Nous sommes en Septembre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !

 [QUÊTE] 01. La Fraternité
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

[QUÊTE] 01. La Fraternité   
Mar 3 Juin - 17:55
Semaine 05 - Jour 04

Le Roosevelt Middle School. Une simple école primaire qui avait été transformée en ce qu'on préférerait maintenant appeler une forteresse. Apparemment, ses habitants actuels étaient bien plus débrouillards que des enfants de dix ans; une immense barricade entourait l'école et aucun mort-vivant ne semblait trainer autour du bâtiment, signe de nettoyages fréquents.

Ceci était l'oeuvre d'un groupe ayant acquéri une certaine notoriété depuis le début de l'apocalypse: la Fraternité. Un groupe d'une quinzaine de personnes, la majorité étant des étudiants au lycée le plus proche. La Fraternité faisait peur car elle commettait de nombreuses atrocités au nom du plaisir. Plus de règles, wouhou.

Cependant, une scène se faisait actuellement, et ce en dehors de leurs barricades. Deux Frères (c'est ainsi qu'ils s'appelaient) s'hurlaient dessus, chacun avec un pistolet dans la main. Puis, un des deux entra par la porte de la barricade, et l'autre se mis à s'éloigner de l'école.

Il tenait un paquet dans la main. Un gros paquet. Il devait apparemment aller le livrer à quelqu'un...

La Fraternité « vendait » ses services. Il était possible qu'ils protègent votre groupe à condition que vous les nourissiez, ou il était possible qu'ils vous donnent de la nourriture ou des médicaments si ils avaient besoin de quelque chose en échange. Le paquet que contenait l'homme devait contenir de la nourriture ou un lot important de médicaments.

La ''volatilité'' du groupe était problématique et plus d'un mois dans cet apocalypse les avaient clairement affectés. Ainsi, aller les voir pour leur demander de l'aide devenait de plus en plus dangereux et des histoires de meurtres et de viols traversaient le quartier depuis quelque temps.

Règles et rappels
Petites précisions


Plusieurs approches sont possibles dans cette quête et vous être libres d'action. Cependant, n'oubliez pas que cette quête n'est pas un hors-jeu et que son déroulement aura des répercutions importantes sur Oakland et la perception qu'ont les autres survivants de vous.

Pour l'instant, votre parrain vous conseille de suivre/intercepter/tuer/ce que vous voulez le Frère au Paquet. Si vous vous sentez assez courageux pour attaquer la forteresse ou dire que vous voulez rejoindre La Fraternité, vous pouvez évidemment le faire. Or, votre personnage peut mourir, ne l'oubliez pas.

Le décor de l'école est le suivant: une petite école, sur un seul étage. Au cours de la troisième et quatrième semaine, une immense barricade a été érigée autour. Elle est composée de planches de bois, de plaques de metal et morceau de mur. Elle est fait un peu à la va vite et il est donc possible de trouver des faiblesses à certain endroits.

Il y a très peu de morts-vivants aux alentours. Cependant, il y a beaucoup de morts-morts sur le sol, avec tous un point en commun; une balle dans la tête.

L'homme s'en va actuellement vers un restaurant à quelques coins de rue de là.

Déroulement de la quête
- La quête se fera en un RP, dans le présent sujet en un nombre de messages définis (en fonction de vos réactions) de 250 - 300 mots, chacun (vous pouvez faire plus tant que cela ne retarde pas la quête).
Récompenses
Le butin gagné a la fin de la quête sera réparti entre vous à la fin de celle-ci. Celui-ci peut être augmenté en fonction de vos messages (Vous pouvez gagner des points de compétence en plus, ou des points de réput' bonus etc.). Ces récompenses ne vous seront livrées qu'en cas de réussite de la quête !
- 30 points de réput' chacun.
- 20 unités de médicament à se répartir
- 20 unités de nourriture à se répartir.
- Des trucs.... secrets 8D.

Autres
- Merci de respecter le tour de Jeu : vous posterez chacune votre tour, puis ce sera à un PNJ d'intervenir (votre ordre à vous se déterminera lors du premier tour, en fonction de l'ordre dans lequel vous posterez Wink)
- Parfois, vous serez obligées de choisir entre plusieurs options ayant chacune des répercussions différentes (héhé). Pour cela, libre à vous de vous mettre d'accord par MP ou dans le topic de gestion de la quête, qui vous est dorénavant réservé, ou tout autre moyen de communication. Si ce passage vous semble flou, ne vous inquiétez pas, je vous expliquerai tout plus en détail au fur et à mesure.
- Faites bien attention, je vous rappelle que vos actions auront une répercussion sur le RP "normal". Donc, faites attention à vos fesses, une blessure serait regrettable Smile
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
35/110  (35/110)
Barre de Faim:
30/100  (30/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 38
Age : 22
Liens importants :

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Ven 6 Juin - 17:42

La Fraternité


Après avoir quitté William et retrouvé Kaitlynn, la veille de notre arrivée devant cette école aux airs lugubres entourée de cadavres, nous avions rencontré un pauvre gars. Il s'appelait Sam, et il venait tout droit d'ici. Le bonhomme nous avait mis des paillettes dans les yeux à Kait' et à moi, en nous racontant qu'un groupe de survivants organisé avait élu domicile dans le quartier. Personnellement, j'avais arrêté d'écouter à la phrase « il y a un groupe de survivants à l'abri ». Et bien alors ? Qu'est ce qu'on attendait pour y aller ?! Je me voyais déjà en train de boire une bonne bière fraîche en me relaxant enfin pour la première fois sans avoir peur qu'un truc louche et grognon me fonce dessus pendant que je pense à autre chose. Ah, on est d'accord, c'est tentant hein ? Bon ok, j'avais peut-être une vision du camp de survivants un peu idéaliste, mais c'était l'idée : le mot abri déclanchait une sorte d'hystérie euphorique dans mon esprit.

Seulement, le bonhomme avait rapidement nuancé son propos en expliquant que ce groupe, majoritairement constitué de petites racailles irrespectueuses en puissance, prônait surtout la violence et le désordre. Ah flûte, rien à voir avec ma vision de la bière fraîche donc... Et puis en aillant tout juste le temps de nous confier l'emplacement exact de cet endroit faussement idyllique, le pauvre Sam nous avait quitté de la plus terrible des façons : rageux, bouillonant et affamé. Et oui, le pauvre gars avait été mordu. Qu'il repose en paix.

S'en était suivi une longue discussion très réfléchie entre Kait' et moi (le cadavre de Sam étant resté particulièrement passif dans le dialogue), jusqu'à ce que l'on décide finalement d'y jeter un coup d'oeil, discrètement avait martelé la pompier. J'avais rêvé de bière fraîche, de soleil et de tranquillité toute la nuit.

Aussi, quelle n'est pas ma déception en observant de loin ce sombre tableau d'un air un peu septique. Deux petits bonhommes se disputent devant l'entrée, sans grande discrétion, agitant leurs bras et montant la voix sans s'inquiéter des éventuels prédateurs aux alentours. « Tu crois qu'il y a une limite d'âge pour entrer ? » Je questionne Kait' en chuchotant pour ne pas nous faire remarquer, mais je ne suis tellement pas sûr de la réponse que je me sens obligé de la poser.

Soudain, l'un des deux ados s'éloigne de la macabre structure avec un paquet entre les mains tandis que l'autre y pénètre. « Et si on lui demandait, à lui ? » Je suggère à Kait' en continuant d'observer discrétement le "Frère". Lui sauter dessus pour l'assailir de questions, ça n'était peut-être pas la meilleure méthode, surtout en considérant qu'il était armé d'un pistolet et qu'il était sans doute prêt à en faire usage sur toute forme zombiesque qui s'approcherait de lui... Mais alors quoi ? On lui hurlait « Bonjour et paix, mon ami ! » de loin jusqu'à ce qu'il accepte de tailler la bavette avec nous..? Y avait-il seulement un fou assez fou pour tenter cette folle folie ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Sam 7 Juin - 8:20

« Une limite d’âge ? » Après tout, pourquoi pas ? Comme la jeune femme n’était pas dans les petits papiers des jeunes contrôlant ce coin, elle ne pouvait pas répondre, aussi se contenta-t-elle d’hausser des épaules. Si ça ne tenait qu’à elle, il n’y aurait pas de limite d’âge dans un groupe, puisque chaque survivant pouvait être doté de capacités utiles pour le groupe. Un vieux briscard avec de l’expérience valait largement dix jeunes en pleine crise d’adolescence avec les hormones en ébullitions. Ceux-là néanmoins étaient utiles pour tout ce qui était physique qu’un homme ou une femme âgée n’était plus forcément en mesure de faire. Bref, tout le monde avait du potentiel. Mais bon, il n’était pas temps de discourir intérieurement pour savoir s’il était légitime d’instaurer une limite d’âge dans un groupe. Alexander et Kaitlynn étaient planqués à bonne distance de l’école transformée en forteresse, observant les alentours, ainsi que les deux jeunes gens plantés devant l’édifice, apparemment entrain de se disputer. Le fait qu’ils portaient tous deux des pistolets n’avait rien pour rassurer notre ex-pompier reconvertie en survivaliste (et parfois nounou avec Alexander, faut bien le reconnaître). Rapidement, les deux types se séparèrent et celui avec le paquet prit la direction opposée à l’école. Il partait. Nouvelle intervention d’Alexander qui suggéra qu’ils aillent lui demander des informations.

Les propos de Sam revinrent dans la mémoire de Kait’. Ce dernier affirmait que ces jeunes avaient créé un groupe expérimenté, dans une école mais qu’ils n’étaient pas très fréquentables. Des gosses sans repères qui s’adonnaient à toutes sortes d’exactions : le prix de la liberté et de l’anarchie. Si vous supprimiez les lois, les plus faibles trinqueraient toujours les premiers. Heureusement pour le sang froid de la brune, aucune histoire de viol n’était arrivée à ses oreilles, sinon, effectivement, il y aurait eu de forte chance qu’elle saute sur le type qui s’avançait vers eux avec son paquet bien alléchant. « Il vient de s’engueuler avec son copain, j’ai peur que si on l’approche un peu trop brusquement, il ne nous tire dessus. » Il devait en effet avoir les nerfs à fleur de peau et par conséquent, la gâchette facile. Il fallait être prudent, car se ramasser une baller dans le buffet dans un univers où la médecine se résumait à des médicaments à défaut de soins chirurgicaux, l’homme habitué désormais à sa petite vie confortable aurait tôt fait de passer l’arme à gauche en cas de blessure sérieuse. Mais est-ce qu’il fallait le laisser partir pour autant ? Après tout, il était peut être leur billet pour pénétrer cet abri.

Les deux survivants vivaient ensemble depuis presque trois semaines, et ils commençaient à se connaître. Aussi, quand le dénommé Sam leur tomba dessus pour leur raconter son histoire - même si à la base il souhaitait être aidé pour ses morsures - Alex et Kait’ avaient fini par conclure qu’il fallait aller voir discrètement ce dont il retournait. Cependant, ils n’avaient pas discuté plus que ça de ce qu’ils feraient une fois sur place. Est-ce qu’il fallait s’en prendre à ses jeunes pour leurs méfaits ? Mais tout cela n’avait été rapporté que par un type à l’article de la mort, fiévreux et possiblement délirant. Alors, est-ce qu’il fallait lui donner du crédit. Les pensées se bousculaient dans la tête de notre pompier, qui avait d’ailleurs troquée ses vêtements « officiels » pour une tenue un peu plus sobre, même si elle avait conservé le blouson pour le moins chaud et agréable. Après, le jaune, même foncé des pompiers, n’avait rien d’une couleur de camouflage quand on ne se trouvait pas dans un enclos à poussin.

« Ouais tu as raison, attendons encore un peu voir ce qu’il fait. Au pire, on le suit discrètement pour être sur qu’il n’appelle pas des copains à lui et on essaye de l'approcher ensuite. Il se sera ptet calmé. »

S’il était loin de l’école, il serait livrer à lui-même, et du coup, plus vulnérable face à deux personnes, même si son flingue équilibrait quelque peu l’équation. Aussi prit-elle le parti du cuistot, et ils décidèrent de patienter encore un peu et de le filer discrètement, autant que faire se peut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Dim 8 Juin - 11:33
Mais où pouvait-il bien être ? Lorsqu'Elizabeth était sortie de l'hôpital, elle avait tout de suite accouru chez son ex, heureusement pour elle qu'il habitait dans le quartier. Cependant, lorsqu'elle était arrivée sur les lieux, elle n'avait trouvé personne, si ce n'est ces spectres qui avaient envahi la ville et la cage d'escalier de l'appartement de son ancien mari.

Elle était repartie à la recherche de son fils. Mais où chercher ? Non pas que la mère ne sache pas où son fils avait l'habitude de traîner, mais en ces temps, il était peu probable qu'elle le retrouve chez ses amis ou au square où il avait l'habitude d'aller. Eliz était désespérée, elle avait failli à plusieurs reprises s'arrêter et craquer, mais elle tenait bon. Elle ne pouvait pas se permettre de lâcher prise tant qu'elle ne l'aurait pas retrouvé.

Désormais son unique objectif dans la vie était de retrouver son fils, vivant...ou mort. Alors qu'elle n'avait plus aucune idée où le chercher, Beth avait repensé à son école, le Roosevelt Middle School. Avec un peu de chance il y serait encore... C'est donc avec une mince lueur d'espoir qu"elle avait pris la route en direction de l'établissement public.

En arrivant vers le lieu, le sol était rempli de cadavres, on aurait dit qu'une milice était descendue dans la rue et avait fusillé tous ceux qui s'y étaient trouvés. Plus elle s'approchait et plus il y en avait, puis quand elle fut enfin arrivée elle ne reconnut pas tout de suite l'endroit. L'école était encerclée par une muraille. L'espoir se ralluma de plus belle en elle. À en voir par la nouvelle décoration des lieux, cela devait signifier qu'à l'intérêt des gens s'étaient organisés pour survivre à l'invasion.

Peut-être faisait-il parti de ces survivants ? C'est avec un nouvel entrain que Beth s'approcha de l'école. À première vue l'endroit semblait désert...ha non, un jeune était en train de s'éloigner de l'entrée. Ni une, ni deux, la mère s'avança vers lui. Elle avait ralentit sa démarche et avançait avec la main sur sa matraque, elle l'avait trouvé sur le corps d'un flic mort dans sa voiture.

En s'avança elle détailla l'inconnu, il n'était pas très vieux, ne devait pas avoir changé d'habits depuis plusieurs semaines et il tenait entre ses mains un colis.

Elizabeth étant en plein milieu de la rue, il la repéra facilement. Lâchant une de ses mains du colis, il mit celle qu'il avait libéré dans son dos et en sorti un flingue. Beth en avait vu d'autres, à tout le coup le gamin était simplement sur les nerfs. Elle s'en voulait de ne pas avoir d'abord évaluer la situation, mais elle était tellement pressée par l'idée de pouvoir retrouver son fils qu'elle n'avait pas réfléchi.

Maintenant elle se trouvait dans une situation difficile, tenue en joug par un gamin. Elle décida alors de la jouer docile, pas besoin de l'énerver davantage. Doucement elle sortit la matraque de sa ceinture, seule arme qu'elle avait, la déposa par terre tranquillement, puis elle se releva et garda les mains en l'air. Elle était désormais sans défense. Elle se permit dons de lui dire :

- Je ne cherche pas les ennuis, je suis à la recherche de quelqu'un, il est peut-être avec vous...c'est mon fils. Tu connais pas un Andrew, gueule d'ange, cheveux court et noir.

Ces propos semblèrent énerver davantage le garçon qui lui répliqua :

- On veut pas d'mère ici ! Dégage ou j'te tire dessus. Il appuya ses propos en tirant tout près de la jeune femme.

Hors de question pour Beth de partir sans avoir retourné les lieux ! Ce sale garnement n'allait pas l'arrêter !

Edit Âmes Vivantes: J'ai oublié de le préciser dans le premier message du sujet, donc j'en profite pour le dire maintenant; évitez de faire parler ou agir les personnages non joueurs. La difficulté et les acteurs de la quête sont déterminés par le parrain.

Pour ce message, ce n'est pas grave du tout, puisque je ne vous avais pas averti. À partir de maintenant, cette "règle" est posée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Jeu 12 Juin - 22:14
Voilà plusieurs jours qu'Alice et Ben s'étaient à nouveau retrouver à deux. Genni, qui leur était littéralement tombée dessus, était partie de son côté.
Cela avait fait de la peine à Alice. Dès lors, ils avaient cessé de chercher à rameuter d'autres survivants. Les jours puis les semaines passaient et il devenait de plus en plus difficile de se débrouiller à deux. Tout récemment, ils étaient revenus à leur planque : une pharmacie dans le sud-ouest du Lake Merritt. Ils l'avaient retrouvée saccagée de fond en combles et tagguée d'insultes et dessins obscènes, ainsi qu'une signature "la fraterniter". Ben grimaça à la vue de la grossière faute d'orthographe. Bien que professeur de mathématiques, il saquait les copies avec trop d'erreurs de français.
Visiblement en tout cas, il y avait un groupe qui prenait plaisir à se défouler et à se livrer à de la violence gratuite dans ce monde sans foi ni lois.
Leurs efforts avaient été réduits à néant en quelques minutes pour une poignée de jeunes écervelés et désoeuvrés livrés à eux mêmes sans aucune autorité à plusieurs kilomètres à la ronde.

Que va-t-on faire maintenant ? demanda la jeune femme.
Rien. On va continuer à aller de l'avant.

Ben chercha à lui décocher le sourire le plus rassurant, le plus optimiste possible. Il omit de dire qu'il n'avait plus de nourriture et que la faim commençait à se faire sentir. Il regretta de n'avoir pas tenu un de ces gamins sous la main pour lui filer une trempée comme il s'en se serait souvenu longtemps.

Soudain Alice se retourna et lâcha une floppée de jurons à l'attention de ces sauvages qui étaient fort heureusement autre part à cette heure. Ben dût presque la retenir qu'elle n'aille pas en courant à travers les rues pour retrouver ces auteurs. Il dût pour cela lui promettre qu'ils chercheraient dès le lendemain à en savoir plus sur eux.

C'est ainsi qu'après une nuit plus ou moins bonne, ils remontèrent la piste des tags signés. Ils s'approchaient du Roosevelt Middle School quand ils entendirent un coup de feu retentir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Ven 13 Juin - 10:20
Ginni était venue, Ginni était partie. Après son départ, pendant de longues journées, Alice et son compagnon, Ben, avaient arpenté la ville. Mais elles étaient toutes semblables, rarement de dangers, et jamais, ô grand jamais d'autre survivants qu'eux. Alice n'y croyait plus, et à mesure que l'espoir lui filait entre les doigts, elle se renfermait, étouffant l'Autre dans un étau au creux de sa tête. Elle se laissait mourir de faim, jusqu'à friser la maigreur, déjà que la nourriture se faisait rare en ce monde... Les longues semaines de fuite commençaient à muscler son corps, à l'étirer à mesure que ses maigres réserves de gras s'évaporaient. Elle s'était doté d'un uniforme scolaire et d'une veste en fausse fourrure, ce qui aurait pu lui donner un style ridicule voire comique, mais son regard halluciné et ses pommettes saillantes empêchaient le rire de naître, de toute façon il fallait combattre le froid.

Ben avait décrété que la recherche était vaine, il semblait lui aussi perdre le moral. Peut-être étaient-ils les seuls encore en vie. Alors peut-être devaient ils abandonner et mourir sans trop souffrir... Mais dès qu'Alice se laissait bercer par ce genre d'idées, l'Autre montrait les crocs et menaçait de resurgir. Elle n'en menait pas large non plus, se contentait d'affleurer la conscience d'Alice, d'une étreinte mentale et chaude, un soutien moral juste pour dire « tu ne sera jamais seule ». Mais rien n'y faisait, et Alice devenait froide et mordante.

Un jour, alors qu'il revenaient d'une longue aventure loin de leur cocon, la Pharmacie leur apparut détruite, comme traversée par un cyclone. La protection de l'entrée avait été éventrée, le peu de médicaments restant pillés et le nécessaire de survie comme les couvertures et les brosses à dents volé. Les malfrats visiblement tenaient à leur faire savoir que l'hideux nom du groupuscule était « la fraterniter ». La brune eût un spasme de colère, elle se maîtrisa et demanda d'une voix monocorde « Que va-t'on faire, maintenant ? ». Avancer. Ben avançait quoiqu'il advienne. Et Alice le suivait aveuglement.

Mais c'était chez nous !

Ben sortait déjà de l'ancien abri, mais cette pensée fut de trop, Alice flanqua un coup de poing puissant dans le mur et rattrapa Ben, qui n'avait rien vu de son geste, mais devinait sans peine sa fureur.

« Allons trouver cette bande d'enflures. »

Jamais Ben, ni personne, n'avait vu la jeune fille timide ainsi, brûlante de colère et le regard dur. Cinq semaines avaient suffit pour la changer. Cinq semaines et ce ramassis de sales gosses. Ben lui intima d'attendre le lendemain, Alice lui fit confiance. C'est l'esprit revanchard qu'elle s'endormit, d'une nuit noire et sans rêves.

Ben était un excellent traqueur, à mesure qu'ils s'approchaient de la planque de la « fraterniter », Alice bouillait. Ils allaient devoir s'expliquer devant elle et Ben, et payer. Elle allait inspecter une inscription sur un mur quand un claquement la fit sursauter violemment. Un coup de feu ! Elle s’élança dans un bel ensemble avec Ben vers l'origine du bruit.

De concert, ils se plaquèrent contre un mur pour observer une jeune femme tenue en joue par un garçon qui semblait mi effrayé, mi cinglé. Un rien, un craquement, une parole voire un geste l'aurait fait appuyer de nouveau sur la gâchette, et tuer la femme. Mais il fallait quand même se décider, un tel vacarme attirerait une horde de zombies !
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Ven 13 Juin - 20:23
J'ai le bout du doigt qui me démanche, et le paquet dans l'autre main qui me gratte. Ce serait tellement plus simple si Oz nous avait permis de tirer à vue. Mais, on peut pas. « Il y a des procédures à suivre. » Bullshit!

Si nous sommes enfin libre des lois du gouvernement, pourquoi doit-on forcément s'en créer entre nous? Les principes, la morale. Je m'en fous de faire plaisir aux autres, j'ai ma manière de faire. Le problème, c'est qu'Oz est un débile. Si je tue la pauvre maman, il va me tuer aussi. Je comprends pas comment il fait, mais il sait tout. Il se rend compte de tout, comme si tout le monde était son espion, humains, morts, rat ou corbeau. Ainsi, si je fais mal mon travail, il va le savoir pis il va se servir de ma tête et d'un pieu pour tenir les vivants loin de notre base ...

Les procédures à suivre ...

Je regarde la femme et relève mon arme vers elle. Je n'ai pas l'intention de la tuer, mais je me fais menacer. J'ouvre les yeux, grands, puis je me mets à gueuler sur elle.

« Tu veux ton fils hein? Andrew gueule d'ange cheveux noirs! Mon dieu ! Ma pauvre madame ! T'as pas une meilleure description à donner? C'est peut-être le petit sur lequel on est tous passés hier, hein?

Ce serait beau, ça? Une jolie coincidence. Tu veux venir voir? Je t'amène faire un tour chez moi. C'est comme un rencart. T'aimeras, j'suis certain. »


Je sais qu'un groupe de Frères viendra à ma rencontre. On est parmi les seuls à être armés de mitraillettes, donc on réagit aux tirs. Et Oz sait sans doute déjà ce qu'il se passe, donc ...

Je sais pas ce qu'ils voudront faire avec la femme. Je remonte mon arme vers elle, visant son coeur.

« Et puis, tu veux trouver ton Andrew. Tu peux pas dire non. Sinon, je te troue. »

Les Frères...

Je vous attends.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Mar 17 Juin - 12:39
De là où ils se trouvaient, ils n'entendaient pas ce que disait la femme. En revanche, le jeune gueulait suffisamment fort pour que sa voix porte jusqu'à eux.
La femme semblait chercher une personne, son fils. Sous la menace d'une arme, le jeune semblait vouloir l'amener à l'intérieur. L'intérieur de ?
Pas loin, il aperçut un bâtiment. Bâtiment scolaire. Barricades et fortifications de piètre construction. Ce jeune et ses compagnons disposaient là d'une planque aménagée de bric et de brac. Son ventre cria de nouveau famine.

Alice de son côté avait l'air d'avoir envie de sauter à la gorge de ce type. Mais de le voir armé et déjà menaçant face à une autre survivante, cela imposait le respect. Qu'allaient-ils faire d'ailleurs pour cette dame ? Elle était en fâcheuse posture et quelque chose laissait présager que sa situation allait sûrement empirer.

Première chose à faire, ne pas rester ainsi exposés dans la rue après ce coup de feu et ces cris (cherchait-il à rameuter du monde?). Ben tenta la première porte à portée. Elle s'ouvrit sur l'escalier d'un immeuble de logements. Ils pénétrèrent dans un appartement au 1er étage après s'être assurés qu'il était vide, refermèrent la porte derrière eux et s'installèrent discrètement à une fenêtre pour observer les événements au dehors.
Un grincement. Une partie de la barricade bougea et plusieurs hommes, pas plus vieux que celui qui se tenait au milieu de la route, en sortir.

On va pas rester sans rien faire ?

Mais Ben, comme il le présageait, aperçu un autre mouvement, à l'opposé. Un zombie, attiré par le bruit, émergeait d'une rue perpendiculaire et se rapprochait par derrière la femme, à plusieurs dizaines de mètres encore de distance.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
35/110  (35/110)
Barre de Faim:
30/100  (30/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 38
Age : 22
Liens importants :

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Lun 30 Juin - 22:05
Visiblement, Kait' en était arrivée à la même conclusion que moi : le bonhomme avait l'air plus apte à nous tirer dessus qu'à discuter tranquillement du temps maussade qu'il faisait cette semaine. C'était clair qu'il valait mieux opter pour le plan "embuscade". Y'avait plus qu'à espérer que le p'tit facteur au paquet soit pas trop vexé et qu'il retrouve vite son calme. Je le suis donc discrètement du regard en guettant le moment où l'on pourrait sortir de notre cachette-observatoire lorsque tout à coup : surprise ! Hein ? Quoi ? Que ? Comment ? Pourquoi ? Mais d'où elle sort cette dame plantée devant le gosse ? Et puis surtout, qu'est ce qu'il lui prend ? Je suis en train d'halluciner (ce qui est potentiellement possible après tout, au point où on en est avec cette histoire d'épidémie...) ou elle vient juste d'abandonner sa matraque par terre pour se rendre à l'adolescent énervé... ?

Même en tendant l'oreille, je n'arrive pas à saisir ce que la jeune femme cherche à obtenir de cette drôle de situation. Je reste donc dubitatif un instant tandis que Kait' – qui ne dit pas un mot non plus – semble tout aussi surprise d'observer pareille scène. D'un autre côté, on pourrait qualifier le spectacle de très instructif puisque, au regard de la réaction peu subtile du garçon, Sam ne nous avait pas menti à propos du côté "bad boys" de la troupe de survivants.  Lui par contre, je n'ai pas de mal à l'entendre : il ne parle pas, il hurle. Il est soit très énervé, soit très effrayé et tente de se donner un peu de consistance. D'un autre côté, c'était lui qui était armé face à une pauvre femme seule et les mains en l'air. Bon, il fallait se rendre à l'évidence, il était probablement très énervé. Notre plan embuscade tombait à l'eau, à la même occasion que mon idyllique espérance de trouver enfin un abri pacifique où se poser un instant sans s'inquiéter.

Et puis alors que j'envisage de me rouler en boule là dans mon coin en laissant toute cette frustration m'envahir comme un gosse de 6 ans qui boude, l'autre gosse – le violent – commence sérieusement à péter son câble. Alors quoi ? Je prend une grande inspiration et je me lance en lui sortant une phrase qui tue genre : « Vous avez le droit de garder le silence. Si vous y renoncez, tout ce que vous direz pourra être utilisé contre vous ! » ? Bon ok, réflexion faite ça va pas le tuer ça va juste probablement l'énerver un peu plus. Et puis je suis cuisiner, pas policier bordel ! Ca rime mais ça n'a rien à voir ! Alors bon,  je fais quoi ? J'en sais foutrement rien, je suis planté là comme un con à regarder la scène de loin et tout ce que mes neurones arrivent à penser c'est « fkehigyguf ». Alors, qu'est ce que vous voulez que je fasse ?

« Hé ! » Une minute... C'est moi qui vient de héler cet abruti armé comme ça ? Pourquoiiiii ? Vas-y Kait', assomme moi de toutes tes forces, je ne t'en voudrais jamais pour ça. Bon et ben maintenant il faut bien enchaîner hein. « Qu'est ce que tu fabriques Mary ? » Allez, de mieux en mieux, tout ce qui me venait là maintenant tout de suite dans la pire situation du monde (tout de même après une embuscade de zombies), c'était le nom de ma fiancée. On applaudit bien fort le roi de l'improvisation s'il vous plaît. Et puis histoire de me rendre un peu plus crédible – ou de m'enfoncer un peu plus, selon le point de vue – je m'avance un peu vers le duo en prenant l'air le moins menaçant possible, sans jeter un regard à Kait, sans même savoir si elle me suit ou pas. « Eh, désolé mec, on va s'en aller, ok ? » Y'a plus qu'à espérer que cette pauvre cinglée (oui parce qu'il fallait l'être pour agir comme ça !) joue le jeu et que ce sale mioche retrouve un peu son calme et nous laisse partir. Il y a des jours comme ça où je suis vraiment trop con. Je me demande pourquoi et comment je suis encore en vie tiens...

Et puis quoi ? Il y a des zombies qui débarquent attirés par le bruit ? Moi je n'ai rien vu venir... Je vous avais bien dit que j'étais trop con parfois...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Mar 1 Juil - 20:42
Alors que les deux jeunes gens étaient tombés d’accord sur le fait de regarder tranquillement sans s’exposer inutilement, les choses prirent une tournure inattendue. Une donzelle se pointa la bouche en cœur pour faire face au type qui était entrain de s’éloigner et qui aller faire l’objet de toute leur attention dans les prochaines minutes. Enfin, qui de la femme ou du jeune était tombé sur l’autre, l’important était que le dernier des deux étaient à présent entrain de la braquer et qu’il s’était mis à gueuler suite aux propos de son interlocutrice que Kait’ n’avait pu saisir. Au moins, le salopiaud collait bien à l’image que Sam leur avait dressé du groupe de jeunes qui avaient élu domicile dans l’école. Bref, la situation dérapée complètement, et il semblait de plus en plus évident à l’ex-pompier que le monde était entrain de repartir sur le mode de la loi du plus fort.

Bref.

Depuis le peu de temps qu'elle côtoyait Alex, Kaitlynn devait s'attendre à ce genre de comportement qu'on pourrait aisément qualifier de « à la con » mais non, elle ne l’avait pas vue venir, encore une fois. Ce type était incontrôlable et c’était à l’occasion d’initiative personnelle de ce genre là qu’il lui tapait sérieusement sur les nerfs. En plus il tentait d’établir un stratagème avec l’autre nana stupide qui semblait avoir de l’eau dans la tête et un sens de l’observation plus ou moins obsolète. Quoiqu’il en soit, il avait fait les premiers pas et tentait de tirer la jeune femme de se guêpier, ce qui était tout à son honneur. N’empêche que l’honneur n’aidait pas à rester en vie. Il semblait évident que la brune n’avait plus le choix. Elle ne disposait pas d’arme à feu pour protéger son collaborateur de survie (qui mettait vraiment du sien pour passer dans la catégorie ex-collaborateur de survie), et elle se voyait mal faire le tour pour essayer de chopper le mouflet par derrière. En plus de ça, elle ne savait pas s’il était vraiment seul ou pas.

Car en y réfléchissant deux minutes, c’était bizarre de s’afficher seul dans la rue de la sorte. Il ne devait s’agir que d’un leurre. Alors peut être qu’elle devait se montrer pour faire pencher la balance du nombre de leur côté. Mais avec un flingue, il restait quand même à égalité avec eux, surtout que les survivants sans armes à feu étaient quand même à une distance respectable du type. S’il gardait son sang froid, et nul doute qu’il devait en avoir pour avoir survécu jusque là, il n’aurait pas de mal à les aligner un à un sans trop de problèmes. Bref, lui foncer dessus était une mauvaise idée. Peut être faire diversion pour attirer son attention ailleurs ? Avec un peu de chance, la bonne femme au milieu de la rue en profiterait pour le neutraliser d’une manière ou d’une autre, ou peut être qu’elle se ferait fumer par l’ado et que son sacrifice servirait d’échappatoire à Alex et elle. Bref, beaucoup de conjectures et de perspectives, mais pas vraiment de solutions idéales.

Kaitlynn décida qu’il était préférable de ne pas se montrer. Au lieu de ça, elle laissa l’autre crétin faire le comédien pour s’attirer les faveurs de la dame, et fila en rampant un peu plus loin pour être sure d’être dans une position couverte où le type armé n’aurait pas le loisir de la voir. Après quoi, elle attrapa un caillou et le balança de toutes ses forces de l’autre côté de la rue, histoire de faire croire au jeune qu’il y avait quelqu’un la bas aussi. S’il le fallait, elle répèterait l’opération deux ou trois fois. Elle espérait que le cuistot en profiterait pour se remettre à couvert. Toujours est-il qu'elle n'avait pas vu le ou les zombis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Ven 4 Juil - 13:27
La tension était à son comble.

"Bon sang, il va tirer !", pensait Ben tout haut. Le jeune était plus que nerveux et avait le genre à se la jouer caïd. Il connaissait ce type d'adolescent totalement inéducable et surtout incontrolable, un rebus de la société dont on ne pouvait pas tirer grand chose d'utile pour la communauté ni pour lui même.
Et il y avait cette dame, l'image de la mère type, ce genre de personnage qui a dû lui manquer depuis la naissance. Et il y a l'autre type qui se ramène, qui se la joue cool, dans un comportement radicalement opposé au jeune. Cela ne peut qu'accentuer la tension !


"Bon sang, il va tirer !", pensait Ben, mais ne savait pas qui serait la cible ! Ne pouvaient pas, ces deux nigauds le sentirent venir ? Et le zombie qui s'approche dans leur dos. Il y eut un bruit, un objet qui cogne contre un mur. Pas assez bruyant pour détourner l'attention du jeune, concentré qu'il est sur les deux adultes qui s'avancent vers lui, menaçants bien que non armés.
Un rat acculé. Il allait faire feu c'était certain. Un drame allait se jouer maintenant.

Il jeta un oeil rapide à Alice qui semblait à travers son regard sentir la même atmosphère lourde dehors et avec un éclair de haine dans les yeux semblant vouloir annoncer un voeu de serrer la gorge de ce membre présumé de la Fraternité.
Mais il fallait agir pour les deux autres à l'extérieur, visiblement externes à ce groupuscule.

"Recules toi !".

Ben s'était relevé, avait pris le premier objet lourd à portée de main, une chaise en l'occurence, et le balança à travers leur vitre de surveillance. Le verre éclata en milliers de morceaux et alla s'étaler sur la chaussée dans un fracas soudain et prolongé.
Tant pis pour la discrétion. En espérant que cela offrirait une diversion suffisante aux autres pour agir en conséquence ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Lun 21 Juil - 23:03
Le sang de la jeune brune ne fit qu'un tour dans son corps, la tension fait battre affreusement les temps d'Alice, si bien qu'elle n'entend pas son ami, accroupit devant elle. Le gamin tient en joue une femme, il semble nerveux, les mêmes tics que cette bande qui raillait l'adolescente avant. Ils s'agitaient en groupes, les mains moitent et frétillantes pour se moquer d'elle. Derrière cette violence verbale, ils cachaient une peur féroce de cette autre Alice. Mais c'était bien avant... Avant tout ça... Et elle voulait fuir Alice, fuir ou se jeter devant l'arme et le coup fatal, sauver cette femme qui cherchait son fils ! Elle aurait aimé voir sa mère ici, peut-être pas en danger comme ça... mais peut-être si. Éprouver aussi fort l'amour maternel. Qu'elle vienne protéger la jolie Alice dans ce monde fou... Mais elle n'était pas là, Alice le sentait...

Quand le type s'amène et tire son amie, Alice pense qu'elle va tomber dans les pommes, trop d'adrénaline, de stress ! Alice serre les poings, l'angoisse a chassé la colère, tant pis pour la vengeance, un abri il y en aura d'autre  Mais elle voudrait juste que plus personne ne meurt devant ses yeux. Du sang elle en à assez vu. Beaucoup trop, si bien que certains matins, après tant de cauchemars, la brune croit que ses yeux sont teintés de carmin.

Mais d'un coup, Ben balance une chaise à travers la vitre qui se fissure dans un fracas insensé. La fraction de seconde d'après semble vide, le moindre son est absent, comme si le monde entier est trop abasourdi pour émettre le moindre décibel, il reste figé dans son silence. Puis le temps reprend son cours avec la chute bruyante des éclats de verre.
Quel con !

« Ben ?! Mais enfin ?! »

Sans trop tarder, de nouveau clairvoyante et en pleine possession de ses esprits, Alice sort de leur cachette et s'élance entre les deux personnages et l'arme, pas question de voir du sang à nouveau...

« Et si... on partait ?! Vite ! Maintenant ! Dégageeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeez !!!»

Sans rien ajouter en plus, Alice passe à côté des gens et file ventre à terre en faisant un grand signe à Ben. Ça ne tarderait pas à puer le zombie, et puis, maintenant ils allaient tous avoir cette Fraternité au dos...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Mer 23 Juil - 21:58
Les mains toujours en l'air, les cris de l'adolescent me laissent de marbre, je ne cille pas. Lorsqu'il pointe l'arme sur moi, je ne recule pas, je ne le peux pas ! Cependant je ne suis pas folle, enfin il me semble, je ne peux rester ainsi à attendre qu'il se décide sur le sort de ma vie. Alors que je commence à m'avancer vers lui tout doucement pour essayer de le désarmer, un cri retentit dans la rue. Un homme appel une certaine Mary.

Sortit de nul part, il s'avance vers nous, proche de la trentaine, il arbore un barbe de plusieurs jours et semble s'adresser à moi. Je ne saisis pas tout, il me confond avec quelqu'un ! Il doit être à la recherche de sa femme ou d'une personne proche de lui. Je préfère me taire. Le goss doit désormais tenir en joug deux personnes, c'est le moment d'agir. Lui prendre son arme et...ensuite on avisera. Tout ce qui compte c'est de le retrouver.

Et merde, qu'est-ce qu'il se passe encore !! Un bruit de verre éclate, un homme chauve se trouve dans l'encadrement d'une fenêtre, il vient de balancer une chaise. Il leur arrive quoi ! Alors que je me croyais seule avec ce gamin, des inconnus interviennent. Pourquoi ? Depuis la contamination je n'ai croisé personne, quelques pillards ont bien essayé de me voler, mais c'est tout. Rien que des rats perdus.

Eux...ils semblent différents. Surgissant de nul part, une troisième personne se joint à nous, courant vers nous, puis nous dépassant. Elle nous ordonne de partir.

Depuis l'arrivée des spectres, nombreuses sont les personnes que j'ai déjà vu courir de la sorte, ils ne doivent pas être loin. J'échange un regard avec l'adolescent et l'homme qui nous a rejoins, je crois qu'on a tous compris. Le coup de feu et la vitre brisée ont attiré des mort-vivants.

Là ! C'est maintenant ! Je me jette sur l'enfant, lui attrapant le poignet et retournant son bras, il est quelque peu déséquilibré et manque de tomber. Il a lâché le colis et le pistolet a volé à plusieurs mètres en arrière. Je m'élance alors pour le ramasser, il est à une trentaine de mètres de nous.

C'est alors que je suis prise de vertige, on me dépasse je crois. Je me stoppe net, ma vue est brouillée. Depuis la fin du monde, je ne manque presque pas, ce doit être la faim qui se fait ressentir. Rien de grave, mais cela m'aura empêcher de récupérer l'arme. Faite que le gamin ne l'ai pas reprise, sinon je risque de ne jamais repartir de cet enfer.

Soudain j'ai l'impression d'entendre un hurlement, doucement je reviens à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Ven 22 Aoû - 14:37
BRAD

Pauvre mère en détresse. Son moufton, Andrew, on s’en contre fou. Comme si on allait accepter un gamin au sein de la fraternité, en plus. Les gosses c’est chiant, bruyant et ça chiale à la moindre baffe. Bref. Je regarde la mère de ce pauvre gosse, pointant mon arme droit sur son cœur tout en la menaçant. Oz’ décidera de son sort, il devrait pas tarder de toute façon. J’lui trouerais bien la tête, mais c’est pas ma décision. Fichues règles à la con. Enfin… Elle est plutôt bonne, la vieille. Ma main à couper qu’Oz voudra la sauter.

« Hé, qu’est-ce que tu fabriques Mary ? »

Putain, en v’là un autre. L’envie de presser sur la gâchette par deux fois m’effleure l’esprit. Putain, ce serait plus simple. J’ferai ma livraison pépère, j’buterai qui je veux à l’extérieur.

« He, désolé mec, on va s’en aller ok ? »

Manquait plus que ça. Une détraquée et son mec. Je me retourne rapidement en direction du brun, pointant mon arme sur lui.

« NON MAIS VOUS VOUS FOUTEZ DE MA GUEULE ? Toi et la putain de mère vous allez venir avec moi. On entre pas ici sans y avoir été invité. Vous voulez qu’on vous rende service ? C’est pas gratuit, merde ! Y’a des règles a respecter. »

Personne n’entre sans permission. Personne. Mais bon, certains semblent pas avoir compris comment ça se passe, dans ce bas monde. La fraternité a ses propres règles du jeu. On rigole pas avec ça. Ma main tremble de colère, allant du petit merdeux à sa pouffe de copine. J’attends les frères. Oz devrait pas tarder, d’ailleurs.  D’ailleurs, me semble bien avoir entendu du bruit, pas loin. Je tourne la tête, rien. Mieux vaut que je montre aux deux qui commande, je me retourne donc pour hurler :

« Bougez-v… »

Merde. Pas le temps de terminer qu’une des vitres du bâtiment explose et fait un merdier pas possible. Et voilà qu’une autre brune débarque en hurlant de se barrer. Pas question, ça se passe pas comme ça, pas ici. MERDE.

OZ


J’avançe d’un pas ferme et décidé. D’ailleurs, je comprends pas comment ce putain de zombie a pu se retrouver dans la cour. Les frères et moi, on s’en débarrasse vite fait (il n’y a donc plus de zombie, si jamais). Ca m’apprendra à faire confiance à Brad, c’est un vrai merdier dans la cour. Des invités surprise, on dirait bien.

Ils ne nous échapperons pas, pour sûr. De parts et d’autres de la cour, nous les encerclons, nous sommes dix. Jeff, mon bras droit, est resté à l’intérieur. J’lui fait suffisamment confiance, à lui. On peut pas dire ça de Brad. Quel abruti celui-là. Je relève mon arme dans sa direction et, alors que je suis à une dizaine de mètres de lui, je tire. Headshot, depuis le temps que j’attendais ça. Un abruti de moins. Brad s’effondre, le sang s’écoulant lentement de sa tête.

« Alors, à qui le tour ? »

Ma voix raisonne dans la cour. D'un geste rapide, je fais virevolter l'arme que je tiens dans les mains avant de rajuster la mitraillette que je porte en bandoulière. J’espère que la joyeuse équipe d’intrus à compris le message. Faut pas déconner avec nous. Je bute qui je veux, quand je veux, de sang froid.

« Vous avez rien à foutre dans le coin. »

Les dix frères sont répartis de part et d’autre de la cour, une majorité armés. Certains tiennent fermement une mitraillette, d’autres on simplement les mains dans les poches. Qu’allez-vous faire ? !


Deux choix s’offrent à vous :


  • Fuir en escaladant les barricades et quitter les lieux sans plus de cérémonie.
  • Rester et tenter le dialogue. (ou l'attaque ? ...) Le risque à prendre est que certains d’entre vous pourraient bien se faire prendre ou se faire blesser (par tirage au sort ou selon vos actions, les cocos).




A vous de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Mar 2 Sep - 15:11
Alice avait flairé le danger, mais son bon coeur l'avait conduite droit vers cette femme et cet homme pour les alerter. Trop tard malheureusement. Un gang lourdement armé les cernait tous trois maintenant. Ils ont l'air sûrs d'eux, aucune peur ne se lit dans leurs regards quand ils se débarrassent d'un zombie égaré. L'un d'entre eux semble mener le groupe. Il prend les devants, se dirige vers celui des leurs qui avait un paquet. Ben s'attendait à une discussion entre les deux pour expliquer la situation. BANG ! Le leader avait froidement et sans un mot abattu le jeune au paquet. Etait-il des leurs d'ailleurs ? Y avait-il une affaire entre les deux ? Il ne le saura jamais. En tout cas, le message était dorénavant clair pour toutes les personnes présentes, celles au 1er rang et celles au dernier, encore planquées.
Personne ne semblait se préoccuper de sa présence. Le coup dans la fenêtre avait pu tout aussi bien être mis sur le compte d'Alice. Ben en profita donc pour rester à son poste d'observation et voir la suite des événements. D'ailleurs... Qu'allait-il advenir de ces 3 là dont sa camarade ? Le gang allait-il les abattre sous peu de sang froid ? Les questionner pour connaître les moyens dont ils disposent chacun, leurs compagnons potentiels restés en arrière ?
Seul et sans arme, Ben se sentait impuissant. Attendre et prier. C'est tout ce qu'il lui restait. Alors il pria. Pour que sa présence ne soit pas révélée ni dénoncée. Pour qu'Alice soit libre de s'en aller comme elle s'en est venue. Pour que chacun des deux groupes se sépare sans plus de sang versé.
Cela lui parait terriblement utopiste. On n'était loin d'être dans le monde des bisounours. S'ils venaient à être capturé et si lui restait caché, peut être pourra-t-il intervenir après coup.

Alors, par anticipation, il prit le temps d'observer chacun des hommes du groupe : leur tranche d'âge, leur armement, leur relation visible avec leur leader. Puis, il observa aussi les barricades protégeant ce qui semblait être leur point de ralliement. S'il devait pénétrer discrètement pour tenter une opération de secours, comment s'y prendrait-il ?

Il ne se voyait pas fuir. Pas survivre... seul.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
35/110  (35/110)
Barre de Faim:
30/100  (30/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 38
Age : 22
Liens importants :

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Jeu 4 Sep - 16:57
Bon et bien si il y a bien une chose dont je suis désormais certain, c'est que je n'ai pas raté une quelconque vocation dans la branche de la négiociation. Le rôle du pacificateur, c'est pas trop mon truc. Seulement voilà, il avait fallu que j'aille me mettre bien à portée du gamin armé pour m'en rendre compte. Bordel.

Le bonhomme s'agite, visiblement (très) nerveux et (très) énervé. Et bien voilà ce qu'on appelle une très) mauvaise journée. Il nous révèle donc peu poliment (euphémisme) son intention de nous emmener on-ne-sait-trop-où pour faire on-ne-sait-trop-quoi, mentionnant au passage l'existence de règles qui n'étaient au demeurant pas affichées sur la porte d'entrée. Cependant, il me semble plus intelligent de ne pas faire remarquer cet oubli, sous peine de les voir écrites avec mon propre sang, ou quelque chose du genre j'imagine.

Nous voilà donc dans une belle impasse (enfin belle, c'était discutable, mais on se comprend hein), et au moment où le frère se décide à gueuler à nouveau sur nous, une vitre explose un peu plus loin. Wow, qu'est ce que... ?! Je me retourne en sursaut vers la fille qui court vers nous l'air un peu surpris, et aussi amusé de constater que je ne suis pas le seul débile à venir à l'aide de n'importe qui dans cette ville. Oui bon, je sais ce que vous pensez, ce n'est pas trop le moment de trouver ça drôle, mais avouez que c'est surprenant tout de même.

M'enfin, l'ambiance de fête retombe bien vite avec l'arrivée d'un petit groupe qui nous encercle illico presto. Ah bordel, j'entends d'ici les insultes de Kaitlynn qui me rappellent combien je suis stupide et inconscient. Soudain quelqu'un tire et la détonation me fait sursauter. Bordel, je ne l'avais pas vu venir celle là. Mais le plus surprenant dans l'histoire ? Je ne suis pas mort ! Le temps de me réjouir de cette petite victoire, et c'est la surprise qui me frappe quand je constate que c'est notre gêolier-qui-n'a-pas-vraiment-eu-le-temps-de-l'être qui a pris la balle en pleine tête. Je lève les yeux vers le nouveau venu lorsqu'il se met à nous questionner bêtement. A qui le tour ? Sur le moment, j'hésite à lui désigner un mec à l'air louche qui me plait pas trop et qui est malheureusement armé, pas très loin de moi. Mais une fois encore, je ne suis pas sûr que ce soit la réponse qu'il attend.

Lorsque finalement, il affirme que l'on a rien à faire ici, je me dit que c'est le moment où tout le monde se dit pacifiquement au revoir. « On voulait juste vous demander un service, mais on ne voulait pas vous déranger hein. On va...s'en aller alors.. ? » J'ose espérer que la proposition conviendra à tout le monde. Et sinon ? Et sinon quoi ?! Et ben sinon c'est la merde ! Qu'est ce que vous voulez que je vous dise de plus ?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Jeu 4 Sep - 18:58
Est-ce qu’on en parle des idées à la con d’Alexander ? Kaitlynn avait besoin d’un psychologue pour se plaindre de son comparse d’aventure, lequel faisait tout pour se faire tuer prématurément. Autant, foncer dans le tas quand on avait à voir avec des zombis, ça pouvait passer de temps en temps étant donné que ces derniers n’avaient pas deux grammes d’intelligence, mais avec des humains, il fallait être drôlement niais. Bref, ce pécore s’était mit dans une merde noire, et maintenant, il devait penser quelque part dans sa petite tête brune que son alliée allait surement le tirer de ce mauvais pas. Son intervention caillouteuse avait fait un flop. Peut être qu’elle devrait retenter le coup en le balançant dans la gueule du bonhomme. Mais est-ce qu’elle avait la précision et la dextérité d’un hobbit dans le domaine ? Rien n’était moins sur. La jeune femme estima qu’il était temps de faire un point sur la situation, et ce qu’elle vit n’était pas pour la rassurer. L’adolescent gueulait sur les différents protagonistes.

Une vitre éclata quelque part, une autre femme s’incrusta dans la conversation. Les choses allèrent assez vite quand d’autres individus se pointèrent la bouche en cœur et armés comme des militaires. Le petit chef semblait négocier comme Bruce Willis dans le 5eme élément, et sans autre préavis, il dézingua d’une balle dans la tête le porteur du paquet. Si les yeux de l’ex pompier avaient pu sortir de leur orbite, ils l’auraient surement fait.

« Merde... »

Elle se plaqua contre le mur en étouffant son juron de terreur avec sa main devant sa bouche, horrifiée par ce qu’elle venait de voir. De sang froid, comme ça, sans broncher... C’était sur, Alex et les autres allaient y passer, et elle serait impuissante pour les sauver. Kaitlynn se redressa et passa la tête pour essayer de voir un peu ce qu’il se tramait. Elle en compta sept ou huit, sans être totalement sur de son comptage. Elle ne pouvait pas voir tout le monde, c’était évident. Que faire, que faire ? Est-ce qu’elle se manifestait pour faire diversion ? Ils étaient suffisamment nombreux pour que le leader envoie des gars à sa poursuite sans lâcher les autres. C’était donc stupide de se griller de la sorte. Y aller au culot ? Gueuler qu’ils sont cernés ? Elle ne pouvait même pas faire un tir de semonce pour faire un coup de bluff étant donné qu’elle n’avait pas d’arme à feu.

Attendre et voir ce qu’il se passe ? C’était sans doute la meilleure chose à faire. Aller se frotter à des mecs armés était suicidaires. Déjà un, c’était trop. Peut être qu’en approchant discrètement, elle pourrait planter sa hache dans le dos d’un des types, et après ? Ce n’était pas discret comme méthode d’élimination. Sans parler qu’elle allait finir comme une passoire. Finalement, elle arriva à la seule conclusion possible à tout ce foutoir : s’éloigner et survivre. Laisser Alexander se débrouiller ? C’était cruel. Au final, le brune décida d’attendre et de voir la suite des évènements. Elle n’avait pas la main et tant qu’elle n’était pas découverte, elle ne risquait rien. Il était hors de question pour elle de risquer sa peau bêtement, du coup, attendre lui semblait être la meilleure solution pour le moment. Bref, wait and see.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Sam 13 Sep - 11:42
Le cris que j'avais cru entendre n'en était pas un. Ou plutôt il s'agissait de celui d'une arme. Tétanisée, je me retourna lentement pour faire face au gamin qui quelques secondes auparavant nous tenez en joue. Déjà je louais le ciel de ne pas être celle qui avait reçu la balle. Lorsque je fus face à lui, je me retrouva en face d'une bande de gamins qui nous encerclaient, armes en main. Le petit nerveux qui nous avait retenu n'était plus là, ou plutôt, il était au sol gisant dans son sang.

J'avala difficilement ma salive. J'étais complètement sans défense, ma putain d'arme de merde au sol et pas question de fuir sans la récupérer. Oui parce que soyons réaliste, je ne pourrais décemment pas entrer en demandant simplement la permission, il me faudrait ruser pour aller voir se qui se passait entre ces murs. Personne ne dit rien, le nouvel arrivant semble nous avoir tous stoppé. Il ne peut être que leur chef, je balaye la scène du regard, ils sont bien trop nombreux et trop bien armés pour nous...

Alors que le silence régnait, le jeune homme qui m'a renommé Mary prend la parole. Toujours dans un rôle de pacificateur, il essaye de convaincre le leader de nous laisser partir. Je suis d'accord avec lui, il n'y a aucun problème, mais je dois récupérer cette arme, sans elle je suis aussi vulnérable qu'un nourrisson. Mes poings sont peut-être durs, face à ces spectres je risquerais surtout de me les faire dévorer. J'avance très lentement vers ma matraque, les mains légèrement en hauteur et en éventails pour ne pas paraître agressive.  Puis je m'adresse à celui qui semble être le chef en me baissant un peu :

- On va repartir, on s'excuse pour le dérangement. Je souhaiterais juste récupérer mon arme. Petit regard vers la matraque. Je m'en suis séparée pour montrer à votre...livreur, qu'on était pas là pour vous causer des ennuis. J'aimerais la récupérer, les rues ne sont pas sûres ces derniers temps.

Pendant ce temps les gamins se sont éparpillés, surement ont-il eu peur de recevoir eux aussi une balle. Ils nous encerclent toujours et tiennent fermement des mitraillettes. Ils sont si jeunes, mais leur visage semble être celui d'un adulte, leurs traits sont tirés, aucune expression ne se lit sur leur visage. Que a-t-il bien pu leur arriver pour qu'ils soient ainsi ?

Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi le gamin repose au sol, le crâne explosait. Celui qui est face à nous me ferait presque peur, non, il me fait peur. La ville a tellement changé, certaines personnes sont revenus à l'état de sauvage, comment les gens ont-ils pu changer aussi radicalement, aussi vite.

Pourtant, peu importe le frisson qui me parcoure l'échine quand mes yeux se portent sur l'inconnu, j'ai toujours en tête de rentrer pour aller voir si mon fils n'y est pas. Cependant, il va falloir trouver un chemin sûr pour cela et le portail est loin d'être la meilleure voie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Lun 22 Sep - 22:50
Alice n'était pas une tacticienne. Elle n'avait jamais été formée aux guérillas urbaines. Ni aux zombies. Ni à la faim. Ni à rien. Alice était, et aimerais être toujours, une putain de lycéenne paisible/normale/y'apasd'embrouillenidezombards. Schizophrène certes, mais pas chiante. Alors la gamine avait du mal à gérer ses nerfs, ceux des autres et puis ceux de sa compagne de tête. Ça faisait trop. L'image qui s'imposait en elle était celle d'une autruche courant en rond, la tête dans le sable ou dans un mur. Bizarrement, cette image lui plaisait, quelle belle vie que celle de l'autruche. Décérébrée mais heureuse.

Alice, hé, oh !

Une secousse mentale accompagne le cri muet. Bon, ok, la brunette devrait se secouer les puces, ou les poux et chercher une bonne idée. Genre une vraiment bonne. Celle qui mérite tous les prix Nobels et les médailles Fields. Le coup de siècle, celui avec un grand « LE ». Le seul soucis avec ce genre de récompense, c'est que c'est des génies qui l'obtiennent. Pas Alice Dean, la dernière des mortelle, le plouc du village et ses tresses brunes à vomir de banalité...

Alice putain ! Concentre toi !

En vérité, la sage Alice ramait comme une folle, elle pédalait dans la semoule, ou dans la cervelas éclaté. Puis qu’actuellement elle retenait farouchement son déjeuner de l'avant veille dans son appareil digestif, histoire de ne pas maculer le sol hémoglobiné de sucs gastrique.

Non seulement voir un gamin se faire refroidir comme ça l'avait profondément secouée, c'était le premier meurtre gratuit qu'elle voyait, mais en plus, le poids du danger faisait s'affaisser ses épaules. Le coup de feu résonnait inlassablement dans les oreilles, et le sang commençait à sillonner entre les pavés, juste dans son champ de vision, dirigé vers le bas. Bientôt, sa nuque voûtée pu s'émerveiller du chemin rectangulaire de la marée de sang, elle emporta cette dernière image en heurtant le sol de sa tête.

Alice venait juste de tomber, sonnée par la peur et le goût métallique du sang dans son nez. Le coup violent de son visage contre le pavé l'avait efficacement réveillée. La douleur la plongeait dans un coma ouaté et pourtant très ouvert sur la réalité. Elle était consciente mais s'en fichait. Elle gisait là, observant le sang continuer sa route carmin. C'était magnifique. La jeune femme serait restée là si elle n'avait pas été dérangée par une alarme tenue au fond de sa tête.

Difficilement, elle rassemble ses bras sous elle, les tends et s'écroule à nouveau, terrassée par un mal de crâne intransigeant. Au deuxième essai, Alice se dresse sur son séant, tel un dolmen. S'appuyant toujours sur ses bras, elle se remet debout, aux côtés des otages. Son bâton bien en main, elle tente de lever le visage, un air déterminé. Enfin, elle ressemble surtout à un zombie au bord du vomissement. Surtout...

Avec une lenteur incalculée et une voix pâteuse, Alice tente de bégayer quelque chose, histoire d'ajouter sa pierre à l'édifice de connerie déjà commencé par ses amis d'infortune. Après divers « gueuh » ou « blu » la brune arrive à un « Calmez-vous... » a peu près satisfaisant. Et voilà le travail ! Elle n'a plus qu'a se faire caler une balle entre les deux yeux en pensant « même plus/pas mal ! ».

Autruche autruche autruche.



[HRP: désolée du retard, je suis lourdée dans les tours de jeu, n'hésitez pas à m'insutler en MP, histoire que j'y pense x3]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Mer 8 Oct - 9:29
Alice s'était écroulée à terre. Avait-elle été touchée ? Apparemment non. La fatigue, peut-être, l'aurait terrassée sur place. Il eût à ce moment de la pitié pour elle. Pourquoi l'avait-il laissée partir seule, au devant des ennuis ? Que devait-il faire là, maintenant ?
Les deux groupes s'observaient, se jaugeaient. D'un côté une dizaine de jeunes délinquants pour certains lourdement armés. En face d'eux, trois individus sortis chacun d'une rue différente et dont deux adultes. Le premier groupe avait montré rapidement leur capacité, leur détermination, leur credo. Ils ne savaient pas à quoi s'attendre de l'autre. C'était le status quo. Il ne manquerait qu'une étincelle pour mettre le feu aux poudres. Ben n'avait pas envie d'allumer la mèche. Mais il ne devait pas abandonner Alice, il ne pouvait pas.

Bon, j'arrive ...

Ben quitta sa position, l'appartement, l'immeuble. En sortant dans la rue, la porte grinça derrière lui ne manquant pas d'attirer l'attention de tout le monde. Il tira sur les pans de son veston pour l'ajuster correctement et laissa pendre ses bras le long du corps, cherchant à se montrer le moins hostile possible. Il afficha un sourire contrit, fixa son regard sur Alice qui s'était relevée entre temps, et avança d'un pas lent mais déterminé, évitant de poser les yeux sur aucun autre.
Alors qu'il se rapprochait du cercle des "frères" et maintenant son regard au sol, il marmonna des "Bonjour" et des "Excusez moi. Pardon." tout en présentant ses paumes ouvertes en signe de paix, puis en tendant un doigt vers celle qu'il venait chercher.
La sueur au front, il s'était rapprochée d'elle. Il jeta un regard rapide au caïd de la bande. On s'en va.
Sans attendre de réaction, il passa la tête sous le bras d'Alice. C'est alors qu'il fut secoué d'une forte quinte de toux, manquant de s'écrouler à terre avec sa protégée.

D'une voix éraillée, il s'adressa aux deux autres pris en tenailles par le groupe hostile : Vous pouvez m'aider ?

Une goutte de sang perlait au coin de sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
35/110  (35/110)
Barre de Faim:
30/100  (30/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 38
Age : 22
Liens importants :

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Sam 11 Oct - 15:25
Tandis que la maman brune demande à récupérer son arme avant de le faire (sage comportement), je m'occupe en fixant celui qui avait l'air de donner les ordres, guettant le moindre geste brusque. En fait, je le fixe avec tellement d'insitance que j'arrive presque a en oublier le cadavre qui gît à nos pieds. Oui c'est ça, j'essaye de ne pas y penser, d'effacer ce moment ultra-violent de mon pauvre petit esprit malmené et de ne pas prêter attention à cette macabre odeur de sang qui nous monte aux narines. Néanmoins, je viens d'abattre ma dernière carte. Une fois ma dernière once de grand stratège épuisée, mon esprit ne se met plus qu'à penser à une chose : Oscour oscour oscour oscour [...].

La petite brune rigolote en revanche supporte moins bien l'évènement. Elle semble prise d'un malaise et mon regard se porte sur elle. Personne ne bronche cependant, et je me demande si je ne vais pas me faire flinguer par un mec au regard franchement pas sympa à ma droite si je bouge le petit doigt. Cependant, comme animée par une seconde vie, elle semble se redresser (tant bien que mal) et ma surprise s'accompagne d'un mouvement de sourcils. Mais qu'est ce qu'elle fabrique ? Oh, je vois ! Elle tente de leur parler en langage zombiesque. D'un autre côté, il est vrai que leurs petites cervelles de moineaux violents comprendraient probablement mieux ainsi. Finalement, elle réussit a leur intimer l'ordre de se calmer. Ben pourquoi ? Ils ont tous l'air très calmes non ? D'ailleurs, c'est bien ça qui dérange. Le pauvre gosse tué par leur chef, ça ne les inquiète pas ces abrutis ?

Finalement, histoire de rajouter une ultime touche de piquant à la journée, un autre monsieur surgit de la cachette de la petite brune pour venir lui porter secours. Eh mais qu'est ce que c'est que ce bins ?! Pendant tout ce temps je n'ai croisé que deux ou trois survivants à tout casser, et voilà qu'aujourd'hui il en sort de tous les côtés ?! On a oublié de me dire que c'était Noël en retard ? Le nouveau venu me coupe dans mon élan de réflexion lorsque prit d'une vilaine toux qui lui fait même cracher du sang (oulà il a pas l'air en forme le pauvre bonhomme !), il me demande de l'aide pour aider sa compagne de route, la brune rigolote à moitié sonnée. Aussitôt je passe l'autre bras de la jeune fille sur mon épaule pour filer d'ici là vite fait bien fait tant qu'on en a encore le temps. "Ca va vous ?" Je demande rapidement au pauvre papa (simple suggestion mais il avait l'air d'être son papa) qui n'a pas l'air de péter la forme (peut-être par compassion pour sa fille justement ?).

Mais alors que je tourne le dos au vilain petit chef, je jette brièvement un dernier regard derrière moi pour croiser son regard d'assassin. Et en cet instant, ce n'est plus la peur mais la colère qui m'anime. Il ferait moins le malin si c'était lui qui était à notre place. Je me sens désemparé, humilié et révolté à la fois. Ce sale type qui avait tué son copain, qui nous avait menacé, qui avait fait (indirectement mais quand même) tomber la petite brune rigolote et tousser la pauvre papa - et qui en plus avait l'air fier de lui après tout ça - allait devoir payer un jour ou l'autre. C'était certain. Et je quitte donc cet abruti en carressant le doux espoir de pouvoir un jour lui mettre moi-même un pain dans la tronche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Lun 13 Oct - 15:35
Les choses évoluaient lentement, mais surement. Quoique d'un côté, il valait mieux que les choses évoluent lentement, quand on voyait avec quelle rapidité le gosse avait dézingué le porteur du paquet. Il devait carburer à une drogue dure lui, ce n'était pas possible autrement. Ok, ce monde partait complètement en couille, mais ce n'était pas une raison pour devenir un assassin de sang froid de la sorte. A moins qu'il ne montrait quelques prédispositions par le passé et qu'elles s'étaient largement manifestées depuis. Qu'importe, il fallait que les gens - dont Alex - arrivent à se tirer de ce guêpier. Un autre type se pointa et aida la jeune femme qui venait de chuter. Il ne semblait pas au meilleur de sa forme non plus. Il n'attendit pas la permission pour emboiter le pas d'Alexander et filer. Soit l'ado allait les laisser partir, soit il leur tirerait dans le dos. Kaitlynn était au première loge, bien planquée sans son trou. Elle mit quelques secondes à percuter qu'ils venaient dans sa direction.  Ce n'était pas plus mal, il fallait se regrouper. La jeune femme n'était pas assez égocentrique pour éprouver un quelconque sentiment d'irritation à voir débarquer toute la clique vers elle. Ce n'était pas comme-ci elle était asociale ou quelque chose du genre. Bien au contraire. Plus il y avait d'humains normaux, meilleures étaient les chances de survie à long terme. Une multitude de cerveaux sains amenés invariablement à des dissensions de point de vue, mais pour le moment, la jeune femme brune était à des années lumières de ce genre de considération. Elle n'avait qu'une envie, qu'ils s'en sortent sains et saufs.

- Ok, venez par ici.

Kait' tendait la main vers les inconnus en restant à l’abri des débris et autres murets, proposant son aide pour les tirer vers elle. Certes, il ne la connaissait pas, aussi ponctuait-elle sa petite introduction par un sourire. Alexander ? Elle lui faisait clairement la gueule, une envie forte de lui mettre une bonne taloche derrière la tête. N'empêche, sans vraiment le reconnaître, Kaitlynn éprouvait une certaine forme de soulagement de le voir revenir. Un soulagement qui allait durer combien de temps ? Ça ....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Dim 2 Nov - 16:39
Alors que j'avais réduit la distance entre ma matraque et moi, la jeune fille affolée qui était sortie de nul part tombe au sol. Je me retourne doucement pour la voir comme tremblante, elle était si jeune. Moi j'étais habitué à ce genre de scènes, j'en avais parfois été l'auteur..., mais elle, lors de la contamination ses seules préoccupations devaient surement être les garçons et la robe à portée pour le bal de promo.

On entendit un bruit dans la rue, une porte grinça. Un homme aux rides marquées apparut. Sans la moindre peur sur son visage, il s'avança au milieu des jeunes qui venaient d'arriver. Il avait surement assisté à toute la scène à l'une des fenêtres du bâtiment. Il se dirigea d'un pas déterminé vers la jeune demoiselle et il voulut l'aider à se remettre sur pied. Moi je les regardais, je ne bougea même pas quand ils faillirent retomber tous les deux au sol à cause d'une mauvaise toux.

Non, je ne pensais qu'à cette saloperie de matraque qui n'était plus sur moi ! Et puis la pacificateur a déjà couru à leur secours. Se mettant de l'autre côté de la jeune femme. Ils commencent déjà à s'éloigner, nous tournant le dos. Une autre femme apparut et les invita à les rejoindre. Moi j'étais toujours face au gamin, au milieu de tout ces enfants surarmés. Je ne connaissais aucun des adultes qui étaient en train de partir et je ne me voyais pas m'ajouter à eux alors que je n'avais même plus de protection à offrir.

Je fis donc face au gamin, attendant sa réponse pour savoir s'il allait ou non accepter de rendre mon arme.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Survival Coins : 161
Liens importants : [url=][/url]

Voir le profil de l'utilisateur

Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Mer 5 Nov - 15:00
OZ


Ils me font chier, cette bande d'inconscients. Et en plus, ils sont de plus en plus nombreux. La brune écervelée, qui se casse la gueule lamentablement, le grand-père qui crache du sang, le copain d'la nana à la matraque... Bande de cons. Ils me font perdre du temps. J'ai presque envie de tirer dans le tas, de me marrer un coup. D'apaiser le désir qui envahit mes doigts, de presser sur la gachette. Enfin ... Ce serait trop facile, je préfère largement jouer avec eux. De toute manière, j'ai rien d'autre à foutre.

Ils vont partir. C'est ce que dit l'un d'eux. Tandis que la brune bien amochée articule péniblement un ridicule « Calmez vous. » qui m'arrache un rire sadique.

« Barrez-vous, avant que je change d'avis et que j'vous bute. »

D'un geste de tête, je désigne le corps sans vie de Brad au blondinet qui se trouve sur ma gauche.

« Occupe toi de lui. »

Manquerait plus que la cervelle broyée de cet abruti attire des mordeurs. Tandis qu'il traîne le corps sans vie de Brad dans la cour, laissant une traînée de sang derrière lui, j'observe la joyeuse famille d'idiots flipper et entreprendre de se barrer, toujours aussi lamentablement. J'ai pas de temps à perdre. S'ils se barrent, tant mieux. Ils me respectent, comme tout le monde. Ca voudrait dire qu'ils ont compris la leçon.

Tandis qu'ils s'éloignent, reste une petite insolente, qui réclame son arme. Putain. Elle tient absolument pas à sa vie, la pauvre. Mon pied se pose sur son arme dans un bruit sourd, tandis que j'éclate de rire.

« Bien sûr, et tant que j'y suis j'te file un de mes guns ? (rire). Quelle naïveté. »

Mon bras droit s'anime presque automatiquement, percutant son visage de plein fouet. Elle l'a bien mérité. Son visage est en sang, je lui ai sûrement peté le nez à la salope.

« Emmenez la salope à l'intérieur. Je réfléchirai à son sort plus tard. »

Cette fois-ci, c'est le dos de ma mitraillette qui s'enfonce entre ses côtes avec un grand crac, lui en brisant une au passage tant je mets de force dans le coup. Comment ça on frappe pas une femme ? Rien à foutre.

Deux frères restent dans la cour et patrouillent, surveillant l'école. Les autres disparaissent à l'intérieur, emportant Liz (inconsciente suite au coup violent !!). Vous avez la possibilité d'entrer par différentes ouvertures de l'école, qui est délabrée (après vous être débarrassé des gardes, cela va de soi).



A vous de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Lun 10 Nov - 12:05
Ils s'étaient éloignés de la scène, soutenant Alice. Une femme mûre les accueillit. Visiblement elle et l'homme se connaissaient.

Merci pour le coup de main. Je m'appelle Ben. Voici Alice.

L'homme leur avait apporté son aide et la femme avait tendu sa main vers eux. Ce n'était pas grand chose, mais dans ce nouvel univers, c'était beaucoup. Ils s'étaient instinctivement retournés pour voir si l'autre femme les suivait. C'était loin d'être le cas : tenant tête au groupe de délinquants, leur leader l'avait frappée au visage. Ils la trainèrent inconsciente jusqu'à l'intérieur de leur campement.
Ben n'avait pas été trop surpris du comportement du caïd, plus par l'entêtement de la femme à lui faire face. Il n'avait pas éprouvé grand chose à ce qu'elle se fasse ainsi enlevée, n'ayant eu pour l'instant que Alice à se préoccuper. Il était resté spectateur détaché comme s'il ne mesurait pas toute la réalité des événements qui venaient de se dérouler.

Une amie à vous ?

Une impression que cette femme n'était pas proche de leurs deux nouveaux camarades bien que l'homme était parti à sa rencontre en l'apostrophant. La raison lui dictait la prudence vis-à-vis d'eux. Mais il s'inquiétait surtout maintenant de la réaction d'Alice. Elle avait aussi assisté à toute la scène et avait un tempérament à ne pas supporter une telle situation. Il ne fallait pas la laisser partir trop vite toute seule, elle serait du genre à foncer tête baissée. Ben décida de prendre les devants.

Je ne connais pas cette femme, mais on ne peut pas la laisser entre leurs mains. Je n'ose imaginer ce qu'ils vont lui faire subir ... Pouvez-vous nous aider ?

Il regarda en arrière. Il ne restait plus que la trainée du sang du corps du frère qu'ils avaient tiré à eux jusque dans la cour. De celle-ci, on ne voyait rien, protégée par les barricades. Combien étaient-ils ? Quel équipement ?
Ben fit des probabilité dans sa tête : ils étaient sortis à dix. On pouvait estimer leur nombre total à au moins le double. Mais, bonne nouvelle, ils n'étaient pas tous armés et ça restait de jeunes adultes. Ce n'était pas une armée. Seule une grosse poignée d'entre eux s'avéreront dangereux. Soyons optimistes ...
Il inspecta les barricades : consolidations à la va-vite avec des planches et des plaques de tôle. OK pour des zombies, mais pour des humains, yaurait possibilité de dégager un passage. Ben était bon bricoleur, il saurait trouver cette faille s'il faisait le tour discrètement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: [QUÊTE] 01. La Fraternité   
Aujourd'hui à 14:28
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La fraternité des Red Cap
» [Evènement, Festival de la Fraternité] - La machinerie blonde est en route
» Granma Internacional rend hommage à Toussaint Louverture
» Les terribles affres de la semi-fraternité [O&J&A&T]
» [Evenement : Festival de la Fraternité !] Erza et Jerenn : Même les grands mages se font pieger par la rune switch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: Quêtes terminées / abandonnées-