Nous sommes en Octobre 2025 !
Pour plus d'information quant à la chronologie, c'est par ici que ça se passe !
Gagner des SC
Pensez que vous pouvez gagner des SC en votant sur les top sites (liens ci-dessous) ou en ramenant des gens !
JE VEUX DU FRIC !
Joyeuses fêtes à tous !
Tout le Staff vous souhaite de très joyeuses fêtes ! Manger comme des gros, buvez avec modération (hinhinhin) et faîtes des bisous à votre tante sexy pour nous ! <3

 Quand la réalité dépasse la fiction [23/02/2025]
Invité
Invité
avatar


Quand la réalité dépasse la fiction [23/02/2025]   
Mar 23 Fév - 0:06

Kill it with fire... Or something !


Fronçant les sourcils, l'islandais fixait la silhouette qui gémissait au sol : un homme d'une quarantaine d'année, aux cheveux et à la barbe courts, couleur poivre et sel... en assez mauvais état.

Ingvar venait tout juste d'arriver, les deux zombies n'avaient pas été une grande épreuve, ses poings s'étaient avérés plus efficace que cette selle de vélo : un "petit" crochet du droit, de quoi mettre aisément à terre qui que ce soit au vu de la force du colosse, ce qui laissait la possibilité d'écraser violemment le crâne de ces saletés morbides. Il n'y avait que ça qui marchait.

« Merci à vous... Ils m'ont pris par surprise...
- Ne parlez pas... Faut vous emmener loin d'ici. »

En plein extérieur comme ça, les choses ne risquaient pas de s'arranger. Déjà, le colosse voyait des ombres s'approcher à l'autre bout de la rue. Il y en avait vachement plus que deux... Là il ne pouvait pas jouer le super-héros. S'approchant de la victime des macchabées, il eut droit à une exclamation de surprise...

« Oh mon dieu, vous êtes un ... enfin je veux dire
- Oui oui je sais, je suis pas quelqu'un de courant... J'y ai droit tous les jours... Taisez-vous et laissez-moi vous emmener à l'abri. »

L'homme avait été mordu au flanc et à la cheville en plus de s'être vachement amoché en tombant. Ce n'était pas très beau à voir, mais le colosse n'allait pas le laisser se faire dévorer vivant. Il n'avait rien pu faire pour la personne qu'il avait aperçu en sortant de l'hôtel... Il voulait au moins se dire qu'il y avait de l'espoir, qu'il pouvait sauver quelqu'un, que tout le monde n'était pas voué à une mort atroce.

Ayant soulevé le blessé sans grande difficulté, Ingvar se pressa de s'engouffrer dans une autre rue en espérant semer la horde qui se dirigeait vers eux.

« N-Non, par là, à gauche...
- Hmm ? Ils arrivent, on va pas s'en rapprocher...
- Pas loin juste là... c'est chez moi... On peut s'y cacher.
- Pas bête, en espérant qu'ils vont continuer tout droit en nous cherchant... »

Se hâtant d'atteindre la porte désignée par l'homme, l'islandais essaya d'ouvrir la porte... verrouillée. Une clef à moitié couverte de sang apparut alors devant son nez.

« T-Tenez... Dépêchez-vous, je vous en supplie... »

Ne se faisant pas prier, le colosse déverrouilla la porte et entra en toute hâte, la refermant tout aussi rapidement.

« Je suis pas médecin, loin de là, mais faut s'occuper de ce que vous avez, là... Vous avez pas un kit de premiers soins ou des trucs dans le genre ? »

S'engouffrant dans ce qui semblait être le salon, il déposa la pauvre victime sur son canapé et se dépêcha d'aller voir dans la direction que lui avait désigné l'homme. Cette porte ? Non ça c'était une chambre... Là ? Les WC... Bordeeeel ! Ah ! Enfin la salle de bains. Ouvrant brutalement la porte du meuble avec miroir qui semblait si prisé par les américains, il fut complètement perdu par tout ce qui se présenta sous ses yeux : rah ! Pourquoi le domaine médical était-il aussi compliqué ?

Sur le coup de la rage, se sentant inutile, il arracha brutalement le meuble du mur : s'il ne pouvait pas trouver ce qu'il fallait exactement, il apporterait TOUT ! C'était la merde, l'homme était souffrant et perdait beaucoup de sang, il ne risquait pas de lui en vouloir...

« Dites-moi ce qu'il vous faut, je crains pas la vue du sang, mais je suis pas du tout doué pour ça... Je suis mécano, pas toubib... »

Malgré le fait d'avoir été sauvagement attaqué par des zombies, l'homme sembla quelque peu perplexe en voyant le géant revenir avec le meuble de sa salle de bains. Fort heureusement, il semblait s'y connaître un peu mieux sur le processus consistant à prodiguer des soins... Ingvar se contenta de suivre les instructions, faisant de son mieux. Malgré ses énormes mains, il était habitué à réaliser des actions très précises sur des tas de moteurs et autres machines... Il suffisait de se dire que cet homme était comme l'un de ces nouveaux moteurs à impulsions, que ça risquait de lui exploser au visage en cas de bourde !

« Vous vous sentez mieux ? Vous avez perdu beaucoup de sang... »

Hochant lentement la tête, le quarantenaire ferma les yeux, l'air un peu moins souffrant.

« Oui je vais mieux... Je ne risque plus de me vider de mon sang... Mon dieu, ils m'auraient dévoré tout cru, je sais pas comment vous remercier...
- Me remerciez pas, vous auriez fait la même chose si j'étais à votre place... »

Ouvrant à nouveau les yeux, le blessé lui accorda un regard circonspect.

« Soyez réaliste, je n'aurais même pas réussi à vous soulever. »

Se grattouillant la barbe, l'imposant nordique réalisa qu'en effet, dans la situation inverse, cela aurait été beaucoup plus problématique.

« Euh... C'était une façon de parler...
- Comment vous appelez-vous ?
- Ingvar.
- Moi c'est Blake, vraiment enchanté de faire ta connaissance...
- Je ne vois absolument pas pourquoi... »

Sa tentative de détendre l'atmosphère fonctionna, l'homme eut un sourire amusé.

« Reposez-vous, je monte la garde... Je vais aller fermer la porte à clef, on sait jamais... Et fermer les rideaux... Et vérifier que vous n'avez pas laissé la moindre fenêtre ouverte.
- D'accord... merci Ingvar... »

Effectuant donc tout ce qu'il avait énoncé, le mécano revint alors dans le salon. Blake s'était endormi, il semblait souffrir dans son sommeil, régulièrement agité de petits spasmes. Allant chercher une couverture dans la chambre, il couvrit l'homme et s'installa dans le fauteuil non loin du canapé.

Peut-être qu'une sieste était de mise, il avait très mal dormi dans ce local... Rien n'était venu le croquer en pleine nuit, mais toutes ces horreurs l'avaient fait se réveiller à de nombreuses reprises, lui faisant imaginer des bruits, des sensations...

...Et puis ce canapé était vachement confortable...

~~~~~



Un grognement... qui ne provenait pas de lui... Du mouvement... Où était-il ? Les souvenirs des événements précédents se précipitèrent dans son esprit embrumé : ah oui, Blake, les zombies, la maison de Blake, le meuble arraché, tout ça... tout ça... Rien de bien alarmant, donc : la porte était verrouillée, les fenêtre bien fermées, les rideaux tirés... Après, le blessé pouvait faire ce qu'il voulait, c'était sa maison après tout.

Quelque chose clochait dans ce raisonnement... Et au fur et à mesure que son cerveau émergeait de cette merveilleuse sieste, l'islandais sentit la panique l'envahir comme si on lui versait de l'eau glacée dans le dos... Ce fut la douche lorsqu'il réalisa ce qui se passait : Blake s'était relevé du canapé et s'avançait vers lui, les bras redressés à la perpendiculaire de son corps, ses yeux étaient injectés de sang, un long filet de bave presque continu se déversait d'un coin de sa bouche, pour venir se perdre dans sa barbe, déjà bien imbibée de sang, comme s'il avait passé des heures à vomir du sang... Ce qui était probablement le cas.

Ingvar se redressa violemment dans son fauteuil en comprenant la cruelle vérité : le quarantenaire n'était plus, il s'était transformé en une de ces choses... un cadavre ambulant avide de chair fraîche... de SA chair !

« No-Non, casse toi, sale... »

Le macchabée s'emmêla les pieds dans la couverture qui était tombée au sol lorsqu'il s'était relevé et tomba en avant, droit sur le nordique. Par réflexe, celui-ci donna un violent crochet du droit à ce danger potentiel (enfin, pas si potentiel que ça... danger carrément confirmé, plutôt !), l'envoyant bouler comme un pantin à l'autre bout de la pièce... toujours dans un concert de grognements, se relevant aussitôt pour revenir à la charge.

S'étant relevé et ayant reculé jusqu'au couloir d'entrée, le colosse se remit de ses émotions : avec un réveil comme ça, il y avait de quoi devenir cardiaque !

« Blake... Vous étiez pas censé crever... » souffla-t-il, horrifié.

Suffisait-il de se faire blesser par un de ces choses pour devenir comme elles ? Frissonnant à l'idée de subir le même sort, il enfila néanmoins ses gants de sécurité. Cela lui brisait le cœur, mais il ne pouvait pas laisser ce zombie en liberté dans cette maison : la nuit était en train de tomber... Sa sieste ayant duré quelques bonnes heures... Il avait encore besoin de la sécurité de cette maison.

« Désolé... »

Se rapprochant du zombie qui avançait dans sa direction, il attendit que celui-ci ne mette les pieds sur la couverture, l'attrapant vivement et la tirant vers lui pour faire chuter le monstre, le recouvrant ensuite et l'immobilisant en se plaçant sur lui : avec la barrière de tissu bien épais, il ne risquait pas d'être blessé (et puis son poids avait de quoi immobiliser qui que ce soit, de toute manière...).

Grimaçant, il déchira la couverture à l'endroit où la tête se trouvait, révélant un visage morbide, agité, grognant... Les traits, les cheveux et la barbe poivre et sel étaient tout de même reconnaissables... Néanmoins, il était indéniable que Blake était "mort"... Cette chose n'était que son cadavre, animé par cette étrange épidémie.

Décrochant la selle de vélo qu'il avait accroché à sa ceinture, il déposa la partie cylindrique et métallique sur la face du zombie : au moins, il accordait le "repos éternel" à cet homme... Il ne ferait aucune victime... Cela pouvait être une bonne façon de penser, sauf que l'homme était mort et ne pouvait plus penser...

Dans un grognement, cette fois ci bel et bien de sa part, il releva puis abattit son arme improvisée, transperçant le crâne du mort-vivant avec le cylindre métallique. Aussitôt, ses mouvements cessèrent... c'était désormais un mort-vivant mort.

Les mains toujours agrippées à la selle de vélo, le colosse resta un moment dans cette position, le temps de se remettre de cette horrible découverte. La moindre morsure, sans doute blessure également, et c'en était fini de lui. Arrachant violemment son "arme" et se redressant soudainement, il se rassura comme il pouvait :

** J'utilise mes gants... Mes vêtements sont plutôt robustes... J'ai juste à faire attention à ma tête... J'ai l'avantage d'être grand... **

Rengainant la selle de vélo à sa ceinture après l'avoir essuyée du mieux qu'il pouvait sur la couverture, il entreprit de fouiller un peu la maison avant que la luminosité ne rende les choses compliquées. Après ça, il pourrait sans doute profiter de la chambre du défunt pour s'accorder davantage de repos : de toute manière, le soir, il n'y avait pas grand chose à faire, il valait mieux rester silencieux, en intérieur, pour ne pas se faire croquer.

[ Une fouille o/ ]
[ Résultat : fusil de chasse Winchester ]


Le frigo était quasiment vide, les quelques éléments à l'intérieur n'étaient pas vraiment utiles : il n'allait pas manger du beurre nature, comme ça sans rien... Il y avait par contre UNE chose qui pouvait servir, une canette de bière, bien fraîche... Mais il devait finir de fouiller la maison.

La salle de bain s'avérait être encore plus inutile que la cuisine, de plus, en revenant dans le salon, le colosse préféra ne pas toucher au meuble plein de médicaments bizarres dont il ignorait les effets. Blake avait utilisé tous les articles de premiers soins...

Il restait donc la chambre, les quelques placards de l'habitation ne contenaient de toute manière que des balais, ou des vêtements (qui ne risquaient pas d'aller à l'islandais). Comme prévu, il y avait d'autres fringues dans cette dernière pièce, mais également une sorte de grand coffre au sol, à côté de trois canards empaillés (au moins ce n'étaient pas des zombies)...



« Oh putain... » grogna-t-il en découvrant le contenu de la caisse.

Comme s'il soulevait un nouveau-né, l'imposant mécano attrapa un authentique fusil... Au final, loué soient les States et toute cette obsession avec les armes à feu. Observant l'arme, le nordique fut surpris de sa légèreté et de sa prise en main facile : il lui était arrivé de faire un peu de chasse, il savait donc s'en servir, tout comme diverses armes plus "primitives" comme l'arc... Eh, il fallait bien faire hommage à ses ancêtres vikings !

« Winchester SX3... »

Ce modèle datait d'au moins dix ans, mais il était devenu assez populaire, ce qui faisait que la production, bien qu'épisodique, ne s'était pas arrêtée. Tout le nécessaire était dans cette caisse, ainsi que tout un tas d'accessoire de chasse sans grande utilité pour lutter contre les zombies. Ingvar attrapa le sac qui servait à transporter l'arme et tria le contenu ainsi que celui du coffre. Il conserva donc toutes les munitions, garda les différents embouts permettant d'adapter la dispersion des tirs (ça pouvait servir... et ça ne prenait pas de place du tout) et attacha le tout à son autre sac : cela avait l'avantage de ne pas ressembler à un "sac transportant une arme".

L'accès à l'arme rangée n'était pas facile, mais de toute manière, il ne souhaitait pas s'en servir... Pas ici, pas en pleine nuit, pas en plein quartier peuplé de zombies : cela ameuterait toute la populace. Cette arme ne servirait qu'en dernier recours, en zones bien dégagées.

...Ou en moyen pour en finir s'il se faisait mordre.

** On va éviter de penser à ça, Big Guy... Et on va essayer d'arrêter de se parler à soi-même... **

Après être allé chercher la canette de bière dans le frigo, l'imposant nordique s'installa dans le lit du désormais mort-vivant-mort, mais n'arriva pas à trouver le sommeil : la découverte de ce fusil était un cadeau des dieux, du moins dans ce contexte... qu'il avait encore du mal à encaisser. Une apocalypse... C'était une foutue apocalypse, avec des zombies qui transformaient les gens. Comment gagner un telle guerre si les morts se relevaient dans le camp adverse ?

Il devait se vider la tête ! Attrapant sa veste, il en extirpa son carnet et un stylo. Relisant ce qu'il avait écrit la veille, le nordique fronça les sourcils : il n'avait pas retrouvé Sara, mais au moins, même si c'était cruel comme constat, il préférait que ce qui venait de se passer implique un parfait inconnu comme Blake plutôt que son amie. Quand il la retrouverait, il était sûr qu'il verrait une conquérante après une victoire fasse à tout un tas de zombies, traversant le champ de bataille jonché de cadavres comme une valkyrie à la recherche de héros dignes. Si Sara était une valkyrie, alors il porterais volontaire pour devenir un Einherjar !

Secouant la tête pour chasser ses divagations un peu trop bizarres, il tourna la page du carnet et se concentra sur les événements à raconter.

[ Entrée "23 Février 2025" ajoutée au Journal ]


Rebouchant son stylo et rangeant à nouveau le tout dans la poche intérieure de sa veste, le nordique termina sa canette de bière, qu'il avait entamé en écrivant. Si son but avait été de se saouler jusqu'à tout oublier, c'était raté : étant naturellement bien résistant aux effets de l'alcool, sa carrure faisait de lui un homme également très résistant sur ce plan là. La boisson n'était pas une de ses activités favorites, cela restait épisodique, de temps en temps, entre amis, ou bien pour se détendre après une semaine un peu trop lourde malgré ses larges épaules.

De toute manière, il ne voulait pas oublier, il devait rester lucide pour ne pas faire de bêtises. Le peu d'alcool qu'il venait de boire allait peut-être l'aider à mieux dormir, qui sait ?


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l'élève dépasse le maître
» Charte du Juge d'application des peines
» Quand Swarley passe, Chuck Norris trépasse !
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» Léanora Hatwood ~ quand l'imagination dépasse l'inimaginable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe not so Dead :: RP terminés / abandonnés :: S1-