Nous sommes en Septembre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !

 Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Jeu 29 Oct - 1:02
PLEASE PAY ATTENTION : Our nation is in crisis, a state of emergency has been declared...



J'ai hésité un moment avant de quitter William, mais après s'être débarassé des trois drogués fou furieux et s'être assuré que le périmètre était sécurisé, je me suis vite mis à tourner en rond. Finalement, William avait fini par m'assurer qu'il pouvait se débrouiller tout seul le temps d'attendre son groupe. Il avait l'air tellement plein d'espoir que j'avais presque peur de le laisser seul au cas où ses amis ne reviennent finalement jamais. Peut-être que ce fameux River avait refait une course pieds nus face à un zombie trop rapide pour lui et n'avait jamais transmis le message à ses autres amis... ?

Bref, j'essaye de ne pas m'en faire de trop et je jette un nouveau coup d'oeil concentré à la carte que j'ai pu dégoté à la mairie. Parce que pour moi aussi, c'est un jour rempli d'espoir. Je suis super content parce que j'ai aussi pu remettre la main sur un paquet de cigarette, alors je m'autorise à en allumer une pour fêter ma victoire à venir. Je vais enfin pouvoir avoir des infos sur ce qui se passe dans le bureau des supérieurs pour que les ordres soient si longs à arriver jusqu'à nous. Et surtout, j'espère que je vais enfin pouvoir trouver des trucs à faire dans cette ville de malheur, sinon ce ne sont pas les zombies mais l'ennui qui auront raison de moi mon dieu.. !

Pendant une petite heure, je suis forcé de rester en retrait alors qu'un groupe d'une dizaine de zombie traîne au milieu de la route. Finalement, je perds patience et je décide de les contourner en passant par l'intérieur des immeubles. Je suis trop proche pour attendre une minute de plus.
   

   
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Jeu 29 Oct - 1:07
PLEASE PAY ATTENTION : Our nation is in crisis, a state of emergency has been declared...



[Lancer de dé discrétion : 13 (réussite de justesse)]

Je sais, c'est imprudent, mais je peux voir le grand bâtiment blanc qui colle pile poil à l'emplacement de ma croix sur mon plan. Ca fait une heure que je le fixe sans capter la moindre activité humaine. Alors ils se cachent peut-être comme moi le temps que le groupe de zombies passe, mais je veux savoir. Je dois savoir. A ce rythme, si je ne bouge pas, je vais fumer tout mon paquet d'un coup. Alors je jette mon sac sur mon dos, et fusil en main je me glisse discrètos dans les escaliers de l'immeuble où j'ai moi-même trouvé refuge. Je pourrais tenter de me la jouer à Batman et de passer de toit en toit, mais je n'ai pas trop envie de me ramasser sur le sol comme un pancake raté les matins où je suis mal réveillé. Alors sagement, je prends mon temps pour pousser les portes avec délicatesse tout en jetant un coup d'oeil avant de me glisser à l'intérieur de chaque pièce. J'évolue ainsi tel un ninja surentraîné jusqu'à débarquer dans l'immeuble juste en face de mon point de rencontre. Je suis sur le point de passer à travers une fenêtre lorsqu'un putin de zombie décide de s'arrêter à quelques mètres de moi seulement. Accroupi, je me colle au mur et me retient même de respirer. Merde ! C'est qu'il a décidé de faire sa sieste ici en plus ce con.. ! Tant pis, je tente le tout pour le tout, parce que je suis un irresponsable impatient d'après mon supérieur.

Alors hop, je lui donne raison pour toutes ces fois où il m'a gueulé dessus. Je saute par la fenêtre avec toute la souplesse que je peux fournir (hum), et je trace jusqu'à l'immeuble d'en face. "Oh merde !" Eh ben oui, je suis comme un con parce que ceux qui habitent l'immeuble on eu l'intelligence de verrouiller la porte. Et voilà, je me retrouve à découvert avec un groupe de zombie qui me tourne le dos à quelques mètres seulement. Enfin pas tous, puisque celui qui était tout près de moi semble détecter que de la viande fraîche se balade. Il se retourne au moment précis où je disparais dans la ruelle adjacente. J'ai eu chaud, mais j'ai intérêt à dégager vite fait avant qu'il ne s'approche. Alors je grimpe sur une poubelle sans trop me préoccuper du bruit que je fais, j'attrape l'échelle de secours et je grimpe directement au premier étage pour passer par la fenêtre. Ca me demande un petit effort supplémentaire, mais au moins les quelques zombies qui s'introduisent dans la ruelle sont trop cons pour lever la tête. Je rigole tout seul parce que je suis fier de mes skills de ninja, et puis je me glisse à l'intérieur de l'immeuble, le coeur battant. Ca y est, j'y suis. Le moment est venu pour mon ultime espoir de se révéler. Genre, maintenant... Allo ? Putin mais il y a personne dans cette barraque ou bien ? "Hey ! Y'a quelqu'un ?" J'ai l'air un peu inquiet, parce que certaines pièces sont tâchées par le sang d'anciens cadavres. J'ignore si c'est parce qu'ils n'ont pas encore pris le temps de nettoyer l'endroit ou si c'est parce que...j'arrive trop tard ? Je fronce les sourcils et refuse d'y croire. Soudain j'entends du bruit venant du plafond. Mon coeur sursaute et je me précipite dans les escaliers. Rien à foutre des précautions et tout le blabla. Ces putins de policiers m'ont promis une équipe, alors je viens la réclamer nomdedieu. Je monte les escaliers quatre à quatre et j'appelle à nouveau. "Hey !" Je serre mon fusil parce que ça me plaît moyen l'idée de jouer à cache-cache avec des pseudos flics. Et soudain une idée terrible me vient. Et si tout ceci n'était qu'un abominable piège pour attirer les abrutis comme moi dans les filets de survivants malhonnêtes ? Alors je me fais brutalement silencieux et je me glisse au hasard dans une pièce pour y trouver refuge, au moins jusqu'à obtenir un nouveau signe de vie et évaluer les risques. Et voilà, j'entends à nouveau cet abruti de supérieur qui me hurle dessus, listant toutes les consignes de précaution que je viens d'envoyer chier dans le plus grand des calmes. J'espère juste que je ne me suis pas mis dans la merde. Ou au moins pas trop.



Dernière édition par Joshua Atherton le Jeu 29 Oct - 1:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Jeu 29 Oct - 1:07
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 13
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Ven 30 Oct - 0:18
Je commence vraiment à en avoir marre d’être ici. Je ne supporte plus de voir cet immeuble pourri, tâché de sang et des erreurs que nous avons pu faire, mes collègues et moi. Ils sont tous partis, ou morts, il y en a un que je soupçonne même d’avoir rejoint le camp des morts-vivants. A cette pensée je grimace, c’est carrément dégueulasse. J’aimerais bien me barrer d’ici mais je crois qu’il y a quand même quelques raisons qui me poussent à rester. Primo, l’endroit est barricadé. Enfin plus ou moins. Disons qu’au moins nous avons fermé l’accès au rez-de-chaussée, ce qui empêche l’accès aux zombies. Et c’est déjà pas mal, parce que ça me permet de dormir plus ou moins tranquille. Secundo, j’ai perdu mon arme. Et ouais, c’est con, mais je me battais avec ces sales bêtes, c’était le jour où j’ai perdu mon dernier collègue. Nous sommes tombés sur un sacré paquet de ces merdes et j’ai dû lâcher mon arme pour sauver mon bras. Le sens des priorités comme on dit. Seulement maintenant, je suis dans la merde, avec mon vieux tire-bouchon comme seule arme. C’est pas avec ça que je vais sauver l’Amérique hein ! Mais alors, pourquoi est-ce que je reste au lieu d’aller chercher une arme hein ? Déjà parce que j’ai la flemme. Voilà. Tout seul sans mes collègues, sans un ordre et sans personne d’ailleurs, j’ai la flemme de bouger. On a laissé un mot avec les coordonnées de l’immeuble un peu partout, quelqu’un finira bien par débarquer ? D’ailleurs, je bois un verre à sa santé ! J’avale une première gorgée de whisky. Il me reste plus grand-chose et ça me rend dingue. J’entends déjà mes amis râler que de toute façon ça me fera du bien d’arrêter de lever le coude. Mais moi, je les emmerde. Eux, ils sont tranquilles chez eux pendant que je suis en train de crever ici. Je bois à leur santé aussi tiens, j’avale une deuxième gorgée, cette saleté de bouteille est décidément trop vide. C’était une bouteille chère en plus ! Baah, au moins elle est buvable toute seule. J’en prends une dernière gorgée, pour être sûr. C’est vrai qu’il est bon ce whisky. Je contemple ma bouteille un instant et finalement, je la referme avant de m’allonger comme une loque.

Je me suis endormi je crois, un peu trop longtemps même. Y a que quand je bois assez que j’y arrive, encore plus depuis que dans les rues ça pue la mort. Je pue la mort, tout le monde pue la mort, c’est le pied. Pour un peu que des zombies soient dans le coin, y a les grognements en prime. Je déteste cette ville, j’ai toujours détesté cette ville de toute façon. Je suis d’une humeur massacrante sans vraiment savoir pourquoi. De toute manière je n’ai personne contre qui gueuler alors à quoi bon être énervé hein ? Je tire la couverture pourrie que j’ai trouvée un peu plus sur moi et je roule sur le côté en râlant. J’aimais bien dormir avant, je crois que c’est la seule chose que je ne regrette pas de ma vie d’homme marié. Quand tu vis tout seul tu dors comme tu veux, y a personne pour te faire chier et prendre toute la place dans ton lit. Bon je crois bien que c’est le seul avantage que je trouve. Je reste allongé en me demandant pourquoi je me suis réveillé alors que je suis si fatigué. Pour une fois que j’avais trouvé le sommeil…

Je n’ai pas à me questionner longtemps parce que j’entends quelqu’un gueuler dans le bâtiment. Ah, un peu de compagnie, super. Je souffle bruyamment avec de me redresser et d’enfiler ma chemise. Quand même, je vais pas accueillir un visiteur à moitié à poil ! Le type gueule encore et j’ai tout de suite envie de lui hurler de la fermer. Qui crie comme ça sur quelqu’un qui vient à peine de se réveiller ? La politesse ça existe encore non ? Je râle tout seul comme un vieux con qu’on dérange un samedi soir et je sors de l’appartement que je squatte. Personne. C’est une blague ou quoi ? Je soupire, j’ai pas bu tant que ça hier pourtant. Je sors dans le couloir, franchement agacé par cette blague stupide. « Y a quelqu’un ? Eh oh ! Je vais pas vous bouffer hein ! » Il paraît qu’il faut être prudent, mais je m’en tape un peu. J’ai rien à sauver, j’ai même pas d’arme. Et puis ça me détend de gueuler. « Allez là on a pas que ça à foutre de jouer à cache-cache ! » Je rage carrément en fait. J’ouvre une porte au hasard mais je ne regarde même pas à l’intérieur parce que j’entends un bruit un peu plus loin. Alors je me dépêche de rejoindre la pièce que le petit con de fouineur a pénétrée.

Je m'arrête dans mon geste en posant la main sur la poignée de la porte. J'entends crier dehors, quelqu'un tambourine contre la porte. Elle est bien fermée, malheureusement pour ces gens dehors. Mais je ne suis pas flic pour rien, nous avons promis de faire de cet endroit un refuge. Nous l'aurions fait si nous en avions eu les moyens et le temps. Mais je ne refuse pas une occasion d'aider des gens dans la détresse. Je file malgré ma mauvaise humeur et mon mal de bide jusqu'à l'échelle de service. Les personnes en détresse sont deux en fait, une mère et probablement son enfant. Je les appelle le plus discrètement possible, il y a des zombies pas loin qui sont en train de rappliquer. La mère n'a pas l'air confiante, elle m'observe, peut-être qu'elle sent l'odeur d'alcool qui émane de moi. Et par réflexe je hausse les épaules et lui tend la main pour serrer la sienne. « Tout va bien se passer, je suis flic. Venez à l'intérieur vous reposer. » J'ai dit les mots magiques, la méfiance de la mère s'est envolée et elle me sourit. Rapidement, je les fais entrer et leur indique un appartement qui a eu le temps d'être nettoyé. Il est tout petit, mais ça fera bien l'affaire. Je laisse aussi de la nourriture pour eux sur la table avant de les laisser. Oui, j'ai un cœur !

Et je retourne vers la pièce que je voulais visiter tout à l'heure, dans l'espoir de mettre la main sur mon visiteur surprise qui ne me dit rien de bon.


Dernière édition par Bruce McKinney le Ven 30 Oct - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Ven 30 Oct - 0:18
Le membre 'Bruce McKinney' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Ven 30 Oct - 2:30
PLEASE PAY ATTENTION : Our nation is in crisis, a state of emergency has been declared...


Je me colle contre le mur, je serre mon fusil contre moi, et je tends l'oreille. Je suis prêt à sauter sur le premier truc qui tente d'ouvrir la porte que je viens de refermer derrière moi. Mon expérience à la mairie m'a rendu nerveux, du genre super nerveux. Un peu trop nerveux. Je prends une grande inspiration et je me force à décoller mon doigt de la gâchette. Mais je sursaute et je manque de tirer dans le plafond lorsqu'une voix retentit soudainement dans le couloir. Je me fige et j'en oublie même de respirer. Une voix. Une seule. Une voix un peu agacée d'ailleurs. Je fronce les sourcils alors que je crois la reconnaître un instant. Mais impossible de dire précisement d'où. Mon coeur s'emballe un peu mais je secoue la tête. Non, je deviens fou, je me mets à entendre des trucs qui n'existe même pas. Ca y est c'est la fin pour moi, merde alors... ! C'était rapide !

Non et puis surtout, pourquoi ce mec à la voix endormie et au ton agressif est ici et tout seul ? C'était censé être un refuge organisé et protégé par un groupe de policiers bordel !! C'est quoi ce lourd mensonge ?! J'ai presque envie de pleurer, mais la colère de la déception est plus grande. Je serre un peu plus mon fusil et je suis à un cheveu de dégommer la porte pour surgir dans le couloir et exiger des explications. Mais soudain, un nouveau boucan m'arrête dans mon geste. Ma main est presque sur la poignée lorsque j'entends des cris venir de la fenêtre. Je me recule prudemment de la porte, sans baisser mon arme, comme si je savais que quelqu'un attendait que je tourne le dos pour surgir, et je m'approche de la fenêtre pour jeter un discret coup d'oeil. C'est une voix de femme qui demande de l'aide. Je n'arrive pas à la voir sans être obligé d'ouvrir la fenêtre pour me pencher. Ce serait trop risqué, et je risque de me faire repérer. Mais soudain, alors que je tends l'oreille pour tenter de suivre ce qui se passe, la voix qui m'a interpellé quelques instants avant tente de se faire plus douce en assurant à la femme qu'elle pouvait trouver refuge ici. L'espace d'un instant, cette sensation étrange de connaître la voix me prend à nouveau. Je fronce à nouveau les sourcils et je m'agace tout seul. Putin faut que j'arrête de me faire des films. Surtout que je crains que le piège ne se referme sur elle aussi. Néanmoins, je vois les zombies qui approchent et je me dis que c'est toujours mieux pour elle d'être à l'intérieur, même si ça ne me laisse plus le choix. Si cette pauvre femme est en danger, je me dois d'aller vérifier et d'intervenir en cas de besoin.

Alors toujours dans le plus grand des silences, je m'approche prudemment de la porte, et je guette les sons. Au moindre cri, je me tient prêt. Mais rien ne vient, tout se passe dans le plus grand des calmes, et soudainement, je réalise que les pas s'approchent de mon refuge. Je recule brutalement et braque à nouveau la porte avec mon fusil alors que celle-ci s'ouvre doucement. Tous mes muscles sont en alerte et je suis à deux doigts de tirer, lorsqu'enfin la face de mon interlocuteur mystérieux m'apparaît enfin. Je suis figé par la surprise. Mes yeux s'ouvrente en grand alors que je ne peux pas le croire et j'ouvre la bouche pour prononcer un mot qui ne veut pas sortir.

"Bruce ??!" Après un court moment de cafouillage j'y arrive. Je baisse aussitôt mon arme lorsque je suis tout à fait sûr que je n'hallucine pas. "Putin mais...Mais qu'est ce que tu fous là ? J'ai failli te tirer dessus !" Je fronce les sourcils en secouant la tête comme s'il s'agissait de la dernière personne au monde à qui je m'attendais. En fait, c'est un peu le cas. Je lui ai déjà fait des accueils plus chaleureux, mais le mindfuck qui m'accable est si puissant que je suis incapable de ressentir la moindre joie en reconnaissant ce visage qui m'est si familier. Et puis petit à petit, je commence à réaliser. Les connexions logiques se font doucement dans mon petit cerveau surpris. "Le mot.. C'était toi ?" J'hésite un instant, je le fixe l'air suspicieux , et j'ajoute : "Est-ce que...c'est mon père qui t'envoie ?!" Putin ça me fait halluciner. Comment ce mec peut me retrouver partout à la trace ?! Même perdu au beau milieu d'une apocalypse zombie, je ne peux pas lui échapper ?! Sérieusement ?! Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer. Mais alors que je m'approche un peu plus pour m'assurer qu'il s'agit bien de lui, je fronce à nouveau les sourcils en le regardant d'un air désapprobateur. "Est-ce que tu as bu ?!" Question réthorique, je sens son haleine d'alcoolique d'ici. "Putin mais t'es irrattrapable !" Je secoue la tête dans un nouveau geste réprobateur. Il a beau me dominer par la taille, je me venge sans m'en inquiéter, pour toutes ces fois où il a pris plaisir à me torturer en me faisant la morale pendant des heures. "Ils sont où les autres ?" Je le questionne en sortant le message de ma poche pour lui coller sous le nez. Il parlait bien d'une équipe. Elle est où son équipe qui le laisse se bourrer la gueule tout seul dans un immeuble vide et bien glauque ?! Et maintenant que je l'ai accablé de questions alors que son petit cerveau de vieux tourne au ralenti, je prends un instant pour l'observer à nouveau. Il a l'air tout aussi éprouvé que n'importe quel survivant dans cette galère, mais il n'a pas l'air blessé lorsque je l'observe d'un rapide coup d'oeil. C'est bien lui, en chair et en os, et je n'en reviens pas. Ca fait quand même sacrément du bien au moral de retrouver une tête connue dans tout ce beau merdier. Et malgré mon agacement, je ne peux pas m'empêcher de lui décrocher un petit sourire content. J'ai presque envie de le prendre dans mes bras, mais je ne sais pas s'il le mérite.

 
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Sam 31 Oct - 16:59
J’ouvre prudemment la porte, elle n’est pas verrouillée, elle n’oppose aucune résistance. J’ouvre lentement et je ne passe pas tout de suite dans l’ouverture, j’attends, les yeux mi-clos pour mieux écouter. J’essaie d’entendre quelque chose qui se passerait à l’intérieur dans la pièce mais je n’entends rien. J’ai juste l’impression d’une présence, cachée là-dedans. Alors je souffle et j’ouvre carrément, passant la tête à l’intérieur de la pièce pour voir une personne à qui je ne m’attendais pas, mais alors pas du tout. J’ouvre de grands yeux en reconnaissant le visage de celui qui braque un fusil à pompe sur moi et j’espère qu’il ne compte pas me faire payer toutes ces fois où je l’ai emmerdé pendant des heures en profitant de mon statut de flic pour le menacer de le coller en garde à vue s’il ne m’écoutait pas. Joshua a l’air aussi surpris que moi et la tête qu’il fait m’arrache un sourire. Je n’arriverai donc jamais à me débarrasser de ce gamin ? Je lève les mains pour montrer que je me rends et il baisse son arme, alors j’entre dans la pièce en le fixant. Je savais qu’on l’avait envoyé ici mais je ne m’attendais pas à le croiser, pas après tout ce temps. Les barrages militaires ont été perdus non ? Alors qu’est-ce qu’il fout là ? Quoiqu’il en soit je suis heureux de le trouver bien vivant, et j’ai immédiatement une pensée pour ses parents, de vieux amis, qui doivent être morts d’inquiétude. Finalement, la situation serait presque habituelle s’il n’y avait pas de zombies, je suis là avec Josh alors que ses parents s’inquiètent pour lui chez eux. Il n’y avait que moi pour aller le chercher pendant sa crise d’ado rebelle, qui a duré un sacré bon bout de temps quand même.

Qu’est-ce que je fous là ? J’écarte les bras en signe d’impuissance. Comme tout le monde j’essaie de survivre. Avec un peu plus de classe peut-être. Je souris vaguement quand il mentionne le mot. Il y a eu au moins un petit soldat pour le trouver. « Evidemment c’était moi. » Et je le vois plisser les yeux, je revois cet ado insupportable qui ne tolérait pas l’autorité de ses parents, je le revois hurler alors que je le ramenais d’une soirée où il avait l’interdiction de mettre les pieds et ça me fait rire. Je prends l’air le plus sérieux du monde comme si, encore une fois, on m’avait envoyé au front pour ramener le fils adoré. Et son visage exprime une colère enfantine qui me fait franchement rire. J’ai été longtemps le tampon qui amortissait les relations entre lui et ses parents, je le suis encore parfois d’ailleurs. Alors cet idiot là, je le vois comme un second fils, ou neveu ou je ne sais quoi, mais un petit gars de ma famille. Il faudrait me payer cher, très cher pour que je l’avoue, mais je l’aime. Un peu. Alors le voir ici me fait plaisir même si je suis de mauvaise humeur.

Il s’approche et je le laisse venir. Il demande si j’ai bu et je ne prends même pas la peine de répondre, il sait que je bois, pour l’avoir souvent fait avec moi. J’hausse un sourcil alors qu’il m’engueule mais je n’en tiens pas compte. Il peut bien râler je m’en fous, j’ai passé l’âge de me faire sermonner, surtout par un gamin qui m’arrive à l’épaule et qui ne s’est jamais servi d’un rasoir. « J’ai que ça à foutre, je m’ennuie sec dans cette ville moisie. » Mais il peut se garder son air réprobateur, j’ai presque plus rien à boire de toute façon. Mon regard se fait moins joueur et plus sérieux quand il mentionne les autres. C’est vrai que dans le mot, on avait dit qu’on était une équipe. Bah oui mais il arrive un peu tard Josh pour trouver une joyeuse équipe. « Plus là. La moitié est partie, l’autre moitié s’est fait zigouiller. » Je fais une moue désolée avant de lui tapoter l’épaule affectueusement, pour faire passer la nouvelle. Je suis sincèrement désolé pour lui, parce qu’il devait s’attendre à autre chose que moi, désarmé et puant le whisky à dix kilomètres à la ronde. Je vois son air un peu déçu et je le prends dans mes bras. Une petite accolade affectueuse plus tard, je souris pour essayer de lui faire oublier sa déception. « Mais maintenant on est deux ça fait un début d’équipe… »
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Dim 1 Nov - 19:28
PLEASE PAY ATTENTION : Our nation is in crisis, a state of emergency has been declared...


J'ai l'impression d'oublier soudainement les zombies dehors. Le voir ici, au milieu de nul part, au moment où je m'y attends le moins, ça ramène un peu de mon ancienne vie, et inconsciemment ou non, je me concentre uniquement sur ça. Oubliée la raison première de ma venue, oubliée la détresse de ma solitude dans cette ville toute pourrie, Bruce est là alors tout va mieux. Sa présence me rassure instinctivement, et même s'il est relou la plupart du temps, il s'agit probablement de la personne qui s'est le plus occupé de moi de toute ma vie. Il est un peu comme un deuxième père bien chiant, un oncle trop cool, un modèle à suivre, et par-dessus tout, il est mon meilleur ami. Alors je suis sacrément content et même soulagé de le trouver ici, même si je l'engueule pour le lui prouver.

Je lui lance un regard un peu blasé lorsqu'il m'avoue qu'il boit parce qu'il s'ennuie, mais j'approuve secrètement. Ca pour être moisie, elle l'est cette saleté de ville ! Quand je pense que notre ville d'amour n'est qu'à une grosse heure d'ici en voiture, ça me fait presque pleurer. Mais je reste fort, on est ici pour une raison, une bonne raison. Tout ces gens qui se débrouillent comme ils peuvent ont besoin d'aide. D'un refuge. Même s'ils ont choisi un immeuble un peu moche pour le faire - à tous les coups ils ont laissé Bruce choisir ces inconscients -, je suis prêt à défendre ces murs aussi longtemps qu'il le faudra.

Et brutalement, tout le poids du monde me tombe sur la tronche. J'ai l'impression que Bruce vient de me coller une baffe de tous ses forces. Une équipe partie ou zigouillée, il ne reste que lui. Voilà ce qu'il est devenu, mon dernier espoir. Je cherche quelque chose à dire, mais je ne trouve que la force de soupirer. Je suis fatigué de ces faux-espoirs permanents. Je suis lassé de courir à travers toute la ville pour des prunes. Et surtout, j'en ai plus que marre d'imaginer que les choses vont s'arranger avant de me prendre un nouvelle échec dans la tronche et de réaliser que, décidement non, il ne reste plus rien à faire pour moi ici. Je crois qu'il est temps pour moi d'accepter que je ne pourrais pas sauver tout ces gens que j'ai vu dans la détresse la plus totale, et mon regard se perd dans le vide en repensant à eux. Mais si j'abandonne tout espoir, qu'est ce qu'il peut bien leur rester à eux ? J'esquisse à peine un micro-sourire en coin l'espace d'une fraction de seconde lorsque Bruce me tape sur l'épaule, comme pour chasser mon air triste et désabusé. Mais je suis trop épuisé pour faire l'effort de lui faire croire que tout va bien.

Et comme s'il avait pu lire dans mes pensées, il m'attire contre lui pour me serrer dans ses bras. Je mets une seconde à réagir, mais le sentir contre moi me rappelle que je ne suis plus seul dans toute cette merde, alors j'enroule un instant mes bras autour de lui, comme pour le remercier d'être ici. Je ne sais pas ce que j'aurais fait si ça n'avait pas été lui pour m'annoncer pareille nouvelle. En fait, je ne veux même pas y penser. Et lorsqu'il tente de me réconforter en faisant remarquer qu'on forme un début d'équipe, cette fois il parvient à m'arracher un sourire sincère. "Ouais, le duo du swag." Je réponds sur un ton un peu moqueur, parce qu'on ne va pas aller bien loin à deux. Mais je comprends bien ce qu'il veut dire. Je ne suis plus seul, et je suis avec la meilleure personne qui pouvait me tomber dessus dans toute cette histoire d'apocalypse épidémique. Alors comme par magie, le moral revient, et je me sens même obligé de lever les mains vers le ciel en signe de victoire avant d'ajouter sur le ton le plus convainquant possible : "L'Amérique est sauvée !!" Je ne peux retenir un petit rire, parce que jamais je n'aurais pu imaginer faire équipe avec Bruce un jour, mais comme quoi, la vie réserve toujours des surprises, hein !

Finalement, je sors de l'appartement pour jeter un coup d'oeil dans le couloir de l'étage. "Alors quoi, la moitié est partie ? Ils en ont eu marre de ta tronche, avoue !" Je lui lance avant de laisser échapper un rire moqueur, mais au fond je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'ils ont bien fait. On est venus pour se battre et sauver la population de survivants, mais sans moyen matériel et stratégique, à quoi bon ? Autant rester sagement et égoïstement chez soi plutôt que de venir se perdre dans ce cauchemar et finir comme tous les autres survivants : seul et terrorisé. Je ne peux m'empêcher de penser à William. J'espère qu'il a trouvé son groupe. "Ca fait combien de temps que tu es tout seul ici ?" Je l'interroge car je ne peux m'empêcher de me dire que si William retrouve son groupe, ils chercheront peut-être un refuge après s'être retrouvés. Peut-être que si on se déplace suffisament rapidement, on pourra les retrouver à la mairie et leur parler de cet endroit sécurisé. Je m'apprête à en parler à Bruce, lorsque soudain un gros bruit me fige à nouveau. Je jette un regard surpris au policier qui ne semble pas plus au courant que moi sur ce qui vient de se passer. Je crois bien que quelqu'un vient d'enfoncer la porte sans prévenir. Ca enfonce des portes les zombies ? "Tu attendais quelqu'un ?" Je questionne Bruce à voix basse, en haussant un sourcil. Parce qu'il s'agit clairement d'une intrusion - pas très maîtrisée en plus de ça. Et soudain, des éclats de voix lointains nous parviennent. Ca vient des escaliers. Ils sont probablement au rez-de-chaussés, mais ils appellent les policiers. "Hééé ! La police ! Vous êtes où ? On a besoin d'armes et de nourriture, comme vous dites sur votre papieeeer !!" C'est une voix d'homme qui a rententi, mais ils sont plusieurs, sans aucun doute. Des éclats de rire étouffés nous parviennent. "Allez fouillez l'immeuble, ils se cachent peut-être encore dans le coin !" Imméditament je prends mon fusil en main et je le serre fort. Je ne me rappelle que trop bien l'épisode de la mairie pour comprendre que tout le monde ne cherchent pas à survivre de l'entre-aide. Et surtout, j'ai déjà trop souvent entendu parler de cette haine des militaires qui habitent certains survivants. Je jette un regard inquiet à Bruce. J'ignore combien ils sont, et donc si nous serons capable de les gérer. Certains sont déjà en train de monter les escaliers. Il faut faire vite si l'on veut se tirer d'ici en douce. "Où est-ce que tu as laissé tes affaires ?" Je l'interroge en murmurant presque, mais sans cesser de pointer mon fusil vers les escaliers. "Il faut qu'on bouge, maintenant." Le ton de ma voix se fait pressant, mais je les entends de mieux en mieux, ils sont tous proches. Je ne veux pas avoir à tirer, encore.

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Lun 2 Nov - 0:29
Joshua est secoué par la nouvelle. Il s’attendait à trouver autre chose, je vois l’espoir le quitter et ça me fait de la peine. J’aurais aimé ne jamais être responsable de ça, alors je me promets intérieurement que je lui remonterai le moral. Qu’il s’en sortira et qu’il ira finir sa vie ailleurs qu’ici, et dans longtemps. Je le serre doucement contre moi, il ne bouge pas au début et il finit par me rendre mon étreinte. Un sourire traverse mon visage et je le garde dans mes bras un petit moment, pas trop non plus. On fait pas vraiment dans les sentiments tous les deux, mais je ne crois pas qu’on ait besoin de ça. Il sait, je sais, et ça suffit. Je le lâche doucement en même temps qu’il recule et je vois enfin un sourire, un vrai, illuminer sa tronche quand je fais remarquer que maintenant, on est deux. Fini la solitude, fini l’ennui, par contre il va falloir qu’on trouve un peu plus d’alcool… Je ne dis rien en riant intérieurement, parce que même s’il fait semblant d’être contre tout ça pour essayer de me faire réduire, il est le premier à tendre son verre quand j’ouvre une bouteille. Il se fout de ma gueule en remarquant à quel point on est swag mais quand même, il aurait pu tomber plus mal. J’ai peut-être mis du temps à comprendre ce que voulait dire ce mot la première fois qu’il l’a utilisé, mais quand même pour un "vieux" comme il dit, j’ai vachement la classe. Il lève les bras et je l’imite en entonnant l’hymne américain, avant de faire semblant de recevoir des millions de récompenses. Parce qu’ils ont intérêt à nous en filer, vue la merde dans laquelle on est !

Finalement Joshua sort de l’appartement et je le suis le long du couloir. Il y avait quelques personnes qui vivaient là pendant un moment, j’ai un pincement au cœur en pensant que ces gens sont morts en croyant qu’ils seraient protégés ici. J’essaie de ne pas trop culpabiliser, je sais pertinemment qu’il y avait trop de zombies et que nous n’étions pas assez pour maintenir cet endroit en état. C’était un semblant de refuge, mais il aurait fallu que les survivants puissent se défendre un minimum, ils ne pouvaient pas. J’inspire et je me concentre sur l’immeuble pour chasser ces pensées de mon esprit. Nous trouverons d’autres personnes, pour nous aider, et d’autres à protéger. Il ne faut pas que tous les civils de cette ville de merde meurent, il faut quelqu’un pour les sortir de là. Josh m’a apporté une lueur d’espoir je crois, de la motivation. Avec lui, j’essaie de contrôler un minimum ma consommation d’alcool (ce qui ne l’a pas empêché de me voir dans des états lamentables. Hum.) et je crois que quand même, ça augmente mon efficacité. J’hausse les épaules quand il me demande depuis combien de temps je suis là tout seul. Ca c’est une bonne question. « J’en sais rien, j’ai pas compté. Plusieurs jours. »

Je souris vaguement à mon second fils quand un bruit d’enfer se fait entendre. Je me tends, je me redresse et j’essaie d’entendre d’où vient ce bordel. Vu le bruit, j’ai l’impression que c’est la barricade de la porte qui a lâché. Ca ne me dit rien qui vaille, les zombies, ils défoncent pas les portes. Il n’y a que des humains pour faire ça, enfin des humains. Disons des cons. Je secoue la tête en signe de négation pour répondre à la nouvelle question de Joshua. Non je n’attends personne évidemment, sinon je n’aurais pas dit qu’ils étaient tous morts ou partis. Les voix qui nous parviennent juste après confirment ma négation et ce que je pensais. Des cons. A cause d’eux on avait hésité à laisser ces papiers un peu partout, et puis finalement on s’était dit qu’il valait mieux tomber sur des cons et les maîtriser, plutôt que de ne proposer d’aide à personne. C’est la première fois que ce genre de spécimens débarque ici mais ça ne me fait pas peur. Je n’hésiterais pas une seconde à frapper sur un abruti pour protéger une famille, la petite femme avec son enfant par exemple.

Je me rapproche de Joshua pour qu’il puisse m’entendre sans avoir besoin de parler très fort. « Mes affaires sont dans la pièce au fond du couloir, mais on peut pas partir en laissant là la fille et son gamin. » Je chuchote à peine. C’est vrai quoi, on va pas se barrer et les laisser en plan. Mais je sais que ce n’est pas dans l’idée de Josh, parce que ce gamin c’est un type bien. C’est un soldat bordel. Deux premiers gars arrivent en haut de l’escalier et quand je les vois, je ricane presque. Des gamins comme Joshua, sauf qu’eux, ils doivent se dire qu’ils sont plus forts que tout le monde. Ils ne le sont pas, ça se voit rien qu’à leur manière de se déplacer. Je jette un regard au petit soldat et je souris. « De toute manière j’ai plus d’arme… » Il me lance un regard un peu blasé mais cette fois, c’est pas ma faute. Je lui expliquerai plus tard, c’est promis, pour ne pas qu’il pense que je l’ai juste perdue parce que j’étais trop bourré. Je reporte mon attention sur les deux types qui sont maintenant à quelques mètres de nous. Je vois d’ici les chicots pourris de celui qui se trouve à ma droite. Il a un sourire de méchant idiot et je ne peux pas m’empêcher de jouer le con moi aussi. « Bonjour ! Vous avez besoin d’aide ? » Pourtant je reste sur mes gardes, surveillant qu’ils ne se décident pas à sortir une arme pour venir nous planter une balle dans la tête. Ce serait quand même con.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Lun 2 Nov - 17:31
PLEASE PAY ATTENTION : Our nation is in crisis, a state of emergency has been declared...


Je serre les dents lorsque Bruce mentionne la femme et son enfant qu'il vient juste de recueillir. Evidemment, ça aurait été trop facile de pouvoir se casser en douce en évitant toute forme d'affrontement. Mais quand je repense aux trois drogués de la mairie, je n'imagine que trop bien ce ques ces tarés seront capable de faire à la petite famille si on les laisse derrière nous. Ca me saoule de l'admettre, mais nous sommes coincés ici. Bruce a raison, on ne peut pas les abandonner. Je ne peux pas le nier, ça me fout la trouille, encore plus que si la porte avait été enfoncée par des zombies, mais c'est mon job putin. Alors je hoche la tête et je me place près d'une porte ouverte. Si jamais on ouvre le feu sur nous, on aura l'air bien con si on ne peut pas se replier à l'abri au milieu d'un couloir tout droit. Quand enfin les intrus apparaissent, je me sens obligé de baisser mon arme. Ils ne sont que deux civils. Avec leur capuche sur la tête, ils se croient rebelles, ils imaginent que ça leur donne de la force ou je sais pas quoi. Je suis passé par la moi aussi, et j'en ai franchement honte. Je n'ai clairement pas envie de leur mettre un coup de fusil juste parce qu'ils ont fait cette erreur une fois. Il doit y avoir moyen de les raisonner. Je suis nerveux malgré moi, et lorsque Bruce me souris en m'apprenant qu'il n'a plus son arme, je ne peux m'empêcher de lui jeter un regard un peu choqué. Sérieusement ?! Il a perdu son arme ?! Ce con était tellement bourré qu'il l'a oublié quelque part ou qu'il se l'ai fait voler à tous les coups ! Je ne dis rien mais mon regard parle pour moi. Il ne vaut mieux pas que les deux hommes nous entendent commenter le manque de professionnalisme de mon ami et collègue du jour. Je fronce les sourcils en voyant les deux autres nous rejoindre avec un air un peu carnassier. Je n'aime clairement pas la façon dont ils nous regardent et je leur fait savoir d'un regard que je ne les aime déjà pas. Pourtant Bruce les accueille comme si de rien n'était. Je reste silencieux et je guette leur réaction, sans faire le moindre geste. Ni chaleureux, ni agressif. J'attends seulement, et j'espère vraiment qu'ils ne m'obligeront pas à braquer mon fusil sur eux. "Ouais, on a trouvé un mot qui dit qu'il y a de la flicaille ici." Je me demande comment des abrutis pareils ont pu réussir à déchiffrer les coordonnées du mot alors que William ignorait même qu'il s'agissait d'une position, mais encore une fois, je me retiens de mal réagir. Ils ne font que parler pour le moment, et je suis le seul à porter une arme visible. Je tente de me rassurer comme je peux, mais celui qui vient de parler nous a presque crié dans les oreilles, et je soupçonne qu'il essaye de prévenir ses petits copains restés en bas.

[Lancer de réussite pour la diplomatie : 16+3=19 (réussite totale LIKE A BOSS)]

L'idée de me retrouver en sous-nombre au milieu de cette bande d'imbéciles finis me plaît guère, sinon carrément pas, alors je hausse les épaules et compte sur mon merveilleux jeu d'acteur pour les tromper. "Ouais ben vous les trouverez pas ici." Je leur répond le plus sèchement du monde en mimant une humeur massacrante. Ils froncent les sourcils, visiblement surpris par ma réaction. "Ces bâtards ont descendu mon frère. On leur a rendu la monnaie de leur pièce." Je leur montre le fusil entre mes mains pour appuyer mes propos, les traces de sang par endroit feront le reste. Bien sûr, je n'ai jamais eu de frère. J'invente un pur mensonge, mais quelque chose me dit qu'ils n'ont pas enfoncé la porte juste pour dire bonjour. "Vous devriez pas compter sur eux." Je me sens un peu désolé pour Bruce parce que j'enfonce la police, mais les militaires sont très certainement mis dans le même bateau par ces gens là. "J'en étais sûr !" L'un d'entre eux mord immédiatemment à la mèche. L'autre reste un instant silencieux, le regard perdu sur mon arme, alors je continue dans mon histoire. "Vous devriez rester loin d'eux, ils sont sacrément bien armés. On était cinq avant." Finalement, le plus suscpicieux décide de me croire aussi. Il hoche la tête et me jette presque un regard désolé. "Ils ont aussi descendu des mecs de notre groupe. On était sept avant, on est plus que cinq. Mais on a un flingue avec nous. Pas un comme le tiens par contre. Un petit." J'écoute attentivement tout ce qu'il me dit. Ce débile nous file toutes les infos dont nous avions besoin. Ils sont donc cinq intrus en tout, tous potentiellement armés, mais une seule arme à feu. Je prends note de toutes ces infos mais j'espère que l'on pourra repartir chacun de son côté sans affrontement. Visiblement, ils se sont détendus en pensant que nous étions du même camp. Mais soudain, la porte d'un appartement s'ouvre, et la tête de la femme passe au travers. Les deux abrutis se tournent subitement vers elle, et le couillon de droite lui saute presque dessus. "T'es qui toi ?!" Il a été surpris, ce qui explique probablement son comportement aggresif, mais je ne peux pas m'empêcher de me tendre un peu plus en le voyant bondir sur la pauvre femme terrifiée. "Je..je suis désolée. Ce monsieur m'a dit qu'il était de la police et que je pouvais rester ici. Je ne savais pas que c'était chez vous." Eh merde ! Elle balance Bruce de la plus innocente des façons, je ne peux pas lui en vouloir, même si c'est quand même sacrément con. Imméditament, les deux ramollos du cerveau comprennent que je me suis foutu de leur gueule, et lorsque je croise le regard du dingo qui a fait parlé la femme, il n'a pas l'air content. Mais du genre, vraiment pas.



Dernière édition par Joshua Atherton le Lun 2 Nov - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Lun 2 Nov - 17:31
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 16
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Mer 4 Nov - 1:24
C’est bien ce qu’on craignait mes collègues et moi, les types qui viennent de débarquer ont trouvé le mot que nous avons laissé et ils ont lu les coordonnées. Vu sa façon de parler, il n’est pas là pour se faire des copains dans la police ou pour s’engager. J’aimerais avoir mon arme à la place de ce vieux tire-bouchon que je n’ai même pas pris la peine d’emmener avec moi. Il est bien gentiment posé dans une autre pièce, avec ma bouteille et mon pull. Bien joué Bruce, belle conscience professionnelle. Mais ma conscience, elle peut aller se faire foutre. Je toise le type en essayant d’avoir l’air neutre. Ces deux abrutis ne me font pas peur, au contraire j’ai presque envie de leur servir un petit verre en leur demandant d’arrêter de jouer les caïds. Ça prend pas avec moi. Je ricane discrètement en me souvenant de la période où c’était Joshua qu’il fallait harceler pour obtenir qu’il enlève sa capuche. Pour un mot sympa il aurait fallu le payer. Sale gosse. Je ne sais pas trop quoi répondre, je veux feindre l’ignorance mais Joshua me prend de vitesse. Je le regarde mentir sans aucun scrupule, je suis sidéré. Il joue bien le con, il est entraîné. Combien de fois je me suis fait avoir, au début, par ses grands yeux innocents. Ses parents continuent d’ailleurs de se faire avoir, mais moi j’ai fini par connaître ce gamin par cœur, je sais quand il ment la plupart du temps. Mais il faut tout de même admettre qu’il ment vachement bien. Je vois les yeux d’un des mecs s’ouvrir un peu plus, il croit à ce gros mensonge et il y croit bien. Et pour convaincre celui aux dents pourries, qui oppose un peu de résistance, Josh en rajoute une bonne couche. Et ça fonctionne. Je m’empêche de rire en prenant un air contrarié. Ils ont quand même tué le frère de mon petit protégé, les salauds de flics !

Mais évidemment, c’est quand ils commencent à croire ce que baratine Josh que la femme que j’ai ramenée tout à l’heure décide de sortir. Elle vient mettre son nez dans cette affaire sans même le faire exprès la pauvre. L’un des deux mecs lui saute presque dessus et j’ai un mouvement vers eux, prêt à me jeter sur ce con pour protéger la fille. Je ne sais pas comment elle est encore en vie, elle a l’air tellement fragile. Elle et son gamin en plus. Toute mon âme de super héros me crie de la protéger mais je résiste et je reste aux côtés de Josh comme si tout allait bien. Mais tout ne va pas bien. Sans se douter de rien, elle balance que je suis flic et je vois le regard du con aux dents pourries se poser sur moi. Il me jauge, je n’ai pas beaucoup de temps pour réagir. Le deuxième, c’est envers Josh qu’il a l’air en colère. Il a utilisé leur façon de parler, leurs codes, il les a trahis. Mais moi, je refuse que deux mecs finis à la pisse viennent emmerder Josh. Je ne lui ai pas couru après pendant des années pour le voir se faire démolir maintenant. Alors je profite du regard un peu perdu qu’il me lance pour m’enfoncer un peu plus et le libérer lui. « Bah quoi ! Tu imaginais pas qu’après avoir tué ton con de frère on allait te laisser partir en vie ? » Je lui gueule dessus comme j’ai eu l’habitude de le faire, sauf que cette fois je ne suis pas en colère réellement. Mais je n’ai pas de mal à me souvenir de ma façon de lui crier dessus. « On est pas à Disneyland gamin, réveille toi ! » Et voilà que les deux abrutis jettent leur haine sur moi à la place de Josh. Et ça me fait doucement sourire.

[dé de réussite de discrétion : 16. Like a boss]

Les deux s’approchent de moi, ils ne pensent même plus à prévenir leurs collègues. Ils pensent que Josh va les aider, ils ne vont pas être déçus du voyage. Le plus discrètement possible, je jette un regard à la femme qui est toujours à sa porte. Il faut qu’elle ferme la porte, qu’elle reste sagement à l’intérieur avec son fils et tout ira bien. Elle a l’air de comprendre parce qu’elle recule lentement avant de fermer la porte sans bruit. Bien. Et les deux cons n’ont rien capté, alors que je suis discret comme une famille d’éléphants. Je boue intérieurement parce que finalement, la situation m’amuse presque. Et j’ai quand même vachement hâte de faire équipe avec Joshua.


Dernière édition par Bruce McKinney le Mer 4 Nov - 1:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Mer 4 Nov - 1:24
Le membre 'Bruce McKinney' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 16
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 160
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Jeu 5 Nov - 18:46
Le plus petit avec le flingue à l'air un peu sur les nerfs alors je me méfie. Faudrait pas qu'il nous troue avant même qu'on ait pu dire un mot. Mais putin j'aimerais bien mettre la main sur un flingue comme ça moi aussi. Il nous explique que son frère s'est fait descendre par des bâtards de la police et qu'il est venu ici pour se venger. Je serre les poings en pensant à Rick et Juliet qui ont été descendus par ces connards de militaires alors qu'ils tentaient de chopper de la nourriture. Ca nous avait tous mis la rage qu'ils se croient tout permis parce qu'ils sont les plus forts. Alors je comprends ce que ce gars ressent. Et avec son flingue l'équilibre des forces était rétablit. Je hoche la tête alors que mon pote Mike raconte qu'on a aussi été attaqués.

Soudain une porte s'ouvre dans notre dos et Mike réagit au quart de tour. C'est peut-être un flic restant. Il a tiré son couteau mais en fait c'est juste une meuf terrorisée. Il lui crie un peu dessus parce qu'il est super tendu depuis l'attaque, mais je le comprend. Il était super proche de Juliet. Et puis tout à coup la fille nous dit que le vieux qui dit rien est un policier. Mike se retourne direct vers lui et je fais les gros yeux à celui qui tient le flingue. Sérieux ?! Il vient de se foutre de notre gueule de la plus calme des façons ?! Je met la main sur mon couteau à mon tour. Mais d'un coup le grand se met à hurler sur le petit. C'est bien ce qu'on pensait, c'est un sale bâtard de flic. Alors je sors tout à fait mon couteau et je me jette sur lui. "Va te faire foutre avec ton Disneyland batard !!" Il est rapide ce con. Parce que d'un geste il me désarme et me fout un gros pain dans la tronche. Je tombe en arrière et je vois tout flou. Je crois qu'il m'a pété le nez ce con !!

***

Quand je vois Chris tomber par terre je hurle. Ils en ont déjà buté deux, je laisserais pas ce sale con s'en prendre à Chris aussi juste devant moi. Le temps qu'il maîtrise mon pote et je suis déjà sur lui. Je pousse un nouveau cri et je lui plante mon couteau dans le bras. J'y vais de toutes mes forces et j'enfonce la lame dans la chair molle. "Fils de pute touche pas à Chris !!!" Je retire violemment mon arme et je souris alors que je l'entends crier. "C'est que le début mon ptit poulet !!" Je le pousse en arrière alors qu'il se tient le bras et je suis pris d'un rire méchant. La vengence, c'est jouissif. Il va creuver lentement ce salopard ! J'entends les autres nous appeler avec tout le bordel qu'on fait. Ils vont pas tarder à rappliquer. On va lui faire sa fête au petit flic, il va regretter de pas s'être cassé à temps et d'avoir joué au con avec l'autre. "Hé c'est quoi ton prénom ? T'as qu'à te joindre à nous si tu veux, on va lui faire payer cher à ce crevard d'assassin !" Tout en aidant Chris à se relever, je propose au mec avec son flingue parce qu'il a l'air un peu sous le choc et qu'avec un flingue pareil on serait carrément plus forts !


Dernière édition par Âmes Vivantes le Jeu 5 Nov - 20:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Jeu 5 Nov - 18:46
Le membre 'Âmes Vivantes' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé de Réussite' : 5

--------------------------------

#2 'Dé de Réussite' : 17
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Jeu 5 Nov - 21:44
PLEASE PAY ATTENTION : Our nation is in crisis, a state of emergency has been declared...


Je suis un peu surpris et je me sens vraiment con alors que le mec en face de moi me dévisage. Mais lorsque Bruce se met à me hurler dessus sans raison, je sursaute presque et je le regarde avec de grands yeux. Mais qu'est ce qui lui prend ?! Pourquoi il parle de mon frè- Oooooooooh... ! Il me faut plusieurs secondes avant de comprendre ce qu'il est en train de faire. Je fronce les sourcils sans être sûr d'approuver, mais il n'a pas vraiment eu le temps de me demander mon avis avant d'agir. Alors je reste silencieux et je lui jette un regard mi-inquiet mi-agacé. Visiblement, la performance de Bruce a suffit pour convaincre les deux abrutis que je ne suis pas dans le mauvais camp. Ils sont vraiment trop cons, moi qui me croyais grillé à 8765456789 km à la ronde.

Tout de même, je ne comprends pas vraiment pourquoi Bruce m'a hurlé dessus. Ils ne sont que deux, on peut en gérer un chacun. Je recule d'un pas lorsque le premier imbécile se jette sur lui. Ah ouais, je comprends mieux maintenant. En fait il veut juste se la péter quoi. Je hausse un sourcil alors qu'il me jette un regard. C'est qui le gamin ici déjà ? Mais lorsque le deuxième imbécile se jette sur lui, il semble que le manque de sobriété rattrape le policier. Il ne parvient pas à le contrer et son cri de douleur me glace le sang lorsque le couteau du salopard se plante dans son bras. Oh putin !! Ca ne me fait plus du tout rire et je fais un pas vers eux comme pour intervenir, mais le mec se tourne à nouveau vers moi. J'en ai oublié notre petit jeu de rôle. Je suis pris d'une soudaine envie de meurtre quand je vois sa tronche de cake toute fière me dire qu'ils vont torturer Bruce. Alors soudain je me fâche tout rouge. Je le fusille et je lui crie dessus. "C'est Joshua, ducon ! Et non merci je traîne plus avec les débiles mentaux à capuche depuis que j'ai 12 ans."

[Lancer de réussite : CàC : 13+10=23 (réussite totale)]

Alors qu'il se retourne vers moi en fronçant les sourcils sans comprendre, je lui envoie la crosse de mon fusil en pleine tronche. Il lâche son couteau ensanglanté sous le choc et je le pousse du bout des doigts pour qu'il s'écroule sur les fesses comme un abruti qui vient de glisser sur une feuille morte. "Putin mais qu'est ce que tu fous ?!" Voilà que l'autre ramène sa fraise avec son nez en sang.

[Lancer de réussite pour CàC : 15+10=25 (réussite totaaale)]


"Je danse la macarena, abruti !" Je l'assome d'un autre coup de crosse et je soupire. Mon dieu ce qu'ils sont exaspérants en plus de ça. Mais là je suis obligé de me faire violence pour pas appuyer sur la gâchette. Je braque aussitôt mon fusil sur les deux imbéciles à terre et je jette un coup d'oeil à Bruce pour m'assurer qu'il est encore en vie. "Ca va l'alcoolique ? Tu survis ?" Je m'adresse au policier sans quitter les deux cons du regard. Et comme si on s'amusait pas déjà assez, j'entends les autres qui rapplique dans les escaliers. Putin c'est la merde. J'ai bien envie de tirer dans le tas, et lorsque je les vois surgir au bout du couloir, je pointe le canon vers eux. "Jetez vos armes, desuite !" J'ordonne d'une voix claire et agressive pour leur faire comprendre que je n'ai pas très envie de jouer les ados rebelles et anarchistes avec eux. Fallait pas poignarder Bruce.



Dernière édition par Joshua Atherton le Jeu 5 Nov - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Jeu 5 Nov - 21:44
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé de Réussite' : 13

--------------------------------

#2 'Dé de Réussite' : 15
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Ven 6 Nov - 0:42
Mon plan, qui n’a rien de très élaboré pourtant, fonctionne comme sur des roulettes. Les deux abrutis se tournent vers moi et le premier se jette sur moi comme un con. Il hurle que je peux aller me faire foutre, le couteau en avant mais je n’ai qu’un pas à faire sur le côté et il passe loin de moi. Les cons comme ça, ça ne me fait pas vraiment peur. J’arrache le couteau des mains de ce type et je lui envoie mon poing en plein dans la gueule. Son nez craque mais je n’ai aucun remords. Faut pas faire le malin quand on sait même pas éviter un coup. A moitié assommé, il titube et tombe en arrière, m’arrachant un sourire satisfait. Et je jette un regard à mon second fils pour m’assurer que ça va pour lui. Je suis sûr qu’il croit que je me la joue super héros, mais moi je veux juste qu’on ne le touche pas. Seulement, l’alcool, ce sale traître, ne s’élimine pas aussi vite que je le voudrais de mon organisme et je crois que je suis tout de même un peu au ralenti. Alors pour un con ça va, mais pour deux ça commence à être compliqué. D’ailleurs le deuxième arrive sur moi et même si je mets mes mains sur ses épaules pour essayer de le retenir, il me prend de vitesse et son couteau vient s’enfoncer dans le haut de mon bras gauche, près de l’épaule. Sous le choc de l’impact entre nos deux corps, je tombe au sol et je roule légèrement. Un cri de douleur m’a échappé je crois, ce salaud ne m’a pas raté. Par terre, je me redresse un peu et appuie ma main sur la blessure, pour compresser comme on dit.

Je n’écoute plus vraiment ce que le con me gueule, occupé à grogner et empêcher mon sang de couler. Merde quel con ! C’est décidé j’arrête de boire ! J’enlève ma veste pour faire un garrot autour de mon bras, je serre la manche autant que je peux et ça ira bien hein. Je relève la tête pour voir Joshua en petit soldat modèle, véritable machine de combat qui défonce la tronche des deux abrutis avec la crosse de son fusil et je souris. Peut-être qu’il n’a pas besoin de moi pour le protéger. Pourtant avant c’était le cas, et je crois que j’aimais bien lui être utile. Depuis son enfance j’ai essayé d’être là pour lui, pour le réconforter quand ses parents n’étaient pas assez présents pour qu’il se sente aimé. Égoïstement, j’aimerais que cette saleté de gamin ait besoin de moi, encore.

Quand il s’adresse à moi après avoir mis KO nos deux copains, je souris vaguement et m’appuie contre un mur pour me relever. « Ouais ça va aller. » C’est pas la première fois, ça ira bien. J’espère. Et j’aurai une nouvelle cicatrice pour me la jouer homme mûr blessé par la vie. Je me relève et en plus, j’ai chopé le couteau du con en le désarmant. Je suis content de l’avoir, même si c’est lui qui m’a défoncé le bras. Je reste près des deux types au sol pendant que Josh braque son fusil sur le reste de la bande qui vient de débarquer. Je prie intérieurement pour que la femme et son gamin restent bien cachés au fond de l’appartement et je regarde les mecs s’arrêter, stoppés par la peur de se prendre une balle de fusil à pompe dans la gueule. C’est qu’il ferait presque peur le petit Josh. Je souris en le regardant, en veillant à ce que les deux autres près de nous ne se relèvent pas.

[dé de diplomatie : 20 + 3 : 23. PERFECT]

La menace ne semble plus venir des deux types que Josh a assommés, la bande en face de nous nous dévisage. Le leader s'avance un peu, c'est un brun avec les cheveux un peu longs. Je ne peux pas m'empêcher de penser à la période où Josh voulait aussi avoir les cheveux longs parce qu'il trouvait ça cool. Merci l'armée. Il s'avance et à côté de lui, il y a une fille. Elle aussi elle joue la dure, mais je vois bien que la peur brille dans ses yeux. Elle voit mon état, elle voit ceux de ses potes. Ou des potes de son copain. Et ça lui fait peur. Elle n'a pas voulu ça, elle est là parce qu'elle n'a pas le choix. Elle survit. C'est elle la plus influençable, je le sens. Alors avant que Josh ne se mette à dégommer tout le monde avec son fusil, je me redresse un peu plus et c'est dans le regard de la fille que je plante mes yeux. En espérant qu'elle pourra influencer son mec. « On a un fusil et on est plus forts que vous. Soyez pas cons, cassez vous. » Son visage change encore, la peur se transforme, elle voit une solution à leur problème. Pas besoin de se battre, juste d'accepter qu'on est pas les rois du pétrole et faire demi tour. C'est quand même pas la lune que je leur demande. Les filles sont toujours plus malines, allez petite. « Ça sert à rien viens on se tire... » Et voilà qu'elle agrippe le bras de son mec. Je retiens un sourire, toujours vigilant. Elle a changé d'avis, si le grand leader la suit on pourrait se sortir de là sans être obligés de défoncer tout le monde. Surtout que je n'oublie pas que l'un d'eux porte un flingue.


Dernière édition par Bruce McKinney le Ven 6 Nov - 1:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Ven 6 Nov - 0:42
Le membre 'Bruce McKinney' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 20
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Ven 6 Nov - 17:12
PLEASE PAY ATTENTION : Our nation is in crisis, a state of emergency has been declared...


Les trois abrutis encore debout se stoppent en voyant mon fusil braqué sur eux. Je ne les quitte plus du regard et je guette ce moment où celui qui possède le pistolet se trahira. Je n'hésiterais pas à tirer, pas un seul instant. Ce batard n'a pas hésiter à poignarder Bruce lui, et si ce vieux con ne savait pas se battre un minimum, il aurait très bien pu prendre la lame en plein coeur. Cette pensée me fout un peu plus la rage et je fais un pas vers le petit groupe alors qu'un abruti aux cheveux mi-longs s'avance vers nous. Qu'est ce qu'il croit faire ce petit con ? Il se croit tout puissant, à la tête d'une armée de glandus sans cervelle ? Je serre la mâchoire pour retenir une envie de les insulter comme mon supérieur en aurait été capable - et c'est pas rien, croyez moi. La meuf s'approche un peu aussi, plus timidement. Je foudroie le brun qui me fait face du regard. Alors quoi, c'est l'alpha ou un truc comme ça ? Un sourire méchant et moqueur me fend le visage, parce qu'ils ont vraiment l'air pitoyables. J'ai vraiment les nerfs quand je repense aux deux abrutis que j'ai descendu hier. Tout le monde est devenu con dans cette ville ou quoi ?! Ca me dégoûte de voir que les gens sont devenus de tels monstres alors que je continue à me trouer le cul pour eux. Ca me donne vraiment envie de tout laisser tomber et de retourner bronzer chez moi pendant qu'ils se font bouffer tout crus. Ils l'auront bien mérité putin de merde !

Et puis soudain, alors que j'ai le doigt posé sur la détente qui me démange, j'entends la voix de Bruce dans mon dos. Il parle d'une voix calme mais fataliste. Il leur annonce leur défaite imminente et je resserre un peu plus mon arme. Bruce a eu la gentillesse de leur offrir une porte de sortie. Je ne suis pas sûr que j'aurais été capable de la même galanterie. Alors je ne baisse pas mon arme, malgré la proposition de paix du policier. Si jamais le batard aux cheveux longs refuse d'écouter sa copine, c'est une déclaration de guerre qu'il formule. Je le vois me lancer un regard et je ne sourcille pas d'un poil. Il me gonfle tellement que je suis obligé de m'imaginer en train de lui exploser la tronche sur le mur pour ne pas me jeter sur lui. Tout ce qui m'importe, c'est Bruce dans mon dos. Ces batards lui ont déjà planté un couteau dans le bras, et je n'ose pas imaginer ce qu'ils ont l'intention de lui faire subir ensuite. Je viens juste de le retrouver, alors je vais pas laisser une bande de cinq petits enfoirés me le prendre comme ça sans rien dire. Ils s'en sont pris à la mauvaise personne. Parce que même s'il est souvent bourré ou relou, je l'aime comme un père ce vieux con. Alors personne à le droit de le toucher, surtout pas quand je suis là.

Mais finalement le leader fait signe à l'autre d'aller aider ses copains sonnés. Comme il continue de me fixer, je lui renvois son regard en me décalant pendant que le troisième abruti s'avance vers nous. Je sais bien en lisant dans les éclairs qu'il m'envoit que l'imbécile aux cheveux longs pense à son pistolet. Il se demande probablement s'il sera assez rapide pour me tirer dessus avant que je ne tire. S'il s'en crois capable, il se trompe. Je n'attends que ça, un signe qui me laisse carte blanche. Qu'il ose seulement battre des cils et je lui explose sa face de trou du cul. Chacun protège sa famille, mais ils nous ont attaqué en premier, je n'aurais aucun remord.

Finalement, les deux cons à moitié assomés retourne près de leur groupe. Leur pseudo-chef s'inquiète de leur santé, et lorsqu'il est certain qu'ils survivront, il nous jette un dernier regard avant de donner l'ordre de se tirer. "Ouais c'est ça. Et traînez pas dans le coin ou je vous explose la tronche bande de macaques !" Je leur crie dessus alors qu'ils se dépêchent de disparaître. Ils ont les boules, mais moi aussi. Mon supérieur m'aurait gueulé dessus en disant de ne pas maltraiter les civils, mais là c'est eux qui me font grave chier, alors j'emmerde la diplomatie et la politesse. Finalement, je frappe à la porte de la dame un peu conne pour lui dire qu'elle peut sortir et je retourne vers Bruce. Quand je capte son regard tout content, j'hésite un instant. "Toi.." Je secoue la tête pour qu'il comprenne combien il m'a fait peur, et puis je fronce les sourcils en le repoussant. Pas trop fort quand même, parce que je m'inquiète pour son bras, mais je ne vais pas le laisser jouer les blessés pour s'en tirer à bon compte. "T'es vraiment trop con hein !" Je l'engueule parce que son plan c'était vraiment de la merde. Mais bon, on est vivants. Alors l'instant d'après, je laisse mon sac tomber au sol et je souris en lui faisant mine d'approcher. "Allez fait voir ton bras. Je vais pas te laisser creuver d'une hémorragie, ce serait une mort trop belle pour toi." Je cherche de quoi désinfecter sa plaie dans mon sac alors que la fille sort de sa cachette avec son gosse et s'inquiète de voir son héros blessé. J'appuie un peu sur sa blessure pour le faire grogner et je lève les yeux au ciel. "Allez tu vas pas faire ta mauviette devant la dame !"

[Lancer de réussite pour médecine : 14+4=18 (réussite totale)]

Je ricane discrètement en sortant un bandage. C'est qu'elle est profonde cette blessure de merde en plus. Alors je désinfecte rapidement le tout sans la moindre pitié pour la douleur infligée et je lui bande le tout comme on m'a appris à l'armée. Voilà enfin un cours où j'ai bien fait d'écouter. Finalement, je lui met une tape amicale dans l'épaule sans un remord pour la grimace de douleur que ça pourrait lui arracher et je souris d'un air un peu moqueur. "Et voilà, t'es comme neuf ! Tu peux arrêter de chouiner. J'vais pas non plus demander à la dame de te faire un bisous magique, t'es un grand garçon maintenant, hein ?" Je ricane à nouveau en me relevant alors que je vois que la dame en question rougie doucement, un peu gênée. Elle s'excuse auprès de Bruce pour sa blessure de guerre qu'il a reçu à cause d'elle. Dans son dos, je hausse les épaules alors que Bruce lui, peut très bien me voir. Et moi alors ? J'aurais pu creuver qu'elle en aurait rien eu à foutre ! "Bon la mauviette, t'en as fait quoi de ton arme alors ?" J'interpelle le policier pour mettre fin aux excuses de la dame décidément très inquiète. Je suis bien curieux d'entendre son excuse toute pourrie d'alcoolique tiens. Je me marre d'avance.



Dernière édition par Joshua Atherton le Ven 6 Nov - 17:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Ven 6 Nov - 17:12
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 14
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Ven 6 Nov - 20:24
Je ne cille pas, je ne quitte pas la fille des yeux quand elle se tourne vers son mec pour négocier avec lui leur fuite. C’est ça, c’est bien gamine. Toujours faire confiance aux filles pour régler ce genre de problème. Pas sur son mec qui a l’air prêt à faire le con et essayer de nous buter. Pas à Josh non plus qui a l’air prêt à les buter. Je jette un petit regard vers lui pour m’assurer qu’il ne va pas se mettre à leur tirer dessus comme un dingue, mais il a l’air de se maîtriser. Ou de faire semblant. J’affiche un léger sourire quand enfin, le chef de la bande décide qu’il est temps pour eux de se barrer. Faut dire que le petit soldat ferait presque peur. Un des gars s’approche pour récupérer ses deux potes à moitié assommés et je recule légèrement pour ne pas être à leur portée. Finalement, ils s’en vont tous la queue entre les jambes et ça me fait rire. Je regarde le couteau tordu que j’ai récupéré et je le balance par terre. De la camelote ce truc, un coup dans le bras et une chute un peu lourde, et il est plié en deux, totalement inutile. Je lui mets un coup de pied rageur et je le regarde glisser sur le sol, je croyais avoir trouvé une arme moi !

Quand enfin on n’entend plus les cons, je vois Josh baisser son arme et se tourner vers moi, alors je lui souris. Bah quoi ? Pas la peine de me regarder comme ça, il était bien mon plan non ? Bon, un peu brouillon peut-être. Mais quand même ! Il me pousse doucement et je le fusille du regard. Faut pas pousser pépé dans les orties hein, je peux toujours me défendre avec une seule main ! Il m’engueule et ça me fait rire doucement, j’ai peut-être un peu trop déteint sur lui. J’attends qu’il finisse sa crise d’autorité en le regardant à peine et finalement, quand il tend la main vers moi, je m’approche. J’approche et je lui tends mon bras, je suis méfiant. J’attends tranquillement qu’il sorte de quoi soigner mon bras et j’en profite pour jeter un regard à la femme qui ose enfin sortir de sa cachette. Tu parles d’une cachette. J’affiche un demi sourire à son attention avant de reposer mon regard sur Josh comme si de rien n’était. Mais voilà qu’il appuie sur ma blessure le salaud et je sursaute en échappant un grognement. Je lui envoie un discret coup de pied dans le tibia, pas trop fort évidemment. La mauviette devant la dame, non mais je rêve ! Finalement il désinfecte la plaie et je grimace. Ça pique cette merde ! Mais je ne dis rien, je le laisse bander mon bras patiemment, il me le paiera ce sale gosse.

Mais quand il s’éloigne, c’est la dame en question qui vient vers moi. Elle s’excuse avec des yeux larmoyants de m’avoir grillé auprès des cons et je ne peux que prendre mon rôle d’homme mûr blessé par la vie. Je souris faiblement et pose une main sur son épaule pour la rassurer. Tout va bien voyons, je suis solide. Elle est belle même si elle a l’air un peu conne. Je me frappe mentalement, Bruce enfin tu as passé l’âge de vouloir te taper des connes. Ah. Non ? Bon. Mais c’est pas le moment. Je lui assure une nouvelle fois que tout va bien se passer, que ce n’est pas de sa faute et bla bla bla. Finalement elle appelle son fils pour qu’il vienne me dire bonjour et le petit s’exécute. Je réponds gentiment au gamin et je relève les yeux pour trouver le mien. Il est toujours là, il boude parce que ma blessure me rapporte tous les honneurs. Fallait pas appuyer sur la plaie, c’est bien fait.

Il essaie de me descendre encore face à la jeune femme mais s’il croit que c’est en parlant de la perte de mon arme qu’il va le faire, il ne va pas être déçu. Je prends un air un peu fatigué en m’appuyant contre le mur près de moi et je croise les bras. « Je l’ai perdue quand j’ai perdu mon équipe. Une horde nous est tombée dessus tu sais, et j’ai du lâcher mon arme quand un zombie l’a attrapée. » Je souris, je sais qu’il va croire que j’ai inventé une histoire pour me la jouer badass. Mais le pire c’est que c’est vrai, je ne romance qu’un tout petit peu. Mon équipe a disparu peu à peu mais c’est plus dramatique d’avoir perdu tout le monde en même temps. Et je me retiens de me marrer en voyant la femme me fixer gravement.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Sam 7 Nov - 12:26
PLEASE PAY ATTENTION : Our nation is in crisis, a state of emergency has been declared...


Je croise les bras à mon tour lorsque je vois le policier s'appuyer contre le mur. Je le vois dans son regard, il s'apprête déjà à me sortir une grosse connerie. Je soupire et lui lance un sourire moqueur alors qu'il explique qu'un zombie la lui a arraché. Sérieusement ? C'est tout ce qu'il a trouvé comme excuse ? Et cette pauvre dame qui croit tout ce qu'il raconte... Je lève les yeux au ciel, et pour une fois je regrette que mon instructeur ne soit pas lui pour lui hurler dans ses oreilles à lui. Ton arme, c'est ta vie. Bordel, quand est-ce que Bruce comprendra que ça n'est pas sa bouteille qui lui sauvera les fesses face à ces tarés de contaminés ?

Je fouille dans une ou deux de mes poches avant de mettre la main sur mon paquet de cigarette. J'en attrape une avant d'en proposer une à la femme, mais pas à Bruce parce qu'il ne le mérite pas. Je jette un coup d'oeil au gamin, mais il est définitivement trop petit pour fumer. Alors je remet mon paquet à sa place et j'allume tranquillement ma cigarette sans un mot. Il faut que je me calme. J'ai les nerfs de croiser autant de survivants trop cons en si peu de temps. C'est à se demander ce que je fous là moi. Si ils sont si peu contents de nous voir, fallait pas nous appeler à l'aide avant. J'en ai rien à foutre de bronzer tranquille pendant que ce genre de batard crève la gueule ouverte dans les rues. Pour qui ils se prennent putin ? Et qu'on me sorte pas cette excuse de merde comme quoi certains tirent sur les civils. Ca fait pas de moi un putin de meurtrier, merde alors ! Est-ce qu'ils se rendent compte au moins de tout ce que certains ont sacrifié dans le seul espoir de venir les sauver ? Je les emmerde tous, civils comme militaires. J'aurais du rester chez moi putin de merde.

Je tire une longue bouffée de fumée et je me vide l'esprit. J'aurais du tirer dans le tas. Maintenant je suis bien énervé et je n'ai plus personne sur qui taper. C'est vraiment trop frustrant. Je me tourne vers le responsable de cette situation agaçante, et je l'interroge à nouveau. "Bon alors, t'as des ordres ? Des infos ? Quelque chose ?" Je lui demande d'une voix fatiguée, parce que je suis presque sûr de déjà connaître la réponse. Il faut que je demande, pour être sûr, mais je l'ai trouvé sans équipe et bourré à cause de l'ennui. Je crois que je n'avais même pas besoin de gaspiller ma salive. Désabusé, je hausse les épaules comme si ça ne m'atteignait plus désormais. Ca me fait un peu chier d'être coincé ici pour rien, mais quand je jette un regard à Bruce, j'essaye de positiver. Au moins je ne suis plus tout seul dans cette merde. C'est quand même un gros point positif. J'en ai marre de cette solitude qui me ruine le moral à petit feu. Alors je jette mon sac sur mon dos et je m'adresse à nouveau au policier. "On a plus qu'à te trouver une nouvelle arme alors je suppose. Si tu veux pas te faire grignoter en apéro dehors." Je lui souris d'un air un peu moqueur en l'imaginant ligoté comme un saucisson. Il aurait l'air bien con tiens. Encore plus que d'habitude, hinhin. La femme nous informe qu'elle préfère rester ici, elle se sent en sécurité. Tant mieux, elle nous aurait ralentit avec son fils qui n'aurait sans doute pas pu suivre le rythme. J'hoche la tête en prenant un air faussement triste et je fais signe à Bruce de se magner.

Pendant qu'il va chercher ses affaires, je me dirige vers les escaliers. Je descends tranquillement, et alors que je jette mon mégot à côté d'un bout de cadavre, celui-ci se met brutalement à remuer. Je sursaute parce qu'il ne reste pas grand chose du zombie. Il peut à peine remuer et se contente de me grogner dessus. Mais je suis si surpris que je bondis sur le côté et je manque une marche. "Oh fuck." Je sens le déséquilibre un court instant mais je n'ai rien sous la main pour me retenir. Il ne m'en faut pas plus pour dévaler le reste des escaliers par terre et m'étaler de tout mon long à l'étage inférieur. Un gémissement m'échappe, signe que je suis toujours en vie, mais je ne bouge pas. Je fais mentalement le topos de tous mes membres. Je crois que je suis entier, mais je me suis tordu la cheville en chutant. Putin je suis trop con. J'attends Bruce sans bouger, comme si j'en profitais pour faire une sieste. Mais vu ma tête, on dirait plutôt que je suis en train d'en mourir.



Dernière édition par Joshua Atherton le Sam 7 Nov - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Sam 7 Nov - 12:26
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Dim 8 Nov - 1:50
Et voilà, il ne me croit pas. Qu’est-ce que je disais ? Je lève les yeux au ciel parce que c’est pourtant vrai cette histoire. Du moins le fait que j’ai du lâcher mon arme parce que j’étais trop dans la merde. J’imagine l’instructeur de Josh, celui qu’il m’a tellement décrit en rageant contre lui. Je l’imagine râler que c’est totalement irresponsable de perdre mon arme. Mais moi, je suis pas dans l’armée alors l’instructeur, je lui crache dessus. Et promis, je ne l’ai jamais réellement fait. Je souris et touche machinalement mon bandage. J’ai mal mais ça va passer, le sang ne traverse pas le bandage. Il n’y a pas d’hémorragie, ça va s’arrêter de saigner au bout d’un moment. Josh s’allume une cigarette et je ne peux pas m’empêcher de lui lancer un regard réprobateur. Déformation professionnelle de papa de remplacement, je n’aime pas le voir fumer. Même s’il a 25 ans. En plus, il propose à la petite femme une clope qu’elle prend fébrilement. Et moi alors ?? Petit con. Je ne fais aucune remarque parce que ça lui ferait trop plaisir, mais je prends bien note. Quand j’aurai trouvé un paquet plein, il pourra toujours aller se faire voir pour que je lui en file une. Je le regarde un peu en attendant. Il s’énerve, je le vois sur son visage. Il s’énerve et il fume, fume, fume. Jusqu’à ce que l’énervement passe un peu. « Non je n’ai pas d’ordres. Mais je suis là pour aider les civils et tant pis si chez mes supérieurs ils sont trop cons pour faire quelque chose. Je veux faire un refuge pour eux, un endroit où ils seraient protégés. » Je suis déterminé. Je ne vais pas attendre qu’on se fasse tous bouffer comme des cons. On s’organisera, on trouvera quelque chose. Et si Josh est avec moi, tout ira encore mieux.

Sa sentence tombe, il me faut une arme. Pour une fois il n’a pas tord, avec mon tire-bouchon je ne vais pas aller loin. Je souris et hoche la tête avant de me retourner vers la femme. Elle ne veut pas partir, elle veut rester dans cet endroit qu’elle trouvé sécurisant. Tu parles, je viens de me faire poignarder. Waow, quelle sécurité ! Pourtant je ne dis rien, elle fait ce qu’elle veut. Je souris et tapote gentiment son épaule avant de tourner les talons pour aller chercher mes affaires. J’enfouis mon fond de bouteille dans mon sac avec mon tire-bouchon et je sursaute quand la femme entre dans la pièce. Je ne m’arrête pas pour autant, je récupère toutes mes affaires sans trop faire attention à elle. Elle se met à pleurer alors je pose mon sac et je m’approche d’elle. Elle a peur, elle me demande de ne pas partir avec ce type avec son fusil. Mais je ne peux pas céder à ses larmes, même si elle est très belle. Je ne suis pas encore devenu fou, jamais je ne laisserais Joshua filer sans moi. Je secoue la tête pour marquer mon refus. Soit elle vient, soit elle reste, mais toute seule. Elle pleure de plus belle mais ça ne m’affecte pas plus que ça. Je l’attire à moi pour la serrer dans mes bras un petit instant. Elle se calme un peu je crois, et finalement elle confirme qu’elle restera.

[fouille : cannabis]

Je ne m’attarde pas plus longtemps, je jette mon sac sur mon épaule valide et je sors. Je souris au petit gars qui attend sa maman et finalement, je me casse d’ici. Je traverse le long couloir en me demandant où a bien pu passer le débile qui sert de fils à mes potes. Je me dépêche, j’ai la peur stupide qu’il soit parti tout seul. Mais quelque chose retient mon attention, quelque chose que je n’avais jamais vu ici. Je reste interdit un moment, est-ce que c’est vraiment ce que je crois ? Je me penche et ramasse le petit sachet en plastique qui traîne sur le sol. Ouais, c’est bien ça. Mais ça n’était pas là avant. Je ricane et glisse le cannabis dans ma poche. Quoi, je suis flic non ? J’ai le droit moi. Et finalement, je dévale les escaliers pour trouver Josh en bas. Il est étalé par terre et la peur me prend en entendant grogner un zombie au sol. Je cours jusqu’à ce petit con, en essayant de cacher mon état de panique et je m’agenouille près de lui. Il a l’air tellement mal que je le secoue un peu, toujours inquiet. « Eh c’est pas le moment de dormir on a l’Amérique à sauver là ! » Mes yeux parcourent son corps rapidement, je cherche la moindre trace. Je suis sur les nerfs, prêt à buter le premier truc qui me passerait sous la main si jamais il est arrivé quelque chose à Joshua. Mais tout a l’air d’aller bien. Je souris en constatant qu’il n’a rien de grave. Et j’attrape ses épaules pour le forcer à s’asseoir, parce que je suis sûr qu’il pourrait rester là et s’endormir. « Tu t’es fait mal ? » Il me désigne sa cheville et je me recule un peu pour la regarder. Je n'y connais pas grand-chose en médecine, je ne pourrais pas faire beaucoup pour l'aider. Mais il marmonne qu'il s'est juste tordu la cheville alors je me relève et j'attrape ses mains pour le relever. « Fais pas cette tête, regarde j’ai trouvé de quoi fêter nos retrouvailles ! » Je lui mets le sachet de cannabis sous le nez avec un sourire amusé. Ouais, bon. Même si je ne sais pas trop si je devrais être content de retrouver cet horrible gamin. Ou du moins je fais semblant de ne pas en être si heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: Please pay attention : our nation is in crisis, a state of emergency has been declared - Bruce [mai 2025]   
Aujourd'hui à 5:23
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Constitution 1987: Réceptacle et promotrice du projet nation
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...
» Attention, araignées qui tuent ..
» Micro-ondes et WIFI: Attention
» Pride Of nation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: Mai 2025-