Nous sommes en Septembre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !

 [Mai 2025] Promenons nous dans les bois, tant qu'le zombie n'y est pas.

Feuille de personnage
Barre de Santé:
52/117  (52/117)
Barre de Faim:
65/100  (65/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 225
Age : 19
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'


Voir le profil de l'utilisateur

[Mai 2025] Promenons nous dans les bois, tant qu'le zombie n'y est pas.   
Dim 27 Sep - 11:18
« Putain Max, tu me fais CHIER ! »
 
              J’avais une furieuse envie de lui éclater la tête comme il l’avait fait au zombie quelques jours plus tôt. Il passait son temps à me sermonner, comme si j’avais trois ans ! J’étais dans la même merde que lui, depuis autant de temps ! J’avais survécu bien avant qu’il ne vienne me chercher des noises !
 
« Qu’est-ce que tu veux toi ? »
 
              Henry regardait toujours nos disputes avec son air indéchiffrable, et ça aussi, ça m’énervait. Je les aimais bien, tous les deux à me protéger, mais là ils m’étouffaient. Je me débats encore un instant avec mes lacets, il m’a fallu presque dix minutes pour les faire, et ça ruine un peu ma scène.
 
« Si tu crois que j’suis pas capable d’aller trouver de la bouffe sans que tu me tiennes par la main, bah tu te fiche le doigt dans l’œil… JUSQU’AU COUDE. »
 
              La porte ne claque pas derrière moi comme elle aurait dû le faire, elle se faire tout doucement, manquant de me faire tomber dans mon geste de colère. Je me retourne pour lui flanquer un coup de pieds et gémit en pensant à mon ongle qui doit noircir dans ma chaussure.
 
              Trop furieuse pour penser à ma mission initiale, je me jette dans une randonnée en direction du… Nord ? Pas sûre, mais toute à mon émotion, je ne pense pas du tout au retour. Je fonce bille en tête, histoire d’évacuer un peu plus ma colère à chaque pas. Il aura l’air con, Maximilian, quand je reviendrais les bras chargés de victuailles ! Ou alors il me tapera dessus jusqu’à ce que mort s’en suive pour avoir fait l’ado’ rebelle. Cette pensée me fait éclater d’un rire perçant, bien éloigné de celui que j’avais avant de finir dans cet hôpital maudit. Je me stoppe net, plus effrayée par le rire que par les zombies qui menacent d’arriver. Qu’est-ce qui a changé ? Tout ? Je n’en suis pas certaine. Moi ? Surement. En bien ou en mal, là est la question. Je pose une main tremblante sur mes lèvres, les caressant avec timidité, comme pour être certaine qu’elles sont bien miennes. Une énorme crampe me saisit, me plie en deux. Je tombe à genoux, le souffle coupé. Chaque tentative d’inspirer de l’air frais me fait monter un spasme nauséeux. Qu’est-ce qui m’arrive ? Je gémis de douleur avant de rendre mon déjeuner. Ça ne m’était pas arrivé depuis… Keiran. D’un coup, je me relève, un vertige noircit ma vue, mais je m’en fiche, je commence à courir. Vite, vite ! Toujours plus en avant !
 
              Aux maisonnettes se substituent les arbres, et entre leurs silhouettes de bois, je vois des visages fantomatiques. Les branches me fouettent le visage, j’ai l’impression que se sont mille bras qui tente de me saisir. Je tente de pousser un hurlement terrifié, mais comme dans un rêve, je suis muette. Je continue de courir, alors même qu’un feu irradie mes poumons. L’air me manque, je m’écroule d’un coup, le visage dans la terre. Je tousse pour évacuer la douleur qui me ceint, j’ai l’air enragée, folle. Quand je relève la tête, le monde me semble si froid, si étranger que je n’ai plus qu’une chose à faire : appeler Keiran à l’aide. Je pousse de longs hurlements désespérés, jusqu’à ce que je confonde le nom de mon frère et celui de ceux qui ont partagés ma route.
 
              Un bruissement me fait sursauter, je ferme la bouche instinctivement. Il se rapproche, et ma tête se vide. Je recule à quatre pattes, rentre dans un arbre qui entame mon front. Un sang chaud et épais s’écoule paresseusement jusque sur mes paupières. Paniquée, le souffle court, je me relève et détale dans l’autre sens. Le terrain accidenté manque plusieurs fois d’avoir ma peau, mais je continue de filer comme le vent, une terreur insoutenable serrant mes tripes. Je ne m’arrête que pour rendre encore et encore les maigres repars que nous partageons avec Max et Henry. Max et Henry… j’ai l’impression de les avoir quittés depuis des années, et la chaleur de notre repaire me manque. Je regrette tellement de les avoir quittés…
 
              En plus du sang qui macule mon visage, un flot incontrôlé de larmes mange ma face. Je galope de moins en moins vite, finissant par marcher, mon souffle quasi inexistant n’arrive même pas à créer des nuages de vapeur. Je me surprends à gémir sans relâche « quelqu’un… quelqu’un… aidez-moi… ». Je finis par me traîner, la tête tantôt basse, tantôt tournée vers l’arrière pour vérifier qu’aucun zombie ne me suit. Je sursaute tous les mètres, croyant voir une figure familière.
 

              Je heurte un objet si dur qu’il pourrait être un homme, un zombie ou bien un arbre. Entre mes sanglots, le sang séché et la boue, j’arrive à distinguer la forme d’un corps humain. Je m’écroule à ses pieds, la main gauche agrippée à son vêtement. Je me concentre sur ses chaussures pour ne pas voir le monde tourner, avant de gémir une dernière fois « aidez-moi… ». Je m’écroule sans autre forme de procès devant ce qui pourrait être un militaire cinglés, un survivant cinglé ou un zombie.

_________________
Avatar réalisé par Maximilian Carlton / Dayaxa
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [Mai 2025] Promenons nous dans les bois, tant qu'le zombie n'y est pas.   
Ven 23 Oct - 22:41
Nathaniel faisait doucement glisser sa pierre à aiguiser sur son marteau en un geste précis. Comme il l'avait fait des dizaine voir des centaines de fois auparavant. Il avait choisis de le tailler en pointe pour en faire un piolet pour qu'il rentre dans les têtes des zombies comme dans du beurre. Il ne dormait plus depuis quelques jours, les yeux écarquillés il avait l'air d'un drogué. Il se servait de sa peur comme d'un stimulant il devait survivre, il n'avait que ce mot à la bouche survivre. Il était perdu et il ne dormait plus à chaque fois il rêvait de sa femme. Il ne voulait plus rêver alors il s’assommait d'alcool. Une barbe de trois jours garnissait son menton et ses yeux étaient injectés de sang. On avait vu mieux pour faire confiance à quelqu'un. Mais la il s'était reposé, il était presque redevenu normal. 

Il était même sorti de la maison qu'il squattait. Il avait d’ailleurs caché toutes les photos de la maison comme un deuil pour la famille qui avait habité là. Il s'en voulait de squatter chez eux, de voler, de piller. Mais il n'avait pas le choix. Il devait bien vivre. Il s'était affalé dans des fauteuils après avoir barricadés toutes les fenêtres et les issues.  

Il entendit soudain un bruit dehors. Il regarda par le judas de la porte et il aperçut une jeune femme maculée de sang et des zombis qui approchaient. Il se rua dehors et elle s’effondra à ses pieds. Nathaniel fut dégrisé sur le coup et il la souleva dans ses bras rentrant dans la maison juste à coté et il s'empressa de bloquer la porte après l'avoir verrouillée. Il la posa délicatement sur le canapé et alla prendre un linge mouillé dans la bassine qui se trouvait non loin et dont il se servait pour se laver récoltant l'eau de pluie. Lentement et délicatement il effaça toutes les traces de sang sur son visage il lui sourit et murmura:

"Calmez vous je suis la vous êtes en sécurité. Je suis Nathaniel. Vous êtes blessée ?"
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
52/117  (52/117)
Barre de Faim:
65/100  (65/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 225
Age : 19
Liens importants : Inventaire
Fiche de Comp'


Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Mai 2025] Promenons nous dans les bois, tant qu'le zombie n'y est pas.   
Mar 3 Nov - 14:21
Je sens une force me soulever, c’est uniquement à ce moment que je me sens assez en sécurité pour faire attention aux signaux que m’envoie mon corps. Mes poumons sont en feu comme jamais, et pourtant, je croyais m’être endurcie pendant tous ces jours…. On entre dans une sorte de maison, il me pause sur un canapé. J’ai mal partout, comme si chaque partie de mon épiderme décidait de s’enflammer comme mes pauvres poumons. Un linge humide apaise les griffures de mon visage, je ferme les yeux en sanglotant, tout en commençant à respirer à fond pour me calmer. J’entends des mots doux, prononcés d’une voix grave qui me détendent encore plus rapidement. On dirait la voix de Keiran. Je reprends mes pleurs de plus belle, complètement paniquée et désorientée. Où suis-je ? Qui est-ce ? Où est Max ?
 
« Max ?! L’instinct de survie me fait bondir et essuyer les larmes qui m’aveuglent. Ou je suis ?! »
 
                        J’ai à peine conscience de crier d’une voix aiguë et perçante, je suis dressée face à l’Homme sur mes genoux enfoncés dans le cuir du canapé. Je le détaille de haut en bas, je recherche surtout un signe de morsure ou un quelconque geste déplacé comme j’en aurai subi quand tout tournait rond. Mais je me rends compte de pire. Il n’avait pas l’air sain, avec ses yeux rougis et cernés et son haleine alcoolisée, mais ça encore, pas mal de survivants devaient partager ses signes avec mon « sauveur ». Un uniforme. Militaire. J’attrape sur la table basse un journal et lui lance à la figure. Un cri aigu m’échappe, il est entre la porte et moi, je m’élance vers le coin opposé en le poussant. La panique me fait perdre mes moyens, je me fais toute petite dans l’angle en gémissant.
 
« Un militaire ! »
 
                        Je répète ce constat avec hystérie, les images des tirs sur les survivants après la mort de Keiran m’assaillent. Je suis seule, face aux hommes armés avec leurs yeux fous. J’enserre ma tête entre mes bras, comme pour me protéger. J’arrive encore à parler d’une voix fêlée par la peur et d'hystérie : « Vous avez tué tous ces gens ! LAISSEZ-MOI ! » 

                        Et soudain je regrette le giron protecteur de Max et Henry. Je regrette d’être aussi peste et d’avoir fugué. Vont-ils me chercher ? Me regretter ? J’en sais rien, de toute façon, j’ai compris la leçon, on ne se laisse pas mourir, on se bat ! Je me lève à nouveau, la vision obscurcie par ce mouvement brusque. Je pousse un meuble qui était à mes côtés, à la recherche d’un objet utile pour me défendre ! J’ai la rage, j’ai envie de rentrer chez moi, retrouver mes amis et ne pas les décevoir !

_________________
Avatar réalisé par Maximilian Carlton / Dayaxa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: [Mai 2025] Promenons nous dans les bois, tant qu'le zombie n'y est pas.   
Aujourd'hui à 21:15
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♪ Promenons-nous dans les bois tant que le loup n'y est pas ♫ [PV Tar Etts]
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ! || PV Cathy
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: Mai 2025-