Nous sommes en Septembre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !

 You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Lun 28 Déc - 3:21


❝You better get mean too❞
Josh & Bruce
Je me sens invincible. Ça m’arrivait souvent avant, je m’étais fait casser le nez en primaire par un collégien à cause de ça. C’est aussi à cause de ça que j’avais craché sur l’instructeur de Josh un jour, je ne me souviens même plus pourquoi. Tout ce dont je me souviens, c’est que j’ai toujours nié l’avoir fait. C’était parti un peu trop loin, hum. Enfin depuis cette histoire de zombies, je me suis un peu calmé. Un peu. Parce que depuis que j’ai trouvé Joshua, je crois que je redeviens comme avant. Je bois un peu moins, peut-être, parce que je n’ai pas tout le temps la chance de trouver quelque chose de buvable. Mais à nouveau, je prends les choses à la légère. Rien ne m’atteint, j’attends simplement que nous trouvions un moyen de nous tirer de cette ville de merde, de cette apocalypse de merde. Comme si un hélico allait soudainement arriver pour nous emmener loin d’ici, ou comme si les zombies allaient d’un coup se mettre à crever. Il faut croire que je suis optimiste. On traîne dans le quartier ouest d’Oakland, sans vraiment savoir quoi faire. Faut dire qu’à part des conneries, y a pas grand-chose à faire ici. J’ai toujours dans un coin de la tête cette idée de créer un genre de refuge, mais puisqu’on ne croise jamais personne, c’est un peu compliqué. Je siffle tranquillement en marchant un peu au hasard, et nous arrivons dans un coin qui a l’air encore plus pourri que celui où nous étions avant. « C’est moche ici. » C’est tout ce que je trouve à dire, mais j’avance quand même. Pour la peine, je prends même une photo avec l’appareil de Josh, pour montrer ce qu’on a du subir dans cette ville. Et puis j’aperçois un grand immeuble, alors je m’en approche sans faire vraiment attention. Faut dire qu’hier soir, on a un peu bu avec Josh. Il a fait son petit donneur de leçons un moment, et puis il a bu autant que moi. Hinhin. Alors on a un peu la gueule de bois, c’est peut-être pour ça qu’on traîne autant des pieds. J’approche donc de l’immeuble pour voir qu’il y a plein de hangars. Et cet espoir qui ne me lâche plus, il me fait faire des conneries, encore. « Peut-être qu’il y a des voitures là dedans ? On peut peut-être réussir à en choper une ! » C’est pas plus débile qu’autre chose, si ? Puisqu’on n’a rien à faire. J’approche de la première porte qui me passe sous la main et je commence à tirer comme un con, pour essayer de l’ouvrir. Et soudainement, sans que je ne voie rien venir, je m’écroule sur le sol.

La douleur à l’arrière de ma tête résonne dans tout mon corps. Je ne comprends pas ce qui s’est passé, pas encore. J’ai les yeux fermés, je n’arrive pas à les ouvrir. Je crois que je ne suis pas encore totalement conscient. Je n’entends rien à part ma respiration, lente. Trop lente même. J’ai des fourmis dans les doigts, je n’arrive pas à les bouger. Tout ce dont je me rends compte, c’est qu’il y a dans l’air une odeur immonde. Ça sent le sang, le sang séché, le vieux sang, la mort. Plein de sang partout, ça me tord les intestins. Et d’un coup, une gifle me tire de mon état de demi-sommeil dans un grognement mécontent. J’ouvre les yeux et brutalement, je me rends compte que la situation n’est pas normale. J’essaie de bouger, mais j’ai les mains attachées à une chaise. Les pieds aussi je crois. Je ne peux que balancer un regard paniqué tout autour de moi. Il n’y a pas de fenêtres, la lumière vient de plusieurs lampes qui fonctionnent je ne sais comment. Peut-être que je suis dans un des hangars ? Qu’est-ce que je fous là ? Depuis combien de temps ? Finalement je capte qu’il y a un type en face de moi. Un gros blond avec une bonne tête de con. Instantanément, je le déteste, lui et son sourire de merde. J’ai envie de l’écraser avec ma chaussure sur le sol, pour qu’il arrête de se croire impressionnant. Parce qu’il ne l’est pas le moins du monde. Puisqu’il ne dit rien et qu’il se contente de me mater avec les mains sur les hanches, j’essaie de voir un peu plus loin, mais je suis dans le coin de la pièce, il bouche mon angle de vue. Josh. Où est-il cet abruti ? Où est-il ?


© Pando


Dernière édition par Bruce McKinney le Mar 8 Mar - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Lun 28 Déc - 12:41
Putin je déteste Bruce. C'est de sa faute si j'ai l'estomac en vrac aujourd'hui. En plus j'ai l'impression de flotter et je n'arrive pas à réfléchir. Je n'arrive pas à penser tout court d'ailleurs. La moindre réflexion provoque un mal de crâne si intense que je me contente de mettre un pied devant l'autre avec un regard presque aussi mort que celui des zombies. Peut-être que c'est ça l'apocalypse ? L'humanité qui a pris une cuite générale et qui est si affamée que les humains se mettent à s'entre-dévorer ? Ca va pas bien dans mon cerveau, je vous avais prévenu. J'ai l'impression que je vais vomir tous les trois pas, alors je finis par sortir un truc à bouffer de mon sac. On ne mange pas assez, et pour éponger tout ce que ce vieux relou alcoolique m'a fait boire hier, j'aurais besoin d'un festin digne de Noël. Tout ce que j'aurais pour aujourd'hui, c'est des petits princes. J'en propose un à Bruce et je mange le mien aussi lentement que possible pour éviter de le vomir violemment.

Je crois que je dors debout lorsque Bruce brise finalement le silence des rues désertes. Il affirme que c'est moche et ça me fait relever la tête comme si je venais de me réveiller soudainement. Je cligne plusieurs fois des yeux le temps de réaliser que le policier a raison et je me demande pourquoi nous ne sommes pas juste restés dans une maison au hasard pour la journée. Il faut que je m'allonge et que je me laisse mourir. J'en demande trop à mon pauvre petit corps mourrant. J'ai l'impression d'avoir fait 170000 tours de terrain après une énième engueulade de mon instructeur. Je vais creuver je vous dit. Alors quand Bruce s'arrête pour faire une photo, je m'assoie un instant sur le banc le plus proche pour...profiter du paysage, hum. Bon ok, je ferme les yeux et je fais une mini-sieste. J'ai l'impression que chaque minute de sommeil compte. Lorsque le vieux s'éloigne à nouveau, je le déteste de résister si bien au poison alcoolisé qu'il m'a fait boire hier, et je soupire avant de me forcer à me lever.

Néanmoins, lorsqu'il me parle de trouver une voiture, il m'intéresse à nouveau. Je redresse la tête, les yeux pleins d'espoir. Oh oui, une voiture ! Je me vois déjà somnolant sur la vitre du côté passager pendant que le paysage file en direction de San Francisco. "Ah ouais, bonne idée !" Je le rejoins d'un pas soudainement plus rapide alors que la porte lui résiste. Je vais mettre un coup de fusil dedans, tu vas voir ça va être vite fait hinhin. Mais je n'ai même pas le temps d'arriver à sa hauteur qu'une bande de trois boloss sort de nul part et se jette sur Bruce pour l'assommer. J'ai à peine le temps de crier mon mécontentement et d'attraper mon fusil qu'ils se tournent déjà vers moi pour m'entourer. "Hé fait pas le con, tu pourras pas nous avoir tous les trois." Je fusille du regard celui qui vient de parler. "Ah ouais ?" Je lui lance un sourire méchant pour lui mettre le doute, mais en vérité je ne suis même pas sûr de parvenir à viser. Putin Bruce, tu fais chier. "Pose ton arme avant que quelqu'un soit blessé mec." Ils me parlent d'une voix tranquille, mais après l'accueil qu'ils ont fait à Bruce, je ne les sens pas ces mecs. Je recule au fur et à mesure qu'ils avancent, et je songe brièvement à m'enfuir. Je pourrais me casser rapidos et revenir chercher ce débile de policier quand les abrutis auront baissé leur garde - et surtout quand je pourrais réfléchir deux minutes - mais je ne suis même pas sûr de parvenir à courir. Putin c'est trop relou de réfléchir. J'ai trop mal au crâne pour m'inquiéter, alors je finis par céder. Il me semble que la coopération est l'option la plus simple. Sur le moment, ça me semble même être une bonne idée. Alors je pose mon fusil par terre et je recule doucement jusqu'à ce qu'ils s'approchent. "Allez vient, on va vous faire visiter." J'aime pas trop le sourire du mec qui m'invite, en particulier parce qu'il pointe le canon de mon fusil sur moi en parlant. "Olà, je ne veux pas abuser de votre hospitalité vous savez." Je proteste avec un petit air innocent, comme s'il venait de me proposer une invitation. En réalité, je comprends très vite que je n'ai pas vraiment le choix, et ma petite réflexon ne les fait pas beaucoup rire. Ils m'attrapent par l'épaule pour me pousser en avant, et deux d'entre eux traînent Bruce avec nous à l'intérieur de leur planque. Putin quelle merde.

Le mec qui ouvre la marche frappe quelques coups sur une porte en métal en suivant un rythme bien particulier, et celle-ci s'ouvre presque instantanément. "Oh ! On a des invités." C'est une femme qui nous jette un regard un peu sadique et je me sens obligé de lui répondre avec un sourire forcé. Le mec dans mon dos me pousse à l'intérieur et je marche le plus lentement du monde en espérant que Bruce va se reprendre bientôt. Je tente de lui lancer quelques regards en biais pour m'assurer qu'il va bien, mais ça ne plait pas beaucoup à nos hôtes qui continuent de me pousser en avant. Putin si ça continue je vais me rétamer par terre ou faire volte-face pour lui en coller une.

Mais ce qui me désaoule complètement, c'est le cri terrifiant qui retentit soudainement. Je m'arrête brutalement et je sens le canon de mon arme dans mon dos, mais cette fois je me retourne pour jeter un coup d'oeil à tout le monde. Ok. Vu leur air tranquille et fiers d'eux, j'en déduis qu'ils savent tout à fait d'où vient le cri de ce pauvre homme et ce qui lui cause tant de souffrance. On est tombés sur des psycopathes. "Qu'est ce qui se passe ici ?" Je les questionne en fronçant les sourcils et ça les fait rire. Ma main frôle le couteau bien rangé dans ma poche. C'est mauvais. Bruce il faut vraiment que tu émerges maintenant. Mais ce con continue de grogner sans vraiment réagir. "Avance. Tu verras bien vite t'inquiète pas." Ce lourd relou ça le fait ricaner en plus. J'avance toujours aussi lentement, jusqu'à ce que les deux tarés qui traînent Bruce changent de cap. Je m'arrête soudainement et je fais volte-face pour les suivre mais le batard qui à mon fusil s'interpose. "Toi tu vas par là, ton ami a besoin de repos." Il me sort encore un sourire plus sadique que rassurant, alors j'insiste en appelant Bruce pour le forcer à se réveiller. Ce sale con il ne remue même pas. Par contre le batard au fusil il me colle un coup de poing dans les côtes sans prévenir. Le résultat est immédiat. Je me penche en avant et je me retient au mur pour ne pas tomber avant de vomir tout ce qui me reste dans l'estomac. Je lui vomis à moitié dessus en plus, et ça me fait sourire un peu bêtement lorsqu'il se met à hurler. J'ai la tête qui tourne un peu mais au moins je me sens mieux, et puis ça me fait plaisir de ne plus voir son sourire inquiétant sur ses grosses lèvres moches. Bienfait, hinhin !

Néanmoins il me le rend bien, parce que je n'ai même pas le temps de lui sortir une réplique cinglante qu'il me colle un coup de crosse dans la tempe. Cette fois je tombe pour de bon et je crois que ma tête explose sous le choc. Ma vue se brouille et je n'entends plus vraiment ce qu'on me raconte. Je ne suis plus conscient que du sol froid sur lequel ma joue est collée. Ca fait du bien et je suis presque triste lorsque je sens qu'on me relève pour me traîner je ne sais pas où. Je trébuche une fois sur deux parce qu'on ne me laisse même pas le temps de reprendre mes esprits, alors j'essaye de leur demander une minute, mais je n'arrive même pas à faire une phrase cohérante. Ils finissent néanmoins par me jeter sur une chaise qui traîne dans la lumière et je soupire en prenant ma tête entre mes mains. Putin il n'y est pas allé de main morte ce sale con. C'est le seul répis que j'ai, puisque l'instant suivant on me met la lumière dans la tronche en m'interrogeant. "D'où est-ce que vous venez ? Qu'est ce que vous voulez les gars ?" Je ne suis pas sûr d'avoir bien entendu, alors je redresse la tête et je dévisage le gros balèze qui m'interroge avec sa voix de rockeur malade. "De San Francisco, on veut juste une voiture pour se casser d'ici. C'était pas la peine de nous taper sur la tronche pour nous demander hein." Il n'apprécie pas le ton de reproche sur lequel je lui parle et il fait signe à un de ses potes qui traîne pas loin de venir. "Pourquoi vous êtes venus à Oakland ? Vous êtes là depuis combien de temps ?" Je fronce les sourcils et je réponds en jetant un coup d'oeil autour de moi pour chercher Bruce. "Pourquoi ? Vous êtes de la police ?" Je lui fait un sourire un peu moqueur parce que, de toute évidence, non, ils sont loin d'être des policiers. Il se redresse pour se faire plus impressionant et se penche vers moi. "Fait pas le malin petit, ça vaut mieux pour toi et ton pote." Mon sourire s'efface. "Il est où ?" Le gros rigole et je décide que c'est le bon moment pour attraper mon couteau. Rira bien qui rira le dernier. Avec mon couteau sous la gorge il fera moins le malin.

Aussitôt il se fige. "Déconne pas petit. Réfléchit bien à ce que tu vas faire. Ton pote et toi vous vous en sortirez jamais vivant si tu fais ça." Je répète ma question sans m'inquiéter de ses avertissements. "Il est où ?!" Cependant je sais qu'il n'a pas tort. Il faut que je lutte contre mon cerveau amorphe. La moindre erreur pourrait nous coûter cher. Finalement le gros désigne le fond de la pièce d'un mouvement de tête, alors je le pousse devant moi pour aller voir. Bruce est ligoté mais enfin éveillé. Il a l'air bien con comme ça et j'ai presque envie de me moquer. Mais les plus drôles, ce sont nos hôtes pas très cools. Ils sont cons de ligoter ceux qu'ils assomment et pas ceux qu'ils interrogent. "Hé, libère le ou j'égorge ton copain." Je m'adresse à l'abruti qui s'est planté devant le policier, mais il me jette un de ces regards mauvais qui me déplaisent. Ils sont tous abonnés dans cet abri miteux ou quoi ?!

Ce que je n'ai pas vu venir, c'est qu'il tire un gros couteau, mais qu'au lieu de libérer Bruce, il colle la lame sous sa gorge. Aaah je me sens bien con maintenant. Alors je jette un regard un peu inquiet malgré moi à Bruce. C'est trop à gérer pour mon petit cerveau noyé. Je ne sais pas quoi faire. C'est la merde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 160
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mer 13 Jan - 3:32
Le sale petit con ! Il presse la lame sur la gorge de Enrich en le tenant solidement par les épaules pour l'empêcher de lui échapper. Pendant un court instant, je grimace et je lève les mains vers lui pour l'inciter au calme. Il ne faudrait pas que ce petit excité fasse un geste brusque et regrettable. Et puis l'instant d'après il s'est trahit. Il demande son copain qu'on a assommé, encore et encore. De toute évidence, il refuse de nous laisser sans lui. Alors on le guide calmement jusqu'à la chaise où on l'a ligoté. Le vieux vient juste d'émerger alors on a pas encore eu le temps de l'interroger pour vérifier leurs versions. On voudrait pas que d'autres gars de la police viennent fouiner dans nos affaires, alors on reste méfiants. Ces mecs avaient l'air de deux parfaits touristes, jusqu'à ce que le petit sorte un couteau de nul part et retourne la situation. Maintenant, je sens mon coeur qui s'affole alors que j'ai comme un doute. Mais je n'ai pas encore perdu le contrôle. Je fais un signe discret à Nathan, et il sort à son tour une lame qu'il pose sur la gorge du vieux. Un sourire s'affiche à nouveau sur mon visage. "C'est une vie pour une vie petit. Allez, donne moi ce couteau et il n'y aura pas de drame ce soir." Il hésite un instant, alors je m'avance doucement mais prudemment en lui servant mon air le plus rassurant. Il a l'air un peu sceptique en me voyant tendre la main, mais finalement il est aussi con que les autres. Il cède et Enrich s'empresse de s'éloigner de lui.

[Lancer de réussite CàC : 16 (réussite totale hum)]

Ce salaud il n'abandonne pas son couteau pour autant, et il insiste à nouveau pour qu'on libère son copain. Il lève la voix et je vois bien qu'il devient plus nerveux sans otage. "Hey ! Du calme !" Je tente de l'apaiser avec une voix douce, mais il m'ignore complètement. Il se dirige droit vers son pote pour aller le détacher lui même, et c'est le moment où j'en profite pendant qu'il a baissé sa garde. Ah l'amour d'un proche ! Ca vous fait pousser des ailes parfois, mais ça vous tire vers le bas comme un boulet toujours ! Il ne me voit pas venir. Je le frappe à l'arrière des genoux et en un coup il est au sol. Dans la foulée j'attrape son bras armé et je lui tord le poignet pour lui faire lâcher son couteau. Il se débat comme un petit diable, mais j'ai eu assez de temps avant qu'il réagisse pour le maîtriser. "Attache le à l'autre chaise là-bas, qu'il arrête de faire des conneries ! Et fouille-le avant putin !" J'aboie sur Enrich alors que je fais tomber le masque du gentil gars négociateur. Enrich s'exécute aussitôt, et il a tôt fait de mettre la main sur un petit indice intéressant. Il me fait signe de venir alors que Nathan fouille l'autre débile moitié assommé et je m'approche à nouveau du petit rageux en prenant les plaques militaires entre mes doigts. "Tiens tiens, nous accueillons aujourd'hui le petit soldat Joshua les amis !" Je déclare tout haut d'un ton moqueur et légèrement inquiétant. Le petit soldat hurle quelques insultes, alors je lui envoie une bonne baffe pour qu'il se la boucle. "Et ton copain là-bas, c'est ton supérieur j'imagine ? Non" Je prends une mine un peu déçu lorsque je retourne vers Nathan et qu'il secoue la tête, mais il me met une plaque de policier entre les mains à la place. "Ah ! Un policier !" Me voilà rassuré, la prise est sacrément bonne aujourd'hui. "Alors, vous pouvez m'expliquer ce que deux petits cons comme vous viennent encore fabriquer dans mon business ?? Ca ne vous a pas suffit l'avertissement la première fois ?! Même avec ces putins de zombies dehors, il faut encore que vous trouviez le moyen de venir fouiner dans ce qui ne vous regarde pas hein ?! A jouer les héros comme ça, je devrais vous livrer l'un après l'autre aux zombies pour voir combien de temps vous pouvez tenir tiens !" Je dis ça sur le coup de la colère, mais l'idée semble plaire à mes compagnons qui se mettent à ricaner. Alors soudainement l'idée me semble amusante aussi. "Alors ? Je commence par lequel ? J'ai besoin d'un volontaire messieurs les héros de la nation ! Allons allons ! Un pas en avant soldat !" Je jubile. Je tiens leur vie entre leurs mains et ils le savent. Ca me fait presque bander de guetter la peur dans leur regard. Mais avant de les condamner tout à fait, je veux les entendre crier. Je veux les voir comprendre qu'ils ne sont rien. Que leur vie est à moi maintenant. Je veux savourer pleinement ma vengence sur cette ancienne autorité qui a ouvert le feu sur nous quand nous étions à leur merci. C'est seulement un juste retour des choses.


Dernière édition par Âmes Vivantes le Mer 13 Jan - 3:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mer 13 Jan - 3:32
Le membre 'Âmes Vivantes' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 16
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mer 20 Jan - 2:23


❝You better get mean too❞
Josh & Bruce
C’est la panique. Quelque chose s’agite derrière le grand blond. J’essaie de voir ce qui se passe dans le fond de la pièce, mais ça n’a pas l’air de plaire à l’abruti parce qu’il me cogne son poing dans la tronche. Comme ça, sans raison. Il est con lui ma parole ! J’émets un grognement mécontent et j’accuse le coup comme je peux, sans pouvoir toucher ma pommette endolorie. Entre ma gueule de bois et les coups, je crois que ma tête va exploser. Je me force pourtant à ne pas fermer les yeux, je fixe ce gros con qui me fait face. Il a plutôt pas intérêt à ce qu’on me détache, parce que je me jure que je vais lui exploser sa sale gueule. Il fait le malin là, pendant que je suis attaché sur la chaise ce sale lâche. Je rêve de plus en plus de lui envoyer mon pied dans la tronche, mais apparemment il faut que je reste patient. Peu importe, j’attendrai.

Finalement, la voix de Josh retentit près de moi. Il en a mis du temps lui ! Quel militaire en carton. Je me retiens de l’engueuler parce que je crois que ce n’est pas trop le moment, mais je commence à avoir mal aux poignets à cause de la corde moisie qu’ils ont utilisée pour les attacher. Ça me fait carrément chier d’en arriver là alors que putain, ces cons seront morts dans trois jours à cause des zombies. On voulait juste se tirer de cette ville bordel ! Je n’aurais jamais du venir m’embourber ici. Mais peu importe, Josh tient un de ces débiles et il réclame à ce qu’on me libère. J’espère que ça ne va pas mettre des plombes parce que vraiment, c’est pas le jour pour me faire chier.

Mais pourtant ils continuent. Le gros blond sort un couteau à son tour et je sens la lame fraîche contre ma gorge. Alors quoi ? Il va m’égorger là maintenant ? Où est l’intérêt ? Je soupire comme si je vivais le moment le plus chiant de ma vie. La mort, je n’en ai plus peur depuis longtemps, nous la côtoyons à chaque seconde qui passe, et encore plus en ce moment. Alors je ne peux plus me retenir et je relève la tête pour regarder le débile numéro un, mon gros blond. « Tu vas me buter et quoi ? Il est pas con au point de lâcher ton… » Pote. Merde mais à quoi il joue Josh ? Pourquoi est-ce qu’il a libéré ce débile ? Putain quel con. Non mais sérieusement, la situation est tellement dingue que j’ai l’impression d’être encore bourré. Je rêve, c’est sûr. Josh s’approche et on dirait que lui aussi, il est encore bourré. Il vient vers moi comme si nous étions seuls à présent et je ne peux pas m’empêcher de lui jeter un regard affolé. Le blond se sent menacé, je le sens parce qu’il resserre sa prise sur moi. La lame de son couteau de merde s’enfonce légèrement dans ma peau en me faisant émettre un sifflement. La coupure n’est pas profonde, rien de bien méchant à mon avis, mais ça pique un peu. Josh est presque arrivé à côté de nous quand un des mecs lui colle un coup derrière les genoux. Il s’effondre d’un coup et malgré moi, malgré ma volonté de faire comme si je me foutais de tout, je tire un coup sur mes liens. Josh, c’est lui mon point faible. Il fallait qu’il reste debout, qu’il se tire de là. Tout seul, j’aurais été moins vulnérable. Josh ici, je suis obligé de faire attention à tout pour ne pas risquer de le perdre.

[Dé de discrétion : 1. Hum.]

Le mec attrape Josh pour l’emmener un peu plus loin, sur une autre chaise, pendant que le blond commence à palper mes poches pour me fouiller. Je grogne, j’essaie de me débattre un peu mais ça ne sert à rien. Mon flingue et ma plaque étaient dans les poches de ma veste. En même temps, j’avais besoin d’attraper le pistolet rapidement, pas de le cacher. Je pensais me battre contre les zombies, pas contre des mecs en vie, que je refuse de qualifier d’humains. Je regarde mon arme m’échapper pour la deuxième fois depuis le début de l’apocalypse, avec peut-être un peu plus de regret que la dernière fois. Il me faut une issue, il faut que je sorte Josh de là. C’est lui qui m’importe, le reste je m’en fous complètement. J’essaie de capter son regard mais ce débile est trop occupé à hurler des insultes. La baffe sonore qu’il se prend dans la tronche me fait grimacer et encore une fois, je râle. Celui qui a l’air d’être le chef lâche enfin Josh pour se tourner vers moi. Il a l’air déçu d’apprendre que je ne suis pas un militaire, qu’est-ce qu’il cherche ? Je le regarde s’enthousiasmer en apprenant que je suis flic, sans comprendre ce qui le met tant en joie. Il commence à partir dans un délire de business mis en péril par les forces de l’ordre et je ne peux pas m’empêcher de ricaner. Je ne sais pas trop s’il est parano ou s’il se croit vraiment assez important pour que l’on soit là pour lui. Je ricane et finalement, je m’adresse directement au chef, parce que le blond est complètement abruti et que je commence à me demander s’il sait même parler. « Tu crois qu’on serait arrivés en chantant si on avait voulu vous faire tomber ? Je suis même pas flic ici, j’en ai rien à foutre de ta gueule. » Je ne sais pas pourquoi mais la diplomatie me semble loin, bien loin de mon cerveau. Je n’ai pas envie de négocier avec ces mecs, juste d’en prendre un pour taper sur l’autre. L’apocalypse a vraiment rendu les gens cinglés.

Le chef parle de nous balancer aux zombies et je comprends qu’il y a vraiment un truc qui ne tourne pas rond dans sa tête. Les autres rigolent comme des cons. Ils ont tous pété les plombs. Je les regarde chacun leur tour avec une expression un peu étrange, entre le mépris et la pitié. Je ne sais pas encore s’ils me font de la peine ou pas. Ce que je sais, c’est que la peur, je ne la ressens pas. Pas encore. Il n'y a qu'un peu de sang qui perle dans mon cou et ma joue qui brûle un peu. Alors je m’agite encore sur ma chaise, pour attirer à nouveau l’attention du groupe de débiles. S’il veut jouer les caïds, il faudrait peut-être qu’il se décide à arrêter de piailler parce qu’il commence à me gonfler.


© Pando


Dernière édition par Bruce McKinney le Mer 20 Jan - 3:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mer 20 Jan - 2:23
Le membre 'Bruce McKinney' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 1
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Sam 30 Jan - 4:12
Putin quel con ! Mais quel con ! Je me débat comme je peux en me traînant presque par terre lorsque le bâtard qui me tient me pousse jusqu'à une chaise qui traîne par là, mais ils d'y mettent à plusieurs pour m'y attacher solidement. Putin c'est même trop serré, je grogne mais ça ne m'empêche pas de tirer dessus pour essayer de me dégager. Ca les fait ricaner parce que ça ne serre strictement à rien, mais ça m'occupe parce qu'en cet instant j'ai juste envie de leur coller mon poing dans la gueule. Néanmoins, quand leur pseudo-chef me colle une tarte dans la gueule, je décide de la fermer parce qu'entre l'alcool et les coups, je ne vais pas tenir longtemps si ça continue, et il va me falloir un maximum de lucidité et de force pour me tirer d'ici rapidement avec Bruce.

Bruce d'ailleurs, il envoie chier le bâtard en chef qui se tape un délire avec les zombies. Il gigote et le chef s'agace à nouveau. "Ta gueule et tiens toi tranquille si tu veux pas en prendre une !" Il le menace et comme ça n'a pas l'air d'impressioner le policier, il lui attrape le visage d'une main pour plonger son regard de taré dans celui de Bruce en ricanant comme un bon gros psycopathe le ferait. "Que tu sois venu pour me faire tomber ou pas j'en ai rien à battre. Tes collègues m'ont volé des armes, MA propriété ! Tu piges ? PERSONNE me vole." Il finit par lâcher Bruce en lui tapotant la joue et il se tourne vers moi. "Quand à tes collègues, ils nous ont carrément tiré dessus alors qu'on avait rien demandé à personne." Je ne dit rien parce que ça n'est pas la première fois qu'on me tient pour responsable de ce genre de chose, alors je ne suis pas surpris, même si ça ne m'empêche pas de le fusiller du regard le plus noir possible. Je suis énervé, mais pas con au point d'ouvrir ma gueule juste pour en prendre une. Pourtant, ça semble suffire pour motiver le taré number one. "Oh ! J'ai une idée ! Puisqu'on tient un représentant de chaque camp, faisons un petit jeu !" Oh putin. J'essaye de capter le regard de Bruce, parce que je commence à désespérer un peu. Malgré moi, je sens la panique qui monte alors que le mec s'enthousiasme devant moi. Il ordonne à celui qui se tient à côté de moi de me libérer un bras. "On commence part toi, vu que les militaires ont été les premiers à nous déclarer la guerre." Putin mais c'est quoi ces conneries ?! J'y suis pour rien moi ! J'en ai marre de ces couillonnades à chaque fois qu'un nouveau civil apprend que je suis militaire putin ! Quel métier de merde à la fin !! J'aurais mieux fait de rester à San Francisco et de tous les laisser creuver dans leur merde !! Le gros balèze plaque mon bras sur la table qui traîne à côté de moi, et le psyco s'approche avec son sourire flippant. "Alors Joshua. Dit nous, il est où votre campement ? Vous êtes combien de salaupards à vous cacher dans vos endroits sécurisés pour sauver vos petites fesses pendant qu'on crève dans la rue ?" Je lève un sourcil face à sa question, parce que je ne sais absolument pas de quoi il parle. "Quel campement ? J'en sais rien putin ! Mais qu'est ce que vous voulez ?! On vous a rien fait bordel !" Je proteste face à cette injustice parce que je ne comprends vraiment rien, mais le bâtard aux commandes secoue la tête, visiblement pas satisfait par ma réponse. "Joshua... Joshua je n'aime pas beaucoup les menteurs tu sais... Chez nous, on les marque pour qu'ils se rappellent ce que c'est, la valeur de l'honnêteté." Je m'apprête à protester à nouveau sans comprendre de quoi il veut parler, mais le balèze qui tient mon bras me le fait vite comprendre. "Ca va piquer." Il me glisse ça avec un sourire méchant, et je tire sur mon bras dans la panique en voyant la lame se rapprocher. "Remue pas ça sera pire !" Il grogne en resserant sa prise sur moi, et je serre les dents pour ne pas crier lorsqu'il s'amuse à écrire sur mon bras avec sa lame. Il dessine un putin de L et de I en prenant son temps ce sale con. Alors je reprends en hurlant sur le chef. "Putin mais vous voulez que je vous dise quoi ?! Je n'ai jamais trouvé de camp ok ?! Toute ma brigade y est passé quand le barrage a cédé. On est que tous les deux ! On vous a rien fait bordel !" Sous l'effet de la panique et de la douleur, je me met à hurler parce que je ne sais plus comment m'y prendre pour que ces connards nous comprennent. Mais une fois encore, le psyco-chef ne semble pas d'accord avec ma version, et le connard avec son couteau fini d'écrire un A et un R avant de constater son oeuvre. Ca fait un mal de chier et je ne peux retenir un gémissement de douleur jusqu'à ce qu'il me rende enfin mon bras. Ca pisse le sang, il a taillé profond ce bâtard, mais alors que je ramène mon bras blessé à moi, je ne pense plus qu'à une chose : me tirer d'ici. Vite. Maintenant.

[dé de réussite pour fuite : 1+3=4 (échec..lamentable..hum..)]

Avec ma main libérée, je tire sur les liens de ma main encore piégée, et ça me fait un mal de chien au bras, mais je me concentre sur mon objectif premier. La fuite. La fuite avant tout. Je m'inquiéterais du sang après. Pourtant je n'ai même pas le temps de me libérer de mon entrave que le balèze me voit venir. Il m'attrape par l'épaule pour me tirer en arrière sur ma chaise, contourne la table pour venir écraser son poing sur ma tronche, et alors que je suis déjà bien sonné, il en rajoute en me collant un coup de genou dans l'estomac. Je plie sous les coups et je gémis à nouveau. Il a de la chance que je n'ai plus rien à vomir, parce que j'ai l'impression que le sol se liquéfie soudainement et que je pourrais m'enfoncer dedans si mes liens ne me retenaient pas à cette stupide chaise. Ok, ok j'ai compris. Je me calme et je le laisse rattacher mon bras blessé à la chaise. Je regarde le sang couler avec dépit, mais j'en ai assez de me faire cogner dès que je l'ouvre, alors je me tais et j'attends. C'est qu'un mauvais moment à passer. On va s'en sortir. Hein ? On s'en sort toujours. Pas vrai ? Putin faites qu'on s'en sorte s'il vous plaît... Je veux pas creuver ici, pas comme ça...

"Alors Bruce ! Est-ce que tu seras plus coopératif ? Tu devrais savoir où tes collègues - de San Francisco ou d'Oakland j'en ai rien à foutre - ont mis nos armes qu'ils nous ont confisqués sans aucun droit ? Mh ?" Le chef psycopathe se penche vers le policier et je serre les dents en grognant parce que son stupide jeu n'a aucun sens. Putin Bruce, fait quelque chose, invente un truc, n'importe quoi, pitié que ça s'arrête !

_________________


Dernière édition par Joshua Atherton le Sam 30 Jan - 4:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Sam 30 Jan - 4:12
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 1
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Lun 8 Fév - 4:49


❝You better get mean too❞
Josh & Bruce
Le taré en chef semble se croire impressionnant, parce qu’il me dit de la fermer en bombant un peu le torse. Sauf que, ça doit être à cause de l’alcool, je suis incapable de réagir de manière intelligente, incapable de jouer au pauvre policier terrifié par monsieur le caïd. Non, tout ce que j’arrive à faire, c’est ricaner parce que j’ai trop joué à ces jeux là pour paniquer maintenant. Les gars comme lui, je les méprise, c’est tout, et je suis sûr qu’il se la joue gros dur parce qu’il se pisse dessus à cause des zombies. Mais il ne se décide toujours pas à me foutre la paix. Il s’approche, il attrape mon visage dans sa grosse main dégueulasse et je suis très très déçu d’avoir les pieds attachés, parce que je lui aurais bien envoyé le mien dans le bide. De l’air quoi ! Mais non, je suis obligé de le regarder me parler comme s’il venait de regarder le dernier film d’Al Pacino et qu’il essayait de m’en faire une copie. Je me demande sérieusement s’il va se mettre à parler avec l’accent italien, pour faire plus mafieux. Ce serait drôle. Mais non. Il se redresse au moment où j’envisage l’option de lui cracher dessus comme une bonne solution. C’est dommage, décidément je ne fais face qu’à des déceptions aujourd’hui. Mais ça me fait vachement moins marrer quand le roi des relous retourne vers Josh. Putain moi qui pensais que les civils seraient contents de tomber sur deux héros de la nation pour les aider, tu parles ! Pas une personne sympa dans le coin, et eux je crois que c’est le pompon. Quelle ville de merde. Je crois que je donnerais n’importe quoi pour retourner à San Francisco, parce que je suis sûr que les gens là-bas sont toujours moins cons qu’ici. Et qui sait, si ça se trouve l’épidémie n’a même pas passé les portes de la ville ? Peut-être que juste en dehors d’Oakland, il y a une armée ou je ne sais quoi qui contient les zombies juste dans la ville ? C’est un peu trop optimiste pour que je puisse y croire vraiment, mais on va dire que c’est moins déprimant que d’imaginer toute la Californie, voire tout le pays envahis par ces sales bêtes.

Les zombies, ils me paraissent soudainement bien plus humains quand j’entends que le débile veut jouer à un jeu. Allons bon, il va nous refaire tous les clichés des films qu’il a vus avant le début de l’apocalypse ? Parce que ce qu’il devrait savoir, c’est que les gentils sont toujours plus forts. Enfin dans la plupart des films. Mais vu que nous sommes dans une espèce de thriller hollywoodien, je parie sur les gentils. Le petit connard commence à poser une question qui n’a aucun sens à Josh, qui a l’air aussi surpris que moi. Si on avait un campement bien sécurisé, qu’est-ce qu’on foutrait dans ce quartier moisi à traîner comme des clodos ? Je veux bien être con, mais il y a des limites. Je vais pour protester avec Josh mais le gros blond me colle une nouvelle baffe dans la gueule en disant que ce n’est pas à mon tour de parler. Ah bon. Je soupire très fort parce que ça commence vraiment à me gonfler leurs conneries, et puis s’ils se décidaient à dire ce qu’ils veulent vraiment, on pourrait peut-être arriver plus vite à un arrangement. Mais non, non le taré numéro un continue d’en faire des caisses pour se donner un genre. Moi j’attends patiemment parce que je n’ai pas trop envie de manger encore une baffe, mais je fais encore un bond sur ma chaise quand l’un des types attrape le bras de Josh pour commencer à graver dedans. Non mais ils vont pas bien ces cons hein ! Je m’agite un peu en essayant de garder de la distance avec ce qui est en train de se passer, parce que je suis sûr que montrer que ce débile de gamin est la prunelle de mes yeux n’amènera rien de bon. Alors je serre les dents, très fort, mais quand je vois son sang couler je n’en peux plus. Je vais devenir dingue. Je gueule comme un con pour qu’ils arrêtent, et c’est encore le gros blond qui me stoppe en m’abattant son poing sur la tronche. Ca commence à faire mal là ! Putain lui, il sera le premier que j’étriperai. Ou peut-être le taré en chef, ou l’autre qui s’amuse à charcuter le bras de Josh. Je n’arrive plus à détourner mes yeux de ces connards qui frappent sur Josh sans aucun respect. Son sang continue de s’écouler des plaies de son bras et plus je le vois couler, plus je sens que je perds le contrôle. Je crie à nouveau lorsqu’il s’effondre et qu’ils le rattachent sur la chaise, je ne fais plus attention aux coups du gros débile qui me sert de gardien. Lui, il doit être complètement con, peut-être même plus que les autres.

Et enfin, ça s’arrête. Ils ont rassis Josh sur sa chaise, et j’imagine qu’ils l’ont rattaché, mais au moins ils ne le cognent plus. Je n’arrive pas à voir l’état de son bras d’où je suis, et ça aussi ça me rend fou. Putain d’enfoirés. Le sale con s’approche de moi pour me poser à mon tour une question de merde. Comment est-ce qu’il veut que je sache où elles sont, ses armes de merde ? Je le fusille du regard comme je n’ai jamais fusillé personne et je ne peux pas m'empêcher de lui répondre sur un ton aussi agressif qu'avant, peut-être même plus. « Va te faire foutre avec tes armes à la con je te dis que je sais même pas qui t’es ! » Ça a pas l'air de plaire à mon ami le cinglé. Il grince des dents parce que ça doit pas beaucoup lui plaire d'être pris de haut alors que je suis ligoté sur une chaise. Faut dire que c'est peut-être même un peu con de ma part.

[Dé de fuite : 19 + 2 = 21. Réussite totale.
Dé de CàC : 7 + 7 = 14. Réussite de justesse.]


Pourtant, c'est peut-être ça qui me sauve. Je lui réponds tellement à côté de ce qu'il a l'air de vouloir entendre qu'il s'énerve. Il demande à son copain le gros blond de détacher mon bras et de sortir un couteau. Il veut gribouiller mon bras aussi, mais s'il croit que je vais me laisser faire sans rien dire, il se fout le doigt dans l'oeil. Heureusement que le blond est attardé, parce que le temps qu'il s'occupe de fouiller dans ses poches pour trouver son couteau alors que le chef va directement chercher celui qui a servi pour Josh, je tire un grand coup sur mon bras. Ça a au moins le bénéfice de l'effet de surprise. Je repense soudainement à mon petit couteau caché dans le bas de mon pantalon et je l'attrape rapidement. Les nœuds autour de mes chevilles sont moisis, il me faut un rien de temps pour les arracher. Le seul qui pose problème, c'est celui qui tient ma deuxième main. Je m'acharne dessus avec mon couteau mais ça prend trop de temps. Je vois le gros balèze attraper Josh pour le faire sortir de la pièce et je me mets à hurler comme un dingue. Je vais tous les buter. Je tire de toutes mes forces sur le lien parce qu'il faut que j'aille chercher le gamin, et quand la corde cède enfin, je prends un coup de pied dans les côtes qui me fait rouler un peu plus loin. Le taré en chef, il ne lâchera pas l'affaire si facilement. Le gros benêt chouine dans un coin mais lui, il est bien debout et il n'a pas l'air content du tout. Il râle et il crie que je ne reverrai jamais le petit soldat. Mais il ne me connaît pas ce fils de pute. Je saute sur mes pieds pour me jeter sur lui. Je prends des coups parce que je suis aveuglé par la rage et que j'ai tendance à faire un peu n'importe quoi, pourtant je finis par le choper à la gorge, ce petit bâtard. Je ne lâche pas ma prise, je pèse de tout mon poids sur lui et pour être sûr, je pose mon couteau sur sa gorge. Le gros a un mouvement de surprise mais je lui fait signe de ne pas bouger, comme on nous a bien appris pendant ma formation. Fallait pas jouer au malin avec le gentil quand le gentil ne l'est pas tant que ça. Je n'ai plus la patience de discuter avec des gens comme lui, l'apocalypse a mis les nerfs de tout le monde à vif et je ne fais pas exception. Je suis réellement à deux doigts de lui enfoncer ma lame dans la gorge, mais la seule chose qui me retient, c'est cette question : « Où est-ce qu'il l'a emmené ? Réponds putain j'ai pas toute la nuit ! » Et pour appuyer mon propos, je serre un peu plus ma prise sur son petit cou que je pourrais lacérer d'un coup de couteau.


© Pando


Dernière édition par Bruce McKinney le Lun 8 Fév - 5:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Lun 8 Fév - 4:49
Le membre 'Bruce McKinney' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé de Réussite' : 19

--------------------------------

#2 'Dé de Réussite' : 7
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mar 1 Mar - 1:08
Putin c'est quand que ça s'arrête ? J'ai l'impression d'être cloué sur cette chaise depuis des jours entiers déjà. J'ai la tête qui tourne, l'estomac en vrac, mal partout et le bras brûlant. Plus mon sang coule et plus je sens mes forces me quitter. Ce sale con avec son couteau, il ne m'a pas loupé. Qu'est ce qui nous a pris de boire autant la veille sans déconner ?! J'en veux presque à Bruce de m'avoir collé sa bouteille entre les mains. A quoi est-ce qu'il pensait bordel ?! Mais bon, je suis un adulte responsable maintenant, je ne vais pas hurler sur le pauvre policier alors qu'il essayait seulement de nous changer les idées. Même si je maintiens que c'est un sale accro à la bouteille. Cette addiction finira par le tuer. Si elle ne nous tue pas tous les deux aujourd'hui. Bordel j'avais pas prévu de mourir ! Pas aujourd'hui, et encore moins comme ça ! La douleur m'empêche de trop gaspiller mes forces à m'énerver tout seul, mais je reste atterré en constatant que les humains restent aussi dangereux (sinon plus) que les zombies dans les rues. Sans déconner un peu de solidarité entre survivants c'est vraiment la mer à boire ? L'humanité mérite peut-être de s'éteindre finalement tiens. Ca me fait tellement chier d'être venu dans cette merde dans le seul but de défendre des fils de pute pareil contre cette épidémie foudroyante. Ils peuvent bien creuver la gueule ouverte, j'en aurais vraiment plus rien à faire maintenant. Merde ! C'est la mort du sens moral cette journée ou quoi ?

Je relève un peu la tête parce que j'entends Bruce crier. Lui aussi il s'impatiente. Ca commence à bien faire cette connerie. C'est une blague. Une mauvaise blague, mais quelqu'un va bien finir par se rendre compte qu'ils sont complètement cons. Non ? Pitié... Allez quoi. Un peu de bon sens. Ca me semble un peu compromis lorsque le blondinet complètement taré qui a lancé l'idée de nous interroger à tour de rôle revient vers moi. Instinctivement l'angoisse me fait tirer sur mes liens sans quitter l'homme des yeux pour tenter d'éviter une nouvelle torture. Il attrape le couteau encore sanglant et je serre les dents parce que je crois bien que s'il recommence son petit manège je vais vraiment finir par y passer. Putin il faut que je me tire de là, et vite ! Allez Josh, réfléchis bordel ! J'ai juste envie de fermer les yeux et de me reposer un insant. En particulier lorsque le blond taré me tourne le dos et retourne vers Bruce. J'ai un instant de répit, il faut que je trouve une solution, genre maintenant, avant que ce relou d'alcoolique y passe aussi. Je lutte comme je peux pour rester conscient et surveiller ce que ces sales batards font subir au pauvre flic. Pourtant lorsque l'idée me vient de fermer les yeux un instant pour mieux me concentrer, je ne peux pas résister. Heureusement, c'est le même moment que choisis Brutus pour m'attraper brutalement et me débarasser de mes liens sans que je n'ai le temps de comprendre. Je sursaute lorsqu'il m'aggrippe brutalement à la veste et je vois Bruce en train de se débattre en hurlant. "BRUCE !" J'appelle son nom, plusieurs fois. Mais le salaud est costaud, il m'aggripe bien et me tord à moitié le bras pour me forcer à le suivre. Je grimace et je plie sous la douleur. Je marche à reculon en trainant des pieds, cherchant le policier du regard aussi longtemps qu'il m'est permis de le faire. Quand on me force à marcher, je manque de trébucher parce qu'un vertige violent me prend.

Pourtant ce n'est pas le moment de flancher. Je suis enfin libéré de mes entraves, et même si je sais la menace du couteau dans mon dos, il me suffirait de taper un sprint pour échapper à mon agresseur. Seulement je ne suis pas sûr d'être capable de le semer sans m'écrouler avant. C'est là qu'une idée brillante me vient. Il me pousse dans un couloir, et lorsqu'on approche d'un croisement, je me jette brutalement en arrière sans prévenir.

[Lancer de réussite pour fuite : 13+3=16 (réussite parfaite)]

Je percute Brutus le débilos sans qu'il ne s'y attende et ma tête vient heurter sa mâchoire avec toute la violence que je suis capable de mettre dans le geste. Je prends le risque qu'il me donne un coup de couteau au passage, mais je crois bien que le coup l'assomme suffisement pour me donner une large longueur d'avance. En fait je ne prends même pas le temps de voir. Le choc m'a un peu sonné aussi, mais je n'ai pas vraiment le temps de m'en émouvoir. Je fonce en tournant aussi vite que possible au bout du couloir. C'était chaud. Ce fils de pute m'a tiré dessus avec un flingue. Il m'a manqué de peu, alors je continue de tracer en tournant encore et encore, priant pour que je ne tombe pas sur un autre débloqué du ciboulot dans ma course. Le bruit du coup de feu va tous les attirer en plus. Bordel de merde. Il faut que je mette un max de distance entre eux et moi, le temps de reprendre mon souffle. En plus je me perds complètement, alors comme j'entends du bruit arriver en face de moi, je pousse la première porte qui me vient pour me jeter à l'intérieur. Je la referme à peine que je me laisse glisser/tomber sur le sol. Rien ne va plus, je vois trouble, j'ai les poumons en feu, j'ai l'impression que je ne pourrais plus jamais respirer de ma vie, mon coeur bat si vite que j'ai l'impression qu'il s'est déjà arrêté et j'ai l'estomac au bord des lèvres. J'ai à peine le temps de voir une silhouette de femme que la fatigue s'assomme avant même que je n'ai pu (plus ou moins) articuler un autre mot que "Sivouplé..".

_________________


Dernière édition par Joshua Atherton le Mar 1 Mar - 3:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mar 1 Mar - 1:08
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 13
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 160
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Jeu 3 Mar - 16:50
Bruce


Ce sale bâtard il s'est détaché ! Ces incompétents qui m'entourent, ils ne l'ont pas attaché comme il faut ! J'ai à peine le temps de le voir venir que je heurte violemment le sol. Ca ne m'empêche pas de me débattre comme je peux, mais soudain je sens sa main se refermer sur ma gorge. D'où est-ce qu'il le sort ce putin de couteau ?! Je m'immobilise aussitôt alors que je sens son genou peser lourdement sur ma poitrine pour me garder au sol. J'ai du mal à respirer et la lame qu'il appuie sur ma gorge n'aide pas. Je serre les dents en lui jetant un regard plus qu'haineux, parce que cette connasse de flicaille ils ont plus aucune règle. Ils sont comme nous, c'est des animaux. Je le vois, le monstre sanguinaire, dans son regard de papi en colère. Mais moi, je vis dans la jungle urbaine depuis que je suis tout petit. Il en faudra plus pour m'impressionner. "Ben alors quoi ? C'est même pas ton fils ! Tu te tapes un petit jeunot ou quoi ?" Je me fous bien de sa gueule parce que je sens bien que tant qu'on tient le soldat, il y aura toujours ce petit ton d'inquiétude dans sa voix.

[Lancer de réussite : 8 (échec de justesse)]

Je tente même de remuer pour me débarasser de lui, mais sa prise est ferme. Ce salaud il sait comment me garder au sol, et je sens la lame se resserer encore sur ma gorge. S'en est presque douloureux, et ça me fait bouillir de rage. "Qu'est ce que tu vas faire ? On te tient par les couilles fils de pute ! Si tu me tues, ils vont buter ton copain illico !" Je lui crache à la gueule tout le mépris que j'ai pour lui et son genre. Ils ont pas été foutu de nous venir en aide face à ces putins de zombies, et voilà que maintenant ils viennent même nous faire chier alors que c'est la putin d'apocalypse !!



Josh


Ce petit con ! Il a failli me péter la mâchoire !! J'ai les tympans vrillés et il me faut un instant avant de reprendre mes esprits. Il m'a collé un uppercut avec la tête ce salaud ! Je grogne et je reserre ma prise sur mon arme. Je vais lui faire regretter ce geste mille fois bordel !!! "JOSHUAAA" Je hurle dans le couloir alors que je le vois disparaître au croisement en courant. Cours petit lapin cours ! Il risque pas d'aller loin avec son pote toujours attaché à sa chaise. Putin ils sont vraiment trop cons ces deux là ! Ils nous sont presque tombés dans les bras, même si ça reste deux putins de chieurs. Je ne décolère pas de ce sale coup qu'il m'a collé, et puis j'ai intérêt à lui remettre la main dessus vite fait avant que les autres ne reviennent.

[Lancer de réussite : 14 (réussite de justesse)]

C'est quand je passe à côté d'une porte supposée rester fermée à clés que je ralentis le pas. Je remarque la trace de sang qu'il y a dessus, et lorsque je la pousse à tout hasard, surprise ! Mon visage s'éclaire alors que je retrouve mon petit bonhomme par terre. La connasse enceinte qui traînait avec son mari militaire est en train de faire je sais pas quoi avec son bras, alors je donne un coup de pied dans son petit ventre rond pour la dégager de mon chemin. Elle crie et plie aussitôt sous le coup, et moi je me sens surpuissant. Ces gens là, je leur crache dessus. Ils ont profité de nous, ils nous ont exploités, et ils nous ont craché dessus pendant des années entières. Aujourd'hui c'est la loi du plus fort qui prédomine, et c'est nous les grands gagnants. C'est jouissif. Comme le débile de militaire essaye de s'interposer, je le calme aussi d'un coup dans les côtes, et puisque la future maman a décidé de jouer les héroïnes en se jetant sur moi, je l'attrape par les cheveux et je la balance sur le meuble le plus proche de toutes mes forces. La colère m'aveugle complètement, et je ne bronche même pas lorsque sa tête prend un angle bizarre et qu'un horrible craquement précède sa chute sur le sol. Elle ne bouge plus, mais je ne m'en inquiète pas. C'était un sale boulet de toute façon, on ne savait pas quoi en faire et on a assez de bouches à nourrir entre nous. Alors je soulève le militaire, je lui hurle à la gueule qu'il n'a pas intérêt à me refaire un coup pareil sinon je lui taillade l'autre bras sans attendre, et je l'entraîne à nouveau à travers les couloirs pour aller le jeter dans une salle vide qui ferme à clé.


Dernière édition par Âmes Vivantes le Jeu 3 Mar - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Jeu 3 Mar - 16:50
Le membre 'Âmes Vivantes' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé de Réussite' : 8

--------------------------------

#2 'Dé de Réussite' : 14
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
50/100  (50/100)
Barre de Faim:
30/100  (30/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 36
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE LIENSFICHE DE RPJOURNAL

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Jeu 3 Mar - 18:45
You better get mean too
With Josh & Brucy
Parfois, quand Dylan regardait Heaven, elle voyait le visage de Juliet se superposé à ses traits. Ou du moins, le semblant de visage de Juliet, qu’elle mélangeait à moitié avec celui d’Alicia. Pour la première fois depuis l’apocalypse, Dylan avait été confrontée à la mort d’un être cher en direct. Elle en avait vu plusieurs des gens se faire mordre mais pour la première fois elle avait vu quelqu’un de son groupe mourrir. Pire encore, ils l’avaient abandonnée. Il avait fallu que Dylan fasse un putain de crise d’asthme, une de celles qu’elle ne pouvait faire passer qu’en aspirant la moitié de sa Ventoline comme une grosse camée. Alors bien sur, Heaven n’avait pas hésité une seule seconde… Il avait reposé le corps inerte et sanguinolent d’Alicia pour soulever Dylan et détaler comme un lapin. La jeune fille lui en voulait à mort, comme celle d’Alicia, probablement comme celle de Juliet. Et le pire était que Heaven continuait de se pavaner comme un paon, il hurlait qu’il avait fait ce qu’il fallait. Mais à chaque fois, cela faisait pleurer Dylan de tristesse, de colère aussi mais surtout de remords.

Parce que putain, elle était bien au courant de qui était la réelle fautive. Qui s’était arrêtée en plein milieu ? Elle. Qui les avait obligé à manger un morceau ? Elle. Qui s’était évanouie à moitié comme une merde ? Elle. Elle, elle et encore elle ! Alors voilà, elle trainait sa peine et sa mauvaise humeur cernant ses yeux de noir durant une bonne semaine, déjà. Elle n’arrivait pas à pardonner, à personne, et l’air hautain de Harmony ajouté à la mauvaise humeur de Heaven la grignotaient petit à petit, finissant d’emporter les petits bouts d’elle qu’il lui restait encore. Parfois, quand elle était seule assise sur l’un des balcon entourant la haute tour de pompiers elle repensait à son après-midi passée avec Joshua à boire comme deux imbéciles. Bien sur, elle n’avait rien dit à personne ; ils auraient été bien trop empressés de l’engueuler comme si elle avait 2 ans… Bon, sauf qu’on engueulait pas une môme de deux ans parce qu’elle s’était enfilée une bouteille de liqueur au chocolat, mais ça c’était encore une autre histoire…


Ce matin là, Dylan était encore réveillée tôt, assise sur le balcon à sa place favorite. Elle avait ouvert les yeux juste à temps pour pouvoir assister au lever du soleil entortillée dans une couverture de survie qu’ils avaient déniché dans le bâtiment. Elle ne pensait pas à grand chose, cela faisait plusieurs jours qu’ils se trainaient et la mauvaise humeur de tout le monde était palpable. Soudain, elle ressentit le besoin de s’en aller, de partir, d’aller faire un tour. Elle se leva d’un bond et ne mit que quelques minutes à se préparer : pas de douche, pas de toilettes à faire, les sacs toujours prêts… Disons qu’il y avait du bon. Elle balança son sac allégé avec seulement ce qu’il lui fallait avant de se décider à aller voir le vieux Ari au poste d’observation tout en haut de la tour. Dylan escalada l’échelle et s’assit sur le rebord. Là, Ari, les jumelles à la main scrutait les environs.

- Ari ? Je vais aller faire un tour. Voir si je peux trouver quelque chose.

Détourner la conversation du sujet principal, rester vague pour ne pas se faire engueuler, sourire pour les apparences. Ariel ne lui répondit pas tout de suite, visiblement occupé à surveiller une zone particulière. Lorsqu’il finit par éloigner doucement les jumelles de ses mains, il se tourna doucement vers la jeune fille, le visage impassible.

- Tu sais que c’est pas prudent.

Et voilà, Dylan le savait. Le pire, c’était qu’elle ne pouvait même pas lui en tenir rigueur, après tout il avait raison. Et s’il savait qu’elle voulait repartir vers Oakland il l’attacherait à un poteau.

- Je sais… Mais on a déjà presque plus de pâtes ! Je voulais aller voir dans les supérettes du coin. Tu sais, on en a vu plusieurs sur le chemin. Je serais prudente.

Elle savait bien que Ari ne l’empêcherait pas d’y aller, contrairement à Heaven. Comme prévu, le vieil homme soupira avant d’acquiecer avec un haussement d’épaules.

- Okay, mais fais attention. T’as entendu les zygotes, y a du sombra au Canyon. Et si jamais tu entends quoi que ce soit ; avec tes jambes de gazelles, au moins ça compense ta cervelle de piaf.

De l’affection à la Ari… Dylan lui adressa un sourire en lui disant au revoir, son geste de main restant inaperçu d’un Ari déjà retourné à son activité. Alors qu’elle redescendait les quelques marches de l’échelle la radio de la tour grésilla. Dylan se figea, prête à entendre un message ; lorsqu’il fut évident que rien n’était émit sur les ondes elle reprit sa route. Quelques jours auparavant Ari avait réussi a capté une onde, un signal. Apparemment des survivants avaient monté une sorte de radio, un peu comme les radio pirates que l’on pouvait trouver à l’université. Sauf que eux avaient annoncé des déplacements de groupes de zombies, bien sur. Par chance elle n’allait pas vers le Canyon, contrairement à ce qu’elle avait sous-entendu et elle éviterait la Market Street, apparemment ravagée par un incendie.


Durant deux heures Dylan foula l’asphalte du Snake Boulevard puis de l’avenue Moraga, les deux grandes routes qui reliaient le Canyon avec le centre d’Oakland. Heureusement pour elle le ciel était couvert, sans quoi le soleil n’auraient pas manquer de taper sur son crâne ou de se réverbérer sur le goudron brûlant. Parfois, une petite brise faisait voler ses cheveux refroidissant l’air pourtant relativement chaud pour un jour de mai. Petit à petit les maisons se faisaient plus nombreuses alors que la végétation laissait place à des ramifications goudronnées de plus en plus nombreuses. Ses pieds commençaient même lui faire mal malgré les super chaussures de marche qu’elle avait trouvées dans un magasin abandonné. Lorsqu’elle déboucha sur Broadway elle accéléra cependant le pas, bien consciente qu’elle se trouvait à présent au coeur du problème, au coeur d’Oakland. Alors qu’elle avait été chanceuse jusqu’ici, ne rencontrant que quelques zombies solitaires et peu véloces les rues principales de Oakland pouvaient se révéler mortelles. Il suffisait de tourner au coin d’un rue pour se retrouver nez à nez avec toute une famille de zombies ne connaissant pas les moyens de contraception sans aucun moyen de faire marche arrière. Finalement, elle s’engouffra dans un immeuble semblant désert, bien décidée à ramener quelque chose pour justifier sa ballade. Elle grimpa les escaliers fortement éclairés, l’oreille aux aguets, aussi discrète qu’une souris. Enfin, un mammouth, mais on lui pardonnera. Alors qu’elle passait devant une vitre brisée donnant sur le StorageQuest du coup, Dylan entendit un coup de feu. Alertée, son premier réflexe fut de se jeter à terre, les bras sur la tête, avant de se redresser légèrement en comprenant que le tir n’était pas pour elle. Accroupie, elle s’avança jusqu’à la fenêtre afin de comprendre ce qui se passait. De toutes évidences, il y avait du grabuge en face, des gens semblaient bouger, s’activer. Alors qu’elle s’apprêtait à faire demi tour pour s’éloigner de cet endroit à problème, elle crut apercevoir une tête familière passer devant un carreau brisé.

- Josh…

Attentive, elle ne tarda pas à le repérer alors qu’il semblait s’effondrer au sol. Surprise, elle laissa échapper un léger cri avant de plaquer sa main contre sa bouche. Elle devait aller l’aider. Mue par un courage qui venait de sortir de nulle part, elle se releva et attrapa le couteau coincé dans sa ceinture. Elle était bien consciente qu’elle ne pourrait rien contre une arme à feu ; mais de toutes manières elle ne savait pas tirer. Elle dévala les marches quatre à quatre, manquant de se rompre le coup au moins deux fois avant de fouler à nouveau le bitume. Elle s’arrêta alors un instant, prenant conscience de ce qu’elle était en train de faire. Non mais elle était FOLLE ou quoi ?! apeurée, elle fit un pas en arrière avant de se frapper violemment la cuisse de sa main libre.

- Putain Dylan arrête d’être conne.

Josh ne mourrait pas, pas comme Alicia & Juliet. Déterminée, elle s’approcha du bâtiment en courant avant de se plaquer contre le mur en soufflant. Elle prit quelques secondes pour se calmer et refluer son asthme avant de passer son visage devant la vitre sale de la porte. A l’intérieur, elle voit un homme entrer dans la salle dans laquelle il lui semblait avoir aperçu Josh. Les choses sérieuses commençaient maintenant. Elle posa la main sur la porte, fermée.


_________________

“They had discovered one could grow
as hungry for light as for food.”

Stephen King


Dernière édition par Dylan Reeves le Ven 4 Mar - 11:35, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Jeu 3 Mar - 18:45
Le membre 'Dylan Reeves' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 3, 5
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
50/100  (50/100)
Barre de Faim:
30/100  (30/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 36
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE LIENSFICHE DE RPJOURNAL

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Ven 4 Mar - 11:19
You better get mean too
With Josh & Brucy

Lancer 1 — Crochetage de la serrure (Brico) : 3 + 9 = 12 ; Réussite de justesse
Lancer 2 — Discrétion : 5 + 4 = 9 ; Echec de justesse


Rouillée, Dylan crue qu'elle ne réussirait même pas à faire ça, elle qui encore 6 mois auparavant aurait pu crocheter une serrure les yeux fermés (ça avait du bon, finalement, d'avoir des potes un peu délinquants). Comme une grosse nulle, elle fit un boucan d'enfer et la porte s'ouvrit en un grincement horrible. Bien trop consciente du fait que l'homme devant l'avoir entendue, Dylan serra un peu plus fort son couteau et s'avança dans le couloir, bien décidé à intervenir la premiere. Malgré sa détermination, sa main tremblait et elle sentait une sueur froide dégouliner le long de son dos. L'oreille tendue, elle entendit l'homme dire quelque chose dans la pièce d'à côté ainsi que des bruits de pas se rapprochant. Elle marmonna :

- Bordel...

Elle savait qu'en cas de duel en face à face elle n'avait aucune chance. Il avait une arme à feu, elle un couteau... Et elle n'était pas une putain de machine de guerre, bordel ! Elle déglutit bruyamment, observant tout autour d'elle à la recherche d'un endroit où se cacher.

Lancer 3 — Chercher une cachette (Observation) : 8 + 3 = 11 ; Réussite de justesse

Alors que la poignée de la porte commençait déjà à tourner Dylan sentit clairement la panique la gagner. Elle était foutue, liquidée, morte. Si ce mec la voyait elle ne pourrait rien faire et elle se retrouverait comme Josh, allongée sur le sol, surement évanouie voire pire. La porte commençait déjà à s'ouvrir lorsqu'elle aperçut un petit interstice dans lequel la lumière ne passait pas. Totalement plongé dans le noir, il fallait connaître sa présence pour le remarquer. Son sang ne fit qu'un tour, en deux pas Dylan se glissa dans l'espace à peine assez grand pour la laisser passer de profil. Elle bloqua sa respiration lorsque l'homme passa devant elle. Si elle n'agissait pas vite elle allait se mettre à pleurer en appelant sa maman. Lorsqu'elle entendit l'homme râler en ouvrant la porte, elle sut que c'était maintenant ou jamais. Elle s'extirpa de sa cachette, rangea son couteau dans sa ceinture et sortit son bon vieux rouleau à pâtisserie et s'avança, silencieuse comme une souris.

Lancer 4 — Attaque CàC : 16 + 3 = 19 ; Réussite totale
Lancer 5 — Discrétion : 14 + 4 = 18 ; Réussite totale


Alors que l'homme refermait la porte à clé, elle leva son rouleau et frappa de toutes ses forces sur l'arrière du crâne. Elle n'était pas prête à le tuer, du moins pas volontairement alors elle espérait que l’assommer suffirait... et que sa naïveté habituelle ne les tuerait pas tous. Consciente qu'un corps de cette taille ferait un bruit d'enfer en tombant, elle se propulsa en avant, se collant à lui pour le coincer entre son propre corps et la porte. La scène aurait presque pu être comique si elle n'avait pas été si dangereuse et tragique. De ses petits bras elle retint le corps comme elle pu tout le long de sa mise au sol. Elle le traina sur quelques mètres en le trainant par les pieds, sa tête laissant une trainée de sang macabre derrière lui. Elle le laissa dans un coin, incapable de le cacher en le portant ou quoi que ce soir.

Lorsqu'elle poussa la porte, Dylan se retrouva à l'entrée d'une salle vétuste éclairée en partie par une lumière sale, jaunie par les vitres obstruées. Ses yeux tombèrent vite sur le corps recroquevillé de Josh? Elle aperçut à peine la femme enceinte qui se tenait le ventre et son mari. Elle se laissa tomber à genou et secoua Joshua de toutes ses forces en pleurant à moitié.

- Josh, réveille toi !!



_________________

“They had discovered one could grow
as hungry for light as for food.”

Stephen King


Dernière édition par Dylan Reeves le Ven 4 Mar - 11:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Ven 4 Mar - 11:19
Le membre 'Dylan Reeves' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 8, 16, 14
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mar 8 Mar - 1:17


❝You better get mean too❞
Josh, Bruce & Dylan
Ce fils de pute, je vais le crever. La colère fait battre mon cœur si fort que j’en tremble. Il trouve encore le moyen de faire le malin alors que je pourrais le tuer d’un simple petit coup de main, et il me donne très envie de le faire. Il n’a plus aucun coup à jouer à moins que ses potes ne reviennent, mais je ne suis pas con au point de le laisser gagner du temps comme ça. Il met ma patience à dure, très dure épreuve, en particulier quand il mentionne encore Josh. Il sait bien que ça me fait paniquer, j’ai peur de perdre ce gamin au point d’en crever, mais je ne me laisserai pas faire. Je vais tous les flinguer s’il le faut, mais je ne laisserai pas Josh m’abandonner comme ça. C’est uniquement parce qu’il est encore là que je tiens dans cette apocalypse, j’ai trop besoin de lui pour qu’il crève à cause de ces connards. Je donnerais de toute façon sans hésiter ma vie pour la sienne. Le petit connard se débat sous moi mais je ne fais que resserrer ma prise sur sa gorge. S’il croit qu’il va me faire bouger maintenant que je suis dans une position de force, il se fait de belles illusions. Je ne joue pas moi, et je suis à deux doigts de le buter comme ça. Je me décide tout de même à lui donner une dernière chance de parler, parce que je suis le plus gentil de la Terre. Alors je le relâche un tout, tout petit peu pour qu’il puisse parler. « Dis moi ou il est bordel. » Mais au lieu de saisir sa chance, il continue de jouer au plus con. Ca me fait froncer les sourcils, parce que je ne comprends même plus où est son intérêt. Mais soit, puisqu’il le prend comme ça, alors je ne m’impose plus aucune limite.

[Dé de diplomatie : 11 + 4 = 15. Réussite de justesse.]

Je tends une main vers le gros, toujours pétrifié dans un coin de la pièce, terrorisé par ce qui pourrait lui arriver. Pauvre petit, il fallait mieux choisir ses amis. Je lui fais signe de s’approcher, mais il ne bouge pas. On est vraiment tombés sur les plus cons de la ville bordel ! « File moi mon flingue, dépêche. » Celui que je tiens sous moi râle, il lui dit de ne pas être débile et de me tirer dessus, mais le gros doute. Il dit qu’ils sont plus forts, qu’ils vont finir par nous faire regretter d’être nés et il attise un peu plus ma colère. C’est le moment où je balance mon pire regard noir au gros en faisant un nouveau signe. « Allez putain bouge toi ! » Il n’en faut pas plus pour qu’il craque. Tremblant, il se lève et il me met enfin le pistolet dans la main. L’autre râle encore, il commence à s’énerver sérieusement à mesure que je reprends du pouvoir. Je n’ai pris que quelques coups et à part ma gueule de bois, je ne suis pas particulièrement affaibli, alors maintenant que je suis armé, je me sens invincible. Pour le faire taire, je pose mon arme pile sur ses lèvres et au moment où il ouvre la bouche pour crier, j’enfonce le canon entre ses dents. Bien essayé. Il panique, il commence à se débattre et je souris en voyant la peur briller dans son regard. Il étouffe, j’appuie un peu plus sur mon arme et j’en rirais presque. « T’es sûr que t’as rien à dire ? C’est con. » Je me prends à sourire méchamment en l’entendant essayer de parler avec mon flingue dans la bouche. Tant pis pour lui, c’est trop tard. J’attrape mon couteau et sans aucune pitié, je lui plante dans la jugulaire avant de récupérer mon pistolet. Il essaie de crier, de parler, mais c’est trop tard. Le sang remplace l’air dans sa gorge et il n’émet plus que quelques sons étouffés à présent. « Vas y, appelle tes potes que je me marre. »

[Dé de CàC : 7 + 7 = 14. Réussite de justesse.]

Son agonie est le plus doux des cadeaux après ce qu’il a osé faire à Josh avec ses connards de compagnons, mais je n’ai pas le temps de le regarder crever plus longtemps. Il faut que j’aille chercher le petit militaire, et surtout j’entends le gros bouger dans mon dos. L’adrénaline me fait réagir vite et je saute sur mes pieds sans attendre pour me jeter sur ce con. Il se débat en chouinant et j’ai du mal à l’immobiliser, parce qu’il a sûrement plus de force que moi. Néanmoins, la peur et le manque d’expérience ne jouent pas en sa faveur et je finis par le bloquer comme j’ai bloqué son pote. Je n’ai pourtant pas le cœur à le laisser agoniser comme l’autre et je me décide à gâcher une balle pour lui, parce qu’il ne cesse de me supplier. Il n’arrive tout de même pas à me faire passer l’envie de le buter, et il a l’air trop instable pour que je le garde avec moi. Je l’élimine sans aucun remords, d’une balle dans la tête. La détonation fait du bruit mais tant pis, au point où nous en sommes je ne suis plus à ça près. Rapidement, je me relève et je sors de la pièce au moment où j’entends un second coup de feu. Coup de feu qui me fait penser que le pompe de Josh est toujours dans la pièce que je suis sur le point de quitter, alors je fais demi-tour pour aller le chercher, et je cours dans le couloir. Je ne sais pas où je vais, j’essaie de me fier à mon ouïe, mais je n’entends rien. Je me perds et je panique un peu maintenant que je suis seul. Je serre mon flingue dans ma main et mon couteau dans l’autre, avec le fusil de Josh et nos sacs sur l’épaule. Il faut vraiment que je pense à tout bordel !

Je tombe finalement par le plus grand des hasards sur un corps par terre. Je crois bien que c’est le connard qui a tailladé le bras de Josh. Son crâne a l’air de saigner pas mal, parce qu’une traînée de sang part de ses pieds et une petite flaque l’entoure. Je n’ai aucune peine pour ce type, si j’avais le temps je m’amuserais peut-être même à lui balancer des coups de pied tiens. Au lieu de ça, je me penche vers lui pour prendre son pouls. Son cœur bat encore et c’est assez pour me foutre les nerfs à nouveau, alors j’attrape son bras et mon couteau. Je ne contrôle plus vraiment ce que je fais, à tel point que cette fois-ci c’est moi qui écrit sur son bras. Je grave le mot vengeance et le sang qui coule encore dans ses veines se met à couler, emportant la vie qui soulevait encore sa poitrine.

Je me relève alors pour suivre les traces de sang jusqu’à une porte que j’enfonce sans le moindre problème, puisqu’elle n’était pas fermée. Instantanément, mon regard tombe sur le corps de Josh, replié sur le sol. A côté de lui, une femme. Je ne réfléchis pas une toute petite seconde et j’attrape la fille par l’épaule sans la moindre douceur pour la jeter un peu plus loin. Je n’imagine pas un instant qu’elle n’est pas avec eux, qu’elle a déjà croisé Josh et qu’elle est de notre côté. Ils ont réveillé en moi un instinct de survie, de protection, que je ne peux pas contrôler et je crois que je pourrais égorger la moindre personne s’approchant à nouveau de Josh.

[Utilisation de l'action héroïque : 20 en médecine hinhin]

Josh d’ailleurs, je ne l’ai jamais vu si mal en point. Son bras continue de saigner et si ça continue comme ça, il ne va pas tenir. Je m’effondre à ses côtés. « T’as pas le droit de me faire ça putain. » Je murmure pour moi-même en même temps que pour Josh, et je pose une main sur son front sans vraiment savoir ce que je fais. Je crois que c’est une sorte de réconfort que je cherche à lui donner, sans savoir s’il est vraiment conscient. De ma main libre, je farfouille dans mon sac pour sortir n’importe quoi qui pourrait m’aider à soigner son bras. Je n’ai rien d’un médecin, pourtant mon instinct me force à poser un garrot plus haut sur son bras pour aider l’hémorragie à s’arrêter. Je plonge dans mes plus profonds souvenirs pour essayer de me rappeler les gestes des secouristes lorsque j’étais encore flic à San Francisco. Et quand j’entends la fille bouger derrière moi, je lui lance un regard un peu haineux. « Qu’est-ce que tu fous encore là toi ? » Je ne comprends pas trop ce qu’une jeune femme comme elle foutrait avec ces connards, mais je ne cherche pas à comprendre, je ne réfléchis pas. Je fouille encore dans mon sac mais je ne trouve pas le moindre truc qui pourrait faire office de bandage, alors je le balance rageusement à travers la pièce et c’est celui de Josh que j’ouvre. Heureusement, j’y trouve des bandages et je reprends son bras pour l’enrouler comme je peux. Je pense à serrer un peu pour retenir l’hémorragie, mais c’est tout ce que je sais faire. Brutalement, la haine et la colère me quittent pour laisser place à la détresse la plus totale. J’ai si peur de perdre Josh que je dois me faire violence pour retenir un sanglot, et prier de toutes mes forces pour sa vie. J’attrape sa main et je la serre doucement entre les miennes, en le suppliant encore de tenir bon.


© Pando

_________________


Dernière édition par Bruce McKinney le Mar 8 Mar - 3:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mar 8 Mar - 1:17
Le membre 'Bruce McKinney' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 11, 7
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 273
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mar 8 Mar - 23:57
Le contact du sol froid me paraît presque confortable après toute cette violence gratuite. Je sens mes yeux se fermer tout seuls alors que la voix douce de la femme raisonne dans mes oreilles comme si elle me parlait à travers un coussin. J'ai déjà l'impression d'être à 20.000 lieux de la réalité, mais la brune me secoue par les épaules en insistant pour que je reste éveillé. Je sais qu'elle a raison, pourtant j'ai tout sauf envie de lui obéir. Après m'être fait maltraité comme ça avec la gueule de bois que je me tape, je décide que ce monde est trop cruel pour moi et que je peux mourir en paix avec moi-même. Pourtant elle ne me lâche pas la grappe et je sens ses mains se poser sur mon bras alors que sa voix se brise en un sanglot inquiet. Alors en bon gentleman que je suis, je fais tout de même l'effort d'ouvrir un oeil pour faire croire que tout va bien. C'est là que je remarque aisément qu'elle est enceinte, et je fronce aussitôt les sourcils. "Qu'est ce que vous faites là ?" Je la questionne avec un air un peu sonné, en ignorant royalement les 1000 questions qu'elle vient de me poser avant pour savoir ce qui vient de se passer. Je crois que je ne capte que la moitié de ce qui se passe. J'ai perdu déjà pas mal de sang, et si ça continue je vais vraiment finir par le faire ce malaise. Elle me raconte brièvement que son mari militaire et elle ils ont été capturé, et que le pauvre gars a été tué il y a quelques jours. Elle est enfermée dans cette pièce depuis et elle est terrorisée. Je m'efforce de me concentrer pour lui mentir en lui assurant que Bruce et moi, on va la sortir de là. Mais surtout Bruce, en fait.

Et puis on a pas vraiment le temps de discuter davantage. Parce que même si elle jette un coup d'oeil à mon bras en affirmant que ces couillons sont des sauvages, elle n'a pas le temps d'ajouter ou de faire quoi que ce soit avant que la porte ne s'ouvre violemment. On sursaute tous les deux et j'échappe un juron en reconaissant le taré à ma poursuite. Il frappe la fille, ce fils de pute, alors j'essaye plus ou moins habilement de me relever pour m'interposer en l'insultant, mais il me calme aussi sec d'un coup dans l'estomac. Putin si il cherche à me faire vomir il va me trouver. Je plie alors que j'ai le coeur au bord des lèvres, et je le vois d'un oeil s'en prendre encore à la pauvre fille. Je n'ai même pas le temps de vérifier comment elle va qu'il me soulève et m'entraîne à nouveau dans ces maudits couloirs. Putin ce bâtard, je vous jure que je vais lui faire bouffer son couteau un de ces quatres. Il me balance sans ménagement dans une autre salle et referme la porte dans mon dos. Je m'étale par terre comme un lourd looser parce que les forces me manquent, et j'entends le bruit de la serrure qui me condamne à l'intérieur de ces quatres murs. L'endroit est plutôt petit, et puis je doute que gâcher mes forces en hurlant et en me jetant contre la porte fermée à clé servent à quelque chose. Alors je me laisse mourir par terre, en serrant plus ou moins efficacement mon bras pour essayer de reboucher les trous. Je n'arrive plus vraiment à réfléchir correctement. En fait, je manque même totalement de lucidité, et j'ignore combien de temps s'écoule avant que la porte s'ouvre à nouveau. Est-ce que j'ai dormi ? Est-ce que j'ai tourné en rond ? Est-ce que j'ai compté jusqu'à 68903 comme j'ai l'impression de l'avoir fait ? Est-ce que je suis mort ? Ourf...Je réfléchis de trop.

Je décide que rien ne va plus lorsque Dylan - c'était bien ça son prénom non ? - sort de nul part et me secoue comme un prunier. Au secours ! Mais on ne peut même pas mourir tranquille dans cette ville de tarés ?! Je grogne un peu parce que c'est quand même la deuxième à me secouer sans que je ne demande rien à personne, et il me faut un instant avant de confirmer que Dylan est bel et bien là. Je la fixe un instant sans comprendre et je m'inquiète sincèrement de ma santé mentale. Est-ce que ce salaud il m'a frappé à la tête avant de me jeter comme un sac à patates ? J'hausse un sourcil comme si la petite brune allait me donner la réponse. Ou alors c'est une dernière vision de mon esprit avant que je ne meurs pour de bon. "Tu es devenue un ange ?" Je l'interroge avec un petit sourire amusé, parce que c'est plutôt fascinant comme transformation, mais quand je pose la main sur elle, elle semble vraiment vraie. Est-ce que c'est seulement possible ? "Qu'est ce...qu'est ce que tu fais là ?" Je fronce les sourcils sans parvenir à comprendre, mais sans parvenir à brancher mes neurones non plus. Les commandes cérébrales, elles ont grillé et sur-grillé même. Je ne peux rien espérer de mon pauvre cerveau, alors j'abandonne vite l'affaire de comprendre si elle est là ou pas, et j'essaye de me relever, puisque la porte est ouverte.

C'est le moment que choisis Bruce pour surgir lui aussi de nul part et se jeter sur moi et repoussant Dylan. Wow ! Lui aussi il a été contaminé par la folie des survivants de cette ville de malades ?! Ou alors c'est mon cerveau qui hallucine complètement et qui commence à faire sérieusement n'importe quoi. Il va me falloir une transfusion sanguine rapidos si c'est ça. Néanmoins, il s'accroupit près de moi et je capte son regard fou d'inquiétude. Je me laisse faire en silence alors qu'il s'agite en paniquant à moitié. Il jette son sac et se jette sur le mien en balançant les rations que j'ai entassé sur le dessus. Enfin il en sort un bandage et je suis presque soulagé lorsque je peux enfin arrêter de serrer mon bras contre moi comme un con. Je ne suis même pas sûr que ça ai été très efficace puisque je suis plus couvert de sang qu'autre chose, mais passons.

[Lancer de réussite pour diplomatie : 19+3=22 (réussite totale, héroïquement, avec swag)]

Bruce grogne sur Dylan avec un ton plus qu'agressif, alors je trouve la force de baragouiner quelque chose, parce que la pauvre même si personne ne l'attendait, elle essayait juste d'aider. "Eh Bruce, sois pas con ! C'est Dylan !" Ca me fait presque rire qu'elle se souvienne de moi d'ailleurs, parce que notre rencontre avait été plutôt étrange, même si pas désagréable. Je serre la main qu'il m'a tendu et je m'aide de son poids pour me redresser un peu. "On s'est rencontré une fois ! Tu sais, avec la liqueur de chocolat !" C'est un miracle que j'ai trouvé la force de me souvenir de tout ça, mais je ricane doucement à ces doux souvenirs. C'était avant que je ne tombe sur Bruce de la plus incongrue des façons, et je lui avait vaguement raconté cette drôle de rencontre avec la petite brune à l'occasion d'une discussion sur les habitants étranges de cette ville étrange. "Désolé Dylan, avec la vieillesse Bruce il ne sait plus trop ce qu'il fait des fois." Malgré les évènements, je trouve la force et le temps de sortir ma petite moquerie, et maintenant que les présentations sont faites, je me redresse tout à fait. J'ai la tête qui tourne et je crois que je deviens plus blanc qu'une colombe pendant un instant, mais je tiens plus ou moins debout.

Malheureusement, je n'ai pas le temps de remballer mes affaires que Bruce a emparpillé sur le sol dans la panique qu'on entend déjà du bruit dans le couloir. "OGNON ! faut qu'on se casse d'ici !" Je murmure tout bas aux autres avant de jeter mon sac en toute hâte sur mon épaule et de me glisser à l'extérieur. Hors de question que je les laisse nous enfermer dans cette pièce reloue une nouvelle fois.

[Lancer de réussite pour fuite : 1+3=4 (échec total, lamentable, loose absolue)]

Pourtant, je n'ai pas couru 30 secondes que mon corps me rappelle aussitôt à l'ordre. J'ai l'impression de patauger dans le vide au bout du troisième pas, et je crois bien que je vais vomir mon coeur alors que mon corps tout entier se rebelle. Plus aucun muscle ne me répond, et je me colle au mur alors qu'une sueur froide me prend. J'essaye de respirer tant bien que mal mais j'ai déjà l'impression de sombrer. C'est sans compter sur l'arrivée de la fille qui gardait l'entrée du bâtiment. Elle est armée d'un fusil elle aussi, et elle déboule juste devant moi. Je sais pas si elle s'imagine que je me transforme en zombie ou si j'ai l'air menaçant à moitié effondré sur le mur, mais quoi qu'il en soit, elle me colle un coup de crosse méchant dans la tempe, et c'est le blackout total.

_________________


Dernière édition par Joshua Atherton le Mer 9 Mar - 1:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mar 8 Mar - 23:57
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé de Réussite' : 19, 1

--------------------------------

#2 'Dé du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
50/100  (50/100)
Barre de Faim:
30/100  (30/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 36
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE LIENSFICHE DE RPJOURNAL

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mer 9 Mar - 17:07
You better get mean too
With Josh & Brucy

Dans cette pièce sale et mal éclairée Dylan se sentait à nouveau paniquée alors qu’elle se maudissait à voix basse. Elle était agenouillée devant Josh depuis ce qui lui semblait être des dizaines de minutes. Elle le regardait de haut en bas, s’arrêtant longuement sur son bras sanguinolent pendant qu’il déblatérait des imbécilités. Elle un ange ? La blague…

- Qu'est ce...qu'est ce que tu fais là ?
- Je sais pas trop…

et ça, c’était bien l’atroce vérité. elle s’était jetée en avant, pensant fuir une situation qui lui semblait atroce pour finalement se retrouver en danger, surement de mort sinon de blessures graves. Elle ne savait pas ce qu’il s’était passé et pourtant un coup d’oeil à cette rencontre d’une après-midi lui suffisait pour se rendre compte qu’ils étaient dans la OGNON !.
Pourquoi avait-elle fait ça, déjà ? Pour un mec avec qui elle avait passé une après-midi agréable qui lui rappelait le bon vieux temps ? Heaven en aurait rit tant la situation était grotesque. Avant, on intervenait pour ce genre de petits liens, ces petites rencontres. Mais aujourd’hui ces politesses n’avaient plus court. Alors quoi, elle allait crever là parce qu’elle avait voulu jouer les Rambo en ayant sur elle un pauvre couteau et un rouleau à pâtisserie ? Une larme coula sur sa joue avant de s’échouée parmi le sang se répandent sur ses genoux. Elle commença une phrase, un peu perdue.

Allez Josh, il faut te lever faut qu’on…

Elle n’eut même pas le temps de finir sa phrase qu’un fou furieux défonça la porte. Dylan ouvrit de grands yeux et n’eut même pas le temps de sortir une arme que l’homme l’avait déjà chopée par l’épaule pour l’envoyer valdinguer derrière lui. Sous le choc, elle poussa un cris. Il venait de lui faire mal, à l’épaule en tirant comme un malade. A peine avait-elle eut le temps de se réceptionner douloureusement sur les fesses qu’elle s’apprêtait à se relever pour protester. Pourtant l’homme ne semble pas vouloir de mal à Josh, au contraire. Il vide les sacs, farfouille, énervé, avant de mettre la main sur ce qui semble être un garrot qu’il appose haut sur le bras du jeune homme avant de l’entortiller dans un bandage. Serait-ce un « allié » ?
Sonnée, Dylan ne comprenait rien à la situation. Comme d’habitude, elle n’était bonne qu’à suivre le mouvement et à être un satané boulet, n’est-ce pas ? Une fois de plus l’homme l’agressa, bien que verbalement cette fois-ci.

- Qu’est-ce que tu fous encore là, toi ?

Elle sentit son ton méchant, elle eut peur l’espace d’un instant. Qui qu’il soit, ce mec était dangereux. Dangereux et en colère et la frêle Dylan n’était pas de poids et elle le savait. Elle déglutit et fut prise de cours par un Josh maladroit et surement fiévreux.

- Eh Bruce, sois pas con ! C’est Dylan ! On s’est rencontré une fois ! Tu sais, avec la liqueur de chocolat !

Alors qu’il parle, Josh s’aide de ce Bruce pour se remettre sur pieds, vacillant. Dylan fait un pas en avant tant il semble instable. On pourrait presque croire que c’est lui et non un corps vidé de son sang ne pouvant tenir debout. Il s’excuse, vacille et se redresse totalement. Dylan suit son évolution, inquiète et bouche bée devant sa blancheur qui semble s’emparer de son visage.
Lorsque des bruits de font entendre, Dylan ressort son couteau tout en espérant ne pas avoir à s’en servir. Et bien sur, il faut que Josh fasse des siennes, qu’il essaye de courir avant de s’appuyer contre le mur, livide.
Fuck Bruce, Dylan s’avance vers lui rapidement, voulant le rattraper, le soutenir. Il faut sortir d’ici et vi…
Elle n’a pas même le temps de penser qu’une personne entre et assomme Josh d’un coup de crosse. Alors qu’il s’effondre, Dylan lance un regard fugace à Bruce avant de paniquer totale. Elle doit faire quelque chose, non ?

Lancer 1 — Lancer de couteau (AàD) : 16 + 0 = 16 ; Réussite parfaite
Lancer 2 — Discrétion : 3 + 4 = 9 ; Echec de justesse


Alors, sans réfléchir, Dylan balance son couteau à travers la pièce, pensant viser la femme. Alors même que l'arme quitte sa main Dylan regrette. Elle n'a encore pas réfléchi et cela va surement provoquer une catastrophe. Lancer un couteau ? Elle était déjà mauvaise au jeu des fléchettes alors là... Pourtant, l'arme se plante parfaitement dans le visage plutôt joli de l'intruse. Elle pousse un léger cri alors que du sang s'écoule puis s'écroule d'un bloque en faisant un bruit infernal. Au loin, ils entendent des cris, des cavalcades. Il devient vraiment urgent qu'il se cassent de là. Elle jette un regard à Bruce, ne sachant trop comment agir avec lui. Elle le contourna un peu, préférant ne pas passer à porter de main et se pencha sur le cadavre pour récupérer son couteau. Son premier mort, sa première victime vivante. Elle n'était pas sure de regretter, après tout c'était eux ou les autres, non ? Pourtant, elle sentait déjà son ventre se retourner lorsqu'elle enleva doucement la lame de sa victime. Elle y penserait plus tard... Elle n'était plus à un chagrin près, disons.
Couteau à la main, elle s'adressa pour la première fois à Bruce.

- Faut vraiment qu'on y aille...


_________________

“They had discovered one could grow
as hungry for light as for food.”

Stephen King


Dernière édition par Dylan Reeves le Mer 9 Mar - 17:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1239
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Mer 9 Mar - 17:07
Le membre 'Dylan Reeves' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de Réussite' : 16, 3
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
45/110  (45/110)
Barre de Faim:
25/100  (25/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 107
Age : 21
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE RPSFICHE DE COMPETENCESINVENTAIRE

Voir le profil de l'utilisateur

Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Jeu 10 Mar - 15:11


❝You better get mean too❞
Josh, Bruce & Dylan
J'ai l'impression qu'une éternité passe pendant que Josh ne bouge pas. Je ne le lâche pourtant pas, je garde sa main dans les miennes et finalement, je l'entends baragouiner quelque chose. Il parle de la fille je crois, alors c'est elle Dylan ? NENUFAR ! quel con ! Mais est-ce que je pouvais deviner moi ? Je jette un petit regard à la jeune femme, mais Josh récupère mon attention en s'accrochant à moi pour se redresser. Mon instinct paternel a totalement pris le dessus sur le reste, sur ma raison. J'ai tellement peur de perdre cet abruti de gamin que je ne réagis même pas quand il se fout ouvertement de ma gueule. Je continue de l'observer alors qu'il se relève en s'appuyant sur moi. Son équilibre est fragile, il blanchit à mesure qu'il se lève, pourtant il a raison, il faut qu'on se tire d'ici. Tout ce que je peux faire, c'est le soutenir autant que je peux. Sans le lâcher, je ramasse mon sac pendant qu'il prend le sien, et je jette à nouveau son fusil sur mon épaule. On récupère à peine nos affaires que du bruit se fait entendre dans le couloir. Nous faisons trop de bruit, ça a du attirer le reste de la bande de connards, et ça en tardera pas à attirer les zombies. Et d'un coup, Josh m'échappe. Je ne sais pas ce qu'il croit, ce qui lui prend, peut-être qu'il veut faire le malin devant la jeune femme, mais je le vois se mettre à courir vers la porte. Il fait à peine trois pas qu'il s'effondre, et avant que je ne puisse réagir, je vois Dylan faire un pas pour s'approcher de lui. Mon instinct me hurle à nouveau de me jeter entre elle et Josh, pourtant je lutte très fort parce qu'il a affirmé lui-même qu'il n'y avait pas de danger. Il faut que je parvienne à me calmer, à retrouver mes esprits. Je ferme les yeux à peine une seconde pour tenter de respirer profondément, que j'entends comme un gros coup. J'ouvre les yeux instantanément pour voir Josh s'effondrer sur le sol. Cette connasse juste à la porte, c'est elle qui lui a mis un coup ? Je ne comprends plus rien, et encore moins quand Dylan balance un couteau à travers la pièce, qui vient se loger en plein dans la tronche de l'inconnue. Bon. Ca doit être elle qui a frappé Josh donc. Je ne peux m'empêcher de jeter un regard un peu surpris et admiratif à cette Dylan, parce que ce qu'elle vient de faire, je n'en aurais jamais été capable. Elle n'a pas l'air très bien pour autant, elle blanchit elle aussi en récupérant son couteau, et moi je m'approche de Josh. Un gros hématome vient noircir sa tempe et je serre les dents pour ne pas craquer à nouveau. Il faut qu'on le sorte de là, il me faut quelqu'un pour s'occuper de lui bordel. Je ne le laisserai plus jamais boire, il est vraiment trop con quand il a la gueule de bois !

Dylan s'adresse à moi et je la fixe un instant. Je suis prêt à lui demander pardon pour la manière dont je l'ai traitée en arrivant, je suis vraiment à deux doigts de le faire et pourtant, j'entends de nouveaux cris dehors. Elle a raison, il faut qu'on se barre avant d'être tous les trois dans un trop sale état pour le faire. On discutera plus tard, il faut agir vite. Je tends le sac de Josh à Dylan, à vrai dire je lui colle presque dans les bras. « Tu peux porter ça ? » La question est plus un genre de politesse, parce que je ne fais absolument pas attention à sa réponse et je me penche sur Josh pour le soulever. Le sang bat fort dans ma tête, j'ai le front au bord de l'explosion et le corps inanimé du petit soldat pèse lourd. Je le serre fort, je le hisse à moitié sur mon épaule et quand je suis à peu près stable, je fais signe à la jeune femme qu'on peut y aller.

Elle ouvre la porte puisque mes mains sont occupées à soutenir le corps de Josh, et rapidement on se faufile à l'extérieur. Les autres ne nous ont pas encore trouvés, mais avec le sang qu'on a semé un peu partout, ça ne va pas tarder. Il faut qu'on se dépêche. La brune se met à courir et je la suis comme je peux dans le couloir. On court, mais comme je le pensais les autres se rapprochent. J'arrive à les entendre de plus en plus clairement, et bientôt ils vont nous tomber dessus si on ne prend pas le temps de se cacher. Alors tant pis pour la fuite en une fois, je pousse une porte de l'épaule et j'appelle la jeune femme pour qu'elle entre avec nous. Je pose le plus délicatement possible le corps de Josh dans un coin de la pièce, pour prendre le temps de me redresser deux minutes. Je reprends mon souffle tant bien que mal et je serre fort ma tête entre mes mains, pour essayer de faire cesser les tambours qui battent à l'intérieur. Il me faut un petit instant, et finalement j'ouvre les yeux pour parcourir la pièce du regard. Il y a une petite fenêtre qui donne une sale lumière, et effondré à quelques pas de nous, le corps d'une femme sur le sol. Elle a l'air morte la pauvre. Morte et enceinte. La vision est parfaitement dégueulasse et je fronce les sourcils en constatant que ces connards n'ont de respect pour personne. Et pour couronner le tout, j'aperçois quelques zombies dehors. Parfait. On ne pouvait pas être plus dans la OGNON !. Les connards, pour revenir à eux, je les entends à nouveau. Je ne peux pas m'empêcher d'aller coller mon oreille contre la porte, et ce sont deux voix que j'entends. Deux, c'est pas dur à gérer tout seul. Sauf si je me trompe et qu'ils sont plus. Tant pis, il faut dégager l'endroit si on veut passer. « Reste ici avec lui. » Je fais signe à Dylan et j'attends qu'elle s'éloigne un peu de la porte.

[Dé d'arme à distance : 17 + 9 = 26. Réussite parfaite.]
[Dé de corps à corps : 11 + 7 = 18. Réussite totale.]


J'agis sans trop réfléchir, mon instinct guide mes gestes et me fait bouger rapidement. Je charge mon flingue et je souffle. Ça va aller, on va se sortir de là tous les trois. J'ouvre la porte d'un coup, déclenchant un mouvement de surprise de la part des deux types qui marchaient dans le couloir en gueulant. Il n'y en a qu'un qui est armé, et c'est sur lui que je tire. Le coup part sans que je ne prenne vraiment le temps d'analyser la situation, son crâne explose et repeint le mur à côté de lui, sans que ça ne me fasse ni chaud ni froid. Je serais capable de les buter tous un par un si c'est ce qu'il faut pour sortir Josh de là en vie. C'est eux qui l'ont touché alors que nous n'avions rien fait, eux qui nous sont tombés dessus, ils ne méritent pas la moindre pitié. C'est pour ça que quand le deuxième se met à crier et commence à fuir, je me jette sur lui. Je l'attrape et on tombe tous les deux sur le sol. Je ne veux pas lui tirer dessus pour ne pas faire encore plus de bruit, pourtant je colle mon pistolet contre sa tempe parce qu'au moindre mouvement de sa part, je n'hésiterai pas. « Vous êtes encore combien ? » J'attends sa réponse sans bouger, sans lui laisser la possibilité de m'échapper, mais je guette tout de même le coin du couloir, prêt à bondir si un nouveau débile fait son entrée.


© Pando

_________________


Dernière édition par Bruce McKinney le Jeu 21 Avr - 0:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: You better get mean too [Josh, Bruce & Dylan - mai 2025]   
Aujourd'hui à 5:27
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Josh Price [TERMINE]
» Signature de contrat - Josh Bailey
» Bruce Harper
» Prolongation de contrat RFA - Josh Gorges
» Who is Josh Groban? Kill yourself!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: Mai 2025-