Nous sommes en Septembre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !

 [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

[QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Mer 26 Mar - 19:34
Semaine 02 - Jour 03

Ses cris retentissaient dans la ruelle, se répercutant sur les façades sombres et sales. Je ne savais où j’étais, je ne savais où aller, j’étais perdue. Seule, avec pour seule compagnie mon bébé, Shawn, affamé, nouveau né, hurlant.

Hier, nous étions sortis de l’hôpital, de ce que j’avais cru être un cauchemar, une mauvaise passe. Je pensais que lorsque le soleil effleurerait à nouveau mon visage tout disparaîtrait, que j’oublierai les visions d’horreur et les cris, la peur et la faim.
Mensonge utopique.
Quand j’avais franchi le trou dans l’enceinte, Shawn endormi dans mes bras, et que la pâle chaleur de février avait à peine réchauffé mon visage, tout ce à quoi nous avions eu le droit était la mort. Partout, des corps inanimés gisaient, ensanglantés, raides. J’avais refusé de voir ceux qui, dans un coin, continuaient de bouger dans un gargouillis immonde et m’étais éloignée de l’endroit maudit en serrant fort mon seul amour contre mon cœur.

Très vite, je m’étais engouffrée dans une petite rue et avais trouvé refuge dans un immeuble, ayant trouvé par mégarde un appartement ouvert et abandonné. Je nous avais lavés sommairement avec de l’eau chauffée sur la gazinière et m’étais nourrie de céréales qui traînaient dans un placard avant de sustenter aux besoins de mon fils.

Mais, lorsque le jour s’était pointé, une idée obsédante avait envahi mon esprit : nous devions rejoindre Steve, mon mari, son père. Nous devions rejoindre notre maison, à tout prix. Alors, j’avais pris Shawn dans mes bras, descendu les quelques marches de l’immeuble et m’étais engouffrée dans le dédale des rues.

Et à présent, j’étais perdue. Steve m’aurait vraiment engueulée, s’il avait su. A me dire que j’avais vraiment un sens de l’orientation de merde (on s’engueulait souvent quand je devais lire une carte pour le guider, en voiture).  Ma jambe gauche me gênait atrocement et me faisait souffrir, m’étant entaillé le mollet sur un bout de ferraille en cours de route. Le seul point positif était que Shawn s’était paisiblement endormi. C’était déjà ça.

Désemparée, je sentis ma vision devenir trouble, mes joues s’humidifier. Merde alors, pleurer n’était vraiment pas la solution. D’une main rageuse, j’essuyais ces larmes intempestives tout en faisant attention à ne pas réveiller l’enfant. Je devais réagir.

Claudiquant, je remontais l’allée à la recherche d’indications, d’aide, de n’importe quoi qui puisse m’être utile.



Règles et rappels
Petites précisions

La jeune maman se trouve donc sur la 12th avenue, en mauvaise santé et avec un bébé pouvant se réveiller à tout moment. Sa jambe gauche est abîmée suite à une mauvaise chute, elle ne peut pas courir.
Et c'est donc en sa compagnie que vous devez vous rendre dans le pâté de maison qui se trouve entre Wayne Avenue et Lakeshore Avenue, en sachant que les rues ne sont pas sures et que tout Park Boulevard est envahi par les zombies et est encombré de voitures.

Déroulement de la quête
- La quête se fera en un seul RP, dans le forum "Les Rues" en un nombre de messages définis (en fonction de vos réactions) de 250 - 300 mots, chacun (vous pouvez faire plus tant que cela ne retarde pas la quête).
Récompenses
Le butin gagné a la fin de la quête sera réparti entre vous à la fin de celle-ci. Celui-ci peut être augmenté en fonction de vos messages (Vous pouvez gagner des points de compétence en plus, ou des points de réput' bonus etc.). Ces récompenses ne vous seront livrées qu'en cas de réussite de la quête !
- 20 points de réput' chacun.
- 10 unités de médicament à se répartir
- 7 unités de nourriture à se répartir.
- Des bonus en fonction du déroulement de la quête.

Autres
- Merci de respecter le tour de Jeu : vous posterez chacune votre tour, puis ce sera à un PNJ d'intervenir (votre ordre à vous se déterminera lors du premier tour, en fonction de l'ordre dans lequel vous posterez Wink)
- Parfois, vous serez obligées de choisir entre plusieurs options ayant chacune des répercussions différentes (héhé). Pour cela, libre à vous de vous mettre d'accord par MP ou dans le topic de gestion de la quête, qui vous est dorénavant réservé, ou tout autre moyen de communication. Si ce passage vous semble flou, ne vous inquiétez pas, je vous expliquerai tout plus en détail au fur et à mesure.
- Faites bien attention, je vous rappelle que vos actions auront une répercussion sur le RP "normal". Donc, faites attention à vos fesses, une blessure serait regrettable Smile

Si vous avez des question, ma boîte mail est ouverte !
Bon courage Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Ven 28 Mar - 18:14
Quand Bébé est là, les souris dansent ...
ou pas !
Semaine 02 Jours 3


Je ne fuyais pas. Je voulais juste découvrir ce dont la folie est capable.

Je suis sortie de chez les keufs, assez indiférente. Le fait qu'ils se fassent bouffer ne me dérange absolument pas, au contraire ! Qu'ils aillent tous crever, ces pauvres cons. J'aurais d'ailleurs bien aimée retrouver le cadavre inerte, gisant dans le sang, du colonel Petuis qui m'avait intéroger avant l'explosion de l'hopital. Enfin, d'après ce que je savais, une aile de l'hôpital avait été explosée. Cet hôpital, qui abritait (et abrite toujours, je pense) des humains en quarentaine, et avec eux, nos chèrs bébés monstres. Ces trucs visqueux, vraiment dégueulasse ! Je ne pouvais vraiment affirmer ce que je savais, mais j'exposais seulement ma théorie, alors m'emmerdez pas, cordialement.

Nan. Ce qui me dérange le plus, c'est que ces Bébés me trouvent. Pour rien au monde, je ne voudrais me faire bouffer par une de ces choses qui me hantent l'esprit depuis mon départ. Après être resté une journée entière dans une cellule, attendant comme un pouffiasse, j'avais décidé de sortir. J'étais pas celle qui voulais flingué tout ce qui bouge. De toute manière, j'ai pas de fling. Moi, chuis une dure, une qui vous transperce le crâne des bébés avec un simple doigt. Nan, je déconne.

J'avais lu dans un bouquin -enfin pas moi, ma meilleure amie, d'ailleurs je pense encore à elle...- que dans les situations critiques, il fallait faire des trucs qu'on avait l'habitude de faire. Genre, fumer une clope. Ou se shooter. Mais je me shoote pas, moi. Je fais juste qu'avaler ce gaz si dégueulassement bon qui se trouvait dans la clope. Et là, j'en avait vraiment envie. Disons que j'avais pas fumer depuis au moins trois jours, à cause de ces batard de flics. DONC il me fallait une clope, du feu, et un portable qui fonctionne si possible.

Je suis donc partie à la recherche de ces précieux bien, dont j'avais grandement besoin. Après avoir enjambés quelques cadavres, avec mon sac sutr le dos, j'ai bifurqué dans une petite rue. J'ai suivie. Tout était calme, pas un bruit. Je n'entendais que le bruit rauque de ma respiration, assez flippant comme son, je dois dire. Quand soudains, j'ai entendu des pas. Des pas d'humains, des pas de course, assez réguliers au début. Je me suis accroupie, me plaquant contre le mur. Impossible de dire d'où provenait le son. Très vite, j'entendit les pas qui devenait de moins en moins régulier... Quelqu'un de blesser ? Il y avait de forte chance.

Mais qu'est ce que j'en avais à foutre, moi ! C'était une personne, OUI, elle était dans la merde, OUI... Mais elle était pas la seule. Et j'avais assez de ma propre petite personne à m'occuper. Du feu. Une clope. Voilà mes réelles motivations, enfin pour le moment. Mais qui sait, la personne avait peut être de quoi me satisfaire ? A ce moment là, je pourrais sûrement l'aider. Je me suis donc aventurée dans une grande rue assez claire. De l'autre côté se trouvait la personne... Une femme, à en juger par la coiffure. J'ai rien contre les mecs avec les cheveux longs, hein ! Je ne la voyais que de dos, à ce moment là. Je me suis approché doucement vers elle, en toussant.

" Heu... S'cusez moi, m'dame, vous avez pas du feu ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Mer 9 Avr - 18:59


Épisode 1: Nécrose, Wikipédia et bébé



Lorsque j'ai commencé mes études en médecine, j'étais impressionnée et effrayée par toutes les maladies, infections et virus en tout genre qui pouvaient affliger les êtres humains. Je me rappelle d'un de mes premiers stages à l'urgence; un petit vieux diabétique avait sa jambe toute nécrosée car il ne faisait pas attention à ses sucres. Le pire dans tout ça, c'était qu'il laissait son chien lécher ses plaies pourries car ça le faisait se sentir mieux. Le chien avait dû être euthanasié et on a amputé la jambe du monsieur. C'était donc une des premières fois où j'ai vomi au travail. Ensuite, il y a eu les fois de la tentative de suicide ratée avec pistolet, une madame à qui on a dû faire une collostomie (en gros - vous voulez pas savoir - faire sortir un morceau de l'intestin et faire chier la personne du ventre), l'ado qui avait eu la main broyée dans une machine de l'usine où il travaillait, (vous voyez le genre). Maintenant, je pense être beaucoup moins impressionnée par ces choses là. Enfin: c'est ce que je croyais avant que les MORTS COMMENCENT À SE RELEVER.

Lorsque les gens se sont mis à oublier qu'ils étaient morts, je faisais mon dernier stage avant d'obtenir mon diplôme. Je travallais à la maternité et, bien franchement, je trouve que c'est de loin le meilleur département. Certes, il y a des femmes qui hurlent jour et nuit dans cette section, mais c'est aussi le seul département d'un hôpital qui délivre plus de bonnes nouvelles que de mauvaises. Annoncer aux gens qu'ils ont le cancer, dire qu'ils doivent être (amputé), avouer qu'un(suicide)a été réussi arrivait beaucoup plus souvent que la mort d'un nouveau né.

Mais je savais que la mort de l'enfant d'une mère dont je m'occupe me détruirait. Franchement. Il y avait toute sortes de choses que je n'aimais pas ou dont je me foutais. Mais les enfants avaient toujours réussi à toucher quelque chose que même-moi je n'arrive pas à identifier. (Peut-être l'instinct maternel?) Peut-être.

La semaine que j'ai passé dans l'hôpital fut infernale. J'ai longtemps pensé qu'en m'intéressant à la médecine que je le faisais pour mieux aider les autres. Mais, pendant toute cette semaine, je n'ai aidé personne. Je suis restée cachée, en évitant tout contact avec les autres. J'aurai sans doute pu aider un bon nombre de femmes dans mon département, mais au final, je n'ai rien fais car j'avais trop peur de crever. Je doute de mes propres idéaux, ce n'est pas génial? Je pensais, (je pense) pouvoir apporter quelque chose aux autres. Je n'ai qu'à mettre de côté ma peur de la mort pour faire ça... non? Non. Ce n'est pas si simple.

Mais comment je peux vivre si la (culpabilité) m'écrase?

Bref. Au bout de sept jours, je suis finalement sortie à travers un mur qui avait apparemment été explosé. Lorsque je suis sortie, il n'y avait personne et les seuls sons ambients étaient ceux des alarmes des voitures et le grognement des morts-vivants.

Hier, j'ai trouvé un club de golf. Il trainait sur le sol, comme ça. À côté d'un cadavre humain. J'avais déjà vu des morts; des biens conservés, des pourris, d'autres avec des têtes pulvérisées. Tout ça. Mais voir un mort dans la rue ça n'avait pas le même effet. J'avais cependant l'avantage de n'être pas trop choquée par le graphique de ces situations, du sang et des morsures. C'était tout de même affreux, mais... mais voilà.

Aujourd'hui, je déambule dans les rues d'Oakland. Ce que je cherche, c'est des alliés. Des gens que je connais, ou pas, qui pourrait m'aider. Ce que je veux, c'est quitter la ville. Là où il y a moins d'humains, il y a moins de morts-vivants; j'irai me cacher quelque part au Nebraska, je pense. Ou encore dans le Nevada... hormis Las Vegas, il n'y a pas grand chose là-bas, non? C'est pile à ce moment que j'aurai besoin de Wikipédia, mais mon téléphone est vidé de ses batteries et... bah j'ai pas d'ordinateur avec moi.

Rappelez-vous: Wikipédia est votre ami. (Wikipédia vous aide à obtenir votre diplôm). Mais sans internet, pas de Wikipédia! Pas de Wikipédia!

Je marche donc en m'imaginant surfer tranquillement sur le net. Ça me manque déjà. Une vidéo de chatons sur youtube me ferait clairement du bien. Et lire des articles sur la survie en Zombies Apocalypse diminuerait peut-être mes chances de me faire bouffer, voler, tuer ou violer. Et en parlant de voler, je vois deux personnes au loin. L'une étant d'ailleurs dos à moi et semblant tenir quelque chose dans ses bras. De la nourriture?

Peut-être étaient-ils.... Non. Attendez. Ce sont des elles. Je sais reconnaître ça... comme tout le monde en fait.

Peut-être étaient-elles des bandits?

Je lève mon club de golf. Je m'approche, le plus discrètement possible. Je me glisse derrière une voiture accidentée et j'ai une meilleure vue sur les deux femmes. Ce qui me frappe, c'est que l'une des deux porte non pas de la nourriture mais un bébé.

(Un bébé. Un enfant.)

Je sors de ma cachette, le club de golf toujours bien installé dans le creux de mes mains.


« Oh mon dieu... »


Tout de suite, je remarque que la femme est blessée à la jambe et qu'elle pleure.

Le bon en moi, celui qui disparait si rapidement lorsque je suis en danger, ressort et je m'approche d'elle en lachant mon club sur le sol. Je dépose mon sac sur le sol et je m'accroupie pour fouiller à l'intérieur. Je trouve mon unique bandage... ce qui est mieux que rien pour aider la dame.



« Vous avez pas été mordue j'espère? Le bébé va bien? Non mais, arrêtez un peu de pleurer, s'il-vous-plait. Je vais m'occuper de votre jambe. Faîtes-moi confiance. »


Je parlais un peu trop vite pour avoir l'air de quelqu'un à qui on pouvait faire confiance et je me perdais un peu dans mes pensées. La vitesse avec laquelle j'avais réagi, c'était simplement une preuve que j'essayais de me donner que j'étais capable d'aider quelqu'un. Ce n'était pas pour la dame. C'était pour moi.

Je me purge, je ferme mon sac, je me purge, je le remets sur mon dos. J'ai le bandage dans mes mains, je me purge, et je regarde l'autre femme. Elle n'a pas l'air très commode et, surtout, elle ne semble pas connaître la mère aussi.



« Je m'appelle Alicia Garland. Je suis presque médecin. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Ven 11 Avr - 16:09



Sans courage, on ne vit pas !

On ne fait que survivre.


Semaine 02 - Jour 01

Allongée sur mon lit face au mur, j'essaye tant bien que mal de trouver le sommeil, mais voilà maintenant plus d'une semaine que je suis enfermée dans cette chambre, ma chambre... De l'autre côté de la pièce, sur le lit de mon ancienne colloc' une forme se dessine sous la couverture recouverte de sang caillé. Alors que je tente de ne pas y penser une explosion retentit non loin de l'aile psychiatrique, si seulement j'avais le courage de déplacer ma commode de la porte pour passer la tête dans le couloir. Mais non ! Je reste blottie dans mes draps jusqu'à ce que Morphée vienne me prendre et m'emporte dans un monde idyllique où je retrouve ma mère et ma soeur. Elles me manquent.


Semaine 02 - Jour 02

Voilà maintenant deux heures que je suis réveillée, assise sur le bord de mon lit je ne cesse de penser à ma petite soeur, seule dehors, ce bâtard a du fuir, il ne l'aurait pas protégé, pourquoi l'aurait-il fait ? Je ne peux pas rester ici, je vais finir par mourir de faim si je ne bouge pas, mais comment pourrais-je sortir, ils sont si nombreux ces...choses. Depuis que l'hôpital a été mis en quarantaine je n'ai pas bougé de ma chambre, même lorsque Megane est sortie pour tenter sa chance je ne l'ai pas suivi. A-t-elle survécu ? Je n'en sais rien, je l'espère. Quoi qu'il en soit ma situation n'a pas évolué, l'hôpital a peut-être été envahi, mais moi je reste toujours confinée dans ma chambre, comme si j'attendais qu'une infirmière rentre pour me donner mes pilules et me disent que c'est l'heure du quartier libre, mais personne n'est jamais venu, à part lui.

Mon regard sur porte sur le lit voisin, sous les draps ensanglantés repose un flic. Il est entré il y a quatre jours de cela et il n'est jamais reparti. Alors que Meg' venait juste de partir et que je me morfondais, me voyant déjà morte, quelqu'un s'était mis à tambouriner à la porte. Sur le coup j'avais cru qu'il s'agissait de ces montres, mais lorsque sa voix avait raisonné dans le couloir j'ai pu avoir la confirmation qu'il s'agissait d'un mec normal. Lorsque j'avais ouvert la porte, j'avais cru voir arriver mon sauveur. L'homme était en uniforme, il devait avoir dans la trentaine, plutôt beau garçon, il m'avait repoussé, puis avait violemment fermé la porte derrière lui. Sur le coup je n'ai pas remarqué qu'il avait été blessé, mais à peine fut-il entré qu'il se laissa choir sur l'un des lits.

Nous sommes restés quelques minutes à nous observer, je n'ai pas décroché un mot, lui non plus. Jusqu'à ce que je remarque sa blessure, on aurait dit que quelque chose l'avait mordu à son bras. Quand il remarqua mon regard insistant, il sortit son arme et commença à caresser sa crosse. Qu'est-ce qu'il me voulait ? Pourquoi avait-il besoin d'une arme ? En voyant que je commençais à paniquer, il me fit un sourire éblouissant, puis il lâcha un "Désolée" avant de mettre le canon de son arme dans sa bouche et d'appuyer sur la détente.

Sa cervelle était recouvrée désormais le mur immaculé de la chambre. Je ne pus m'empêcher de rejeter le peu que j'avais mangé jusque là.

C'est ainsi que je me suis retrouvée à veiller un mort, bien évidemment la vision de cet homme a été très vite insupportable, c'est pour cela que je l'ai recouvert avec la couverture. Cependant, aujourd'hui encore je me demande pourquoi il a eu un tel geste ? Pourquoi s'est-il donné la mort ainsi ? Dehors, je n'ai aucune connaissance de la situation. Depuis que l'hôpital a été mis en quarantaine je suis restée dans ma chambre. Certes j'ai pu voir que des humains s'attaquaient à leur semblable, mais je n'ai pas voulu en savoir plus. Je me suis simplement cachée, je suis une lâche !

Vais-je finir mes derniers jours en compagnie de ce flic ? Non ! Ça ne se peut pas ! Elle doit m'attendre, terrorisée, cachée dans un coin. Qu'est-ce que je raconte, elle est bien plus forte que moi, elle ne resterais pas tranquillement à attendre que la tempête passe. Il faut que je la retrouve !

Suis-je assez forte pour survivre ? J'ai tellement peur de sortir et de me retrouver nez à nez avec ces infectés. Cependant j'ai besoin d'une arme, je ne peux pas m'aventurer dehors sans avoir un moyen de me défendre. Je me lève de mon lit et me dirige vers le flic, il tient encore dans sa main son arme. J'aurais du la lui retirer avant, maintenant je suis obligée de faire craquer ses doigts qui se sont refermés sur la crosse. Encore une fois je réprime un hoquet de vomi. Allez ne fait pas ta mignonnette, tu viens de passer tes jours aux côtés d'un mort, lui prendre son arme ce n'est rien.

Désormais une arme à la main, je suis prête à sortir, cependant avant de déplacer la commode je dois récupérer quelque chose. Dans un coin de la pièce un sac à dos traîne, celui de Megane... Je le prend puis me dirige vers la commode, j'ouvre un des tiroirs pour en sortir un collier que j'accroche à mon cou, avant de pousser le meuble. La voie est libre, il ne me reste plus qu'à ouvrir la porte.

Je reste figée quelques secondes, pesant le pour et contre, si ma peur me permet de trouver des contres arguments, ma raison et mon coeur hurlent que je dois sortir. Il faut que je la retrouve à tout prix !

Alors que je passe la tête dans le couloir, seul le silence vient à moi. Il n'y a personne, l'explosion a du permettre à tout le monde de sortir. Je m'engage alors dans le couloir et me dirige vers l'explosion qui a eu lieu hier, elle venait vers la droite il me semble. Sur le chemin je ne rencontre personne, il règne un lourd silence dans l'hôpital, un silence de mort. S'ayez j'ai trouvé la sortie, j'enjambe le trou et me retrouve dans la cour de l'hôpital, au sol, il y a des dizaines de corps empilés les uns sur les autres. On dirait que ça remue, non ce n'est pas possible ! Je trace ma route sans me retourner, si je regarde en arrière je serais capable de courir me réfugier dans ma chambre.

Ça ne se peut pas ! Si je veux survivre, si je veux la revoir, je n'ai qu'une solution, partir à sa recherche.


Semaine 02 - Jour 03

Le soleil était haut dans le ciel, je déambulais dans les rues d'Oakland, mon sac sur le dos. Depuis mon départ de l'hôpital je ne m'étais arrêtée que dans la nuit afin de me reposer quelques heures. J'avais trouvé refuge dans les toilettes d'un supermarché (ce qui me permis de manger à ma faim et de remplir mon sac de barre énergisante) qui avait été dévalisé. Le dos contre la porte je n'avais dormi que d'un oeil et la fatigue commençait à se faire ressentir, après avoir passé 6 mois à l'hôpital mon endurance n'était plus la même.

Autour de moi il y avait des voitures abandonnées, les portières encore ouvertes, qu'est-ce qui avait bien pu arriver ? La ville était méconnaissable, sans l'agitation habituelle, on n'avait l'impression de se retrouver dans une ville fantôme aux allées dégoûtantes. Fort heureusement pour moi, depuis mon départ je n'avais rencontré personne, qu'il s'agisse d'infecté ou de personne normal et tant mieux ! Si je voulais éviter une chose c'était bien de devoir me socialiser.

J'ai toujours été une solitaire, les groupes me mettent à l'aise, je n'accepte que la présence de ma petite soeur. Allez ne t'en fais pas elle doit être en sécurité à t'attendre, peut-être est-elle partie à ta recherche et que tu vas la croiser sur le chemin de la maison.

Alors que j'étais en train de me perdre dans mes pensées, j'entendis au loin une voix, celle d'une femme. Sur le coup je me suis stoppée nette, dois-je faire demi-tour ? Ou allez vers la source du bruit ? Après tout jeter un coup d'oeil ne m'engage à rien. C'est sur la pointe des pieds que je m'avance dans la ruelle où trois jeunes femmes se sont arrêtées. L'une d'elle a à la main un bandage, surement pour soigner la jambe de celle qui porte...un bébé. Je ne devrais surement pas me mêler de ce qui ne me regarde pas.

Je reste cachée derrière une voiture, à les observer. Après tout même s'il y a un bébé cela ne veut pas dire qu'il ne s'agit pas de folles furieuses. À cette pensée je regarde mon poignet où se trouve toujours le bracelet de l'hôpital. On y trouve le service où j'étais et mon identité, il vaudrait mieux que je l'arrache. J'ai beau tiré de toutes mes forces, pas moyen, ce truc semble ne pas vouloir me lâcher, bon tant pis. Je rabats mes manches le plus possible pour que mes poignets soient cachés. Je ne préfère pas qu'on sache où j'étais, les préjugés sont trop faciles. Même si mon geste peut sembler idiot puisque je ne compte pas les rejoindre je préfère être prévoyante, ne sait-on jamais si la situation venait à changer et qu'elles me découvrent.

Quoi qu'il en soit j'attend patiemment, gardant toute mon attention sur ses femmes dans l'espoir qu'elles ne décident pas de partir dans ma direction. Je n'ai vraiment pas besoin d'être mêlée à tout ça, chacun ces problèmes.


© Yamashita sur Epicode


Dernière édition par Moïra S. Johnson le Ven 12 Sep - 20:30, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Ven 11 Avr - 17:11
Je regardais autour de moi en quête d'indices pour m'indiquer un chemin possible lorsque l'on m'aborda d'un air détaché. J'avais à peine entendu les pas dans mon dos et c'est en me maudissant d'être si peu attentive que je m'étais retournée.
Très vite, je sentis le regard insistant de la jeune fille sur Shawn, bien qu'elle essayait de toutes évidence de ne pas y porter attention. "Vous avez pas du feu ?" qu'elle me disait... J'avais l'air prêt à m'en griller une, là, vous croyez.

"Heu... Pas vraiment non..."

Ma voix chevrotait encore bien que les larmes aient arrêté de naître au coin de mes yeux. Mes joues, elles, restaient humides et mes yeux rouges. Je savais que je devais retenir la jeune fille, lui demander de l'aide, n'importe quoi.

Je levais le bras pour la retenir quand une nouvelle personne entra en jeu.

Une autre jeune fille venait de débarquer telle une furie, m'ensevelissant sous les questions. Lorsqu'elle me dit d'arrêter de pleurer je me remis à chialer comme une môme de dix ans qui venait de se perdre dans une centre commercial trop grand. Je sanglotais tout en m'exprimant d'une voie humide.

"Je suis dé-désolée... On-on va bien mais on est pe-perdus... (Sanglots) je dois retrouver mon ma-mari... (LONGS sanglots) près de Lakeshore Avenue ! Je... Je vous en prie ! (Sanglots)"

J'étais une maman vraiment naze. Je sentais leurs regards posés sur moi, me jugeant, me catégorisant. La panique m'étourdissait, je ne pouvais me retrouver de nouveau seule. Je ravalais mes larmes et tentais de me calmer.

"S'il vous plaît, aidez-moi ! Je... Ramenez moi à mon mari... Pour Shawn..."

Ma voix s'éteignait peu à peu mais mes yeux parlaient. Je les fixais, attendant une réaction, quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Jeu 17 Avr - 17:51
Quand Bébé est là, les souris dansent ...
ou pas !
Semaine 02 Jours 3


Je m'en voulais un peu d'avoir posé cette question stupide. Mais j'y pouvais rien ! Et puis je me fichais bien de ce que pouvais penser cette dame. Après tout, c'était pas mes affaires. Et puis j'en avait rein à foutre, merde ! Je suis pas la fille du genre à  mêlé des affaires des autres, surtout quand elles ne me concernent pas. La dame s'est tourné vers moi. Elle avait les joues sèches -donc elle avait pleuré-, et ses yeux semblaient éteints de toutes émotions. Le PIRE, dans tous ça, c'est que j'en avais strictement rien à faire. Elle était dans la merde ? Moi aussi ! Franchement, ça sert à rien de ce plaindre pour rien. Tout le monde est dans le même cas. Alors qu'elle ferme sa gueule. Ah oui, elle avait aussi une jambe blessé et un.. bébé dans les bras. Comme à chaque fois, j'en avait rien à faire.

J'allais m'en aller quand une personne accouru aux pieds de la jeune mère, un bandage à la main. J'ai soupiré. Je n'aimait pas ce genre de fille. A vouloir sauvé tout le monde, connaitre tout sur tout, tout le temps. Du genre la mémère qui ramène sa fraise, comme je les appelles. Elle la bombarda de questions. Je sentais bien que Man-Man (ainsi surnommais-je la jeune maman) commença à sangloter. Ben voyons ! Qu'elle bonne idée de rappeler à cette pauvre femme ses blessures ! J'ai fusillé du regard l'autre, là. J'allais lui donner un surnom, quand elle épela le siens. Peu importe, je la surnommerais quand même. Et je me fiche pas mal de son nom, d'ailleurs. Et puis merde, hein. Man-Man commença à chialer, nous suppliant de l'aider. Mais.. POURQUOI MOI ?! J'avais rien demander ! Je voulais pas me trimbaler dans toutes la villes regorgée de Mut-Mut (les zombies, je veux dire), avec une femme, un bébé qui chiale, et une infirmière. Je soupirais encore une fois. J'avais vraiment envie de fumer.

" J'vous accompagne, mais j'veux ma clope. "

J'avais dit ses paroles très froidement. Elles pouvaient toujours me dire de partir, mon aide leur serait très précieuse. Je connaissais bien la ville. Et puis pendant que l'une soigne, l'autre protège. Ca se passe toujours de la même façon. Je me suis adossé contre le mur, regardant sans aucune pitié Man-Man et l'autre pimbêche. Qu'elles naïves ! J'en riait presque, si la situation n'était pas aussi dramatique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Mer 23 Avr - 19:53
Épisode 2: Quatorze secondes, Kaputt et Miss Clope

Peut-être aurais-je dû suivre des cours de pédagogie à l'université?

Quand je lui ai dis d'arrêter de pleurer, sa réaction a été parfaitement contraire à ma demande. Merci, chère jeune maman, de contribuer encore plus à ma panique de vous voir seule avec un bébé alors que vous êtes blessée. Merci aussi, chère jeune maman, de ne pas avoir répondu à mes questions. Ça ne vous aidait clairement pas, et j'aurais pu songer à me frustrer et vous gronder un peu si je ne réalisais pas le ridicule de la situation.

En gros, c'était la fête au village. La jeune maman était seule avec son bébé, et quatorze secondes après, elle était harcelée par deux personnes. Dont moi. L'autre ne semblait très peu commode et ne cessait de demander une clope. Une clope. Sérieusement? N'avait-elle donc pas d'autres préocuptions qu'une cigarette? (L'APOCALYPSE!) C'était pas une bonne raison d'arrêter de fumer? Comment ferait-elle pour se sauver la peau si elle s'essouflait instant, ses poumons bloqués dans la fumée noire? Il n'y a plus de société. Kaputt, Finito. Plus de travail, plus de cinéma, plus de services public, plus de policiers, plus de prisonniers et les cigarettes sont en voie de disparition.

Lorsque je posais mes questions, j'avais entendu (Miss Clope) soupirer. Puis, lorsque je m'étais retournée, elle m'avait envoyé un de ces regards...

Qui se veut intimidant. (Je bouille) instantannément. J'avais la mauvaise tendance à prendre des nerfs facilement et disons que l'apocalypse avait pas trop contribué à mon déjà très mauvais caractère. Pendant que je résistais à la tentation de lui demander ce qui la dérangeait tant chez moi, la jeune maman implora notre aide. Elle voulait rejoindre son mari, qui était à une distance raisonnable d'ici. Miss Clope se contentait simplement de dire qu'elle les accompagnaient en échange d'une cigarette.

« Je veux bien mais... faudra quand même te soigner. Je vais te ramener chez toi. »


Je regardais les bandages dans mes mains. Elle n'avait même pas mentionné qu'elle voulait de mon aide. Et l'autre (conne) avait simplement soupiré lorsque j'étais arrivée. En gros, je servais à rien?

« Tu as le choix. Je te retâpes maintenant, ou on attend d'être chez toi. Si tu veux l'avis du médecin, vaut mieux faire ça maintenant. »


Je ne pus résister à la (tentation), pour la suite...

« ... "Je vous accompagne, mais je veux ma clope". T'es sérieuse ou c'est pour faire genre? Fouille un peu et tu la trouveras, ta cigarette. »


Bon, déjà, ça aurait pu être pire. J'aurais pu être ouvertement méchante et m'attaquer à son look et son attitude de rebelle. Surement en faisant mention de ses potentiels (parents) trop contrôlants qui aurait pu la pousser à devenir trop rebelle dark wesh genre. Je la trouvais ridicule, vraiment. Une cigarette! Je n'en revenais toujours pas.

Je restais devant la maman, avec mes bandages.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Mer 23 Avr - 20:56



Sans courage, on ne vit pas !

On ne fait que survivre.



Il semblerait que mes craintes vis à vis de ces demoiselles n'étaient pas fondées. Tandis que la jeune mère s'était mise à pleurer et supplier de l'aider, ces deux chevaliers servants semblaient se prendre la tête. D'où j'étais je n'entendais pas très bien leur discussion, mais peu importe, il y avait une contrariété, ça c'était sûre.

Toujours cachée derrière ma voiture, je me demandais pendant encore combien de temps elles allaient rester ici, pas que je m'ennuie, mais j'aurais voulu reprendre ma route. Ces temps-ci la ville n'était pas très sécurisée.

Alors que les demoiselles semblaient complètement absorbées par leurs chamailleries, de mon côté j'étais anxieuse, regardant sans cesse autour de moi, de peur de voir arriver une cinquième personne. Tomber sur trois femmes aux intentions bonnes relevaient du miracle et je ne voulais pas mettre à l'épreuve le destin, si quelqu'un d'autre venait à nous rejoindre, je ne suis pas sûre qu'il soit aussi amical.

Cachée de la vue de ces femmes, j'ai l'impression d'être en train de les épier. Si elles venaient à me découvrir, j'ai bien peur qu'elle me prenne pour une asociale folle. Je devrais surement sortir de ma cachette pour les rejoindre, mais pour faire quoi ? Depuis que l'hôpital a été mis en quarantaine et que Megane est partie je me suis retrouvée seule...avec le cadavre du flic.

Rester isolée en ces temps sombres pourrait être une très mauvaise idée. Il faut que je trouve le courage de me montrer, il faut que j'arrête de me comporter comme une lâche ! Allez Moïra ! Elles ne te connaissent pas, ce n'est pas en te voyant qu'elles vont te cataloguer comme folle. Je tire à nouveau sur la manche de mon gilet pour cacher mon bracelet. Puis j'essaye de rassembler le peu de courage qui se trouve en moi.

Je me relève discrètement et commence à m'avancer vers ces inconnues. Pitiez mon Dieu, faites que je ne me fasse refouler. Maintenant que je suis à découvert elles ont du me repérer. Mon revolver dans ma poche, j'y enfonce ma main, après tout on ne sait pas quelle réaction elles pourraient avoir en me voyant.

C'est avec une tête de morte et une démarche lente et assurée que je m'approche d'elles sans dire un mot. Je me stoppe à quelques mètres de ces jeunes femmes et attend que l'une d'entre elle prenne la parole.


© Yamashita sur Epicode


Dernière édition par Moïra S. Johnson le Ven 12 Sep - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Dim 27 Avr - 10:50
Je remerciais allègrement la jeune fille brune, ne retenant dans sa réponse que la partie sympa pour moi "je vous accompagnerai", puis très vite mon regard se porta sur celle qui semblait caler en médecine, Alicia. Elle m'impressionnait avec ses paroles précises et son ton sans appel. Gênée, je découvris ma jambe amochée et lui montrais les dégâts. Elle avait raison, si l'on voulait continuer il fallait surement s'occuper de ma blessure pour diminuer la douleur.

"Merci... De vous êtres arrêtées et de m'aider..."

A nouveau je me sentis nulle de me reposer ainsi sur deux jeunes femmes alors qu'en tant que mère, ça aurait du être à moi de m'occuper de la jeunesse. Je ravalai les sanglots provoqués par une telle pensée et observai Alicia soigner ma jambe tout en s'énervant contre la brune. J'espérai fort que cela ne parte pas en cacahuète. Je tenais à mon escorte quand même...

C'est anxieuse que je fus la première à repérer une autre femme. Elle avançait doucement vers nous en nous fixant puis elle s'arrêta à une distance généreuse de notre groupe, sans dire mot. Je la hélai.

"Heu... Bonjour ? Vous allez bien ?"

Elle semblait bizarre et je ne me sentis pas rassurée, ses yeux braqués sur nous comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Dim 1 Juin - 16:29

Sans courage, on ne vit pas !

On ne fait que survivre.



C'est la jeune mère qui me remarque la première, elle portait dans ses bras un jeune nourrisson, pauvre enfant, pour lui l'avenir était incertain. Aux pieds de la femme se trouvait une deuxième jeune femme, elle était trop occupée à s'occuper de la blessure de sa patiente pour prêter attention à l'arrivée d'une nouvelle personne. Puis il y avait une autre femme.

Elles étaient 4, en plein milieu de la rue, des femmes qui s'étaient peut-être un jour croisées dans les rues d'Oakland. Avant elles ne se seraient pas remarquées, mais aujourd'hui la situation était différente, rester seule était bien trop dangereux. Il fallait se regrouper si on voulait avoir une chance de sortir de cet enfer.

Je restais postée là où je m'étais arrêtée. Pas besoin de s'approcher davantage. Après avoir laissé une dernière fois mon regard vagabonder aux alentours, je m'exprima :

- Salut ! Oui...ça va, vous savez ce qui est en train de se passer ? Pourquoi les rues sont-elles désertes ? Et vous ? ... Vous vous en sortez ?

Je ne pus m'empêcher de regarder ce petit être qu'elle tenait, en lui disant ces derniers mots. Il me faisait penser à ma petite soeur. Ce n'était pas le moment de craquer ! J'y penserais plus tard. Pour l'instant il fallait que je comprenne ce qui était arrivé à la ville. Après je pourrais espérer la retrouver.

Avant de me montrer, la jeune mère avait parlé de Lakeshore Avenue, en voiture ce n'était pas loin. Cependant à pied, avec une femme blessée portant un bébé, dans une ville fantôme, c'était un pari plus que risqué de les accompagner. Que faire ?

Je ne pouvais pas rester seule à déambuler ! Les suivre, c'est tout ce que m'offrait le destin.

Alors que j'allais m'avancer pour séparer la distance d'usage que j'avais voulu conserver en m'approchant, des éclats de verre se firent entendre. À seulement quelques mètres de nous une vitrine s'était brisée sous les coups de dizaine de personnes.

Ne cherchant pas à comprendre davantage ce qui était en train de se passer, j'attrapa la jeune mère, la tirant avec moi dans une course effrénée. Le bébé était en train de se réveiller, il fallait trouver un endroit où attendre que la vague passe.

Mais où ? Je me retourna pour voir si les deux femmes qui accompagnées la mère étaient toujours là. Il n'en restait plus qu'une...


© Yamashita sur Epicode


Dernière édition par Moïra S. Johnson le Ven 12 Sep - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Jeu 12 Juin - 6:04
Que de plaisir que fut le moment où je me rendis compte que Miss Clope ne parlait plus! Avait-elle été offusquée? J'en doutais fortement. Peut-être s'apprêtait simplement à me poignarder pendant que je commençais à nettoyer la plaie de la mère avec le peu que j'avais, sois une bouteille d'eau.

Sa blessure n'était pas extrêmement dangereuse. En fait, le plus grand danger était que la plaie s'infecte ou qu'elle n'arrive plus à se déplacer correctement. Sinon, elle devrait se guérir naturellement dans une bonne semaine. Enfin, je n'avais pas pu l'examiner en détails, mais c'est ce que j'en avais conclu vite fait. Ainsi, je nettoyais sa blessure avec mon eau, avant de finalement appliquer le bandage autour de sa jambe. Puis, j'entendis du bruit derrière moi. Je m'apprêtais à me retourner, me sentant menacée, mais la mère salua la personne.

Puis, ce moment singulier se transforma en un moment pas singulier. La nouvelle personne arrivée, une demoiselle aussi, s'était mise à parler, ne semblant pas au courant de ce qu'il se passait autour et de pourquoi les rues étaient vides. Quoi ? PARDON ? Mademoiselle vivait-elle donc dans une grotte ?

« Pardon ? Quoi ? Pourquoi c'est desert ? ... Peut-être parce que les morts se relèvent pour nous manger ? Des zombies, t'en a déjà vu dans les films ?

Ou peut-être qu'elle n'avait pas la télé dans sa grotte, qui sait. Je ne portais pas attention à une réponse, préférant simplement me dire que POURQUOI Y'A AUTANT DE GENS SPÉCIAUX QUI ONT SURVÉCU À ÇA ? Entre l'autre débile qui se cherche des clopes et la petite dame qui ne sait pas ce qu'il se passe, je ne savais pas trop réagir, optant finalement pour le Je Me Ferme La Gueule.

J'aiderais la maman à retourner chez elle. C'était ça l'important. C'était ça mon objectif, pour l'instant. Autant être utile.

J'entendis un craquement, puis une vitre se brisant en morceaux. Alors que je tournais la tête vers le son, je remarquais au loin des morts, puis la nouvelle, une jolie demoiselle blonde, prendre la mère par le bras pour se mettre à courir. Il semblait que, même si elle ne savait pas ce qu'il se passait, elle avait un petit instinct de survie. Il était clair que des cadavres ambulants n'avaient pas l'air particulièrement agréables à approcher, surtout quand ils étaient si prompts à claquer des dents lorsque près d'un être dégourdi par la vie. Il ne fut donc qu'un léger raisonnement logique accompagné d'un Fuck Je Veux Vivre pour que je me décide à courir avec elles.

Et puis, quelques temps après, nous avions traversé une ruelle pour arriver dans une autre grande rue, où il y avait moins de morts, mais toujours un certain nombre. Je cherchais des yeux un endroit où nous pourrions nous cacher...



Au parrain: À toi de décider ce qu'il y a dans la rue. Alicia court vers le premier commerce/abri qu'elle voit.
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Jeu 12 Juin - 22:28
L’inconnue semblait ne pas du tout être au courant de la situation et nous demanda si nous savions ce qu’il se passait tout en observant Shawn. Je trouvais cela bizarre… Que quelqu’un, trois jours après l’explosion de la structure d’Highland General Hospital, ignore encore que la ville était infestée de zombies. Alicia, qui semblait quelque peu anxieuse depuis tout à l’heure, lui répondit immédiatement et … plutôt sèchement. Plutôt rude comme manière d’annoncer la nouvelle… De toute manière, il n’y avait certainement pas de « bonne » manière d’annoncer une invasion zombie à une inconnue.

Avant même que je n’ai le temps d’ajouter quoi que ce soit, le bruit d’une vitre se brisant raisonna dans la rue, non loin de nous. La jeune fille blonde dont je ne connaissais pas le nom m’attrapa donc soudainement par le bras et m’entraîna dans sa course, m’arrachant un hurlement de douleur. Ma jambe était bien trop douloureuse… Impossible pour moi de courir.

« Attendez … Je ne peux pas… »

Les larmes me montèrent à nouveau aux yeux tandis que mon fils, réveillé par les récents événements, ouvrait brusquement les yeux.

« Oh non. Non, non, non … Shawn, ne pleure pas … »

Trop tard. Les cris stridents du nourrisson s’élevèrent dans la rue, raisonnant de parts et d’autres. D’un geste désespéré, je resserrai mon étreinte sur le petit, lui murmurant quelques paroles rassurantes tout en le berçant. Ils allaient l’entendre… Mes yeux balayèrent la rue rapidement et lorsqu’Alicia s’engouffra dans un commerce donnant sur la 12th avenue, c’est sans aucune hésitation que je la suivis, entraînant la jeune blonde avec moi. Je remarquais d’ailleurs que la jeune rebelle avide de clopes avait disparu …

Il n’y avait plus qu’à espérer qu’ils passent leur chemin et qu’ils s’éloignent. Et surtout, qu’ils n’entendent pas Shawn …

(Hey ! Maintenant qu’on s’est débarrassé du membre inactif de la quête, je vous demanderai de ne pas décider d’événement dits « extérieurs » (c-à-d arrivée d’une horde de zombie, des vivants, ou autre). Le principe de la quête étant que ce soit moi qui impose les événements. :3 Merci merci  ~)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Sam 12 Juil - 13:20

Sans courage, on ne vit pas !

On ne fait que survivre.



Courir pour survivre m'avait paru la chose la plus logique à faire, mais lorsque j'entendis la jeune mère lâcher un râle de douleur, je m'en voulus de l'avoir agrippé si violemment. Au moins je l'avais entraîné avec moi et très vite nous nous retrouvâmes dans une ruelle moins fréquentée. Les mots zombies, cadavres ambulants, spectres, raisonnaient dans ma tête.

Par moyen de m'y faire, la jeune infirmière devait se tromper ! Les morts ne se relèvent pas, c'est d'ailleurs pour cela qu'on les appelle des morts. Depuis la mise en quarantaine de l'hôpital, j'étais restée cloîtrée dans ma chambre, je n'avais donc pu rien voir de la panique qui régnait dehors.

Maintenant que je me retrouvais en plein milieu de la rue, à découvert, mon cerveau marchait au ralentit, mon instinct primaire avait pris le dessus. Courir pour survivre, voilà en quoi consister mes journée depuis que j'avais osé sortir pour retrouver ma petite soeur.

Alors que la mère commença à avoir les yeux remplis de gouttes salines, son enfant sentit la frustration et la peur de sa mère. Comme un coucou, il se réveilla d'un coup, ses grands yeux fixant le visage de sa mère. Pitié mon Dieu, faîtes qu'il ne pleure pas !

Mais c'était trop espéré, les cris du nourrisson raisonnèrent dans toute la rue. Nos poursuivants étaient en train de nous rattraper et les quelques pommés du coin furent attirés par ce bruit. Nous étions repérés, il nous fallait trouver une cachette et rapidement.

Alors que je ne savais pas quoi faire, la panique commençant à monter en moi. Ce fut au tour de la jeune mère de me tirer par le bras afin de m'entraîner dans un commerce qui semblait avoir été fracturé. Désormais à l'abri, je me plia légèrement en deux pour reprendre mon souffle après cette course effrénée.

Je n'avais jamais été très sportive, mes joues étaient aussi brûlantes qu'un volcan et avaient pris une couleur rouge. Ces quelques mois en hôpital ne m'avait pas permis de me dépenser, la plupart du temps j'étais enfermée dans ma chambre.

À cette pensée je ne pus m'empêcher discrètement de porter ma main à mon poignet où se trouver mon bracelet. Il devait surement y avoir une paire de ciseaux dans ce magasin qui me permettrait de le couper.

Je reporta mon attention sur les deux demoiselles qui m'accompagnaient et surtout sur le bébé qui ne cessait de déchirer mes oreilles. Peut-être qu'on avait trouvé une cachette, mais s'il ne se taisait pas rapidement il allait faire rappliquer tout le quartier en moins de temps qu'il ne le faut pour le dire.

D'ailleurs, peut-être même qu'il y avait des spectres dans ce commerce. La porte étant ouverte, n'importe qui, doté ou non d'intelligence aurait pu s'y introduire. Je préféra ne pas m'éloigner tout de suite de mes camarades, mon bracelet attendrait.

Cependant, restez-ici n'était pas la meilleure chose à faire. Les étagères étaient dévalisées, ce n'est pas ici que nous pourrions trouver de quoi rassasiez nos estomacs. Il fallait bouger !

Je m'adressa aux jeunes femmes :

- Il faut qu'on bouge ! Peut-être qu'on pourrait essayer de sortir par l'arrière. Avec un peu de chance on se retrouvera sur la 11è Avenue... Je ne sais pas vous, mais cet endroit ne me rassure pas.

Comme pour appuyer mes propos, un néant qui se trouver à quelques mètres de nous éclata. Le commerce était à moitié plongé dans l'obscurité. La peur recommença à refaire surface.

Je ne chercha pas à attraper mon revolver, c'était une arme bien trop bruyante, si je l'utilisais dans ces lieux, je risquais de faire rappliquer les charognards à l'extérieur et peut-être même déloger ceux présent dans le bâtiment.

Et puis un coup est facilement partie. De toute manière, placé dans ma poche, si j'en avais besoin, je pourrais le dégainer assez rapidement, alors pas besoin de le prendre en main.


© Yamashita sur Epicode


Dernière édition par Moïra S. Johnson le Ven 12 Sep - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Jeu 11 Sep - 19:06
Episode 4: Oui, il n'y a pas eu d'épisode 3.

Wow. C'était intense.

Pour une fois, ma chance ne m'avait pas laissée tomber. J'avais pu trouver cet abri avant qu'on se fasse bouffer lamentablement en plein milieu de la rue. Finalement, j'avais peut-être mes chances de survivre! Enfin. Je n'avais toujours pas été capable de « tuer » un mort, mais j'avais pas trop le courage de tenter avec mon club de golf...

Je regarde aux alentours. Évidemment, nous n'étions toujours pas en sécurité. Les zombies étaient dehors et la porte n'était pas barrée. C'est généralement mauvais signe. Aucun objet ne capte mon attention, hormis des étagères qu'on pourrait peut-être pousser devant la porte pour nous faire gagner un peu de temps. Cependant, la blonde suggérait plutôt de partir de suite.

C'était pas une mauvaise option. Même, foutre le camp était une excellente idée.

Je ne pus m'empêcher de penser à l'imbécile qui voulait une clope. Elle aurait pu se rendre utile et servir de diner aux - non.

Note to self: stop wishing death upon people. Please.

Donc, j'oublie mon idée de départ des étagères et je me prépare à chercher une sortie. Le bébé pleure, on est dans la merde, et bah logiquement les morts ils arriveront un jour.


« Ouais. Bonne idée. Et déduction. J'vais aller voir à l'arrière, essayez de le calmer pendant que je trouve une issue. »


Puis, je vis le bracelet qu'elle avait au poignet. C'était une patiente de l'hôpital. Et voilà! Je m'inquiète. C'est tellement simple, de s'inquiéter.


« Ça va ? »


Après avoir  reçu ma réponse, je me dirigea vers l'arrière, cherchant une porte de sortie. Par la même occasion, je fouillais les alentours...


Petite fouille :3
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Ven 12 Sep - 9:11
Le premier enfant du nouveau monde

Résultat de la fouille d'Alicia Garland :  Félicitations, Alicia trouve 1 Fusil de Chasse Winchester (ajouté à ton inventaire) !

Les cris de Shawn raisonnaient de manière stridente autour de nous. D’un geste tendre et lent, j’essayais de le bercer afin de le calmer, sans succès. Je me sentais tellement impuissante d’avoir mis au monde un enfant dans un monde à présent si cruel … Mon anxiété devait être perceptible, tant pour mon fils que pour les deux jeunes femmes. J’étais désespérée.

MOÏRA – « Il faut qu'on bouge ! Peut-être qu'on pourrait essayer de sortir par l'arrière. Avec un peu de chance on se retrouvera sur la 11è Avenue... Je ne sais pas vous, mais cet endroit ne me rassure pas. »

ALICIA – « Ouais. Bonne idée. Et déduction. J'vais aller voir à l'arrière, essayez de le calmer pendant que je trouve une issue. »

Le calmer, c’est ça. Bonne idée. Avant cela, j’avais besoin de me calmer, moi. Ma jambe me faisait affreusement souffrir et l’angoisse qui me tiraillait me donnait des tremblements. Doucement, je pris une grande inspiration et fermais les yeux. Allez Jenna, calme-toi… J’étais une mère pitoyable, vraiment. Je n’osais même pas imaginer ce que pensaient les deux jeunes femmes de moi. Au moins, elles avaient accepté de m’aider... Les tremblements qui animaient mes membres cessèrent tandis que des larmes coulaient silencieusement le long de mes joues. Doucement, je resserrai mon étreinte sur mon fils, entonnant une berceuse d’une voix tremblante mais néanmoins mélodieuse.

Il fallut plusieurs minutes à Shawn pour se calmer. Je ne saurai pas dire s’il s’agissait de deux minutes ou de dix. A vrai dire, j’étais tellement angoissée à l’idée que des revenants nous trouvent ici à cause de lui que j’ai déployé toute mon énergie à tenter de le calmer. Lorsque le nouveau né cessa de hurler, Alicia n’était toujours pas revenue. Je relevais donc les yeux en direction de la jeune femme blonde, un fin sourire étirant mes lèvres. Il s’était enfin calmé. Je n’étais peut-être pas si pitoyable que cela.

JENNA – « Au fait, comment tu t’appelles ? Moi, c'est Jenna. »

En attendant que la blonde se présente, je tournai la tête vers le fond du magasin, espérant voir Alicia.

JENNA – « On devrait aller aider Alicia. »

Joignant le geste à la parole, je m'avançais vers l'arrière-boutique. Alicia se trouvait là et semblait tenir quelque chose entre ses mains. Quelque chose qui ressemblait à un fusil.

JENNA – « Tu… Tu sais t’en servir ? »

La question avait franchi le seuil de mes lèvres automatiquement. En réalité, j’espérais sincèrement qu’elle puisse nous défendre face à d’éventuels assaillants grâce à cela… J’avançais de quelques pas en direction de la jeune étudiante en médecine, claudiquant lamentablement. C’est alors que j’aperçus une porte. Sans être consciente du danger auquel je m’exposais, je l’ouvris de ma main libre. Sans même imaginer qu’un zombie - ou plusieurs ! - auraient pu nous surprendre. Par chance, rien de tout cela ne se produisit. La rue sur laquelle donnait l’arrière-boutique était totalement déserte. Il s’agissait de la 11e avenue, j’en étais sûre. Face à nous se trouvait l’un des cafés les plus populaires du coin. Steve et moi allions très souvent boire un verre sur la terrasse. Le simple fait de penser à mon mari déclencha une nouvelle vague de sanglots. Je refermais la porte délicatement afin de ne pas déclencher une nouvelle crise de larmes à mon fils, qui fermait les yeux à intervalles réguliers, semblant sur le point de s’endormir.

JENNA – « C’est bien la 11e avenue, là dehors… Je (reniflement) … Je connais cet endroit. Les deux rues les plus proches pour rejoindre mon mari sont la 21e ou la 22e rue. »


Vous avez maintenant un choix important à faire :
  • emprunter la 21e rue
  • emprunter la 22e rue

Le choix du chemin que vous emprunterez pour vous rendre à Park Boulevard influencera de manière non négligeable la suite de votre quête. Choisissez bien ! ; -)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Ven 12 Sep - 21:21

Sans courage, on ne vit pas !

On ne fait que survivre.



Son regard s'était posé sur mon bracelet. Je tira sur mes manches pour le cacher immédiatement. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter, à sa distance, elle ne pouvait pas lire le service, il fallait l'avoir face à soi pour pouvoir le lire. Pourtant mon coeur n'avait pu s'empêcher de battre fort dans ma poitrine. Si elles découvraient, leur imagination risquerait d'être à ma défaveur.

J'essaye de paraître le plus naturel possible et dit simplement :
- Oui, ça va.
Peut-être étais-je un peu sec, mais je n'y peux rien, depuis quelque temps les médecins m'insupporte...

La demoiselle n'en demande pas plus et elle s'éclipse dans l'arrière de la boutique. Me voilà seule avec la jeune mère et son enfant qui ne cesse de pleurer. Je reste là à la regarder, jetant des coups d'oeil nerveux vers la devanture. Ces choses qui ont couru vers nous hante mon esprit, je n'arrive pas à me les retirer de la tête.

Et puis ce mot ...zombie... je ne pouvais décemment pas l'accepter. Mon esprit rationnel ne cessait de vouloir prendre le dessus, cherchant une explication à tout ce merdier. À tous ces cadavres recouvrant les ruelles d'Oakland devenue une ville fantôme.

La voix de la mère me sort de mes pensées, le bébé ne pleure plus. Elle me demande mon nom. Je me tourne vers elle et laisse l'entrée dans mon dos :
- Enchanté, Jenna. Je m'appelle Moïra.
À peine ai-je répondu qu'elle tourne la tête et se dirige vers l'arrière en proposant de rejoindre Alicia. Pas question de rester seule ici, je lui emboîte le pas. Lorsque nous arrivons, nous retrouvons l'étudiante, fusil en main. Mécaniquement je porte ma main droite dans la poche de mon sweat et caresse la crosse du pistolet que j'ai "trouvé".

Jenna, après avoir demandé à Alicia si elle savait s'en servir, se dirige vers une porte. Sans chercher à savoir ce qui l'attend derrière, elle l'ouvre sans aucune hésitation, son fils sur sa poitrine. Et c'est moi la folle. Je la suis et sort à l'extérieur. Le soleil m'éblouit quelques secondes, mais peu importe, la rue est désert, il n'y a personne humains ou ... .

Je balaye la rue et les immeubles du regard, à mes côtés, la mère fond en larme, à nouveau. Pitié, faite que son fils ne soit pas tenté de pleurer lui aussi. D'où je suis je peux le voir, ses yeux semblent lourds et se ferment de temps en tant. Je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour ma soeur. Jenna quand à elle semble avoir repris le dessus, elle sait où nous sommes.

Cela ne m'apporte pas grand chose, depuis le commencement de cette apocalypse je suis restée cloîtrée et je n'ai aucun connaissance de la situation dehors. Alors savoir si laquelle de ces rues est la plus sûre c'est hors de mes compétences. Je regarde Jenna, jette un coup d'oeil à l'autre et leur dit :
- 21th ou 22th , on ne sait pas ce qui nous attends, on doit juste se déplacer. Droite ou gauche ? En prenant la 22 on s'éloigne un peu il me semble. Alicia ?
Autant laisser la responsabilité au médecin de choisir. Je n'ai pas d'être celle qui nous mènera peut-être vers la mort. Je préfère laisser à la jeune femme le plaisir de nous guider. Après tout, c'est elle qui tient l'arme il semblerait.


© Yamashita sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Sam 13 Sep - 0:00


Episode 5

Dieu n'existe pas

Lorsque j'apperçu le fusil de chasse, je m'étais arrêtée pour m'assurer d'avoir bien vu. Puis, j'avais senti un frisson partir du bout de mes doigts jusqu'à ma tête. C'était trop. Beaucoup trop pour moi. Je trouvais une issue pour échapper à une mort certaine et je tombais ensuite sur une arme sans doute TRÈS efficace pour... éclater des crânes ou des rotules. Yeah!

Mais quelle journée! Finalement, le Dieu en haut (celui qui n'existe pas) m'a récompensée pour le risque que j'ai pris en aidant cette pauvre femme. C'est bien de savoir qu'il reste au moins une personne pour me soutenir... je ramasse cinq cartouches sur le sol...

J'ai déjà vu une arme comme ça. Mon oncle en avait une. Mais évidemment, j'étais trop petite pour apprendre et trop orgueilleuse pour admettre que ça me fait horriblement peur d'utiliser cet objet. J'allais devoir apprendre. Ça pourrait me sauver la vie.

Et en enlever d'autres.

Aaaaaaah. Pessimisme. Ma meilleure amie. Dieu n'existe pas et je deviendrai une meurtrière. Pessimisme. C'est là-dedans que se noyait 80% de mes pensées, qui se laissaient couler dans les abysses du négativisme. Je suis pleine d'émo-----tions.

Comme d'habitude, je me perds dans ma propre tête et c'est les autres qui doivent me ramener sur Terre. C'est ce que la maman fait, quand elle me demande si je sais me servir de l'arme monstrueuse que j'observe - d'un regard vide - et qui réside au creux de mes mains.

« Euh... Non... Non. Je sais pas m'en servir. En fait, je sais même pas comment recharger et quelles cartouches fonctionnent avec ce modèle. Mais je vais faire de mon mieux pour comprendre comment il fonctionne. Je vais faire de mon mieux pour vous aider toi et ton bébé. »


Il est vrai que je ne comptais pas les laisser tomber et que cette arme avait le potentiel de sauver ma vie en plus des leurs. Je me sens un peu mal. C'est la pression. J'ai les connaissances pour les aider, et j'ai l'arme. Je ne peux pas les décevoir comme j'ai déçu d'autres personnes avant, pendant que les morts étaient isolés à l'hôpital... c'était ma chance de rédemption.

Encore une fois, c'est la mère qui me fait sortir de ma bulle, lorsqu'elle ouvre la porte, comme ça, comme si c'était super sécuritaire. Je réagis tout de suite.

« Hey! Fais attention! Tu sais pas ce qu'il peut y avoir derrière les portes. Laisse nous faire. Contente toi de veiller sur le kid. »


Puis, elle se met à pleurer. Quoi?! Est-ce que c'est de ma faute? C'est moi qui ait fait ça? Ça semblait si... spontané. Je. Non. Merde. Je vais m'excuser. J'ai été si brusque?

« 21th ou 22th , on ne sait pas ce qui nous attends, on doit juste se déplacer. Droite ou gauche ? En prenant la 22 on s'éloigne un peu il me semble. Alicia ? »


Oh. Ok. Oui. Mes excuses iraient à plus tard. Ok.

Les deux nous menerons au Park Boulevard, mais je pense qu'il serait mieux de prendre la 21 aussi. Il y a toujours des embranchements pour se sauver si nécéssaire.


Nous emprenons donc de prendre la 21.
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 74
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Mer 17 Sep - 17:12
Comme quoi, emprunter le chemin le plus court n'est pas toujours la meilleure solution...

Alors que les jeunes femmes décidaient d'emprunter la 21e rue, elles se rendirent compte que celle-ci était envahie par des zombies. Vingt d'entre étaient visibles et trainaient lentement leurs jambes amochées dans leur direction entre les quelques voitures garées le long des trottoirs ainsi que des débris divers. Ils les avaient repérées, sans le moindre doute, et comptaient bien en faire leur quatre heures... Impossible pour les trois jeunes femmes de faire marche arrière, il y en avait partout. Elles étaient prises au piège, encerclées. D'ailleurs, d'autres zombies se cachaient peut-être ailleurs.

Je vous rappelle que Jenna ne peut pas courir.

_________________
Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Mar 7 Oct - 20:48

Sans courage, on ne vit pas !

On ne fait que survivre.



La décision était prise, nous n'avions plus qu'à avancer vers la maison de la mère, avec l'espoir que son mari s'y trouverait encore vivant. Les rues étaient calmes et je n'osais pas faire le moindre bruit, essayant d'avancer avec le plus de précaution possible. Le silence était oppressant.

Avançant prudemment, je me tenais aux côtés d'Alicia. Mon regard se tourna quelques secondes pour la détailler. J'essayais de voir en elle quelque chose qui pouvait me rappeler les médecins que j'avais déjà croisé. Ils avaient tous cet air si sûr d'eux, elle au contraire m'avait paru incertaine.

Elle n'avait pas une minute hésité à nous dire que l'arme qu'elle tenait, n'était pas vraiment de son ressort. J'avais toujours ma main sur la crosse du pistolet. Pourquoi la cacher, je n'avais pas l'intention de la pointer sur eux et elles m'avaient démontré qu'elles n'avaient aucune mauvaises intentions.

Il fallait le dire ! Je resserra ma poigne et commença à légèrement la sortir. Avant qu'elle ne soit apparente je dis à la demoiselle et la mère d'une voix un peu basse :

- Je ne vous l'ai pas encore dit, mais j'ai récupéré une arme. Je ne voulais pas paraître agressive, c'est pour cela que je ne l'ai pas sorti.
Sur ces mots je la sortis et mis mon bras contre moi, le canon vers le bas. Je continuais d'avancer doucement. Pas besoin de se presser, surtout avec Jenna blessée et son fils. Mes yeux croisèrent ceux d'Alicia, je détourna rapidement le regard vers l'horizon et j'y aperçus des silhouettes. Je fixais devant moi et aperçus une vingtaine de personnes qui déambulait dans tous les sens. Comme des animaux.

Je commença à m'écarter du centre de la route pour me diriger sur la droite dans l'ombre des immeubles. J'accéléra rapidement jusqu'à ce que je me retrouve suffisamment sur le côté. Mon arme un peu relevée, je ralentis et chercha du regard une issu pour ne pas se faire repérer.


© Yamashita sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde   
Aujourd'hui à 10:37
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [QUÊTE] 02. Le premier enfant du nouveau monde
» Le début d'un nouveau monde...
» Relations d'un tout nouveau monde
» À l’aube d’un nouveau monde. — EVENT.
» Bill Clinton ,Premier Gouverneur du nouveau etat americain.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: Quêtes terminées / abandonnées-