Nous sommes en Septembre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !

 Forever alone (suite) - William [mai 2025]
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 274
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Lun 19 Oct - 23:55
Je suis sagement William dans les rues désertes de la ville. Il ne dit pas grand chose pour ne pas dire pas du tout. Il n'a clairement pas l'air d'avoir envie de discuter. Je dirais même qu'il fait la gueule, évitant obstinément de regarder dans ma direction et se contentant de jeter quelques regards autour de lui de temps en temps pour vérifier que le chemin est libre. Alors je glisse les mains dans mes poches et je sifflote tranquillement. Pas trop fort, parce que ce serait con d'attirer des zombies juste en essayant de combler l'affreux silence qui pèse entre nous.

Je continue de l'observer du coin de l'oeil et pas un instant il ne se détache de cette mine affreusement triste. Il a les traits tirés et les yeux gonflés, probablement à force d'avoir trop pleuré. Il n'était certainement pas préparé à vivre tout ça. Personne ne l'était, mais en particulier les civils. J'ai été entraîné pour faire face à des cas extrêmes. Lui était juste censé mener sa petite vie tranquille d'américain lambda. Je soupire en imaginant les gros yeux de mon prof de diplomatie. Et puis finalement, je m'approche un peu plus de lui. Puisqu'il a accepté de me filer un coup de main, je peux bien faire un effort aussi. "Alors, tu es ici depuis combien de temps ?" Des fois, parler des trucs douloureux, ça aide à les anethésier. Il suffit de mettre des mots dessus, de dire combien on se sent mal, et après seulement on envisage de passer à autre chose. Alors pour une fois, je mets mon humour noir qui en ont fait râler plus d'un de côté - du moins j'essaye - et je me jette à l'eau pour lui proposer une épaule sur laquelle se reposer. "Tu te débrouilles pas mal avec ça." Je fais un geste vers son hachoir en lui décrochant un mince sourire. "Fais juste un peu plus attention à tes appuis." Conseil de militaire. Si la femme avait eu un peu plus de force, il aurait probablement chuté en arrière et les choses se seraient lourdement compliquées pour lui. Alors c'est mon tour de l'aider. Je m'arrête un court instant et je lui montre. "Comme ça." Et puis l'instant suivant mon regard se pose sur un bâtiment à quelques mètres de nous. "Eh ! On y est ! Regarde !" Je pointe le bâtiment du doigt avec un sourire heureux. Ici je vais peut-être obtenir quelques réponses. Du moins je l'espère. J'essaye d'apercevoir quelque chose à travers les vitres sales mais rien. Alors je jette un regard à William. "Prêt ?" Et je me jette sur la porte pour l'enfoncer. Waazzaaaa !
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
58/105  (58/105)
Barre de Faim:
35/100  (35/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 67
Age : 21
Liens importants : La fiche
Les liens
Les rps
Les compétences
L'inventaire


Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mar 20 Oct - 0:30
Je marche, obstiné dans mon silence. Ce n’est pas que j’éprouve une quelconque rage face au militaire, mais je ne sais plus quoi dire, maintenant que j'ai balancé mon prénom et qu'il m'a donné le sien. Je n’arrive pas à détacher mon esprit un seul instant des objectifs que je me suis fixés. Retrouver mes trois amis, vivants. Alors je n’arrive pas à me concentrer sur un sujet de discussion, n’importe quel dialogue. Je l’écoute vaguement siffloter comme si l’apocalypse était le dernier de ses soucis et, si au début son air m’agace vraiment, je finis par m’y faire. Je souris, je pourrais presque me mettre à siffler aussi. Drôle de fanfare. Finalement Joshua brise le silence avant que je me décide à l’accompagner. Sa question me fait un pincement au cœur mais je ne suis plus à ça près. Je soupire, las de toute cette histoire, avant d’hausser les épaules. « Je vivais dans le nord d’Oakland. Je sais pas depuis combien de temps je suis dans cette merde mais ça a commencé quand le barrage a cédé. » Je lui accorde un sourire compatissant. Ça a été dur pour les civils, mais ça ne devait pas être marrant non plus pour les militaires. Je m’apprête à lui retourner sa question quand il commente ma technique de combat. Je ne peux m’empêcher de ricaner, je n’ai jamais appris à me battre. Tout ce que je fais, je le fais parce que j’en ai vaguement pris l’habitude, j’essaie de faire comme je peux. Alors je le regarde me montrer comment améliorer mes appuis apparemment. Si ça peut m’aider à éviter de me faire bouffer je suis preneur. « J’ai jamais vraiment appris en fait, mais encore je suis dans un bon jour… » Je vais éviter de me ridiculiser en racontant certains de mes exploits en combat. « Et toi ? Tu es là depuis quand ? » Je lui retourne sa question maintenant que j’ai livré un peu de ma vie, je suis curieux de savoir d’où il vient. Et puis peut-être qu’en déviant un peu la conversation sur lui, je pourrai éviter de parler de choses sur lesquelles je ne suis pas prêt à mettre des mots.

Et enfin, nous arrivons devant le commissariat. Nous essayons tous les deux de voir à travers les vitres mais la crasse nous en empêche. Nous n’avons plus qu’à entrer, de toute façon qu’est-ce qu’on a à perdre ? J’acquiesce d’un signe de tête quand il me demande si je suis prêt et je le vois se jeter sur la porte. Heureusement pour lui, elle cède sans trop résister dans un bruit terrible. C’est moi ou il aime les entrées tonitruantes ? J’entre juste derrière lui pour essayer de voir si rien ne va se jeter sur lui et essayer de le bouffer. « Ça te dirait pas de faire moins de bruit ? » Je souris même si j’ai l’air de l’engueuler un peu, ce n’est pas le cas. Je dis ça pour son bien après tout…

Deux pas dans le commissariat et me voilà dans toute ma splendeur. Un bout de tapis, ou je ne sais quoi qui dépasse et évidemment, c'est pour moi. Je me prends le pied dedans en voulant aller au bout d'un couloir et c'est le drame. Non content de m'étaler de tout mon long, j'embarque Joshua, premier truc auquel j'essaie de m'accrocher, dans ma chute. Et moi qui viens de lui dire de faire moins de bruit, j'ai l'air malin... Je crois que j'ai un sérieux problème d'équilibre, les appuis comme il dit. J'affiche une moue désolée et me redresse légèrement pour qu'il puisse se dégager. « Désolé... Tu vois, quand je te disais qu'avec les zombies j'ai eu de la chance je déconnais pas. »

_________________
WE COULD BE HEROES 


Dernière édition par William Hawke le Mar 20 Oct - 0:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mar 20 Oct - 0:30
Le membre 'William Hawke' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 274
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mar 20 Oct - 12:01
Mon visage s'assombrit brutalement lorsqu'il parle du barrage. Pour une fois, même moi je regrette de ne pas avoir fermé ma gueule. On a vraiment merdé ce jour là. Mes souvenirs en sont si chaotiques que je ne saurais expliquer le pourquoi du comment le barrage est tombé. Les zombies avaient brutalement surgit en masse. Nous n'étions pas assez équipés. Certains n'ont pas résisté à l'envie de fuir avant même d'essayer de faire face aussi. De toute évidence, on était pas prêts pour ça. Quand la base d'Oakland avait demandé des renforts, on s'attendait plutôt à retenir quelques citoyens agacés de se sentir pris en otage. J'inspire fort avant de soupirer. C'est triste pour les habitants, certes, mais j'ai fais de mon mieux. C'est comme ça maintenant.

Quand je lui montre la position idéale pour faire face à une confrontation directe, il m'avoue qu'il n'a en vérité jamais appris à se battre. "C'était pas censé se passer comme ça en même temps." Il n'aurait jamais du avoir à apprendre. J'hausse les épaules avant de lui lancer un rapide sourire en ajoutant : "L'instinct fait bien les choses de toutes façons." Je tente de le rassurer plus ou moins efficacement. Parce que je ne peux quand même pas m'empêcher de penser que ce serait con de mourir juste en trébuchant. Finalement, c'est à son tour de m'interroger. "Hum, après l'explosion de l'hôpital, la base d'Oakland a appelé du renfort pour établir un périmètre de sécurité autour de la ville. J'ai été appelé à ce moment là. Je viens de San Francisco." J'évite soigneusement de parler du barrage, même si je viens de révéler indirectement que j'y étais. Je me demande s'il en veut à l'armée. Dans un sens, ça serait compréhensible. Mais carrément pas légitime. Cependant, je ne laisse pas la place au débat puisque je remarque enfin le commissariat.

Tous les deux sur nos gardes, parés à une éventuelle attaque de crocs humains, je force la porte sans qu'elle oppose trop de résistance. Elle n'était probablement pas verrouillée, ou alors c'est un commissariat sacrément nullissime. Je me demande s'il reste des policiers ou peut-être des survivants ayant trouvé refuge ici. J'entre immédiatement après en balayant la pièce du regard pour m'assurer qu'aucun cadavre ne se relève en grognant. Mais alors que je me détends à peine en constatant que l'accueil est vide, j'entends les reproches de William dans mon dos. Je me retourne pour lui faire face, j'ouvre de grands yeux effrayés comme si je venais de réaliser mon erreur terrible et je mime le mot "désolé" avec mes lèvres comme si un simple murmure aurait été trop bruyant. J'avoue je me moque un peu de lui, même s'il n'a pas tort dans le fond.

Puis mon regard se pose sur une porte fermée non loin de moi, au bout d'un couloir. J'envisage alors de commencer mes recherches de survivants ou d'infos laissées à l'attention de pauvres gens comme moi par là. Mais je n'ai pas fait un pas que je sens un lourd poids me pousser dans le dos. Pris par surprise, je m'étale par terre, avec le gros machin qui me tombe dessus en prime. "Ow !" Sans réaliser sur le champ qu'il s'agit de William, je saute à nouveau sur mes pieds, prêt à cogner sur ce qui vient de m'attaquer.

Lorsque William s'excuse, je ne peux m'empêcher d'afficher un grand sourire avant de déclarer sur un ton franchement moqueur cette fois. "Ah ça oui ! Quel silence ! Un vrai ninja !" Je le salue même à la manière de Jackie Chan avant d'émettre un petit rire en lui proposant mon aide pour se remettre sur ses pieds. "Enfin quand même, je sais que l'uniforme ça fait fantasmer, mais la prochaine fois que tu te jettes sur moi, préviens moi avant steplait." Je lui jette le regard le plus sérieux du monde après ça et lui tourne le dos avant de ne plus pouvoir me retenir d'afficher un immense sourire.

Finalement, je retourne à ma tâche originale, et j'ouvre la nouvelle porte en m'engageant prudemment dans les couloirs du bâtiment. Il peut y avoir des survivants, mais aussi des putins de zombies. Tel un (VRAI) ninja, je recommence à prendre mes habitudes de mission de reconnaissance en solo et je m'avance doucement mais rapidement jusqu'à la première pièce. Je m'arrête juste devant pour voir si William a suivi, et je tends l'oreille pour tenter de perçevoir un quelconque grognement s'il devait y en avoir. Comme je n'entends rien, je fais un nouveau signe à William pour lui faire comprendre que je vais ouvrir la porte. L'instant suivant, je l'ouvre en grand et je me précipite à l'intérieur. Si il y a une quelconque menace, mieux vaut ne pas lui laisser le temps de réaliser que nous sommes là avant de lui tomber dessus. Je tourne sur moi-même en constatant que la pièce est vide. Enfin, pas tout à fait. Elle contient 2 cadavres en fait. Les deux ont la tête éclatée, et on devine aisément le scénario qui s'est joué là il y a sans doute un petit moment vu l'odeur. Le zombie a du surgir dans le bureau, surprendre le pauvre policier qui s'en est tout de même débarassé, mais qui s'est visiblement tiré une balle par la suite. Se savait-il condamné ? Probablement. Je fais néanmoins un effort pour enjamber le premier cadavre afin de rejoindre le deuxième. C'est son arme qui m'intéresse. Dans son suicide, il a laissé un fusil à pompe à ses côtés. Je l'attrape et le vérifie rapidement. Il n'a pas l'air endommagé, mais il faudra que je vérifie ça de plus près une fois en dehors de ce bureau de la mort - dans tous les sens du terme. Je farfouille rapidement les poches du décédé et un petit sourire en coin éclaire mon visage malgré le dégoût. Je glisse les munitions dans mes poches et me redresse en brandissant l'arme à la vue de William. "Maintenant on peut aller passer un coup de balai !" Même si je préférerais faire un vrai ménage dans ma nouvelle arme avant d'avoir à tirer, juste par précaution. Mais au moins, je me sens plus sûr de moi avec un fusil entre les mains, et je pourrais envoyer chier la petite voix de mon supérieur relou quand il me reprochera de ne pas avoir fait attention au matériel.

Nous essayons deux autres pièces en suivant le même procédé, mais tout ce que nous trouvons c'est des endroits vides, des tâches de sang parfois, et zéros informations. Je soupire finalement en laissant tomber mes bras le long du corps. "Mais c'est un bordel monstre dans ce commissariat !" Je râle comme si je venais pour inspecter les lieux. De toute évidence, l'endroit a subi une attaque de zombies à l'intérieur même du bâtiment. Il a peut-être même été pillé par des civils. C'est vraiment la merde... "Il faudrait trouver les radios. On peut peut-être trouver des policiers survivants en utilisant leur fréquence." C'est mon dernier espoir. Si ça échoue, il faudra se rendre à l'évidence : il n'y a plus d'autorité ici, et les survivants sont livrés à eux-même.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
58/105  (58/105)
Barre de Faim:
35/100  (35/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 67
Age : 21
Liens importants : La fiche
Les liens
Les rps
Les compétences
L'inventaire


Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mar 20 Oct - 19:56
J’ai à peine le temps de m’excuser que Joshua a déjà sauté sur ses pieds. La formation militaire sûrement. Du moins j’essaie de m’en persuader parce que moi je suis toujours à plat ventre par terre. Non mais sérieusement ça devient une habitude, River a du me contaminer. Alors que mon compagnon de la journée se fout ouvertement de ma gueule, j’attrape la main qu’il me tend avec un sourire. Je me relève et essuie machinalement mes mains sur mon pantalon, presque aussi sale que le sol. Il faudrait que je songe à trouver un endroit où récupérer de quoi me changer parce que ça commence à être critique. Je ricane à la deuxième remarque de Joshua. « Désolé, j’essaierai de me retenir mais c’est difficile. » J’affiche un sourire ironique en réponse à son regard totalement sérieux et je le suis quand il commence à marcher pour explorer le commissariat. Sans aucun bruit cette fois, parce que quand je ne m’étale pas par terre, je suis plutôt discret. Il avance avec une démarche… Bah, de militaire quoi, pendant que je marche tranquillement derrière. Le tableau doit être plutôt drôle à voir. Joshua s’arrête devant une porte et je serre mes doigts sur mon couteau. Je ne sais pas trop pourquoi il passe devant alors qu’il est désarmé mais soit. Je me tiens prêt à venir à son aide si jamais il en a besoin, même si je ne suis pas le meilleur équipier pour une mission commando.

La porte s’ouvre sans problème et je profite de ma taille pour regarder par-dessus l’épaule de Joshua. Tout a l’air calme à l’intérieur mais je ne baisse pas ma garde. Je reste dans l’encadrement de la porte pendant que le militaire fouille la pièce. Il découvre un fusil et je le regarde, méfiant l’espace d’un instant. Rappelle-toi pourquoi tu as mal William. Je me rappelle ces mots douloureux comme pour essayer de me convaincre qu’il ne faut pas que je reste avec Joshua. Pourtant il ne semble pas dangereux, c’est un type de l’armée après tout. Je chasse ces pensées de mon esprit et souris une nouvelle fois à mon acolyte. Je ne me sens pas en danger avec lui, mieux encore, sa présence apaise un peu mon esprit puisqu’il me fait penser à autre chose. Je le suis dans les autres pièces qu’il parcourt, mon hachoir toujours dans la main. Maintenant qu’il a un fusil et des munitions je ne lui sers plus à grand-chose mais je ne vais pas lui tapoter l’épaule et me casser comme ça.

Il râle à propos du manque d’ordre dans le commissariat et je secoue la tête, amusé. Il a vraiment l’air de sortir d’un autre monde où on penserait encore à ranger et à faire le ménage tranquillou. Je reprends le même ton que lui, les mains sur les hanches « Non mais c’est vrai ça, les zombies pourraient au moins nettoyer après leur passage ! Ils respectent vraiment rien… » Je ricane et recommence à marcher. Maintenant il me parle de radios… Il espère un peu trop à mon avis mais je n’ose rien dire, pour ne pas briser ses espoirs. Au contraire, je m’y accroche moi aussi. Et pourquoi pas, hein ? Ce serait bête de passer à côté d’une radio parce que je suis trop déprimé pour y croire. Alors j’hoche la tête vaguement et je traverse le couloir que nous avons déjà parcouru, pour ouvrir un nouveau bureau. J’y vais doucement, silencieusement comme pour prouver à mon nouveau compagnon que oui, parfois je sais le faire. J’ouvre et glisse un regard à l’intérieur. Apparemment rien. J’entre doucement et c’est derrière le bureau que je vois une nouvelle fois un de ces monstres infâmes. Il est à genoux en train de grignoter un cadavre qui a l’air déjà pas mal décomposé. L’odeur me prend au ventre. Je souffle et recule d’un pas alors que le zombie a l’air tout d’un coup vachement intéressé par l’odeur de chair fraîche.

[dé de réussite càc : 16 + 2 = 18. Dans le plus grand des calmes]

Je déglutis doucement, je me concentre. Je pense à ce que m'a monté Joshua. Comme ça. Je pose mes pieds comme il me l'a montré, mes jambes légèrement fléchies. J'attends, j'attends que le monstre soit assez près de moi, les dents serrées. Il se relève, il court à moitié et il m'arrive dessus en grognant, toutes dents dehors. Il est immonde mais je ne m'énerve pas, je ne bouge pas. Tous mes muscles sont tendus. Et enfin, je frappe. Un coup, un seul, comme tout à l'heure dans l'église. Le hachoir traverse la tête du zombie et il tombe par terre. Enfin, j'inspire. Je souris même.

_________________
WE COULD BE HEROES 


Dernière édition par William Hawke le Mar 20 Oct - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mar 20 Oct - 19:56
Le membre 'William Hawke' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 16
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 274
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mar 20 Oct - 21:58
Je note son regard inquiet à la vue du fusil mais je ne relève pas vu qu'il se reprend bien vite. Ca m'attriste mais je sais bien que les civils ont de moins en moins confiance en l'armée. En particulier depuis qu'elle a ouvert le feu sur certains. La gestion de cette crise est vraiment catastrophique. Je n'aurais jamais pu croire notre beau pays qu'est l'Amérique capable d'un tel échec. Mais c'est probablement pour ça aussi que les supérieurs tentaient toujours d'étouffer l'affaire et donnaient le minimum d'infos. Ils avaient du oublier en cours de chemin ce moment de leur lointaine jeunesse où on leur a martelé la tête pendant les cours de stratégie à coup de "l'information, c'est primordial sur le terrain". Enfin bref, tout ça pour dire que l'armée avait bien merdé et que je pouvais bien comprendre la peur, voire la haine de certains civils. Même si ça continue de m'attrister et que je ne vais pas approuver pour autant qu'on me tape dessus juste parce que je porte l'uniforme.

Et c'est sur ces pensées moroses que je m'agace un peu en râlant. L'endroit est tellement sans dessus dessous qu'on ne trouve rien. Pas un indice, une note, un dessin, ni même un petit post-it collé en bas d'un écran. Rien. Absolument rien. Un tsunami de zombie avait du surgir brutalement dans la ville après l'explosion d'un morceau de l'hôpital. Mais soudainement je suis pris au dépourvu par William, qui se fout ouvertement de moi en mimant le même agacement. Je pose un regard stupéfait sur lui, parce que je ne m'attendais pas à ça de sa part, et puis je ris avec lui l'instant suivant. Même si j'essuie une nouvelle déception, ça fait du bien de le faire à deux. Ca commence à m"agacer sévère de tourner en rond dans cette maudite ville sans savoir où je vais ni pourquoi. Au moins avec un campagnon de route ça devient tout de suite plus rigolo.

Finalement, William acquiesce en entendant parler de la radio et quitte la pièce où nous sommes pour en explorer une nouvelle. Je lui suis de pas très loin et je franchis le pas de la porte au moment où j'entends des grognements. Je vois William se préparer au combat et je pointe aussitôt mon arme vers le bureau, juste au cas où. Tous les sens en alerte, j'analyse une nouvelle fois chaque geste du roux pour m'assurer que le combat finira bien. Au moindre dérapage, à la moindre hésitation, je suis prêt à tirer. Aucune chance de rater mon coup d'où je suis. Le seul risque serait que le fusil soit endommagé et que je ne m'en sois pas encore aperçu. Mais en un mouvement, William règle la question. D'un geste aussi net et précis que dans l'église la première fois, il transperce le crâne du zombie. J'hésite un instant, mais en voyant le mort-vivant s'effondrer à nouveau, je baisse mon arme et jette un regard à William en prenant un air admirateur. "Bien joué soldat !" Je lui souris malgré la situation un peu glauque, et je quitte la pièce après avoir remarqué l'absence de radio ici aussi.

Je désespère de ne trouver guère plus dans ce bordel intersidéral, alors je fais les pièces suivantes avec plus de négligence, sans prendre la peine d'accompagner William dans chaque bureau. La plupart sont désormais vides de toute façon.

[Lancer de réussite pour l'observation : 19+1 = 20 (réussite totale)]

Je suis sur le point d'abandonner lorsque soudainement, au détour d'un croisement de couloir, je tombe sur un petit plan. "Alleluja ! Le ciel en a marre de nous voir tourner en rond comme des abrutis, j'ai trouvé un signe !" J'appelle William avant de me concentrer sur le dit-signe alias plan. Il me suffit de quelques secondes pour repérer la bonne pièce et mémoriser le chemin. "C'est bon ! J'ai eu une illumination divine ! En avaant, marche !! A la file indienne !" Et je m'engage d'un bon pas dans les couloirs, heureux d'enfin me rapprocher de ce dernier espoir. Lorsqu'enfin je pousse la porte des communications, c'est le même bordel qu'ailleurs. Mais au moins, aucune présence zombie n'est à signaler. Je pose mon arme à côté de moi et je me laisse tomber dans un siège avant d'enfiler un casque et de bidouiller les boutons. Je reste silencieux et concentré un instant. Je joue avec les fréquences en espérant capter quelque chose d'autre que le message d'alerte qui passe en boucle.

Finalement, au bout de quelques minutes, je balance le casque sur le bureau et me laisse tomber au fond du siège. "Blablabla restez chez vous ! C'est tout ce qu'on capte !" Je suis désemparé, désespéré et surtout profondément déçu. Sérieusement, il ne reste vraiment rien de cette maudite ville ?! Et surtout, ça signifie que je suis condamné à errer sans but jusqu'à ce qu'une nouvelle idée me vienne à l'esprit. Je soupire lourdement. "Aaarh... C'est vraiment la merde... Qu'est ce qu'on est censé faire nous ? Du tourisme ?!" Je lève les yeux au ciel et me laisse mourir dans mon siège. Me voilà désormais officiellement désoeuvré, et même probablement au chômage vu l'extinction massive de mes supérieurs. Ca valait bien la peine de s'engager tiens.


Dernière édition par Joshua Atherton le Mar 20 Oct - 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mar 20 Oct - 21:58
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 19
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
58/105  (58/105)
Barre de Faim:
35/100  (35/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 67
Age : 21
Liens importants : La fiche
Les liens
Les rps
Les compétences
L'inventaire


Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mar 20 Oct - 23:35
J’attrape un mouchoir sur le bureau, pour essuyer mon couteau, et entends Joshua dans mon dos qui me félicite pour mon exploit. Avec un sourire, je me retourne vers lui en lui servant mon plus beau salut militaire. Après un instant de répit dans notre recherche de radio, il tourne les talons pour aller fouiller le poste de police et je fais de même. Je retourne tous les tiroirs, juste au cas où, mais il n’y a que des vieux papiers. Des survivants ont déjà du passer avant nous, il n’y a presque plus rien. Je balance un nouveau dossier sans la moindre pensée pour ceux qui ont du les ranger avant quand j’entends la voix de Joshua s’élever dans les couloirs. Je passe ma tête par l’ouverture de la porte en cherchant où il est, et quand je le vois, je me dirige rapidement vers lui. Il crie encore, il n’a pas l’air de croire que vraiment, en étant silencieux on attire moins les zombies. Mais tant pis, on va dire qu’il a le droit d’être terriblement bruyant en échange de ma maladresse irrécupérable. Je m’approche de lui pour voir sur quoi il est concentré. Un plan. Ah oui, évidemment. Je le suis avant même d’avoir pu consulter le plan, il ne m’en laisse pas le temps mais j’imagine qu’il ne doit pas être bête au point de se perdre. A cause de sa stupide remarque, la chanson de Peter Pan me tourne en boucle dans la tête et je me retiens sérieusement de lui faire part de mes talents de chanteur. Je ne me souviens plus vraiment des paroles de toute façon, seulement du refrain. Et avoir quatre mots qui tournent en boucle dans ma tête, je crois que c’est pire que l’apocalypse. Je murmure pour moi-même de faire attention aux indiens, sans même comprendre d’où me vient cette intuition, cette drôle d’impression que c’est quelque chose de très drôle mais que je n’arrive pas à remettre. Alors je me remets à chanter dans ma tête.

Enfin nous arrivons dans une salle que je n’ai jamais vue. Faut dire que les civils entrent rarement ici. Joshua s’installe sur un siège alors je fais de même, à côté de lui. Il essaie désespérément de faire fonctionner la radio mais à en juger par sa tête, ça ne marche plus depuis longtemps. Bah ouais, il s’attendait à quoi ? Ce n’est pas parce qu’on n’est pas de l’armée qu’on est débiles, si les radios fonctionnaient, quelqu’un s’en serait déjà servi. Je crois. Mais je ne rajoute rien, son air de déception est déjà assez déprimant, je ne me vois pas en rajouter une couche. Et quand il ôte son casque pour se mettre à râler, je souris tristement. Evidemment que c’est la merde, évidemment que personne ne sait quoi faire. Je reste silencieux, je ne sais pas quoi dire. Et finalement j’hausse les épaules. « On est tous dans cette merde, personne ne sait quoi faire… » Sur cette conclusion inutile, je me relève et fouine un peu dans la salle. Je n’y trouve rien et finalement, en ouvrant un tiroir, je tombe sur un pistolet. Comme un gamin, je sautille et je le sors de là. « Regarde ! » J’observe ma trouvaille sous tous les angles et puis je réalise. Il n’y a pas de balles autour, rien pour le charger. Alors, dépité, je reviens vers Joshua pour lui annoncer la terrible nouvelle, l’ascenseur émotionnel qui est en train de me ravager. Et non, je n’exagère pas. « Est-ce qu’au moins il est chargé..? »

_________________
WE COULD BE HEROES 
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 274
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mer 21 Oct - 18:37
Alors que William confirme ma conclusion de la plus déprimante des façons, je soupire une nouvelle fois comme si l'on venait de me promettre l'existance la plus chiante de tout l'univers. Alors que William se lève à nouveau pour inspecter les tiroirs de la salle, je le laisse ferme et ferme les yeux. Je n'ai plus le courage de croire au miraculeux post-it qui nous indiquera le lieu d'une quelconque zone de résistance. J'ignore les bruits de papiers remués que fait William en fouillant et je me concentre sur les souvenirs de ma vie à San Fransisco. L'espace d'un instant, je m'évade. J'entends à nouveau les bruits de la ville, le klaxon du tram qui gravit les rues les plus pentues, les touristes qui s'émerveillent devant le Golden Gate Bridge, les phoques qui grognent au soleil, les vagues qui s'écrasent sur le bord de la plage...

Je sursaute presque lorsque William m'interpelle en criant, tout excité. Je le cherche du regard le temps de revenir de ma vision et j'hausse un sourcil lorsqu'il me montre un pistolet. C'est pour ça qu'il est si content ? Pendant un court instant, j'ai failli croire qu'il avait enfin trouvé un message ou une quelconque info laissée par les survivants de l'invasion du commissariat. Je l'observe en silence alors qu'il regarde sa trouvaille avec attention, les yeux pétillants. Est-ce que c'est la première fois qu'il voit un flingue ou quoi ? Je laisse William jouer avec sa nouvelle découverte pendant que je m'occupe de la mienne. Je la démonte rapidement pour vérifier que tout est en ordre et je la remonte en chargeant le tout. Me voilà l'esprit tranquille. Mais à peine ai-je fini mon oeuvre que William s'approche de moi avec un air dépité. Je l'interroge du regard sans comprendre, et soudain il m'explique la raison de cette tristesse infinie sortie de nulle part. Il n'a pas de cartouche. Je ne peux pas m'empêcher d'échapper un petit rire alors que je tends la main pour m'emparer de l'arme. D'un geste je vérifie le chargeur, et je fais une moue un peu désolé en croisant à nouveau le regard de William. "Oui... Il reste deux balles." Je m'efforce de retenir un nouveau sourire tant j'ai de la peine pour lui. Il avait l'air si content de sa trouvaille que je suis presque triste pour lui. Et puis comme il m'a questionné sur la base de l'arme, je lui jette soudainement un regard suspicieux en replaçant le magasin. "Tu sais t'en servir au moins ?"

Mais alors que je me relève pour lui redonner l'arme, je me prends les pieds dans un câble d'ordinateur ou de je-ne-sais-quoi qui traîne là. Je n'ai même pas le temps de me rattraper à quoi que ce soit que je perds complètement l'équilibre. Je suis con, mais qu'est ce que ce câble fait là aussi ?! Si ça se trouve, c'est un piège anti-humain que les zombies ont élaborés. Pour éviter de percuter le sol, dans un dernier élan d'espoir, je m'accroche à la seule et unique prise qui s'offre à ma portée : William. Malheureusement pou lui, il à l'air aussi surpris que moi et je l'entraîne dans ma chute en m'écroulant sur lui. "Aw..putin.. Désolé." Je me relève plus péniblement que la première fois, sans percevoir le moindre danger, et je tend une nouvelle fois la main à William en souriant. "Un point partout beau gosse, j'étais perdu dans tes beaux yeux." J'échappe un petit rire avant de donner un coup de pied vengeur dans le câble démoniaque. Et comme je me sens mieux une fois cette chose plus loin de moi, j'attrape une nouvelle fois le pistolet - qui a miraculeusement survécu à la chute en tombant sur un des sièges moelleux juste à côté de nous - pour le tendre à William une seconde fois. "Il doit y avoir une gravité spéciale dans ce bâtiment." J'ajoute en fronçant les sourcils, comme si j'énonçais une théorie tout à fait probable. C'est la seule explication logique face à notre lamentable échec pour tenir debout, comme tout le monde. Ou alors on est juste des loosers confirmés. Nah, je préfère ma théorie.


Dernière édition par Joshua Atherton le Mer 21 Oct - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mer 21 Oct - 18:37
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
58/105  (58/105)
Barre de Faim:
35/100  (35/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 67
Age : 21
Liens importants : La fiche
Les liens
Les rps
Les compétences
L'inventaire


Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mer 21 Oct - 21:24
Je regarde Joshua manipuler le pistolet avec des yeux émerveillés. Bah quoi ? C’est vrai, mes parents étaient des genres de hippies, mon frère et moi devions leur mentir pour une simple partie de paint ball, alors un flingue ? Jamais de la vie. Mais les temps ont changés, désolé maman, mais à ce moment précis, un pistolet ça me paraît plutôt positif. Excepté le fait qu’il n’est chargé que de deux balles. Et aussi que je ne sais pas m’en servir. Je reste debout en face de lui pendant qu’il examine l’arme avant de me poser la question fatale. Mais qu’est-ce que je pourrais dire ? Je ne vais pas mentir à propos d’une chose si facile à vérifier. « Euh… Non, pas vraiment. Enfin avec deux balles de toute façon je vais pas aller loin. » Mais un flingue, ça ne sert pas qu’à tuer les zombies hein. Enfin je veux dire, ça pourrait toujours servir si jamais ça finit mal pour moi. Je sais, il ne faut pas trop y penser, mais plus le temps passe et plus j’y pense. Et si je me retrouvais coincé dans un endroit, et si je me faisais mordre, et si j’en avais marre ? Et si, et si… Je ressens soudainement le besoin d’avoir ce pistolet, de le garder simplement pour avoir toujours la possibilité de tout arrêter si jamais j’en ai trop envie.

Joshua coupe court à mes pensées morbides en se levant. Enfin, en se levant et en s’écroulant sur moi. Je ne sais pas comment il s’est débrouillé, mais c’est son tour de tomber comme une merde. C’était bien la peine de se foutre de ma gueule. Je tombe avec lui, emportant dans notre chute la moitié de ce qui était sur les tables. Encore une fois, nous faisons un bruit épouvantable. Désespéré, je fixe le plafond. J’ai l’impression que je ne sais plus marcher depuis le début de l’apocalypse. Un sourire idiot apparaît sur mes lèvres. « Je crois que je vais rester là un peu… » Joshua se relève et je ne bouge pas jusqu’à ce qu’il tende sa main vers moi. J’ai sacrément la flemme de bouger, de toute façon on ne va nulle part. Pourtant j’attrape sa main et je ricane comme un débile à son excuse pour être tombé. Je le regarde tabasser le pauvre câble, probablement responsable de sa chute et papillonne des yeux comme un cliché de fille quand il me donne le pistolet. Encore une fois, je l’observe en le faisant tourner dans mes mains. J’essaie d’être prudent, faudrait quand même pas que je tire sur Joshua ou que je me tire dessus sans faire exprès. Je fais semblant de viser un point imaginaire avant de me tourner vers mon acolyte, en baissant mon arme évidemment. « Tu m’apprendrais à m’en servir ? Bon il reste que deux balles mais si jamais je trouve des munitions ? Ou à me battre ? » Je le regarde avec des yeux suppliants, parce que ça serait quand même vachement cool d'apprendre un peu.

Sans attendre un refus de sa part, je vais pour sortir de la pièce, pour essayer de trouver un endroit plus adapté à l'entraînement au combat ou au tir. Mais je fais à peine un pas que mon ventre se met à gargouiller terriblement. C'est la fête de la musique aujourd'hui ou quoi ? Mesdames et messieurs, venez applaudir la fanfare de l'apocalypse ! Je grogne et lâche un soupir avant de me laisser tomber dans un des fauteuils. « Bon c'est l'heure du buffet gastro ! » J'affiche un sourire et attrape mon sac pour regarder ce qui s'y trouve. Entre des conserves et des vieux trucs périmés, mon cœur balance. Une mine dégoûtée traverse mon visage, mais ce n'est pas le moment de jouer les difficiles, je crois.

_________________
WE COULD BE HEROES 


Dernière édition par William Hawke le Mer 21 Oct - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mer 21 Oct - 21:24
Le membre 'William Hawke' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé du Destin' :
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 274
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Mer 21 Oct - 23:39
Après m'avoir avoué qu'il n'y connaissait rien aux armes à feu, je le surveille d'un air attentif quand il continue de jouer avec son arme - particulièrement lorsqu'il pointe le canon vers moi. Je souris lorsque je le vois pointer une cible invisible n'importe comment. Effectivement, il risque juste de se faire mal en ratant sa cible en prime. Je retiens un petit rire moqueur en imaginant la scène. Ce serait pas très drôle en soit, mais suffisamment ridicule pour me faire rire quand même. Et puis comme s'il avait lu dans mon esprit, il se tourne soudainement vers moi et me demande de lui apprendre à tirer et à se battre. Je hausse les sourcils, d'abord surpris par la demande. Et puis finalement je retiens ma protestation au dernier moment. Il n'a pas tort. Même si je ne suis pas formateur - ça aurait été un joyeux bordel hinhin - William n'est qu'un civil. Je peux lui apprendre au moins les bases. Si ça peut l'aider à survivre un peu mieux, je ne vois pas pourquoi je lui dirais non. Que je serve un peu à quelque chose dans ce bordel apocalyptique de mes deux. Mais avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, le roux s'avance déjà pour quitter la pièce. Je fais un pas pour le suivre. Il y a probablement un endroit prévu à l'entraînement au tir, voir à l'entraînement physique. Mais avant même que j'atteigne la porte, je le vois faire demi-tour alors que son ventre gargouille. "Wow, c'est la mort instantanée que tu risques à ce stade. Il faut manger des fois mec !" Je lui fais remarquer avec un léger sourire amusé. J'ai la chance d'avoir au moins pu m'enfuir avec mon sac au moment de la catastrophe du barrage. De fait, il me reste encore pas mal de trucs qui m'ont permis de tenir jusque là. Je vais lui proposer un morceau lorsqu'il sort une boîte de maïs de son sac. Je rigole à sa remarque avant d'ajouter un "Bon appétit !" Pendant qu'il avale son maïs tranquillou, je jette un coup d'oeil dans le couloir. Toujours désert, bien. Je reviens vers William et le regarde finir sa boîte avec un sourire. "Maintenant que tu as repris des forces, va falloir que tu assures." Je lui lance un nouveau sourire, les yeux pétillants. Oui, il y a surement une raison pour laquelle je n'ai jamais été promu formateur... Et alors que l'on s'enfonce à nouveau dans les couloirs un peu obscurs de la bâtisse, un sourire un peu étrange et inquiétant s'étire sur mes lèvres.

Il nous suffit de retrouver un plan pour situer aussitôt l'endroit que nous cherchons. Nous avançons prudemment en vérifiant tous les recoins, mais il ne nous faut pas plus de quelques minutes pour y arriver. La pièce étant normalement insonorisée, nous ne risquons pas d'attirer de potentiels contaminés jusqu'à nous. Je pose mon sac sur une table qui traîne et je jette ma veste par dessus. "Alors, tu préfères commencer par le tir ou les poings ?" Je souris une nouvelle fois avec ce même air mi-amusé, mi-tortionnaire. C'est comme lui demander si il préfère un gâteau au chocolat ou des épinards. Voyons si il fait le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
58/105  (58/105)
Barre de Faim:
35/100  (35/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 67
Age : 21
Liens importants : La fiche
Les liens
Les rps
Les compétences
L'inventaire


Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 0:41
Je souris à Joshua et ouvre une boîte de maïs. Tout seul comme ça, c’est plutôt dégueu mais je n’ai pas trop le choix, je crois que c’est ce que j’ai de moins pire. A part les gâteaux apéritifs mais j’ai envie d’autre chose. J’avale tranquillement le maïs pendant que mon ventre me remercie bruyamment. Je soupire, propose un truc à manger à mon interlocuteur mais il ne semble pas avoir faim. Alors je hausse les épaules et finis la boîte. De toute manière, je ne pourrais pas la conserver au frais et bien emballée, tous les grains tomberaient au fond de mon sac et c’est tout. Je pose la boîte vide sur la table et ferme les yeux un instant, profitant du fauteuil moelleux pour me détendre le dos. Juste cinq minutes quoi, c’est vrai j’ai mal à force de dormir par terre ou dans des positions impossibles.

Finalement je me redresse et fait craquer ma nuque avant de me lever. Ok ok, cette fois je suis prêt. Je me lève et suis Joshua dans les couloirs du commissariat. Je ne regarde pas vraiment où nous allons, enfin si, mais je n’ai aucune idée d’où chercher. Alors je le suis, en serrant mon hachoir entre mes doigts et en regardant qu’aucun zombie ne nous suit. Nous arrivons devant un plan et je l’observe avant de pointer mon doigt sur une pièce qui semble être notre salle sur demande. Lààà ! Je tapote sur le plan et nous nous remettons en marche. Nous gagnons une salle qui a l’air d’être un endroit pour s’entraîner et soudainement, j’ai un peu peur. Enfin, pas vraiment peur mais j’ai pas vraiment envie de me faire tabasser gratuitement par un type que je connais depuis quelques heures. Rappelle-toi pourquoi tu as mal William. Oui oui. Je me rappelle. Machinalement, je touche la blessure sur mon bras mais je refuse de trop y penser.

Nous entrons dans la pièce et Joshua pose ses affaires sur une table alors je fais de même. J’enlève mon pull et le jette par-dessus mon sac avant de me tourner vers mon nouvel acolyte. Je hausse les épaules en réponse à sa question. J’en sais rien moi ! Je préférerais ne pas me battre et rester tranquillement à l’intérieur. Voilà ce que je voudrais. Mais puisqu’on ne peut pas, puisqu’il faut se battre pour vivre, j’essaie de réfléchir rapidement à une réponse. En admettant que j’ai envie de survivre. Evidemment, j’ai envie de choisir le tir, parce qu’avec un pistolet je n’aurais qu’à chercher des balles ici pour tirer, mais j’ai l’impression de trahir mon pauvre hachoir. Un pistolet, il faut le charger, ça fait du bruit, il faut bien viser. Alors que mon couteau est silencieux, je crois que finalement, c’est ça que je préfère. Tuer uniquement si c’est nécessaire et fuir le plus discrètement possible. Je pose le pistolet sur la table avec le reste de nos affaires et hausse les épaules une nouvelle fois. « Les poings. Enfin, le corps à corps quoi. Je crois. » Je souris, comme si je donnais une réponse importante à un test.

_________________
WE COULD BE HEROES 
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 274
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 3:33
Alors que William se débarasse à son tour de ses affaires, je fais tourner mes bras une ou deux fois pour réveiller mes muscles. Ca fait un moment que je ne me suis pas entraîné, je crains d'être un peu rouillé. Je continue de me maintenir en forme aussi souvent que possible, mais j'économise surtout mes forces. On ne vit plus avec le même confort qu'avant dans cette ville apocalyptique. Gâcher ses forces en faisant des pompes, c'est presque de la folie aux yeux de certains. Néanmoins, les compétences à la bagarre, ça aide aussi énormément en ces temps difficiles. Même si la vue de l'uniforme ou de l'arme dissuade souvent, il faut parfois se montrer plus persuasif dans une confrontation avec d'autres survivants, malheureusement. Je déplore ce manque de solidarité entre civils, mais William m'a l'air d'être un bon gars. Il est tout seul, et son regard perdu et triste n'a rien de celui d'un psycopathe prêt à assassiner son espèce. Alors l'idée de lui donner un petit coup de pouce dans cette épreuve difficile, ça me plaît bien.

Et puis il me dit qu'il veut apprendre à se battre. Ca va être amusant. Mon sourire s'élargit un peu malgré moi alors qu'il pose son pistolet sur la table en haussant les épaules. "Bon choix, bon choix.." J'échappe un petit rire discret avant d'envoyer deux petits coup de poings dans l'air en sa direction. Je me redresse avant de lui faire signe d'approcher. "Allez viens t'étirer avant. Ce serait con de te claquer un muscle en faisant le gignol." Pendant un bon moment, je lui montre comment faire travailler ses muscles. D'un part parce que ça évite de se faire mal, et puis ça rend souple, c'est la classe. Même si sur le coup, ça fait mal et ça à rien de fun. J'entends d'ici mon supérieur me hurler dans les oreilles que c'est la partie la plus importante de l'entraînement et je lève les yeux au ciel. Pour la peine, je décide qu'on est assez souple pour poursuivre l'entraînement. C'est moi le chef maintenant, nonmais. Je donne un petit coup amical sur l'épaule de William avec un sourire. "Allez, maintenant t'es prêt pour ta première leçon !" Soudain je prends mon air le plus sérieux du monde et dresse un doigt vers le ciel, comme si j'énonce quelque chose de très important. "Mais avant de commencer, n'oublie pas : à partir de maintenant, tu dois m'appeler maître, et demander pitié uniquement si tu n'es plus capable de compter jusqu'à dix sans perdre connaissance." J'avais bien dit que ce serait amusant. Mon entraînement, mes règles.

Immédiatement après, je me met en position de combat, sans lui laisser le temps de se rétracter. Il ne peut plus m'échapper maintenant. Il a demandé pour ça, il va l'avoir. "Pense à tes appuis, c'est le plus important. Si tu tombes, tu perds. Ta garde, comme ça. Et ne serre pas les poings trop fort jusqu'à ce que tu frappes." Je lui balance toutes les infos d'un coup, je lui montre quelques secondes, je lui laisse encore quelques secondes pour adopter la pause, et l'instant suivant j'attaque. A lui d'être prêt.

[Lancer de dé : Corps-à-corps = 15 + 10 = 25 (réussite totale)]

Bien évidemment qu'il ne l'est pas. Je suis un prof trop méchant, mais je n'ai aucun remord. En un mouvement, je l'envoie au sol. Heureusement, il n'est pas trop dur sur le terrain d'entraînement. Il soulève tout de même un peu de poussière, et ça fait classe, un peu comme dans les films. Je lui laisse une seconde pour reprendre ses esprits et je me penche sur lui avec un sourire un peu moqueur. "Ben alors ? T'as besoin d'une sieste pour digérer ?" Je n'ai aucune pitié. Ce pauvre gars n'a aucune idée de comment me faire face et ça m'amuse comme un petit fou. Déjà avec mes potes de l'armée, je ne refusais jamais le moindre défi. Ca m'a valu quelques belles défaites aussi des fois. Mais j'ai survécu jusque là. Néanmoins, je ne veux pas que William regrette de m'avoir croisé, alors je lui tend une main avec un sourire. Ca fait quand même la troisième fois en une journée. Et c'est pas fini.

Finalement, la conscience professionnelle me rattrape. William est là pour apprendre à survivre. On peut s'amuser, mais il ne faut pas oublier de transmettre les bases. Alors comme on m'a appris, je lui remontre comment s'appuyer sur ses jambes pour mieux pouvoir réceptionner son agresseur. Je le pousse plus ou moins violemment pour lui montrer qu'il ne se tient pas encore bien comme il faut, jusqu'à ce qu'il me résiste tout à fait. Mon visage s'illumine alors d'un sourire satisfait. "C'est ça ! Au moins si tu me vois arriver de face, tu ne tomberas pas du premier coup." J'hésite un court instant, puis je rajoute avec ce même air moqueur qui ne me quitte plus. "Peut-être pas." Je lui laisse à peine le temps de savourer cette micro-victoire, puis je remonte soudainement ma garde alors que la lueur du défi pétille à nouveau dans mon regard. "Ok, maintenant passe à l'attaque. Le mieux c'est de déstabiliser ton adversaire dès le début. Comme j'ai dis, si il tombe, tu t'assures quasiement la victoire. Je te montre." Je m'approche de lui et lui explique d'abord geste par geste comment aggriper son adversaire, comment utiliser son poids contre lui-même pour le retourner, et comment l'accompagner au sol sans se faire entraîner. Une fois que je suis sûr qu'il a bien capté, je lui fais une démo à la vitesse du live. Boum. Une nouvelle fois par terre. Je lui souris à nouveau, et je guette ce moment où il me fusillera du regard. Je suis curieux de savoir combien de temps il acceptera que je le malmène. Combien de temps il lui faudra pour céder à la colère de l'humiliation. Et surtout comment il arrivera à gérer cette colère qui peut sauver la vie. L'adrénaline, c'est la rédemption dans un combat. Mais encore faut-il savoir se contrôler au lieu de taper dans tous les sens comme un petit furieux. Sans quoi on en perd tout son avantage et on ne fait que se fatiguer comme un con, croyez-moi sur parole. Alors en surveillant attentivement ce moment où l'instinct de survie reprendrait le contrôle, je lui fait signe d'approcher avec un nouveau sourire en coin, presque provocateur. "Allez, attaque maintenant."


Dernière édition par Joshua Atherton le Jeu 22 Oct - 3:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 3:33
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 15
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
58/105  (58/105)
Barre de Faim:
35/100  (35/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 67
Age : 21
Liens importants : La fiche
Les liens
Les rps
Les compétences
L'inventaire


Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 18:42
Joshua a l’air prêt, mais moi pas vraiment. Je me suis jamais vraiment battu, je ne suis pas vraiment taillé pour ça. Pourtant en réponse aux deux coups de poing qu’il donne dans le vide, je m’approche. Il sait, nous savons tous les deux qu’il va me laminer. Il est entraîné, c’est un militaire merde. Mais je ne vais pas me laisser faire. Enfin je crois. Il me fait m’étirer et même si je ne suis pas sûr de l’utilité d’étirements si rapides, je ne dis rien, je fais. J’ai toujours été plutôt souple de toute façon. En cours de sport au lycée, on m’appelait le roseau, voilà. Parce que j’étais tout maigre, encore plus que maintenant. Je l’écoute parler avec ses grands airs, un sourire en coin aux lèvres. S’il croit que je vais l’appeler maître ou le supplier, il se met le doigt dans l’œil. Jusqu’au coude.

Il prend une position de combat, et j’essaie de l’imiter plus ou moins. J’écoute ses conseils, même s’il les débite trop vite pour que je capte tout. J’observe, le visage légèrement tendu. J’essaie de mémoriser ses gestes, de les comprendre. Mais je n’ai pas le temps de tout analyser, il m’attrape et je me retrouve projeté au sol. Je tombe dans un bruit mat en soulevant un nuage de poussière et échappe un grognement mécontent. Je commence à en avoir marre de rencontrer le sol aujourd’hui. Mais je ne suis pas énervé, pas encore du moins. J’attrape la main que me tend mon entraîneur du jour et me relève sans le quitter des yeux. Il me montre une nouvelle fois comment poser mes appuis, j’essaie encore et encore. Alors qu’il me pousse, je vacille, je pars en arrière mais je finis par résister. De mieux en mieux. Jusqu’à réussir à au moins parer ses assauts. Il se moque encore, mais je fais abstraction. Je lui réponds pas un froncement de sourcil, je plisse le nez. Qu’il se moque, qu’il se moque. Il faisait moins le malin quand les zombies étaient dans l’église.

Il remonte sa garde en je fais de même, avec des gestes moins assurés évidemment. J’ai l’impression que quand c’est moi c’est ridicule, alors que lui, ça fait classe. Il s’approche et je me méfie, mais puisqu’il me montre comment faire tomber quelqu’un, je l’écoute. Je me laisse faire pendant qu’il décompose les mouvements lentement. Et une nouvelle fois, je m’écroule au sol. Il m’a eu par surprise le fourbe. Je râle une nouvelle fois, je commence à avoir mal au dos. Je me relève, sans son aide cette fois. Il me fait signe d’approcher mais je ne viens pas tout de suite. Je respire un coup, je réfléchis à tout ce qu’il m’a dit. J’ai l’impression d’être Néo, dans Matrix. J’imagine Joshua en Morpheus et je ricane, mais je me reprends vite. Il faut que je reste concentré. Je serre les dents et je le regarde, en essayant de trouver un moyen de m’approcher de lui comme il me l’a montré. Sans m’en prendre une.

[dé de corps à corps : 3 + 2 = 5 (échec total. Hum.)]

Je crois voir un angle d'attaque, j'essaie de penser à tout, alors je m'approche. Je vais trop vite, mais j'essaie de le surprendre, comme si c'était possible. Comme un con, j'essaie de lui mettre un coup qu'il esquive sans le moindre problème. Je rage, il m'agace. J'essaie de l'attraper comme il me l'a montré juste avant mais j'ai à peine le temps de toucher son épaule du bout des doigts qu'il attrape mon bras. Et je me retrouve pas terre encore une fois. Je soupire et tape un léger coup ma tête sur le sol en signe d'agacement. Je souffle encore et j'ouvre les yeux. Il faut que je sois plus concentré. Je me force à me calmer et je saute sur mes pieds une nouvelle fois. « Encore. »

_________________
WE COULD BE HEROES 


Dernière édition par William Hawke le Jeu 22 Oct - 18:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 18:42
Le membre 'William Hawke' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 3
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 274
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 19:32
Je le vois essayer de me tenir tête au début, et ça m'encourage. Plus il tombe, plus il s'acharne, plus il échoue et plus il s'énerve. Je prends un malin plaisir à le voir s'épuiser petit à petit. Je n'ai pas besoin de l'attaquer vraiment, tant qu'il sera trop occupé par l'idée de me frapper sans se concentrer d'abord sur ses mouvements, je ne risque pas grand chose. Cette fois il se relève en ignorant mon aide, je le vois qui serre la mâchoire en boudant dans son coin, et je l'attends sans rien dire. Pas besoin de mot, je me contente de l'observer avec mon plus grand sourire. Oh oui, je suis fier de moi. Et je me contrefous de l'avis de mon supérieur qui me hurlerait fort probablement d'arrêter de faire l'enfant en tyrannisant les nouvelles recrues. Il n'empêche qu'avant de se sentir puissant, on se sent toujours faible. Ca aide à ne pas oublier ses limites.

Le roux s'approche finalement à nouveau, et se jette presque soudainement sur moi. Malheureusement pour lui, il s'agace de trop pour faire un geste précis. L'effet de surprise est gâché. Il me rate, et en plus de ça il s'est complètement livré à ma portée. En un mouvement, je le met à nouveau au sol. Je ne peux pas m'empêcher d'échapper un petit rire alors que je le vois cogner le sol - à défaut de pouvoir mettre la main sur moi. Néanmoins, il n'abandonne pas. Il s'agace, ça je ne peux pas le manquer, mais il se relève et demande à recommencer, encore. Je n'efface pas mon sourire mais lui lance un regard encourageant. La plupart des civils auraient probablement déjà laissé tomber l'affaire. Mais la détermination brille dans le regard de William. Il n'a pas l'air prêt d'arrêter, peu importe l'épuisement. Voilà quelque chose de respectable.

[Lancer de dé pour Corps-à-Corps : 13+10 = 23 (réussite totale hinhin)]

Une nouvelle fois, je laisse William venir à moi. Je croise son regard un peu agacé et je lui répond en étirant mon sourire d'un air provocateur. Allez poil de carotte, tu peux le faire. Mais une nouvelle fois, l'impatience le gagne au dernier moment, il se précipite, et se jette dans la gueule du loup. Alors qu'il s'étale une nouvelle fois à mes pieds, je me penche une nouvelle fois sur lui en prenant un air mi-dépité, mi-agacé. "Allez ! Arrête d'essayer et frappe moi maintenant !" Je le provoque toujours plus, et j'attends ce moment où il réalisera que la précipitation n'est pas la clé. "Concentre-toi !" Avant qu'il ne se jette à nouveau sur moi, je l'arrête d'un geste et je lui glisse l'ordre d'une voix moins agressive, comme un ultime conseil d'ami avant de me reglisser dans la peau de l'adversaire. Je sais qu'il peut le faire, il a le tempérament pour. C'est un survivant.


Dernière édition par Joshua Atherton le Jeu 22 Oct - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 19:32
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 13
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
58/105  (58/105)
Barre de Faim:
35/100  (35/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 67
Age : 21
Liens importants : La fiche
Les liens
Les rps
Les compétences
L'inventaire


Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 19:50
Le regard encourageant de Joshua me donne de la force. Je soutiens son regard et affiche un léger sourire. Je ne suis pas énervé contre lui, mais plutôt contre moi-même. Dans un geste théâtral, je frappe mes bras comme pour chauffer les muscles. Et puis j’arrête de jouer. Je respire profondément, et ferme les yeux un instant, pour me concentrer. Mon visage se ferme alors que j'essaie de penser une nouvelle fois aux conseils de Joshua. Allez William, bouge-toi.

[dé de corps à corps : 4 + 2 = 6. Loupé de justesse]

J'inspire une nouvelle fois, je serre les poings. Ah non, il a dit de ne pas le faire à moins de frapper. Je déplie mes doigts et replace mes appuis encore une fois, sans m'approcher de Joshua. Et puis je me sens prêt, plus ou moins. Allez, Néo-Willou. Nous avons la même référence et ça donne tout de suite un genre épique au combat. Je lève les yeux vers mon acolyte, je défie son sourire moqueur encore une fois.  Si dans Matrix il y arrive, je vais y arriver aussi hein ? Lentement, prudemment, je m'approche. Je n'ai pas peur mais je voudrais éviter de manger la poussière encore une fois. Je reste sur mes appuis, j'essaie de ne pas me jeter dans ses bras, pas comme la fois d'avant.

Une fois près de lui, je ne bouge pas, attentif au moindre de ses mouvements. Quand je frappe, je le sens se reculer, mais de si peu. Je l'ai presque touché, j'ai senti son corps s'effacer devant mon poing. Pourtant cette fois il ne m'attrape pas, j'esquive ses mains qui essaient de m'attraper encore. Je n'arrive pas à le faire tomber, ni à le frapper encore, mais il ne me fait pas tomber non plus. Il me pousse et je recule, en restant sur mes pieds. J'ai peut-être raté mon attaque, mais c'était quand même un peu moins ridicule. Encouragé par cet échec un peu moins cuisant, j'affiche un petit sourire et remonte ma garde encore une fois. Apprendre à me battre me force à ne pas penser à autre chose, et c'est tout à fait ce qu'il me faut.

_________________
WE COULD BE HEROES 


Dernière édition par William Hawke le Ven 23 Oct - 11:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Jeu 22 Oct - 19:50
Le membre 'William Hawke' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 4
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
55/120  (55/120)
Barre de Faim:
45/100  (45/100)
Réputation: 0 ; T'es qui toi ?
Survival Coins : 274
Liens importants : PRESENTATIONFICHE DE COMPETENCESINVENTAIREFICHE DE RP

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Sam 24 Oct - 3:43
Je le vois qui tente de se motiver tout seul. Il insiste, se pousse à continuer, cherche la motivation, se concentre à nouveau. Je le regarde faire sans un mot. Je l'attends, patiemment. Il s'approche beaucoup plus prudemment et je ne le quitte pas des yeux. Je le laisse venir sans bouger le moindre muscle, mon regard se fait un peu plus distrait alors que je me demande combien de fois il a du se battre pour sa vie. Depuis que je suis seul, je n'ai pas croisé grand monde, alors je me demande si la situation est si critique qu'elle ne semble l'être. Pourquoi juge t-il utile d'apprendre à se battre s'il n'avait pas de bonnes raisons ? Il s'obstine alors que le moment est clairement pénible pour lui. Je ne peux m'empêcher de me demander ce que cache ce regard.

Mes sens m'alertent au dernier moment. Tous mes muscles se tendent et je serre la mâchoire en imaginant le choc. Ca passe à peu de choses près. Je reviens à moi aussitôt. L'attaque a eu l'effet d'une douche froide et par réflexe je tente de contre-attaquer aussitôt. Mais William me glisse entre les doigts et remet une distance entre nous. Il s'est bien débrouillé, mais je suis trop concentré pour penser à le féliciter. Cette fois, c'est lui qui m'a provoqué. L'espace d'un instant, j'ai bien cru qu'il allait m'avoir.

[Lancer de dé pour Corps-à-corps : 1+10=11 (réussite de justesse)]

Cette fois je ne joue plus. Aussitôt, en réaction à cette tentative d'agression, c'est mon tour d'approcher William sans lui laisser le temps de se préparer à son nouvel assaut. Je m'avance d'un pas et il tente de s'échapper. Il a eu le bon réflexe de l'esquive, néanmoins, je suis plus rapide. Je tends le bras et le ramène brutalement à moi. Je ne retiens plus mes coups et l'envoie brutalement au sol, sans ménagement. "Mais qu'est ce que tu fous ?!" En cherchant à provoquer sa colère je m'embarque dans mon propre jeu et me penche vers lui de façon bien plus menaçante qu'auparavant. "J'aurais déjà eu le temps de te buter 15 fois ! Comment t'as fait pour survivre jusque là ?!" Je l'enfonce sans la moindre retenue, s'en est presque cruel étant donné que je suis évidemment plus entraîné que lui. Je suis curieux de voir s'il aura encore la force de me tenir tête ou si quelques menaces suffisent à le briser. Est-ce que je perds mon temps ? "Tu es sûr qu'on ne perds pas notre temps ?" Je lui pose directement la question avant de me redresser en soupirant d'un air agacé. "Vous les civils, tout ce que vous faites depuis le début c'est nous mettre des bâtons dans les roues. Vous n'êtes que des égoïstes. Et des incapables." Je l'ai regardé en prononçant ce dernier mot. Je ne sais pas trop si je pense ce que je dis ou si je joue encore un rôle pour pousser William à bout. Peut-être un peu des deux, au fin fond de moi. C'est vrai qu'au début, j'en ai voulu à beaucoup de monde. En particulier à ceux qui s'en prenaient à nous pour passer le barrage et sauver leur vie en prenant le risque de répandre le virus. Ils nous ont forcés à en arriver à ouvrir le feu. Mais ils n'y sont pour rien dans toute cette galère. On est tous aussi démunis et dépités face à ce qui est en train de se passer. Il n'est plus question que de survie, à n'importe quel prix. J'inspire fort. C'est moi l'incapable. J'aurais du mieux les protéger. Je n'aurais jamais dû avoir à apprendre les bases de l'affrontement à William. Et ça me fout la haine d'avoir si lamentablement échoué.

Je me prends vraiment la tête tout seul. Faut que j'arrête de penser. "Allez William ! Prouve moi que j'ai tort !" Je lui crie après pour éviter de m'énerver tout seul. Je suis pas sympa, mais je m'en fous. S'il craque, c'est qu'il est finalement trop faible. Je ne sais pas si j'aurais envie de l'aider. Je ne suis pas très bon pour ça. Mais j'en ai marre de voir tout ces gens dans la détresse. C'est le désespoir de l'urgence qui me met la pression. Je le pousse à bout en ignorant le résultat. Mais j'espère que ça fonctionnera pour lui, sincèrement.


Dernière édition par Joshua Atherton le Sam 24 Oct - 5:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Barre de Santé:
200/200  (200/200)
Barre de Faim:
100/100  (100/100)
Réputation: 0
Survival Coins : 1245
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Sam 24 Oct - 3:43
Le membre 'Joshua Atherton' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de Réussite' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Re: Forever alone (suite) - William [mai 2025]   
Aujourd'hui à 14:28
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Demande de kit pour Theo William
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» William Delacroix [ Voleur ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: Mai 2025-