Nous sommes en Octobre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !
Joyeuses fêtes à tous !
Tout le Staff vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Manger comme des gros, buvez avec modération (hinhinhin) et faîtes des bisous à votre tante sexy pour nous ! <3

 Un démarrage... pas en douceur - [22/02/2025]
Invité
Invité
avatar


Un démarrage... pas en douceur - [22/02/2025]   
Jeu 22 Oct - 22:07



Un démarrage... pas en douceur...


Des coups de feu ? Pas très banal tout ça ! Et cette explosion ? On en parle de cette foutue explosion ? C'était encore moins "normal". Surtout quand cela provient de l'autre bout de la rue !

Le smartphone échappa des mains du colosse étendu sur son lit, venant faire un plat sur son nez. Grognant d'un air renfrogné, Ingvar fit un violent mouvement de tête, envoyant valser l'appareil, qui ne s'écrasa pas au sol, préférant rebondir comme un dément sur ses coins, pour finir sa course derrière l'armoire de la chambre d'hôtel.

Se redressant sur ses deux coudes, le vacarme extérieur étant plus préoccupant que l'état de son téléphone, l'islandais tendit l'oreille... voire les deux... écoutant pendant quelques minutes. C'était visiblement le chaos, qu'est-ce qui venait de sauter comme ça ? Allant à la fenêtre, il observa l'extérieur : des gens courraient tous dans une même direction. Des militaires dans l'autre.

Non, ça sentait carrément le roussi ! Il fallait rappeler Sara et lui dire de rentrer aussitôt ! Non pas qu'il lui faisait confiance pour se défendre toute seule, mais il préférait qu'elle soit à ses côtés, et loin de toute occasion de "se défendre", loin du danger, quoi... Même si cet hôtel n'était sans doute pas l'endroit le plus sûr au monde. Déversant tout un flot d'injures, l'expert mécano se jeta au sol et tenta de récupérer son téléphone coincé derrière l'armoire... Ce meuble était vachement gros, ce n'était qu'un amas de bois inutile avec des morceaux en fer inutiles qui contribuaient à le rendre encore plus lourd qu'il ne l'était déjà. Même Ingvar aurait eu des difficultés à le déplacer... mais là n'était pas la question, le téléphone portable avait réussi à se caser d'une manière qui était impossible à retirer sans le voir...

Tirant de toutes ses forces, le colosse arracha l'objet de sa cachette, sentant quelque chose craquer sous ses doigts, tandis qu'un grincement peu rassurant se fit entendre au dessus de sa tête.

« Uh ?... » fit-il en relevant les yeux.

La seule chose qu'il vit fut l'armoire qui s'élança sur lui. Ça allait faire mal...

SBRAAAM !


~~~~~


Était-ce la vraie vie ? Était-ce juste son imagination ?...

Non non, pas de glissement de terrain ou d'éboulement, c'était malheureusement la réalité. Son crâne lui faisait mal et la dernière fois qu'il avait eu cette impression d'écrasement, c'était quand un présentoir d'énormes haltères avait basculé sur lui. Peut-être qu'il s'agissait d'une gueule de bois ?

Ouvrant lentement les yeux, il ne vit rien... Puis, lorsque sa vision se rappela de comment elle était censée fonctionner, il discerna ce qui était une grosse planche de bois qui s'était écrasée en plein sur son front. Ceci expliquait cela... C'était embarrassant, il venait de se faire mettre KO par une armoire ! Bon, au vu de la gueule du meuble, peut-être que quelqu'un de moins robuste que lui serait mort sur le coup, écrabouillé comme une crêpe et la tête explosée.

« Un jour 'vais crever comme une merde écrasée par un trois tonnes parce que j'aurais fait un croche-patte au cric... »

Usant de son bras gauche, Ingvar souleva légèrement l'armoire afin de libérer ses jambes et s'extirpa de l'emprise écrasante du meuble. Il avait l'impression d'avoir été roué de coups, chose qui lui était rarement arrivée... Légèrement tremblant à cause du choc, il attrapa sa grande veste en cuir et l'enfila sur le champ, s'asseyant quelques minutes sur son lit, le temps de reprendre ses esprits : il avait mal au front et à l'arrière de la tête, ce qui semblait logique, il s'était pris un gros coup sur la tête et avait basculé en arrière. Pas besoin d'être un génie pour deviner ça.

Se redressant vigoureusement, il atteignit la porte de sa chambre en quelques enjambées : il fallait qu'il sorte d'ici, qu'il puisse savoir ce qu'il se passait dehors, qu'il retrouve Sara...

Trop pressé, il manqua de se viander dans le couloir : un chariot de bagages s'était interposé (bon en fait il était juste là depuis des heures, tranquille, le pauvre), le contenu s'éparpilla au sol, révélant tout un tas de trucs... inutiles. Les yeux du colosse se posèrent sur un sac à dos à moitié ouvert. Sans trop savoir pourquoi, il l'attrapa et continua sa route, plongeant sa main à l'intérieur... Il lui fallait un nouveau téléphone portable pour appeler Sara, malheureusement ses doigts n'effleurèrent que des objets sans valeur. De rage, il en jeta la moitié au sol avant de refermer le sac et l'accrocher à son épaule gauche.

Dévalant les escaliers (non parce qu'en cas de catastrophes, il valait mieux pas songer une seule seconde à entrer dans un ascenseur !), l'islandais arriva au rez-de-chaussée, à l'accueil de l'hôtel : personne, des valises ça et là, il était seul au monde, ou quoi ? C'était stressant.

Avant de sortir, il remarqua un distributeur automatique dont la vitre était cassée. Le contenu avait sans doute été pillé par des petits profiteurs, car il ne restait plus grand chose... Ah non, sauf peut-être... Deux paquets de sandwich d'une marque bien connue. Regardant autour de lui, comme s'il essayait de voler quelque chose en temps normaux avec tout plein de gens autour de lui, il tendit le bras et, esquivant doucement les éclats de verre, récupéra les deux emballages en plastique qui contenait ces célèbres sandwich coupés en triangles. Rapidement, il fourra tout ça dans son sac. Il y avait bien une caméra de sécurité qui le "regardait"... Mais l'ordinateur du comptoir avait l'air éteint. Si ça se trouvait, la sécurité ne marchait pas. Petit coup d'œil pour vérifier... En effet, les interrupteurs pour appeler les ascenseurs n'étaient plus allumés, le courant était peut être coupé dans l'établissement.

** Et puis merde, quoi, 'faut bien que je mange, si y'a eu une attaque terroriste, je pense pas qu'il y ait grand chose d'ouvert pour faire ses courses. ** songea-t-il.

Faisant quelques pas à l'extérieur, il plissa les yeux, avant de les écarquiller la seconde d'après : des morts... il y avait des cadavres au sol ! D'autres personnes, à l'autre bout de la rue, marchaient lentement en titubant, comme si elles étaient mal en point.

Qu'est-ce qui s'était passé ? Peut-être valait-il mieux demander à une de ces personnes ? Il n'avait pas très envie, en fait, quelque chose clochait... C'était peut être dû au fait du cadavre à quelques mètres de lui, ou de l'hôpital au loin qui semblait avoir un gros trou dans sa façade.

Au loin, les deux personnes qui titubaient s'étaient approchées d'une femme qui venait de tomber à terre. Malgré leur état, ils allaient essayer de l'aider ? La foi en l'humanité du colosse remonta légèrement.

« Greeuurbh... »

Sursautant, Ingvar s'écarta d'un pas du cadavre... Qui n'en était pas un, du coup, vu qu'il se releva lentement.

« Euh, m'sieur ? Z'allez bien ? »

Bon, il était pas doué pour les premiers soins, mais il allait pas laisser cette personne crever sans essayer de l'aider... Avant même qu'il puisse réagir, l'homme s'agita brusquement et lui sauta dessus, l'agressant visiblement.

« Ow ! Mais j'suis là pour vous aider bordel ! »

Par réflexe, il envoya un puissant revers du droit pour repousser cette personne, l'atteignant en pleine tempe, la forçant à reculer tandis que lui aussi s'écartait à nouveau de quelques pas.

« Vous d'vez être en état de choc ou j'sais pas quoi, ressaisissez-vous... »

Il ne savait plus si c'était comme ça qu'on disait, mais son cerveau eut une petit absence lorsque l'homme se redressa à nouveau et qu'il put bien l'observer : il y avait quelque chose d'affreux, sa peau était décomposée ça et là, ses blessures étaient violentes, c'était un miracle qu'il soit encore en vie... Non non, c'était pas normal ! Avec le visage détruit comme ça, il ne pouvait qu'être en train d'agoniser de douleur au sol ! Alors pourquoi il s'approchait comme ça ? Pourquoi il grognait comme ça de manière malsaine... comme une bête affamée. Comme un zombie...

Au loin, par dessus l'épaule du "zombie", Ingvar remarqua que les deux personnes qui titubaient étaient plus ou moins dans le même état que celui qui lui faisait face... et ils étaient en train de... déchiqueter la femme au sol.

« C'est pas possible... Merde... »

Le zombie se jeta à nouveau sur lui, le faisait reculer d'horreur, trébuchant sur un tas de ferraille au sol, s'étalant à nouveau sur le dos : cette fois ci, pas question de se faire assommer ! D'un coup de coude, il fit lâcher prise à la créature, qui semblait prendre sa manche comme un morceau de viande... Toutes les histoires qu'il avait entendu à propos de ça, il valait mieux pas se faire blesser par une chose aussi répugnante, il voulait pas choper la mort.

« Lâche-moi, salop'rie ! »

Alors qu'il donna un coup de pied rageur, sa main droite entra en contact avec un truc froid, métallique... un vélo ? Il était à moitié couché dessus... C'était le guidon arraché qui l'avait fait trébucher. Attrapant la selle sans trop réfléchir, il tira dessus, une fois, puis une seconde fois. Dans un grognement bestial, il fit sauter l'espèce de boulon qui maintenant le tout en place, se retrouvant avec la selle et un morceau du tube qui permettait de rehausser l'assise. Bon bah ça ferait l'affaire.

L'adrénaline l'ayant réveillé encore mieux qu'un demi-litre de café, le colosse se redressa et attendit son adversaire de pied ferme : il semblait pas être dérangé par son bras qui faisait un angle bizarre, ni par les blessures au visage ? Alors il allait lui exploser le crâne !

Dans un bruit peu ragoûtant, le tube d'acier s'enfonça comme dans du beurre dans le visage de la créature, entre les deux yeux : Ingvar profita de sa force pour rendre son coup vraiment "mortel" (si d'aventure l'on pouvait qualifier le zombie de "vivant"). Retirant son arme de fortune de la carcasse poisseuse, prêt à donner d'autres coups, le cadavre, désormais inerte, bascula en avant, lui tombant dessus, puis au sol...

Bon, on allait pas rester ici, les deux autres choses qui dégustaient la femme à l'autre bout de la rue risquaient d'être aussi "sympathiques". Plutôt que d'utiliser l'adrénaline pour se battre, la brute préféra partir dans le sens opposé.

Ses pas le menèrent bien loin de l'hôtel, dans un coin plein de locaux en travaux. Il n'avait toujours pas lâché sa selle de vélo, le tube d'acier plein de sang en guise de manche, et la partie supérieure dont il avait arraché le cuir en chemin pour révéler la carcasse métallique au bout en forme de pointe. La luminosité commençait à décliner, ce qui signifiait qu'il était resté au moins quelques heures dans les vapes à cause de cette foutue armoire. Se précipitant vers un des locaux, il se posa devant la porte d'un où les travaux avaient été achevés et tenta d'ouvrir la porte. Fermé, évidemment... néanmoins, même si la porte semblait être plutôt robuste, la poignée était encore un modèle basique que l'on plaçait en attendant de mettre quelque chose de définitif en guise de serrure.

Cherchant quelques minutes autour de lui, il trouva un morceau de fer à la taille qu'il souhaitait (l'habitude d'évaluer la clé plate qu'il fallait à la simple vue d'un écrou) et s'en servit dans la "serrure primitive", comme il aimait les appeler. Le tout ne grinça même pas... Damn... C'était un truc bien avec les travaux de rénovation, c'est qu'il y avait du matos neuf !

Bon, il n'y avait plus qu'à faire très attention, ne pas se faire surprendre par un autre cadavre ambulant. Ou le moindre cadavre tout court, maintenant, s'il voyait un corps étendu au sol, il ferait en sorte de le contourner, ou de le tapoter du pied pour voir s'il réagissait.

Cet endroit pouvait être parfait pour passer la nuit, s'il fouillait tous les recoins pour vérifier qu'il n'y ait personne (c'était fermé, mais sait-on jamais !). Il pouvait ensuite déplacer ce gros frigidaire (probablement vide) devant la porte pour pouvoir se caler dans un coin et dormir un peu. Il n'avait rien pour s'éclairer, donc autant s'improviser une forteresse pour la nuit.

Avec de la chance, il trouverait des trucs utiles...


[ Et une ch'tite fouille, une ! ]



Dernière édition par Ingvar Elvarsson le Jeu 18 Fév - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 76
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Un démarrage... pas en douceur - [22/02/2025]   
Jeu 22 Oct - 23:15
« Ggghhgrrr »

Le bruit, ça les attirait. Et le gros là, il faisait du bruit. Le zombie était couché dans l'ombre, face contre le sol. Lorsque le Grozours avait commencé à tourner l'endroit à l'envers, lui, il s'était mis à grogner, prouvant sa présence. Lentement, il se mit à ramper vers les jambes du scandinave. Et là, on pouvait voir l'horreur, sortie de l'ombre; ses deux pattes étaient cassées, tordues brutalement dans le sens qu'il ne faut pas. Les cheveux trainaient dans la bave et le sang qui s'échappait de sa tête. C'en était un récent, ça paraissait.

S'approchant dangereusement, le mort étendit ses bras pour tenter d'agripper les chevilles du vivant. Il comptait bien se venger de ceux qui l'avait laissé crever, ceux qui étaient encore grouillants, vivants. Il devait goûter bon, le Grozours. Il ouvrit sa gueule, faisant claquer ses dents.

_________________
Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: Un démarrage... pas en douceur - [22/02/2025]   
Ven 23 Oct - 1:41




« Ggghhgrrr »

Ingvar fut parcouru d'un frisson assez... perturbant : c'était quoi ? Non non, pas le zombie qui apparemment était pas trop loin de lui, mais cette sensation ? De la peur ? De l'excitation ? Le souvenir frais de ce qu'il avait fait à l'autre cadavre ambulant pour le neutraliser lui donnait comme un léger sentiment de satisfaction, de liberté, comme si attaquer et "tuer" sans avoir peur de toutes représailles légales pouvait devenir une drogue. Ou peut-être s'agissait-il du fait de s'affirmer en tant qu'être vivant, de "survivant", et... aussi... de donner une utilité à son corps surentraîné. Le sport, les challenges et tout, c'était bien beau, mais là ça lui servait davantage... C'était une perspective plutôt encourageante !

Ah oui, et si l'on revenait au rampant qui s'approchait lentement de lui ? Urgh... Des genoux, c'était pas censé être pliés dans ce sens ! Puis il claquait des dents... Comme s'il voulait mordre...

« Beurk, sans façon mon coco, t'es encore plus crade que l'autre de tout à l'heure. »

Restant tout de même assez prudent, le colosse attendit que la créature s'approche un peu plus, relevant un pied, prêt à abattre sa rangers en plein sur le crâne de la chose... Apparemment c'était la tête qu'il fallait viser... Et comme ils ignoraient la douleur, autant en finir rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 1306
Age : 37

Fiche perso
Santé:
200/200  (200/200)
Faim:
100/100  (100/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Un démarrage... pas en douceur - [22/02/2025]   
Ven 23 Oct - 1:41
Le membre 'Ingvar Elvarsson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 13
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: Un démarrage... pas en douceur - [22/02/2025]   
Ven 23 Oct - 3:00




[ Jet + Bonus "Corps à corps" : 13+7 = 20 : Réussite parfaite ! ]

« Crève, charogne ! »

SPROTCH ! La force physique du titan scandinave couplée à un taux d'adrénaline plutôt stimulant eut un effet du tonnerre. Enfin, le tonnerre ne brisait pas des crânes, mais c'était pour la beauté de l'expression... Même si sur le coup il ne comprenait pas trop l'intérêt de cette expression, il y avait des choses encore plus puissantes que le tonnerre... BREF !

N'ayant même pas besoin de porter de coup supplémentaire au vu de son coup écrasant et destructeur, Ingvar releva lentement son pied, un petit bruit peu ragoûtant lui rappela dans quelle situation il se trouvait.

« Dégueulasse... »

Passant sa chausse sur les vêtements de la chose inerte, le colosse se demanda comment le définir : "ex mort-vivant" ? Ça rendait les choses confuses, ça ressemblait vachement à un double opposé, mais au final il était mort... Chose qu'il était de base, mais en bougeant, donc pas mort...

... Fallait arrêter de réfléchir !

« 'Sont morts dès qu'ils changent, plus humains, c'plus simple » murmura-t-il pour lui-même.

Allant pousser le "mort-mort" dans la pièce voisine, bien au fond, lui arrachant sa chemise pour nettoyer (toujours du pied, hein !) la cervelle pourrie qu'il avait fait coller au sol de son coup de talon écrabouillant, l'homme referma enfin la porte de cette pièce annexe et entreprit de déplacer le frigidaire qu'il avait repéré en entrant, pour bloquer l'entrée du local. Il vérifia à l'intérieur, mais ne fut pas surpris de le voir vide : il n'était même pas branché de base. Bon, au moins, ce n'était pas ces cadavres ambulants qui iraient réussir à ouvrir la porte avec ça devant.

C'état bien d'être aussi fort, c'était gratifiant et c'est pour cela qu'il alla... se recroqueviller dans un coin. Oh non, il n'allait pas pleurer, il n'avait pas de raison de pleurer. Certes, tout ceci était un brin traumatisant, mais une fois qu'on respirait un bon coup, ça passait mieux. Un à un, ça pouvait rester gérable, mais il ne préférait pas se retrouver avec une foule de dégoûtants à ses trousses. La sensation du mur dans son dos le rassurait, et puis en s'étant placé dans un coin, son champ de vision n'avait que de faibles angles morts, qui ne suffiraient pas à cacher un zombie enfant anorexique, donc ce n'était pas un problème.

Décrochant le sac à dos de son épaule, il entreprit de voir ce qui restait à l'intérieur : bon, les deux sandwitch qu'il avait "volé". Ça tiendrait quelques jours avant d'être vraiment immangeable, du coup il pouvait se permettre de les manger en priorité s'il ne trouvait rien d'autre.

« Oh... j'avais oublié... »

Il parlait tout seul, mais il s'en foutait : justement, il n'y avait personne pour le savoir ! Bref, il venait de se rappeler qu'une poche intérieure de sa veste avait également quelque chose à manger, rien de bien extraordinaire, c'était un paquet de "jerky" de bœuf. Sara lui en avait acheté deux paquets, et il avait englouti le premier la veille. Elle disait que le voir mâchouiller un morceau de viande comme ça, ça renforçait son apparence bestiale, et ça l'amusait. Ingvar, lui, était tombé amoureux de ce goût de viande sèche, un brin salée, un peu robuste mais pas coriace. C'était plus courant aux States qu'en Islande, comme produit.

Posant le paquet à côté des deux sandwich, il fourra sa grosse main dans le sac, à la pêche aux objets : un stylo à bille, un stylo à plume, un autre stylo à bille, un petit paquet mou et une sorte de carnet de poche. Il vérifia les autres poches du sac : que dalle. Aplatissant le conteneur vide, il posa ses "trouvailles" dessus, réussissant enfin à lâcher délicatement sa selle de vélo sur sa cuisse.

Il avait de quoi écrire, peut-être qu'il pouvait raconter ce qui s'était passé ? C'était dans quel film qu'il avait vu que ça empêchait de devenir fou, déjà ? Pas moyen de s'en rappeler, tant pis. C'était une bonne idée... Ça allait le calmer, lui permettre de faire le point, de dédramatiser un peu, s'il y arrivait... Bon, peut-être pas tout de suite.

Ses yeux se posèrent sur le "paquet mou", l'inspectant un peu plus. C'était un paquet de bandage, il y avait une sorte de rouleau à l'intérieur, de quoi faire un ou deux bandages, tout au plus... Et encore, s'il s'en servait pour lui, il doutait pouvoir faire davantage qu'un bandage à un bras ou une jambe. Et s'il fallait faire un bandage à l'épaule ? Voire au torse ? Ça risquait d'être coton... Le mieux c'était de ne pas se faire blesser, parce qu'il préférait largement éviter les complications. Il n'était pas un bon médecin. Quand il se blessait au sport ou à l'atelier, il y avait toujours des spécialistes pour s'occuper de lui, en qui il avait confiance, tout comme eux lui faisaient confiance pour leurs freins de voiture, ou ce toubib plein aux as qui avait eu un pépin à son moteur d'hélico...

Après mûre réflexion, il glissa le petit rouleau de bandage dans la poche gauche de son jeans : son sac, il pouvait en être séparé. Pareil pour sa veste. Non, son jeans, c'était un peu plus difficile à perdre, alors autant garder ce petit rouleau de bandage bien précieusement. Ça pouvait potentiellement lui sauver la vie, autant mettre toutes les chances de son côté.

« Bon maintenant commençons l'œuvre du siècle... J'suis sûr que quand tout ça sera fini, j'en ferais un roman-autobiographique-documentaire de faits réels... Et j'serais riche. »

Il était bien conscient d'être un brin utopiste, déjà si ça se trouvait c'était la fin du monde, et il n'y aurait pas de "retour à la normale". Mais il fallait bien garder quelques pensées vers l'avenir, et un peu comiques, si possible, car lui, écrire un livre ? Bien sûr !

[ Entrée "22 Février 2025" ajoutée au Journal ]

Refermant le capuchon, il remarqua qu'il avait déjà commencé à mordiller l'arrière du stylo pendant son travail de réflexion pour restituer les événements depuis cette explosion et l'attaque de l'armoire.

La lumière commençait à manquer. Se relevant brusquement, sa selle de vélo à la main, il partit en quête de quelques objets inutiles pour les disposer en arc de cercle à quelques mètres de lui, afin que si un zombie ne s'approche de lui pendant qu'il dormait, cela fasse du bruit et le réveille. Il fallait absolument qu'il se repose, être au top était vital pour survivre.

À nouveau installé dans son coin, essayant de trouver le sommeil, il repensa une dernière fois à Sara... Elle avait intérêt à avoir survécu. C'était son but, la retrouver. C'était elle la plus maline, la plus "intelligente". Elle saurait à tous les coups quoi faire.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: Un démarrage... pas en douceur - [22/02/2025]   
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vidéo][Next Gen] Une introduction tout en douceur ...
» La douceur estivale d'une conversation jardinière [Katrina]
» D25 - F2L712 Clé de contact et interrupeur de démarrage/préchauffage
» démarrage deutz d30s
» C'est le grand jour ! ~ Nuage de Douceur & Pluie Torrentielle ~ [END]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: Avril 2025-