Nous sommes en Octobre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !
Joyeuses fêtes à tous !
Tout le Staff vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Manger comme des gros, buvez avec modération (hinhinhin) et faîtes des bisous à votre tante sexy pour nous ! <3

 « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb
Survival Coins : 1306
Age : 37

Fiche perso
Santé:
200/200  (200/200)
Faim:
100/100  (100/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

« Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Mer 1 Oct - 12:10
« Le Manoir Fantôme »


En route pour LA soirée de l’année avec votre meilleur(e) ami(e), vous avez emprunté en cachette la voiture de vos parents et roulez sur une route de campagne, la musique à fond. Cette soirée promet d’être grandiose ! Seulement voilà, vous n’avez certainement pas prévu de tomber en panne sur la route et de finir votre trajectoire directement contre un arbre. Encore moins qu’un orage se déclenche, au même moment. Quelle poisse … Trempés et franchement désespérés, vous décidez de faire du stop. La seule et unique voiture qui s’arrête pour vous prendre est vieille et rouillée, impossible pour vous de voir le visage de la personne qui conduit, qui porte ce qui ressemble à une grande cape noire. Pourtant, vous grimpez malgré tout. Pas question de rater la fête ! Le chauffeur acquiesce de la tête quand vous lui indiquez le chemin, sans un mot. Il vous emmène dans un manoir digne d’un film d’horreur. Les déguisements des gens sont absolument fantastiques ! La musique est entraînante, tout semble parfait ! La véritable question est la suivante : Quand réaliserez-vous que l’accident vous a tué et que les invités à cette soirée sont tous morts ? …

LIEU : LIEU : MANOIR FANTÔME
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Dim 5 Oct - 14:33


Je ne ressentais que les gouttes qui descendaient le long des parois de mon corps. Elles étaient glacées. J'osais même pas poser la main là où l'eau dégoulinait de peur de mourir d’hypothermie par mon propre contact. Je détestais la pluie et ses dérivés. La neige, le vent, le soleil, tout ce qui pouvait me nuire d'une façon ou d'une autre. Et puis cette saloperie de voiture qui ne pouvait rien faire d'autre que de nous lâcher là au milieu de nul part ; c'était la pire soirée de ma vie. Soirée souffrance.

"Putain Will, c'est vraiment la merde ce temps de chien et pis rappelle moi putain de bordel pourquoi j'ai mis ces talons de dix mille kilomètres pour une saloperie de fête à la con ?"

Alors qu'on marchait depuis au moins un an. Voir deux. Une voiture répondit enfin à mon pouce bientôt entièrement gelé. Elle s'arrêta et un croque-mort nous permit de nous installer à l'intérieur. Il y régnait une odeur de pourriture si intense que je faillis rendre absolument tout ce que j'avais pu engloutir depuis mes dix-sept années de vie. Je m'accrochais à mon siège, enfonçant mes ongles rouges dans le tissu compact. Je serrais les dents et murmurait à William quelque chose comme il a une tête de malade mental il va nous égorger dès qu'on aura le dos tourner putain il faut qu'on se barre. Mais non, monsieur n'en avait rien à branler de ma petite flipette du samedi soir. Et le croque-mort eu bientôt l'adresse de notre charmante fête coincée entre ses deux oreilles. SEULEMENT voilà, il ne nous y conduisit pas du tout. Et comme je m'en rendit compte, je sautillais sur mon siège afin de faire comprendre à cet imbécile de William que nous allions sans doute servir de repas à cet affreux bonhomme. Sans demander mon reste, j'allais sauter de la voiture mais la portière se bloqua et je fus condamnée à me résigner sur mon siège.

La bâtisse fit son apparition devant nos yeux et je ne disais plus rien. L'affreux possédait beaucoup beaucoup beaucoup d'argent. Et beaucoup d'amis aussi. Alors que nous pénétrions dans le manoir, je réajustais mes cheveux qui me faisait plus penser à une serpillière qu'autre chose. Le déguisement de sorcière semblait alors plus vraisemblable ainsi. Je soupirais loooooonguement et entraînais William avec moi dans ce dédale de personnalités totalement dingue.

"T'as besoin d'un verre, j'ai besoin d'un verre, nous allons avoir besoin de beaucoup de verres, mon cher ami !"

Revenir en haut Aller en bas
William Hawke
MdJ sadique & Maniaque du capslock
avatar
Survival Coins : 123
Age : 22

Fiche perso
Santé:
63/105  (63/105)
Faim:
35/100  (35/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Mar 7 Oct - 20:16
Ma chère meilleure amie râlait sans s’arrêter, nous étions tous les deux trempés jusqu’à la moelle et en plus, j’allais me faire arracher la tronche par mes parents pour avoir osé emprunter leur voiture sans leur demander. Et si ça n’avait été que ça encore, mais là, la voiture était carrément encastrée dans un arbre. Moi, pas une égratignure, Morrissey non plus, on avait continué à se marrer comme deux gros débiles. Je m’étais extirpé de la voiture sans aucun problème, réajustant mon déguisement de zombie. Et la douce jeune femme qui m’accompagnait avait commencé à se plaindre, sans jamais s’arrêter. Bordel. Je l’adorais oui, mais putain ce qu’elle pouvait être chiante quand elle s’y mettait…

« Merde enlève les tes talons à la con s’ils t’emmerdent tant que ça ! »

Il faut dire que c’était pesant. Je crois que je n’avais jamais vu une telle pluie, on nous aurait balancé des seaux d’eau sur la gueule que ça aurait pas été pire. Même mes cheveux n’étaient plus roux, juste marronnasses. Nous marchions, et même au fond de mes baskets, j’avais mal aux pieds. Chaussures en toile, quelle connerie. Mes chaussettes ressemblaient à des éponges. Je portais le sac de Mo’ dans une sorte de deal. Elle se pelait le pouce et je me pétais l’épaule. Pas une voiture ne passait par là, en même temps, qui aurait eu envie de conduire dans ce trou paumé ? Avec une telle pluie ? Personne de censé. Mais elle et moi, nous ne l’étions pas. Et puis merde quoi, c’était Halloween après tout !

Et enfin, une voiture s’arrêta. Je remerciai intérieurement le corps de ma compagne d’aventure d’avoir sûrement contribué à l’arrêt de la voiture. Je ne la voyais pas comme une fille, elle était aussi vulgaire que moi et c’était un peu mon meilleur copain. Mon meilleur copain en talons aiguilles, certes. Mais apparemment, elle était bel et bien une fille pour les autres. Tant mieux… Le type qui conduisait la voiture avait carrément une sale gueule mais nous n’avions pas le choix. Enfin, techniquement si, mais nous n’allions tout de même pas continuer à marcher pendant des heures. Sans réfléchir plus longtemps, je sautai à l’arrière de la voiture. Oh je voyais bien la gueule que tirait ma chère amie mais moi, je lui trouvais un air plutôt sympathique à ce bonhomme, finalement. Il ne parlait pas, il nous demanda juste où nous allions et se mit à rouler. Et voilà qu’il prenait un petit détour, rendant hystérique la petite Mo’. Je lui lançai un regard blasé. Merde, il n’y avait pas qu’une route dans ce coin pourri. Mais ça n’avait pas l’air de lui aller, comme explication.

Bon, d’autant plus qu’elle avait raison, le vieux ne nous avait pas du tout emmenés à notre soirée. Il se gara dans l’allée d’un immense manoir, magnifique. D’accord, j’avais eu tort mais eh, il se foutait pas de notre gueule en nous emmenant ici ! Je sortis de la voiture, admiratif. Le jardin comme la bâtisse étaient superbes. D’un regard, nous nous sommes mis d’accord. Oui, nous allions passer la soirée ici. Ou du moins une partie. Je fis à peine un pas à l’intérieur et j’oubliai instantanément mes cheveux qui dégoulinaient d’eau de plus, ainsi que chaque petite parcelle de mon corps.

Un verre ? Oui un verre, quelle bonne idée ! Je traînais Morrissey vers ce qui semblait être le bar. Deux hommes en costumes, le teint blafard servaient des verres aux autres invités alors je demandai en approchant notre cocktail préféré. Sans un mot, l’homme me tendit deux verres et j’en donnai un  à mon amie. Je l’attrapai alors par le bras pour faire un peu le tour des lieux.

« On a pas tous les jours l’occasion de faire la fête dans un endroit aussi classe, regarde ! »

J’étais comme un enfant, je courais presque partout, portant de temps en temps mon verre à mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Dim 12 Oct - 19:58


"Oui tu as raison, finalement le vieux bonhomme a eu raison de pas t'écouter et de nous amener ici"

William s'était mis à courir dans tous les sens. Moi je faisais genre que je le connaissais pas, parce que c'était plutôt la honte. Et puis au final, je l'ai rejoint parce qu'on se faisait un peu chier à ne rien faire près du bar. Les gens semblaient tellement mou, tellement putride et surtout ultra triste. Je voulais pas chopper leur déprime à rester dans leur périmètre. N'empêche que plus on dansait comme des petits fous sur la piste de danse et plus la salle se remplissait si bien qu'on a finit par se retrouver tous coller serrer.

"Eh descends Will"

Je me suis mise à quatre pattes sur le plancher collant en attendant que mon ami fasse de même. Et puis soudain, tout à coup, brusquement, je tombais sur les fesses (on ne sait pas très bien comment). Je pleurais en silence dans mon intérieur intime. Je ne voulais pas que l'on se moque de moi parce que j'avais été surprise. Surprise par les pieds des convives ! Ils étaient.. Je passais ma main dessous et c'est comme si elle passait à travers. Mais à travers quoi ?

"Oh la la Willy viens par là ! Il se passe des trucs par là"

Je prenais alors sa main et la passais à travers les pieds des gens qui dansaient, comme je l'avais fait il y a quelques lignes avec la mienne.

Revenir en haut Aller en bas
William Hawke
MdJ sadique & Maniaque du capslock
avatar
Survival Coins : 123
Age : 22

Fiche perso
Santé:
63/105  (63/105)
Faim:
35/100  (35/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Ven 17 Oct - 17:38
Enfin Mo’ s’était détendue et m’avait rejoint sur la piste de danse. C’est qu’ils faisaient un peu tous la gueule, alors qu’elle et moi débordions d’énergie. Je l’entraînais en tournant dans tous les sens, renversant plus ou moins mon verre. Eh mais… Est-ce que j’avais pas déjà renversé mon verre avant ? En tout cas, j’avais encore soif. Comme si je n’avais rien bu du tout. Mais trop tard pour aller chercher un nouveau verre, une foule énorme s’était massée sur la piste de danse et il me semblait impossible de la traverser.

Et ainsi collé avec tous les autres invités, je vis ma chère amie disparaître vers le bas. Non mais, qu’est-ce qu’elle me faisait encore ? Plus ou moins bousculés par les personnes derrière moi, qui avaient une apparence quelque peu étrange, je manquai de lui marcher dessus. Il y avait bien longtemps que son comportement ne m’agaçait plus, nous étions elle et moi plutôt décalés, alors la voir à quatre pattes par terre au milieu d’une piste de danse remplie d’étrangers ne m’interpelait pas plus que ça. Avec les talons qu’elle portait en plus, cela ne m’aurait pas étonné qu’elle en ait cassé un. Non, ce qui m’intriguait un peu plus, c’était le froid que je ressentais alors que j’étais entouré d’une bonne cinquantaine de personnes qui dansait.

Dans un soupir, je finis par me baisser à mon tour, pour la rejoindre entre les jambes des danseurs. Même en bas, l’air était toujours aussi frais et je trouvais ça de plus en plus bizarre. Mais ce que me montra ma meilleure amie était bien pire que tout. Sa main, qui paraissait pourtant ne pas avoir changé de consistance depuis le matin, traversait les pieds des gens sans aucune difficulté. Comme… Comme s’ils avaient été des fantômes ? Ou elle. Mes yeux semblaient prêts à sortir de leurs orbites et je compris pourquoi elle était tombée sur le cul.

« Bordeeeel… »

Je ne pensais pas qu’un petit accident de voiture pouvait nous détraquer à ce point. A moins que mon cerveau ait pris l’eau. Ou alors, le verre que j’avais bu était beaucoup trop fort. Ou les trois à la fois. Je mordis ma lèvre sans la ménager alors que Morissey prenait ma main pour essayer à mon tour. Comme la sienne, elle traversa sans aucun problème les pieds des danseurs. Un long frisson courut dans mon dos et je pris son poignet pour la relever.

« Putain y avait quoi dans les verres ? »

Parce que c’était la seule explication possible. Elle et moi avions bu quelque chose de pas net.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Jeu 30 Oct - 20:50

Willy saisit mon poignet comme une truelle dans un bac à sable et on se remit debout. Il lâcha tout un tas de jurons -en réalité deux, et il posa la question qui m'avait aussi traversé l'esprit. Qu'est-ce que ces enfoirés avaient foutu dans nos écuelles? Je commençais à trembler légèrement et comme je ne voulais pas montrer mon instant de faiblesse, je me réfugiais dans une pièce où l'obscurité régnait.

"Tu sais Will", chuchotais-je ; je savais qu'il m'avait suivit, on se suit toujours "j'aime bien quand on prend notre pied tout ça mais je veux pas tomber dans les pommes et me faire violer et tout les trucs glauques qu'on retrouve à la télé"

J'avais le chic pour toujours en faire des tonnes. Chaque fois que j'étais malade, je pensais que j'allais mourir. Mais si ça se trouve.. mais mon dieu si ça se trouve.. J'allais ouvrir la bouche pour formuler mon hypothèse quand tout à coup je sentis une odeur nauséabonde s'approcher sournoisement de mon nez et une présence me secoua de frissons. Quand la main toucha mon épaule

"OH MON DIEU JE NE VEUX PAS ME RETROUVER DANS LES FAITS DIVERS"

Revenir en haut Aller en bas
William Hawke
MdJ sadique & Maniaque du capslock
avatar
Survival Coins : 123
Age : 22

Fiche perso
Santé:
63/105  (63/105)
Faim:
35/100  (35/100)
Inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur

Re: « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Ven 31 Oct - 0:26
La pièce où Mo’ venait d’entrer était plongée dans la pénombre. Je n’y voyais rien  mais je la suivais. Je la suivais toujours. Par réflexe, j’avais fermé la porte derrière moi. Depuis que le vieux nous avait pris en stop, elle avait peur. Je le savais, je la sentais bien plus tendue que d’habitude. En fait non, elle était toujours comme ça, à avoir peur de trucs invraisemblables. Et moi, comme un idiot, j’essayais toujours de la rassurer même quand je n’avais aucune idée de ce qui se passait. Ce soir là en était un exemple parfait. Alors qu’elle me parlait de faits divers et de mort atroce, je m’avançai vers elle. Enfin, vers là où je pensais qu’elle était. Quand ma main atteignit enfin son épaule, je l’entendis hurler. J’avais sursauté comme jamais, c’est qu’elle avait réussi à me faire peur, la conne.

« Mais merde, c’est moi ! »

Exaspéré par ses enfantillages, je l’attirai contre moi. En la serrant dans mes bras, j’espérais lui apporter un minimum de réconfort. Contrairement à elle, je n’avais pas spécialement peur. Je ne comprenais rien à ce qui nous arrivait, mais peur ? Non. Je voulais comprendre. Et aussi me casser d'ici. Relâchant un peu mon étreinte, je revenais vers la porte. Il devait bien y avoir un interrupteur le long d’un des murs… A tâtons, je cherchais ce Graal de la lumière. Et enfin, il y eu un clic. La lumière envahit la pièce avec une demi-seconde de décalage. Et je les vis. Avant que Mo’ ne se retourne, j’attrapai ses épaules pour la ramener contre moi, m’assurant comme avec un enfant qu’elle ne pouvait pas voir les couples qui valsaient dans la pièce. Couples que nous n’avions absolument pas sentis, ni entendus. Couples qui dansaient dans le noir. Et surtout, couples qui avaient un aspect bien trop cadavériques à mon goût. Ils continuaient leur sinistre danse sans nous accorder un regard.

« Si je te dis que je veux qu’on sorte de cette pièce maintenant, tu me suis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Re: « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Sam 1 Nov - 21:19


La peur de ma vie. Je soufflais longtemps, j'expirais AVEC BEAUCOUP DE BRUIT et je tapais mon compagnon de toutes mes forces pour me venger de cette trouille de l'enfer. De citrouille de l'enfer. Ah. Ah. Les blagues morbides qui font un bide étaient ma spécialité.

"Tu m'as foutu une de ces peurs! J'aurais dû tenter la technique de l'opossum"

Il me prit dans ses bras et alors je me calmais enfin. J'avais vu qu'il avait sursauté comme une fillette mais je n'avais rien dit parce que je ne voulais pas toucher son égo de mâle. Et puis si tout à coup il se mettait à vraiment flipper, on serait deux pauvres idiots tétanisés dans une pièce sombre qui puait l'enfer. William me relâchait et je me détachais à contre-cœur, oui je dis contre-cœur car soudain le noir me paraissait dangereux. Il n'y avait rien de raciste à ma réflexion.

"Allume vite, stppppppppp allume vite bordel je veux savoir ce qu'il se cache dans cette pièce"

J'essayais d'habituer mes yeux à l'obscurité mais c'était vraiment trop sombre et puis tout à coup les couleurs firent leur apparition et je compris soudain l'effet que les gens avaient dû ressentir devant la première télé en couleurs. Passé  cette réflexion, je voulus me tourner pour voir l'intérieur de la pièce car je me rendis compte que j'étais tournée vers la sortie mais William m'empêcha de voir son contenu. Intriguée et surtout suspectant une manigance de mon cher ami, je

"Qu'est-ce que tu traficotes ? Je sais quand tu me caches un truc pas net ! Ça se voit dans ton regard, ta pupille droite se dilate légèrement plus que la gauche et tes sourcils se plissent exactement comme ça !"

Ennuyée, je ne savais que choisir entre écouter mon ami et suivre ses envies quitte à abdiquer mon droit de regard sur cette pièce. Ou alors, foutre un sacré froid sur notre relation en en faisant qu'à ma tête afin de subvenir à ma curiosité malsaine.

"Bon ok sortons"

Je sortis de la pièce sans me retourner et déboulais dans un endroit pas familier du tout.

"Merde Will, je crois qu'on s'est trompé de salle! Regarde moi ça, on est tombé dans la chambre de la reine Elisabeth ahahahah"

Je m'écroulais sur le lit qui ne fit aucun bruit sous mon poids. Mais je ne le remarquais pas, j'étais plus occupée à admirer la boiserie de ce lit si paradisiaque. Et soudain je me rendis compte que je m'enfonçais non pas dans le lit mais à travers le lit, je voyais défilé les couvertures puis le sur-matelas puis le matelas lui-même. J'allais atteindre le sommier quand je me remis sur mes pieds à une allure folle. Je me demandais alors très sérieusement à la manière de Sherlock (il ne manquait que la pipe) si ce n'était pas l'air de la baraque qui nous dérangeaient le cerveau. Je me rapprochais de William et chuchotais

"T'as vu ça ? Est-ce que t'as vu que mon corps entier est..." je mimais ma traversée spectaculaire à travers le lit démoniaque "C'est la grosse merde là"

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb   
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Le Manoir Fantôme » – William Hawke & Morissey Lamb
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Le Manoir Oublié
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
» William Delacroix [ Voleur ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: Divers :: Archives :: "Trick or Treat ?"-