Nous sommes en Octobre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !
Joyeuses fêtes à tous !
Tout le Staff vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Manger comme des gros, buvez avec modération (hinhinhin) et faîtes des bisous à votre tante sexy pour nous ! <3

 [Semaine 6 - Jour 4] Un esprit sain dans un corps sain
Invité
Invité
avatar


[Semaine 6 - Jour 4] Un esprit sain dans un corps sain   
Lun 2 Mar - 17:50
J'avais beau réfléchir, je ne savais toujours pas ce qui m'avait pris d'entrer dans cette bâtisse glauque.

Enfin, si, je le savais.

J'étais en train de me battre avec un des monstres et les bruits de luttes qui avaient attiré un groupe non loin de là m'avaient forcée à fuir. Car à cinq contre une et seulement armée d'un pied de biche, mes chances de victoire étaient bien trop maigres pour que j'y risque ma vie.
Sous le coup de la panique, je m'étais dirigée vers le bâtiment le plus proche, espérant m'y barricader afin d'empêcher une mort certaine de s'abattre sur moi. Par chance, la porte d'entrée était ouverte et la hall regorgeait de suffisamment d'objets pour la bloquer après mon passage. Le ventre noué par l'inquiétude, j'avais regardé pendant un long moment la porte frémir sous les coups et les râles des affamés à l'extérieur puis, une fois sûre que ma barricade improvisée tiendrait, j'étais partie explorer le bâtiment et m'éloigner de l'entrée.

Il ne m'avait pas fallu pas longtemps pour deviner où je me trouvais. Le centre de réhabilitation de la santé mentale. Un hôpital psychiatrique, en somme. Merveilleux. Absolument charmant. Pas du tout glauque.

Mon pied de biche à la main, j'entrepris d'explorer le bâtiment, attentive au moindre son qui pourrait m'indiquer la présence des créatures diaboliques. Inutile de fuir celles de l'extérieur si c'était pour se retrouver nez-à-nez avec celles à l'intérieur.

Tout était silencieux. Calme. Désertique. Ce qui rendait les lieux encore plus terrifiants qu'ils ne l'étaient déjà, avec leurs murs d'un blanc... pas immaculé. Etait-ce du sang que je voyais sur le sol et les murs ? Probablement. Je ne voulais pas y penser. Et de toute manière, au vu de la conjoncture actuelle ce n'était guère étonnant.

Soudain, un bruit indéfinissable se fit entendre au loin et je me figeai. Attentive, je restai un moment à attendre un autre bruit qui n'arriva pas. Avec toute la discrétion dont j'étais capable, je me glissai à l'intérieur de la pièce la plus proche pour m'y cacher. Apparemment c'était un bureau, en pas trop mauvais état si on le comparait au reste de la ville. Le fauteuil était intact et les armoires n'étaient pas fracassées au sol, seule la poussière témoignait d'un manque d'entretien au cours des dernières semaines. Le jour filtrait à travers l'unique fenêtre de la pièce, lui apportant lumière et chaleur.

Je décidai de rester un peu dans la pièce. En tout cas jusqu'à ce que je sois sûre qu'il n'y ait pas de danger d'en sortir. Au bout de quelques minutes, je ressentis quelque chose que je n'avais pas ressenti depuis un moment et que j'appréciai : l'ennui. J'en profitai un petit moment avant de décider de le chasser. Pour ce faire, j'ouvris une armoire au hasard et piochai le dossier intitulé « Patients L-M ». Confortablement installée dans le fauteuil, je passai outre du secret professionnel et me mis à lire les dossiers personnels des anciens patients.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 6 - Jour 4] Un esprit sain dans un corps sain   
Mer 4 Mar - 21:36
Il n’y avait pas à tortiller du cul, je connaissais cet endroit. Cette façade, cette devanture, ces portes, ces aspect craignos et moderne à la fois… Il s’agissait de l’asile pour débile mental, là où maman m’emmenait il fut un temps, parce qu’elle estimait, sur les conseils de cette salope de Tante Christie, que j’avais un putain de pète au casque et qu’il fallait urgemment me soigner… Tu parles de connerie toi. Qui est-ce qui était encore là, à fouler le sol de ses deux pieds, Messie parmi les siens, un guide suprême vers un avenir funeste et ô combien bandant ? Et ben c’est moi ! Vous entendez les deux salopes, c’est …

« MOI !! »

Pas moyen de rester sérieux, je m’enfilais une bonne des de rigolade à gorgé déployée, me moquant ouvertement de mes souvenirs passés comme des fenêtres lugubres qui me surplombaient d’une manière que je devais qualifier, d’assez snobe. M’enfin, l’architecte ne devait pas être payé pour faire une cathédrale de la mort, mais plutôt un bâtiment moche et fonctionnel. Bon toujours est-il que maintenant que j’étais devant ce bâtiment, il allait falloir que j’en profite pour en violer ses secrets, et pourquoi pas ramasser quelques cachets qui faisaient du bien à la tête ! C’était le seul avantage à finir ici de temps en temps. Ce n’était certes pas les « chips liquides » d’Homer Simson, mais ce n’était pas loin… Quelle sensation enivrante que celle de planer à des années lumières des soucis de la vie quotidienne… Bon, l’inconvénient, c’est qu’on se pissait dessus sans vraiment s’en rendre compte, si bien qu’on me foutait des Pampers pour ne pas avoir à me changer tous les quatre doigts. Quel monde merveilleux.

Avant toute chose, c'est-à-dire avant de rentrer dans l’antre de la donzelle endormie, il fallait que je me débarrasse d’un disciple un peu trop encombrant. Celui que je tenais à distance respectable de ma gorge palpitante avec mon parapluie tendu entre lui et moi. C’était mignon sa façon d’essayer de m’agripper avec le bras qu’il lui restait, mais il puait vraiment de la gueule, et il ne voulait pas aller voir ailleurs si j’y étais. Alors bon. En plus, ce n’était pas comme-ci j’avais un putain de trou dans le bide et que ça commençait sérieusement à me faire un mal de chien ! Alors il me fallait fissa un shoot neurologique pour faire cesser cette sensation plus que désagréable, je dirai même…

« DOULOUREUSE !! »

Et voilà que le canif qui m’avait fait ce trou dans le bide s’enfonça mollement dans l’orbite décharné de mon ancien pote. Et me voilà, délaissant le corps désormais réellement sans vie, pour aller vers une des fenêtres du rez-de-chaussée. Un coup de coude et …

« PUTAIN DE DOUBLE VITRAGE DE MERDE ! »

J’étais bon pour avoir un bleu avec ces conneries. Et j’avais mal au bide, j’étais à deux doigts de chialer comme un bébé, mais ce serait faire plaisir à Tante Christie qui était en train de m’épier – je le sentais par devers moi – non loin de là et qui allait se moquer de moi ! Je collais ma gueule contre la vitre, frottant le verre pour essayer de voir à l’intérieur… D’ailleurs, on aurait bien dit qu’une personne se trouvait dans la pièce, en train de lire ou de ne faire je ne sais quoi d’ennuyer et de merdique. Autant qu’elle arrête ça tout de suite pour venir m’ouvrir non ? Je tambourinais comme un sourd sur la vitre, au cas où elle n’aurait pas entendu tous les os de mon coude s’exploser sur le double vitrage.

« HEY !! OUVRE MOI STE PLAIT !! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 6 - Jour 4] Un esprit sain dans un corps sain   
Mer 11 Mar - 21:46
« Dossier n°058976
Patiente Sam Kinnigan – Docteur Abraham Mist
12/04/2014

La patiente n'a toujours pas prononcé un mot depuis son arrivée. Cependant, un rapport d'incident indique qu'elle a mordu sa partenaire de chambre à trois reprises. L'isolement semble inévitable mais. Comment la patiente pourrait communiquer à nouveau si elle n'a personne avec qui le faire ? On ne peut toutefois mettre en danger la santé des autres patients. Peut-être faudrait-il essayer de nouvelles manières de communication ? Je reste persuadé que Mlle Kinnigan a beaucoup de choses à nous dire, à commencer par... »


Un bruit aussi sourd que soudain m'interrompit dans ma lecture (ce qui était plutôt agaçant car le cas de cette patiente était absolument passionnant). Tournant la tête vers la fenêtre, je vis non sans stupeur la figure d'un homme collée contre la vitre, le regard fou et essayant visiblement de communiquer avec moi. Malheureusement, le double vitrage m'empêchait de comprendre un traître mot de ce qu'il tentait en vain de baragouiner (ce qui ne devait pas être un mal, venant d'un individu avec une telle allure ce ne pouvaient être que des insanités).
Après un moment, je parvins à lire sur les lèvres de l'inconnu les mots « ouvre-moi ».

Alors là, certainement pas. Seule dans un hôpital glauque je n'allais sûrement pas me mettre en danger en laissant entrer un individu plus que louche dont les intentions paraissaient tout sauf louables. De plus, il avait ce je-ne-sais-quoi dans les yeux qui me laissait penser qu'il n'avait pas toute sa tête.

Alors que je songeai à quitter la pièce, les coups à la fenêtre se firent plus pressants, plus brutaux. Curieuse, je me rapprochai et vis avec effroi qu'un groupe de créatures s'approchait de l'homme à l'extérieur. En proie à une crise de conscience, je me mordis la lèvre.
Certes, cet homme avait l'air fou et donc potentiellement dangereux, mais si je ne le laissais pas rentrer, il risquait très fortement de mourir. Etais-je capable de vivre avec l'idée d'avoir provoqué la mort d'une des rares personnes encore vivantes dans cette ville ? De plus, si par miracle il réussissait à s'en sortir et qu'il me retrouvait, les risques qu'il tente de me faire payer mon abandon étaient quasi-certaines.

Plus motivée par la deuxième raison que la première, je me dépêchai d'ouvrir la fenêtre.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 6 - Jour 4] Un esprit sain dans un corps sain   
Mar 24 Mar - 22:42
Vraiment, pourquoi n’ouvrait-elle pas au Messie ? Merde, elle voulait que je me fasse partouzer par mes disciples aussi tarés qu’un banc de groupies décérébrées dans un concert de Tokyo Hotel ou quoi ??! Finalement, à force de cognement très convaincants sur le double vitrage, la rouquine se retrouva disposer à m’ouvrir la fenêtre en grand pour que je puisse pénétrer dans la bâtisse sans me faire gratter de la bouffe à mon corps défendant… Au premier sens comme au figuré. A peine fus-je à l’intérieur que je l’aidais à refermer le battant de l’ouverture. Déjà, les premiers macchabés animés se fracassaient avec violence sur le double vitrage, dans un concert de « toc » et de « spuink » presque silencieux, tout du moins fortement atténué par l’épaisseur de la vitre. Finalement, je mettais mes deux mains sur mes cuisses afin de reprendre mon souffle. Mine de rien, j’avais l’impression d’avoir couru un marathon, même si tout le monde savait que je n’en était pas capable du tout… Enfin tout le monde, surtout cette saloperie de salope de Tante Christie, qu’elle ne repose pas en paix dans son lopin de terre miteux !

J’éclatais de rire alors que je me redressais, toisant avec bonne humeur la femelle humaine présente dans la salle.

« Vous êtes une blagueuse pas vrai ? J’ai vraiment cru que vous n’alliez pas m’ouvrir ! »

Je me laissais aller à rigoler, rire ressemblant plutôt à celui d’un dément possédé qu’à une personne saine d’esprit et de corps. J’allais certainement lui foutre les pétoches à la gamine, mais j’étais vraiment trop con pour m’en apercevoir. Elle m’excuserait surement ! Je montrais la vitre avec mon pouce par-dessus mon épaule, l’air de faire la conversation et je déclarais d'un ton anodin digne d'une mégère entrain de commérer :

« Ils sont un peu collant ces cons, ils m’aiment tellement. Mais bon, le Messie ne peut pas parcourir ses brebis tout le temps. Vous comprenez ? »

Bien sûr qu’elle comprenait. Qui ne comprendrait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: [Semaine 6 - Jour 4] Un esprit sain dans un corps sain   
Mer 15 Avr - 19:03
Je venais donc de m'enfermer avec un fou.

Génial.

Je le regardai s'esclaffer (et ce malgré le fait que la situation n'avait rien de drôle) et commençai à regretter d'avoir ouvert cette fenêtre. Au fond de moi, je pris la ferme décision de ne pas tenir compagnie à cet homme plus de temps qu'il n'était nécessaire et et m'éclipser à la première occasion. De toute évidence il n'était pas sain d'esprit et je n'avais pas la moindre envie de savoir s'il pouvait être dangereux.

-Ils sont un peu collant ces cons, ils m’aiment tellement. Mais bon, le Messie ne peut pas parcourir ses brebis tout le temps. Vous comprenez ?

S'il commençait déjà à formuler des phrases dépourvues du moindre sens on n'allait pas s'en sortir. Il devint de plus en plus clair qu'il souffrait de troubles mentaux, probablement de schizophrénie. Et qu'est-ce que c'était que cette histoire de Messie ? Il pensait être une sorte de réincarnation du Christ ? J'aurais tendance à croire que quitte à revenir parmi nous, Jésus aurait choisi une enveloppe avec un peu plus de classe.
Mais cesse de tergiversations. Il m'avait posé une question et je me devais d'y répondre :

-Tout à fait. Ce ne doit pas être facile tous les jours d'être le Messie, surtout en des temps aussi troublés, lui dis-je avec mon plus beau sourire.

Mieux valait rentrer dans son jeu. Je n'avais pas envie de connaître sa réaction si je venais à le froisser.

Je jetai un coup d'oeil à la fenêtre derrière laquelle les monstres s'agglutinaient toujours, frappant de leurs mains cadavériques sur le verre en espérant le faire céder et atteindre les délicieuses proies que nous étions.

-Il vaudrait peut-être mieux partir d'ici, lui fis-je remarquer. Je ne sais pas pour vous, mais je n'ai aucune envie de finir dans l'estomac de ces choses.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: [Semaine 6 - Jour 4] Un esprit sain dans un corps sain   
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "L’amitié, c’est un seul esprit dans deux corps." [Pv. Calypso]
» Jack ♦ et un jour, tu es rentrée dans ma vie et tu l'as bouleversé
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» Quelque part dans le Val d'Anduin [Flashback PV Sefir]
» Mon insomnie cesse à l'aurore [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: S6-