de muscle vaut rien, ehwé !

« J’sais pas m’en servir. M’faut un bâton, un truc plus… longue portée ! »

J’ai toujours rêvé d’être le héro d’un film, d’une grande aventure, mais là, ça pue. Darry à l’air dans son élément, passé la surprise, et je dois être pareille. On est quoi ? Des monstres ? Pour accepter un truc comme ça, c’est au moins ça qu’il faut. Tant pis, on survit. Et si un jour on me demande des comptes, je leur cracherais à la gueule que c’était moi ou eux. Ca doit être pire pour Darry, en plus de se sentir coupable de tuer, il m’a sur le dos. Putain, chuis vraiment une gamine inutile !

« Hey, m’sieur ! ça te fais rien de tuer ces… trucs ? C’est vrais ils sont humains quoi ! Enfin, avant… ou encore maintenant, chais plus, chais pas… »

Je chuchote, pour pas attiré les sujets de ma tirade.

« Hey, si un moment, c’est trop lourd pour toi de m’aider, tu me laisseras hein ? J’veux pas être un fardeau ! »

Je sens une boule monter dans ma gorge, j’vais pleurer. Je me retiens tant bien que mal…

« Je veux pas embêter les gens t’sé. T’es pas Gandhi mais t’es gentil quand même… Faut pas que t’ais de remords, pas d’pitié. Laisse-moi si tu veux ! »

J’me trouve stupide d’avoir dit ça, mais ça m’fait du bien. J’sais pas ce qu’il va rétorquer, en tout cas, en attendant je pleure.




[HRP: séance de psy yo]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.   
Mar 22 Oct - 14:04
…Wow. « T’es pas Ghandi mais t’es gentil quand même ». C’est probablement le truc le plus sensible que qui que ce soit vous ai dit depuis que vous vous êtes barré de chez votre mère, et ça vient d’une meuf que vous essayez de draguer en espérant qu’une apocalypse zombie soit assez de désespoir pour qu’elle veuille bien de vous. C’est… Surprenant ?

Attends, est-ce qu’elle est en train de pleurer ?

Vous regardez autour de vous. Aucun zombie, aucune distraction… Merde. Il faut que vous fassiez quelque chose. La regarder pleurer comme un crétin, ça va pas la séduire, c’est sûr. Vous faites un pas vers elle et mettez une main sur son épaule avec hésitation. S’il y a une chose que vous avez jamais eu besoin de faire dans votre vie, c’est réconforter quelqu’un. Sûr, y’a eu des coups durs dans votre gang, quelques types ont perdus des membres de leurs familles, ce genre de truc, mais ça aurait été humiliant pour eux de demander de l’aide – encore plus de montrer autant d’émotion.

La seule fois où vous avez vu un de ces mecs pleurer, c’était quand la mère de Ramon, un mec cubain, vous croyez, était morte. Elle était vieille, sa mère, et malade. Le type vous l’a annoncé, disant qu’il ne serait pas là le jeudi parce qu’il enterrait sa mère. Vous étiez assis sur une chaise, lui debout à la fenêtre, regardant dehors. Il avait pris un ton dégagé et vous pensiez qu’il s’en foutait un peu, qu’il avait dû se faire à l’idée que sa mère allait y passer depuis longtemps. Mais quand il s’était tu sa voix était un peu cassé, et vous vous êtes rendu compte avec surprise et malaise que son dos tremblait, sursautait régulièrement. Il avalait si bien les sanglots que vous n’entendiez rien, et comme il vous tournait le dos vous pouviez pas voir sa tête, mais vous saviez. Vous pensez qu’il savait aussi que vous saviez.

Vous n’en avez jamais parlé. Tout le monde a son honneur.

Vous essayez maladroitement de tapoter l’épaule de Reiiko.

« Hé, écoute, on va s’en tirer, okay ? Et j’te jure que t’es pas un fardeau. T’sais, si tu m’avais pas envoyé cette putain de porte dans le nez, je l’aurais probablement ouverte pour voir ce qu’il y avait, et je me serais fait bouffer rapidement par le zombie. »

Vous n’aviez pas l’intention de lui laisser savoir que vous avez une dette envers elle, mais là, pas le choix.

« On va sortir de là. Faut juste qu’on s’organise et qu’on craque pas. T’inquiète, j’ai l’habitude des situations chiantes. J’veux dire, c’pas pour me vanter ou un truc comme ça, mais je suis membre d’un gang, un peu l’chef en fait, et on a l’habitude de défoncer des fils de putes. »

Encore un truc que vous n’êtes pas censé raconter comme ça à n’importe qui. Tant pis. Vous lui adressez ce que vous espérez être un sourire réconfortant.

« On est probablement pas tout seuls à avoir un peu de cervelle et de courage dans tout cet hôpital. J’suis sûr qu’on va trouver quelques autre connards qui nous aideront à nous en sortir. Et après, tu pourras rentrer chez toi, tranquille. Okay ? »
Revenir en haut Aller en bas
Reiiko A. Jäger
Femme à tout faire & mascotte
avatar
Survival Coins : 329
Age : 21
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'

Fiche perso
Santé:
79/117  (79/117)
Faim:
75/100  (75/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.   
Mar 22 Oct - 15:51
Il pose sa main sur mon épaule, putain la honte ! J’chiale devant un mec que je connais presque pas, et il me réconforte ! Putain… sans lui j’serais morte … j’lève les yeux, embués de larmes, j’attrape sa main et la serre brièvement. Fort, même pas une seconde. Heureusement qu’il est là…

«  Hé, écoute, on va s’en tirer, okay ? Et j’te jure que t’es pas un fardeau. T’sais, si tu m’avais pas envoyé cette putain de porte dans le nez, je l’aurais probablement ouverte pour voir ce qu’il y avait, et je me serais fait bouffer rapidement par le zombie. »


Ah ? Je l’ai sauvé ? Pourquoi pas ! C’est rassurant ! Il continue de parler, je dévore ses mots. Putain, dans le style bad boy j’ai pêché un beau poisson… Visiblement, il pense queje suis pas un poids… Et il a bien raison ! Darry dit qu’on va trouver des gens, comme nous, vivants ! Eh ouais ! On va s’battre et s’en tirer ! J’vais retrouver mon frangin ! Ouais !

Je plante mes yeux dans son regard et annonce :

« Merci, savoure, tu va pas l’entendre souvent ! »

Je calque un vrai sourire sur mon visage et le pousse en avant ! J’ai la pêche et j’ai retrouvé mon courage. Zombies, cachez vous, ahahahah !

On inspecte les couloirs, et bon dieu, on en trouve pas. On a fait un quart du service peut-être, et c’est chiant. Y’a des zombies enfermés dans les chambres, on les entend… des fois, ils ont pété la vitre, et là on choppe ce qui nous tombe sous la main (souvent des chaises) et on leur explose la gueule, vite fais bien fait !  On en a croisé un, dans un couloir adjacent, cet imbécile nous a entendus, alors on est passés sans bruits, comme des voleurs.

Pour le second débile qu’on a croisé, on a pu se cacher dans une chambre et attendre qu’il passe. Mais on continue de voguer à l’aveuglette, et ça m’agace. On sait même pas où on va !

« Bon, on va pas se taper tout le service, si ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.   
Jeu 24 Oct - 6:13


Ça fait je ne sais combien de temps que je vois ces quatre putins de murs, je suis en train de devenir fou... Après avoir cherché la pièce au complet la seule choses que j'ai trouvé est cette seringue contre les allergies.  Après avoir marqué un des murs de barres, ça fait combien de temps que je suis ici? J'aimerais tant sortir, mais va-t-il y avoir encore un de ces monstres? Je vais jeter un coup d'oeil par la vitre, on dirait que c'est vide... devrais-je tenter d'y aller. Prenons une change. Il tente d'ouvrir la porte mais quelque chose bloque la porte  … Pourquoi la porte n'ouvre pas? Je ne veux pas mourir dans cette putins de place... Il se met à gueuler




« Quelqu'un ouvrez moi cette saloperie de porte »




Je vire fou... Quelqu'un pourrait venir m'ouvrir cette saleté de porte... si seulement j'aurais un outil pour l'ouvrir que ce soit un centimètre pour utiliser un outil pour ouvrir connerie. Aller je cherche la pièce pour quelque chose, un tiroir... non cela ne fonctionnera pas... la chaise d'opération... OUI! Aller il me faut le bras de la chaise... Il prend un couteau d'opération pour démonter le bras de la chaise et l'utilisé comme levier il pousse la porte et fais une petite ouverture pour mettre le bras de la chaise et tente de l'utiliser comme levier, cela ne fonctionne pas il y a plus qu'un corps qui bloque la porte certainement... Merde j'ai besoin d'aide... mais j’entends quelqu'un de l'autre côté?




« … on.... se taper... tout le service, si? »




Merde, je ne suis pas le seul dans cette place de fou? Mais... j'espère ce n'est pas un de ces machins... Aller je prends un risque... Il se met à frapper comme un fou dans la porte, il est possible que le son attire certains zombies




« S'il-vous plaît... aider moi à sortir de cette place... je ne sais pas combien de temps ça fait que je suis ici... s'il-vous plaît... ne soyez pas un de ces monstres...»




J'espère vraiment qu'ils vont venir me sauver... Je vais mourir si cela continue... j'ai faim... s'il vous plaît, faites qu'ils viennent me sauver... je pourrais être utile... je VEUX survivre! J'espère qu'ils m'ont entendu...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.   
Ven 25 Oct - 8:58
Tout était partie en couilles ici. Toutes et tous. Ça va faire quoi ? 2- 3 jours que je traîne dans cette endroit pourrit qui sent la mort et qui fait hérisser les poils de mon chien toutes les secondes. Elle se retenait la bestiole, de lâcher un de ses putains d’aboiements. Elle retenait ses crocs, retenait sa queue de passer entre ses jambes par fierté. On était deux pauvres paumés se méfiant de tout. Heureusement, d'après les multiples cadavres littéralement explosés qui se trouvés sur le sol, j'me disait qu'on était pas seul a défoncer la gueule de ces Zombies. Une idée qui bizarrement sut me rassurer. Pied de biche dans une main, l'autre tendu devant la frimousse de son chien, on pouvait sentir tout un paquet de tension entremêlée à de la nervosité sur les épaules carrées de Jack. J'ai peur putain! Soudainement, la husky se stoppa. Oreilles dressées, truffe en action, elle se retourna en un bond, entendant ce qui semblait être des gens. Merde qu'est qu'elle a ?! Ces enfoirés reviennent ?! Ils sont plutôt loin mais les appels au secours de Charles raisonnent dans tout le couloir, attirant ,évidement, une horde de zombies.

    « Oh le con ! »
Qui est l'enfoiré qui gueule comme un porc qu'on égorge bordel !? Faut que ces trous du cul se ramènent maintenant! Vite en plus! La husky recule d'un pas, puis de deux, aucune raison de rester là, elle décoche un petit jappement et se casse en courant.

    « Ah ouai, t'es comme ça toi ?! »
Le chien, meilleur ami de l'homme, tu parles ! Mon cul c'te phrase. Il se met tout de même a courir, après tout si Ivory aboie alors qu'elle n'en a pas le droit, c'est que vraiment, c'est le gros merdier à l'autre bout du couloir. Sont long ces couloirs putain...Et tout ces bouts de verres qui trainent, j'espère qu'Ivory va pas se planter un de ces trucs dans le coussinet ! Tiens, il y a des gens là-bas. Deux silhouettes, une petite, l'autre plus grande. Pas un de ces connards please. Il brandit son arme, prêt a leur éclater le front d'un coup sec. La chienne quand a elle, court à toutes pattes vers eux, sans se méfier. Pas zombies I guess. J'arrive enfin devant eux. Pas de bonjour, pas de bonsoir, on a pas que ça a foutre. Jack se retourne vers la chambre où semble être enfermé le brailleur. Il plante son pied de biche et force la porte pour que celle ci s'ouvre. De toute évidence cette dernière était condamnée autant de l’intérieure que de l’extérieur.  Le chomeur choppe alors Charles par le col de sa veste et le fait sortir de là, l'air furieux.

    « L'ouvre même pas ! Pas de merci tout de suite ! Cours et tais toi. » Il commence a avancer, imposant un ordre a ceux derrière lui, plutôt en panique. « Ils sont au moins une vingtaine, alors a par si l'un de vous se balade avec une grenade, j'propose qu'on se casse !»
Ivory aboie, elle semble vouloir montrer le chemin. Ouai, ouai, je sais.. mon chien c'est Lassie ! Bref, j'arrive de nulle part, j'espère qu'ils vont pas faire les cons !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.   
Mer 30 Oct - 14:24
Oh bordel de meeeeerde. C’est décidé, dès que vous êtes hors de danger, vous aller défoncer la gueule de ces putains d’enculés. D’abord l’abruti qui s’est mis à gueuler comme un porc qu’on égorge, puis l’autre avec son abruti de clébard qui aboie comme un débile mental, puis le mec lui-même qui, bien qu’au moins il dise quelque chose de valable, parle beaucoup trop fort pour vous. Alors que vous aviez réussi à vous vous en tirer trois jours sans presque avoir à vous approcher des zombies… Bordel. De. Merde.

Pas le moment de commencer les imprécations et les insultes, toutefois. Vous gardez vos gueulements pour quand vous serez en sécurité, ce qui devra bien arriver un jour. Vous saisissez le bras de Reiiko fermement et vous lancez en avant, à la suite du mec chelou avec le chien. Pas de temps à perdre. Sûr, les zombies ne sont pas rapides, mais il pourrait y en avoir dans les chambres, en avant de vous, dans les escaliers, n’importe où, et ils ont probablement tout entendu. Pendant un instant horrible vous vous rendez compte que vous vous trouviez il y a une minute dans un hôpital grouillant de zombies végétatifs, et que vous venez juste de sonner la cloche du déjeuner. Des hordes entières dans tous les services doivent être en train de se mettre en mouvement dans votre direction.

Bordel. De. Meeeeeeeeerde.

Vous devez aller assez loin pour qu’ils n’arrivent plus à vous situer. Vous jetez un regard à Reiiko. Non, celle-là est assez intelligente, vous n’avez pas l’intention de la laisser crever comme une merde. Elle a un canif qu’elle parait prête à vous donner et elle réfléchit, au moins. Les deux autres, ils peuvent aller se faire voir au truc du cul du monde pour tout ce que vous en avez à foutre. Qu’ils vous suivent ou qu’ils aillent ailleurs, ça ne vous regarde pas. Vous foncez vers les escaliers dans le but d’aller vers la cafétéria. Vous avez besoin d’attraper un peu de nourriture ou au moins d’eau, parce que vous n’allez pas tenir bien longtemps sans ça. Il y avait bien un peu d’eau dans le robinet de la chambre, mais elle a dû être coupée et le peu qui a coulé du conduit n’a pas pu hydrater grand monde.

Vous vous arrêter assez longtemps pour lever un pied et projeter loin de vous, d’un coup de pied dans le torse, un enculé de fils de pute de mort-vivant qui sortait d’une chambre comme s’il venait de se réveiller le matin et qu’il allait chercher le petit déjeuner. Pas le temps de s’attarder à le tuer. Repoussé, il tombe par terre, l’air hébété, et commence rapidement à se relever, mais vous avez déjà recommencé à courir. Vos doigts sont crispés sur le bras de la meuf, vous espérez vaguement qu’elle a pas trop mal. Vous atteignez les escaliers et vous commencez à les dévaler à toute vitesse. Out of the way, mother fuckers ! Vous avez un bras plein d’ordi défoncé, une main plein de damoiselle en détresse, et une tête pleine de ils vont me le payer ces fils de putes.

((Hhhh je suis en retard encore. J'ai eu quelques difficultés. Sorry bout that))
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: [Semaine 1 - Jour 3] Let's find some other mother fuckers.   
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...
» HOROSCOPES DU JOUR
» Potins à gogo ~ ragot de la semaine
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» Infos françaises du jour (prédictions) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: S1-